Navigation – Plan du site

Emmanuelle Heidsieck, À l’aide ou le rapport W

Camille Dorignon

Texte intégral

  • 1 Heidsieck Emmanuelle, Vacances d’été, Paris, Léo Scheer, 2011

1Emmanuelle Heidsieck, en tant que romancière, a depuis longtemps tranché la question de la survivance des classes sociales. Dans Vacances d’été, son précédent livre1, elle brossait les contours fluctuants d’une amitié impossible. Et pour cause : celle de François, l’employeur, le propriétaire, le maître donc, et de Pierre-Olivier, l’employé de maison, le salarié. La relation des deux personnages est un avatar de la dialectique maître-esclave, qui empêche toute connivence durable entre le patron et son homme à tout faire. Le roman social dépeignait ainsi, en à peine plus de 100 pages, l’illusion brisée d’une amitié qui n’a pu dépasser ni le clivage de la relation asymétrique de travail ni – surtout ‑ celui de la classe.

2À nouveau dans un format assez court, la journaliste spécialiste des questions sociales déploie les thèmes qu’elle a choisis pour siens, loin de tout glamour : la crise, celle du chômage, des services publics, en un mot celle de l’État providence. Cette fois, le récit prend la forme d’une dystopie – ce versant pessimiste de la science-fiction.

3À l’aide ou le rapport W est un roman d’anticipation à brève échéance : 2015. À cette date, deux hauts fonctionnaires du Ministère de l’intérieur, A et B, sont chargés de rédiger un rapport. A est un quadragénaire carriériste et impitoyable, et B un quinquagénaire subissant mal les humiliations répétées de son supérieur hiérarchique. Quid de ce rapport ? Il s’agit de préparer le travail du législateur, afin de faire voter au plus vite une loi pénale d’importance. En effet, il s’agit d’en finir avec l’entraide, le service, le coup de main, avec « l’ADS » : l’aide, le don, le service. A et B doivent proposer, rapidement, motifs et incriminations de ces gestes désormais hors de propos, les gestes désintéressés, l’échange de bons procédés. Le bénévolat ne peut plus être toléré dans une société ultralibérale : c’est une insoutenable concurrence déloyale faite aux entreprises. Ainsi, une présence récurrente des grands-parents met en péril le secteur de la garde d’enfants, comme le marché de la dépendance est menacé par des manifestations d’empathie. Le lecteur est effrayé par la vision de l’auteure, tant elle paraît plausible.

4Emmanuelle Heidsieck, dans la vidéo de présentation de son livre pour la librairie Mollat2, précise qu’il ne s’agit pas de caricaturer notre monde, mais de l’exagérer. Telle est la vocation de la science-fiction que de susciter un regard distancié sur notre présent en imaginant l’avenir qu’il nous réserve. Un numéro de la revue Sociétés3 a été d’ailleurs consacré à la science-fiction comme « sociologie imaginaire de notre présent », selon les mots de Louis-Vincent Thomas4.

  • 5 Rufin Jean-Christophe, Globalia, Paris, Gallimard, 2005
  • 6 Ecken Claude, Le monde tous droits réservés, Paris, Pocket, 2009
  • 7 Murail Lorris, Nuigrave, Paris, Robert Laffont, 2009

5Ces dernières années, les auteurs français de romans d’anticipation ont beaucoup écrit dans la lignée des romans d’Orwell ou d’Huxley : en témoignent des dystopies comme « Globalia » de Jean-Christophe Rufin5, celles du recueil « Le Monde, tous droits réservés » de Claude Ecken6 ou bien encore « Nuigrave » de Lorris Murail7. L’intérêt de À l’aide ou le rapport W réside donc dans cette volonté de s’ancrer dans un quotidien microscopique, celui de deux individus, dont les rapports délétères pourraient à eux-seuls être le signe de l’échec de l’humanisme.

6Mais sans aucun doute, l’intérêt – et la force ‑ du récit tiennent avant tout à sa justesse juridique. Par une loi, il est possible de tout ordonner. Par un rapport, toujours davantage dans notre société de l’expertise, de tout justifier. Il importe d’autant plus de s’interroger sur le processus de la création normative. Or, Emmanuelle Heidsieck, simplement, avec ce récit, ne fait rien moins que de rappeler les dangers d’une déshumanisation du droit. Les dangers d’un positivisme juridique incontesté et surtout incontestable sont ainsi sous-tendus dans l’intrigue. Le positivisme juridique est cette doctrine qui a largement prévalu jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale, selon laquelle le Droit ne peut être que celui qui est en vigueur. Après les législations nazie et vichyste, le droit naturel, courant de pensée qui fait découler de la simple existence humaine celle de droits inaliénables de la personne, avait recouvré l’intérêt des juristes. Les principaux personnages du roman, A et B, écrivent leur rapport en refusant de penser à la ratio legis, c’est-à-dire à son essence. Comme si ce débat n’avait pas eu lieu. Pourtant B doute parfois et A est touché lorsqu’il apprend l’emprisonnement pour « ADS » d’un professeur de droit retraité, ancien ami de son père. Ce n’est pas un hasard, ce professeur de droit qui est arrêté à la première page du livre et dont A se souvient un instant à la fin du roman. Il symbolise ces juristes que craint A : ceux qui pourraient « tomber dans une nostalgie surannée qui pourraient donner à l’ensemble [à la loi] un côté mi-figue, mi-raisin […] ce style de mièvrerie » (p. 31).

  • 8 Carbonnier Jean, « L’hypothèse du non-droit », Archives de philosophie du droit, Sirey, Paris, 1963 (...)

7Un des juristes français les plus éminents du XXe siècle, Jean Carbonnier, s’inquiétait dès 19638 de ce qu’il appelait le « panjurisme », cette vocation du Droit à être partout et la volonté des « juristes dogmatiques » à étendre toujours davantage cette emprise. Emmanuelle Heidsieck romance avec un très grand talent cette inquiétude.

Haut de page

Notes

1 Heidsieck Emmanuelle, Vacances d’été, Paris, Léo Scheer, 2011

2 http://www.youtube.com/watch?v=COOk6kTmIg0, consultée le 21/08/2013

3 « (Science) fiction », Sociétés, 3, 2011

4 Thomas Louis-Vincent, Fantasmes au quotidien, Paris, Éditions Librairie des méridiens, coll. Sociologies au quotidien, 1984, p. 263

5 Rufin Jean-Christophe, Globalia, Paris, Gallimard, 2005

6 Ecken Claude, Le monde tous droits réservés, Paris, Pocket, 2009

7 Murail Lorris, Nuigrave, Paris, Robert Laffont, 2009

8 Carbonnier Jean, « L’hypothèse du non-droit », Archives de philosophie du droit, Sirey, Paris, 1963 ; repris in Flexible droit, p. 25-47.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Dorignon, « Emmanuelle Heidsieck, À l’aide ou le rapport W », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 13 septembre 2013, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12142

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page