Navigation – Plan du site

Patrick Bruneteaux, Le colonialisme oublié. De la zone grise plantationnaire aux élites mulâtres à la Martinique

Cécilia Gutel
Le colonialisme oublié
Patrick Bruneteaux, Le colonialisme oublié. De la zone grise plantationnaire aux élites mulâtres à la Martinique, Editions du Croquant, coll. « Terra », 2013, 315 p., ISBN : 978-2-36512-027-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Marc Bernardot et Patrick Bruneteaux, introduction au dernier numéro de la revue Asylon(s), http/:: (...)
  • 2 La notion de zone grise est empruntée à Primo Levi qui a été le premier à l’utiliser pour expliquer (...)

1Est-il encore possible de parler du colonialisme sans entrer dans la redondance ? Si ce champ de recherche a connu un regain d'intérêt depuis les années 1980, la multiplication des travaux autour de la « question coloniale » laisse parfois l'impression d'un thème saturé que certains n'hésitent plus à qualifier d'« industrie du savoir »1. Conscient de l'immense littérature déjà existante sur le sujet, c'est sans doute ce constat qui a poussé Patrick Bruneteaux à choisir une approche audacieuse du fait colonial. En effet, cet ouvrage s’illustre par la thématique extrêmement sensible, voire taboue, qu’il prétend aborder: « le colonialisme oublié ». L’auteur rapproche l’expérience des camps de concentration de celle du système plantationnaire afin d’y étudier la « zone grise »2, c’est-à-dire « le travail permanent de retournement d’une partie des dominés au service du maintien de l’ordre dans un espace de domination extrême ». Il s’agit de montrer que la structure de certains ordres totalitaires implique la participation forcée des victimes jusqu'à la création des conditions sociales d'une collaboration « voulue et routinisée » dans laquelle les victimes vont trouver des formes de rétribution. L'ouvrage, divisé en huit chapitres, se veut la synthèse de plusieurs années de recherches menées à la Martinique entre 2004 et 2012. La démonstration prend parfois des tournures archéologiques foucaultiennes, l'auteur se livre à une analyse extrêmement fine du mode de production et d'exercice du pouvoir colonial afin de comprendre quelles sont les « zones de pouvoir » et les « jeux » qui s'élaborent autour de ces zones ?

  • 3 Les orientations des travaux menés par les sociologues de Chicago constituent encore aujourd'hui un (...)

2En introduction, l'auteur situe son enquête : s'il s'inspire d'une théorie américaine c'est bien de celle de l'École de Chicago qu'il faut le rapprocher et, plus particulièrement, des travaux de Frazier menés sur la bourgeoisie noire à partir d'enquêtes réalisées aux États-Unis et au Brésil3. Il s'oppose par contre fermement au « culturo-racialisme » qui caractérise les désormais célèbres cultural studies. Selon l'auteur, cet axe théorique a pour défaut de faire « oublier les rapports socioraciaux qui clivent les relations entre les Noirs eux-mêmes. Il enchante la vision "culturelle" d'une entité homogène "noire", hors les fabrications multiples de segments dans les champs du pouvoir : l'économique, le politique et le symbolique ». Patrick Bruneteaux s'intéresse donc aux rapports entre les groupes en présence, aux enjeux ainsi qu'aux effets de pouvoir. Or, « penser les "Noirs", tous les groupes de "Noirs" c'est avant tout penser la manière dont l'ordre colonial les a divisés pour régner ».

  • 4 On retrouve ici l'héritage des travaux de Frantz Fanon.

3L'auteur situe le colonialisme oublié à partir de trois concepts principaux : la tripartition, la zone grise et l'ambivalence. Il insiste d'abord sur la nécessité de s'extraire du schème binaire qui caractérise souvent les études coloniales (colons/colonisés ou Blanc/Noir) afin de rendre compte de la structure socioraciale tripartite et des rapports instaurés à la Martinique entre les « békés », les « mulâtres » et les « nègres ». Le modèle ternaire présente l'intérêt de mettre à jour une fonction sociale intermédiaire « brouillée » et « dissimulée » : la zone grise, c'est-à-dire la participation des dominants insulaires4 dans le maintien du système socioracial colonial. Ce sont donc bien les « mécanismes relationnels » unissant les colons et colonisés qui constituent l'enjeu de la discussion proposée.

