Navigation – Plan du site

Clare Holdsworth, Nissa Finney, Alan Marshall, Paul Norman, Population and Society

Louise Dorignon
Population and society
Claire Holdsworth, Nina Finney, Alan Marshall, Paul Norman, Population and society, London, Sage, 2013, 230 p., ISBN : 9781412900652.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « to understand, explain and predict the causes and consequences of population change », p.1.

1Au-delà du caractère théâtral que revêt parfois l’utilisation des chiffres de population dans les médias (le plus souvent catastrophiste, parfois inconsidérément optimiste), les auteurs de Population and Society proposent de revenir à la fonction première des études démographiques : « comprendre, expliquer et prévoir les causes et les conséquences des changements de population »1. Population and Society est donc un manuel de démographie et de science de la population destiné à des étudiants de premier cycle ou à toute personne désireuse de rafraîchir ses connaissances sur le sujet. Il traite efficacement non pas seulement des questions de population mais du sens que l’on peut donner aux conclusions apportées par la discipline. Redoutablement bien construit, l’ouvrage guide le lecteur pas à pas vers une compréhension globale et rigoureuse des changements démographiques, des méthodes de la discipline et avant tout de l’interprétation que l’on peut faire des données de population.

  • 2 Igor Martinache, « Youssef Courbage, Emmanuel Todd, Le rendez-vous des civilisations », Lectures [E (...)
  • 3 Frédérique Giraud, « Laurent Toulemon, France Meslé, Jacques Véron (dir.), Dictionnaire de démograp (...)

2Quatre auteurs signent ce volume : leurs spécialités respectives annoncent la richesse de l’ouvrage. Tandis que Clare Holdworth et Nissa Finney se rattachent à la géographie sociale (et en particulier des migrations), Alan Marshall est statisticien et Paul Norman démographe. L’actualité du débat sur les questions démographiques et leur lecture sociale rend pertinente le concours de différentes disciplines à cet ouvrage. En effet, les études de population semblent aujourd’hui de plus en plus souvent convoquées (en sociologie et en histoire notamment) pour tester le lien entre démographie, politique et société. Dans Le rendez-vous des civilisations (2008), Youssef Courbage et Emmanuel Todd se livraient à une analyse précise des évolutions dans la structure de population pour relire les « soi-disant incompatibilités culturelles entre islam et christianisme »2. Le basculement de la démographie vers les sciences dites de la population (sous l’influence des population studies anglophones) continue de s’opérer avec Population and Society, de même que le Dictionnaire de démographie et des sciences de la population paru en 2011 s’employait à élargir la stricte démographie à « l’ensemble des disciplines concernées par les questions de population »3.

  • 4 La conférence de Hans Rosling, statisticien suédois, propose une démonstration efficace des problém (...)

3L’introduction de l’ouvrage rappelle un à un les enjeux sociaux et politiques associés aux études sur la population : le retentissement médiatique des projections en ce qui concerne l’augmentation de la population mondiale4, l’historicité des débats autour des méthodes de projection depuis le XVIIsiècle, l’importance sociale des questions de démographie. Les études de population, rappellent les auteurs, se penchent sur des réalités humaines à toutes les échelles : il est nécessaire d’appréhender leur complexité. Une des thèses principales de l’ouvrage est alors de rappeler comment les décisions individuelles (concernant la santé, les choix de fertilité ou la mobilité et la migration) entrent en collision avec les politiques gouvernementales et les structures sociales. Cette interconnexion formerait la dynamique des mouvements de population.

  • 5 « While the concept of transition in population studies focuses on aggregate population change, the (...)

4Le deuxième chapitre rappelle les fondamentaux : évolution de la population, taux bruts de natalité et de mortalité, modèles des transitions (démographique, épidémiologique et migratoire), tandis que le troisième chapitre s’attarde sur la construction des projections de population. Les chapitres suivants sont consacrés chacun à un aspect plus précis des études de population : structure par âge et par sexe de la population (chapitre 4), question de la fertilité et de la mortalité (chapitre 5), composante migratoire (chapitre 6), formation et structure des familles (chapitre 7), concept d’individualisation (chapitre 8), conditions sanitaires et socio-économiques (chapitre 9), et enfin surpopulation et vieillissement de la population (chapitre 10). Cette organisation thématique de l’ouvrage s’accompagne d’une mise en garde des auteurs : chacun de ces aspects ne saurait être considéré indépendamment les uns des autres. Les chapitres présentent une même structure : problématiques, définition, présentation des différents modèles et théories, illustration des tendances et réflexion sur leur signification sociale. Le parti pris théorique de l’ouvrage s’ancre bien dans la thèse présentée par les auteurs en introduction : les études de démographie et de population ne sauraient se limiter seulement à l’échelle du groupe mais doivent nécessairement se pencher sur l’échelle individuelle. Pour ce faire, les auteurs préconisent l’approche par les stades de la vie (life course approach) : « tandis que le concept de transition se concentre sur les changements dans la population totale, le fonctionnement des modèles dépend de l’action individuelle, ce qui veut dire que les changements démographiques sont provoqués en partie par le comportement individuel. (…) Démêler la relation entre les comportements individuels et collectifs est un des défis majeur de la recherche sur la population »5.

5Deux points peuvent ici être apportés en ce qui concerne l’utilisation du manuel. Il faut d’abord noter la grande pédagogie de l’ouvrage, qui fait alterner texte, illustrations et encadrés synthétiques. Le lecteur aborde chaque chapitre avec le bagage nécessaire à leur compréhension. Ainsi, aucune répétition n’a cours, et rien n’est laissé sans définition, explication préalable ou conclusion. En outre les références théoriques approfondies progressivement, une bibliographie complémentaire clôture efficacement chaque chapitre.

6Par ailleurs, Population and Society s’avère bien être un manuel de démographie, et non un essai sur la démographie comme discipline, et encore moins un panorama comparé des tendances et évolutions nationales à l’échelle du globe. Les données chiffrées fournies dans l’ouvrage servent d’abord à illustrer la méthode employée dans les études de population, puis à décrire et analyser les tendances principales à l’échelle du globe. Ainsi, l’ouvrage Population and Society constitue un excellent outil de travail, un indispensable pour ceux qui s’intéressent aux sciences de la population.

Haut de page

Notes

1 « to understand, explain and predict the causes and consequences of population change », p.1.

2 Igor Martinache, « Youssef Courbage, Emmanuel Todd, Le rendez-vous des civilisations », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 22 janvier 2008. URL : http://lectures.revues.org/521

3 Frédérique Giraud, « Laurent Toulemon, France Meslé, Jacques Véron (dir.), Dictionnaire de démographie et des sciences de la population », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 17 mai 2011. URL : http://lectures.revues.org/5526

4 La conférence de Hans Rosling, statisticien suédois, propose une démonstration efficace des problématiques liées à l’accroissement de la population mondiale et du niveau de vie d’ici 50 ans (http://www.ted.com/talks/hans_rosling_on_global_population_growth.html).

5 « While the concept of transition in population studies focuses on aggregate population change, the working of the models depends on individual action, that is population change is brought about, in part, by individual behaviour. (…) Unravelling the relationship between individual and aggregate behaviour is one of the key challenges in population research. », p. 33.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Dorignon, « Clare Holdsworth, Nissa Finney, Alan Marshall, Paul Norman, Population and Society », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 13 septembre 2013, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12153

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page