Navigation – Plan du site

Bernard George, Le Scribe qui dessine, l’art du contour

Stéphane Courant
Le Scribe qui dessine
Bernard George, Le Scribe qui dessine, Éditions Montparnasse, 2013.
Haut de page

Texte intégral

1Pour celles et ceux qui ont manqué la merveilleuse exposition L’art du contour. Le dessin dans l’Egypte ancienne qui s’est tenue au musée du Louvre du 19 avril au 22 juillet 2013, le documentaire de Bernard George ouvre une formidable fenêtre sur ces scribes qui dessinent, maîtres de l’art du contour.

2Rappelant que pour l’Egypte antique, le dessin est le berceau de tous les arts, la base de l’écriture, de l’architecture et de la sculpture, ce documentaire permet de saisir l’importance et la nécessité de l’image dans la culture égyptienne. Ainsi à travers quatre chapitres présentant le dessin d’une manière générale jusqu’aux singuliers objets que sont les ostraca, le réalisateur offre un regard très pédagogique et didactique sur cet art égyptien, sur ses fonctions, ses usages et ses diverses techniques.

3Ainsi, dans la première partie, les aspects performatifs du dessin sont parfaitement illustrés, tant par les propos et les explications données par les spécialistes – G. Andreu-Lanoë du Musée du Louvre et L. Delvaux des Musées Royaux d’Art et Histoire de Bruxelles – que par les multiples illustrations des différentes nécropoles de la région de Saqqarah.

4À travers l’exemple de quelques célèbres mastabas égyptiens, on saisit alors la rigueur des règles graphiques qui régissent ces dessins et ces textes. On comprend alors que si de telles images sont si facilement reconnaissables, c’est notamment en raison du respect d’une série de conventions qui n’a pas bougé pendant trois millénaires.

5Au-delà des différentes qualifications que l’on attribue aux dessins égyptiens, que cela soit l’importance du statisme – afin de viser la permanence et la pérennité de la scène représentée – ou que cela soit par la technique aspective utilisée – afin de cibler au sein même d’une même représentation les aspects les plus caractéristiques des éléments de la composition (d’où l’importance du profil et de l’œil de face pour les représentations humaines) –, il apparaît que le point le plus significatif de cette première partie concerne le lien étroit entre dessins et écritures. Si pour notre société, il s’agit de deux techniques et deux savoirs différents, pour les Égyptiens le terme « tracer » désigne à la fois ces deux éléments, confirmant ainsi, l’interpénétration de l’écriture et du dessin.

6Le scribe est tout à la fois celui qui écrit et celui qui dessine. On perçoit alors l’ambiguïté du statut de scribe et du statut de dessinateur qui n’apparaissent pas comme des professions séparées l’une de l’autre d’une manière étanche. Cette ambiguïté semble demeurer même chez les spécialistes, où les explications des uns et des autres sur cette question du statut, qui écrit qui dessine, sont parfois contradictoires. Dans tous les cas, le documentaire permet de comprendre l’existence d’une hiérarchie entre celui qui écrivait et celui qui dessinait.

7La deuxième partie du documentaire s’attarde de manière très pédagogique sur les différentes étapes et les divers acteurs présents pour la construction d’un tombeau. Le tout est illustré par les mastabas de l’échanson d’Amenhotep II – monarque de la XVIIIdynastie – et surtout celui d’Horemheb, le dernier pharaon de la XVIIIdynastie – la mort prématurée du souverain a obligé les artistes à interrompre une partie de leur travail d’où un intérêt significatif des égyptologues pour ce dernier.

8Ainsi par le biais de ces deux exemples, on perçoit la nécessité du travail du scribe que ce soit dans la première étape où interviennent les carriers – il note l’avancée des travaux – ou de manière plus explicite dans les étapes suivantes. En effet, dans la seconde s’élabore l’établissement du programme iconographique, où l’on saisit le rôle des dessinateurs/scribes, mais également de la relation élève/maître dans le choix des illustrations, de l’adaptation du texte, etc. Dans la troisième et dernière étape, interviennent deux nouveaux acteurs le sculpteur et un personnage singulier le « coloriste » ou celui qui remplit les couleurs. Là aussi les explications subtiles, le choix pertinent des illustrations et le jeu des animations permettent astucieusement de saisir l’ensemble du processus de décoration et d’élaboration d’un mastaba.

9La troisième partie du documentaire se concentre sur l’art du contour et sur les artistes/artisans vivants à dans la cité Deir el-Medineh où certains d’entre eux ont construit et décoré leur propre tombeau. L’un de ces mastaba témoigne d’une manière éclatante du parcours de l’un de ces scribes du contour, Khâ, devenu architecte. Cependant, Deir el-Medineh offre également un grand intérêt archéologique notamment pour les ostraca que l’on a retrouvé sur ce site et qui constituent une documentation inédite et complexe. Ces tessons remplis de dessins et d’écritures interpellent les égyptologues sur la personnalité de ces dessinateurs et leur environnement. Ces objets, comme le souligne Guillemette Andreu-Lanoë, « montrent pour une fois l’expression d’une aspiration individuelle, d’un choix d’un dessinateur, de tracer des contours qui vont lui permettre de donner vie à son imaginaire ». Ces ostraca sont des dessins satiriques, loin des conventions habituelles et du code moral en vigueur. S’agit-il d’une culture orale qui nous échappe ou d’une création spontanée ? Nul ne le sait. Mais qui en de nombreux points font écho au papyrus érotique de Turin découvert par Champollion et qui constitue encore de nos jours un des grands mystères de l’égyptologie.

10En terme de conclusion la quatrième partie, rappelle la spécificité de l’écriture et du dessin égyptien, celle d’être un moyen d’expression d’un système religieux et politique, et que derrière la volonté des scribes se cache aussi cette volonté de représenter le réel, d’immortaliser la vie à travers les temps. Les scribes apparaissent alors comme des observateurs aguerris de la nature et de ses diverses manifestations tout en se démarquant d’une notion très moderne de l’art pour l’art.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Courant, « Bernard George, Le Scribe qui dessine, l’art du contour », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 13 septembre 2013, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12143

Haut de page

Rédacteur

Stéphane Courant

Docteur en anthropologie, membre associé au Laboratoire d’Anthropologie Sociale de Toulouse.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page