Navigation – Plan du site

Olivier Wieviorka, Histoire de la Résistance, 1940-1845

Aurélien Raynaud
Histoire de la Résistance (1940-1945)
Olivier Wieviorka, Histoire de la Résistance (1940-1945), Perrin, 2013, 574 p., ISBN : 978-2-262-02799-5.
Haut de page

Texte intégral

1Á peine publié, le présent ouvrage est probablement destiné à devenir une référence. Non que manquent les travaux de qualité sur la Résistance. L’historiographie en ce domaine est volumineuse et riche ; ces vingt dernières années, notamment, ayant donné lieu à quantité d’études qui ont profondément renouvelé la connaissance du phénomène. Mais manquait un ouvrage de synthèse qui rende compte d’une manière à la fois rigoureuse et claire de ce phénomène complexe que fut la Résistance. Le livre d’Olivier Wieviorka, dont ce n’est pas le moindre mérite que d’être accessible au grand public sans rien sacrifier de l’exigence scientifique, vient combler ce vide.

  • 1 Marcot François, « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité », in A (...)
  • 2 Sur l’histoire de la France libre, cf. Crémieux-Brilhac Jean-Louis, La France libre. De l’appel du (...)

2Dans l’introduction, l’auteur s’efforce en premier lieu de donner une définition circonscrite de la Résistance. Exercice difficile et périlleux quand on sait l’« infinie variété des engagements et des expériences vécues » (p. 14) sous l’Occupation. Quelle catégorie d’actes et d’acteurs peut-on et doit-on considérer comme relevant de la Résistance ? « Peut-on en effet placer sous la même bannière le maquisard et le diffuseur de la presse clandestine ? Le saboteur gaulliste et la moniale cachant, dans le secret de son couvent, des enfants juifs ? Faut-il assimiler l’aide ponctuelle d’un paysan acceptant d’aider à transporter les armes réceptionnées lors d’un parachutage à l’engagement constant des hommes et des femmes qui, quatre années durant, œuvrèrent dans les formations clandestines ? » (p. 14) Sans vouloir trancher dans l’absolu mais afin de délimiter au mieux son objet, Olivier Wieviorka fait le choix de ne s’intéresser qu’à ce que François Marcot1 a nommé la Résistance-organisation. Celle-ci se réduit aux organisations de résistance et à leurs militants, et se distingue de la Résistance-mouvement – plus large – englobant toutes les personnes ayant réalisé des actes individuels de résistance ou aidé ponctuellement la Résistance organisée. L’ouvrage est par ailleurs centré sur la Résistance intérieure. Ainsi, si les relations complexes entretenues par celle-ci avec la France libre du général de Gaulle sont largement abordées, cette dernière n’est en revanche pas traitée en tant que telle2.

3Sur 18 chapitres et quelques 500 pages, Oliver Wieviorka retrace minutieusement l’histoire des formations clandestines, des balbutiements des premiers mois de l’Occupation jusqu’aux affrontements politiques à la Libération et la postérité mémorielle de la Résistance. Il aborde en outre le phénomène dans ses multiples dimensions : modes de construction et de structuration interne des mouvements et réseaux, positionnements vis-à-vis du régime de Vichy, rapports avec la France libre et les services secrets britanniques et américains, idéologies et projets politiques, conflits et concurrences internes, effets de la répression, portée militaire et politique de l’action clandestine, etc. L’auteur rend notamment bien compte des lignes de fracture qui parcourent le monde clandestin et de sa pluralité. Ainsi, par exemple, convient-il de distinguer une résistance de zone Nord qui, parce qu’elle fut confrontée dès 1940 à l’occupant, privilégia l’action militaire, d’une résistance de zone Sud sur laquelle pesa plus lourdement l’hypothèque vichyste, qui contribua pour une bonne part à la politisation de la Résistance.

4On notera la présence bienvenue d’un chapitre intitulé « Sociologies », se donnant pour objet de caractériser l’ancrage social de la Résistance. Qui étaient les résistants ? Quelle était leur appartenance de classe ? Leur expérience et leur culture politique ? Leur âge moyen ? Qu’en était-il de la répartition genrée ? Etc. Autant de questions décisives si l’on veut comprendre les ressorts sociaux de cette forme spécifique d’engagement. On sera néanmoins à la fois surpris et déçu des conclusions d’Olivier Wieviorka, qui présente au final la Résistance comme un « phénomène interclassiste échappant à tout déterminisme social » (p. 416), lors même que l’ensemble du chapitre démontre au contraire les profondes inégalités sociales du recrutement résistant.

  • 3 Dobry Michel [1986], « L’illusion héroïque », in Sociologie des crises politiques. La dynamique des (...)

5On pourra regretter par ailleurs une fascination parfois trop manifeste de l’auteur pour son objet, le faisant succomber alors à l’« illusion héroïque » dénoncée par Michel Dobry3. Reste que cette Histoire de la Résistance constitue un apport majeur. Si elle ne présente pas de véritable nouveauté, elle a l’immense mérite de proposer enfin une vision d’ensemble, et parfaitement informée, de la Résistance intérieure française. Pour aller plus loin, le lecteur pourra trouver dans l’ouvrage toutes les références bibliographiques utiles.

Haut de page

Notes

1 Marcot François, « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité », in A. Prost (dir.), La Résistance, une histoire sociale, Paris, Éditions de l’Atelier, 1997.

2 Sur l’histoire de la France libre, cf. Crémieux-Brilhac Jean-Louis, La France libre. De l’appel du 18 juin à la Libération, Paris, Gallimard, 1996.

3 Dobry Michel [1986], « L’illusion héroïque », in Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de Science Po, 2009, pp. 75-94.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Raynaud, « Olivier Wieviorka, Histoire de la Résistance, 1940-1845 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 13 septembre 2013, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12154

Haut de page

Rédacteur

Aurélien Raynaud

Doctorant en sociologie, ATER à l’Université Lumière Lyon 2, membre du Centre Max Weber, Équipe « Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations », CNRS-UMR 5283

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page