4L’incorporation de certains esclaves au système de surveillance et de répression de leurs pairs a permis de les faire passer de victimes à auxiliaires « commandeurs » du planteur (on retrouve ici l'analogie avec la figure du Kapo). Le système « plantationnaire » se caractérise donc par des « « chaînes relationnelles », soit une hiérarchie de la domination et de la dépendance aussi subtile qu’ambigüe. Si la passerelle entre les « professions de la zone grise » et le statut de libre de couleur existe, la liberté est néanmoins acquise « moyennant l'obligation de protéger le système » ; c’est ce qui explique la continuité des effets de la production de la zone grise, bien après la fin de l'Ancien Régime. Jusqu’à l’abolition, nombreux sont les mulâtres qui seront propriétaires d'un ou de plusieurs esclaves. Après avoir concrètement agit en faveur de son maintien, ces derniers vont tenter d'enfouir le passé esclavagiste qui les desservirait. À partir du milieu du XIXème siècle, les mulâtres se constituent en groupes politiques et organisent une certaine « amnésie collective » dont l’étude des représentations muséographiques proposée dans les chapitres 5 et 6 se révèle être encore aujourd’hui une bonne illustration. La fonction de la zone grise est alors inversée : les élites mulâtres cessent d'être une caste libre profitant du système d'exploitation pour devenir une caste libre ayant le pouvoir de réprimer. La pérennisation de la relation entre les élites blanches et les élites noires est sans doute explicative du non-basculement des Antilles dans l'indépendance : la période de la départementalisation est également celle de la dénégation de la tripartition. Le système de fond est donc maintenu, seules quelques améliorations économiques y sont apportées dans le but de réduire la pauvreté ; le choix de la départementalisation est aussi celui du refus de l'autonomie.

5Mais l’attachement au système de tripartition n’est pas une caractéristique singulièrement martiniquaise ; on retrouve ce même attachement chez les élites mulâtres caribéennes depuis la période impériale et ce, au-delà des différents formats politiques. Dans une esquisse comparative du schème ternaire caribéen, l’auteur indique notamment que les « apparentes discontinuités » (comme, par exemple, le passage du colonialisme à l’indépendance) peuvent constituer un leurre masquant la pérennisation d’un ordre déjà hégémonique. La « régulation croisée » des liens entre ordre socio-économique et ordre politique assure le maintien d’une situation qualifiée de « néocoloniale ».

6En conclusion, l’auteur réaffirme l’importance de la poursuite de recherches permettant de rendre compte de « l’habitus ternaire » c’est-à-dire d’une dépendance à la fois « intégrée et contestée » en ce sens que ce modèle permet d’expliquer en partie la continuité structurale du monde colonial. Cette idée s’avère particulièrement utile pour penser la « violence rhizomique » qui traverse les relations sociales quotidiennes comme un effet immédiat de l’impossibilité de contestation globale. Les pistes de recherches ouvertes par cet ouvrage sont prometteuses, Patrick Bruneteaux réussit le pari d'une approche renouvelée des rapports de pouvoir et de domination.

Haut de page

Notes

1 Marc Bernardot et Patrick Bruneteaux, introduction au dernier numéro de la revue Asylon(s), http/::www.reseau-terra.eu:article1274.html

2 La notion de zone grise est empruntée à Primo Levi qui a été le premier à l’utiliser pour expliquer la réalité concentrationnaire dans son ouvrage « Les naufragés et les rescapés » publié en 1986.

3 Les orientations des travaux menés par les sociologues de Chicago constituent encore aujourd'hui un champ de recherche peu exploré qui permettrait de renouveler l'approche des études ethnico-raciales au Brésil. cf. Christophe Brochier, « De Chicago à São Paulo: Donald Pierson et la sociologie des relations raciales au Brésil », Revue d'Histoire des Sciences Humaines, 2011, http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/67/23/90/PDF/Donald_Pierson_article_publiA_2011_version_PDF.pdf

4 On retrouve ici l'héritage des travaux de Frantz Fanon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécilia Gutel, « Patrick Bruneteaux, Le colonialisme oublié. De la zone grise plantationnaire aux élites mulâtres à la Martinique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 16 septembre 2013, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12169

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page