Navigation – Plan du site

Jean-Marie Hierle, Marie Hierle, Notre lycée Renoir. Histoire ethnographique et collective d'un établissement scolaire de Limoges (1962-2012)

Jérôme Melot
Notre lycée Renoir
Jean-Marie Hierle, Marie Hierle, Notre lycée Renoir. Histoire ethnographique et collective d'un établissement scolaire de Limoges (1962-2012), Brive la Gaillarde, Éditions les Monédières, 2013, 556 p., EAN : 9782363400437.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bourdieu Pierre, Homo Academicus, Paris, Les Editions de Minuit, 1984.

1À travers l’histoire du lycée Renoir, ponctuée d’innombrables anecdotes et témoignages et richement documenté, c’est toute une illustration des évolutions de la seconde partie du XXsiècle et du début du XXIe que le lecteur voit défiler. Saga originale, ce livre est le fruit d’une tentative inédite : proposer la monographie d’un lycée. Il foisonne de questionnements propres, non à l’évolution du lycée Renoir en particulier, mais à celle du lycée et de l’école en général : à l’instar d’un ouvrage comme Homo Academicus1, qui peut se lire sur plusieurs niveaux, trois niveaux au moins structurent cet ouvrage : la « petite » histoire d’un lycée de province, adressé à son public local qui s’y retrouvera sans doute avec joie ; l’Histoire, à travers le prisme du destin d’un lycée spécifique, des grands bouleversements qu’ont connu nombre d’autres lycées depuis les années 1960 ; et enfin, la démonstration qu’une telle démarche peut exister, et la proposition des outils méthodologiques pour y parvenir. Sociologues de formation, les auteurs n’oublient pas de former le lecteur novice aux notions couramment utilisées dans l’Éducation Nationale : culture libre/culture imposée, reproduction sociale, transmission culturelle, etc., marquant leur filiation avec un Bourdieu dont Roger Establet, qui signe la préface de l’ouvrage, estime qu’ils se situent dans la « droite ligne » (p. 6-7). L’enjeu de l’ouvrage est de mettre en évidence les dynamiques interactionnelles entre les acteurs locaux, afin de déterminer l’existence d’une identité pour chaque établissement (« en quoi un établissement scolaire peut-il être considéré comme une sorte d’entreprise développant une culture spécifique ? », p. 13).

2L’ouvrage est bâti de façon claire et accessible : les quatre premières parties comprennent une contextualisation du lycée dans ses aires géographique (le Limousin) et historique (urbanisation, changements idéologiques profonds dans l’Éducation Nationale, notamment après 1968, etc.), suivie de la description historique des trois grandes périodes (des « Jeunes années » à l’organisation du travail dans un « lycée de masse »). Suivent une description des évolutions, par « corps professionnel » : les enseignants, les « périphériques » (administratifs, surveillants, etc.) et les élèves. Enfin, vient une partie sur les dynamiques conflictuelles, que les parties précédentes auront contribué à éclairer, et un questionnement sur les transmissions culturelles, avant de parvenir à la conclusion personnelle des auteurs.

3En 1962, le lycée Renoir ouvre ses portes aux jeunes filles de la région. C’est une période où le Limousin est encore une région à dominante rurale (p. 27), ce qu’il restera encore quelques années, et où le secondaire long et les études universitaires sont peu répandus, ce qui confère prestige et respectabilité aux enseignants qui y officient. Au fil des années, le lycée Renoir, petit nouveau « sans traditions » (car flambant neuf, p. 49), dans l’ombre de ses deux concurrents du centre-ville, évolue et répond aux exigences de son époque : mixité, mise en place de « projets éducatifs », abandon du vouvoiement entre collègues, ouverture de formations BTS, de filières technique et d’une section européenne, adoption du CECRL dans l’enseignement des langues, de l’usage des TICE, notamment en mathématiques, apparition de conflits lycéens dans les années 2000 (notamment la grève contre le CPE en 2006), entre bien d’autres. Aujourd’hui, le lycée Renoir est un lycée moteur dans sa ville, vitrine de la modernité dans ses aspects positifs comme dans ses aspects négatifs, qui ne souffre plus de la comparaison avec les deux lycées de centre-ville. L’histoire du lycée est parsemée de témoignages pittoresques, éclairés par le propos des auteurs (« "Moi j’aimais beaucoup Brel mais Brassens je ne comprenais pas. Celles qui aimaient Brassens, c’étaient des filles que je trouvais beaucoup plus émancipées. [...] ». On saisit ici, sur le vif, le processus de différenciation entre les goûts trop populaires et ceux qui classent vraiment », p. 523), d’extraits de comptes rendus de CA, etc., donnant vie à l’histoire d’un lycée dans lequel chacun pourra reconnaître le sien. La méthode utilisée est décrite par les auteurs comme à la fois ethnographique et historique. Elle est ethnographique en raison de la méthode de recueil de données adoptée : « observation participante, journal de terrain, entretiens [avec des enseignants, élèves, parents, personnels, etc.] » – l’un des deux auteurs a enseigné vingt ans au lycée Renoir et des entretiens oraux ont été menés entre 2006 et 2012, p. 22-23). Cette méthode ne suffit pas aux auteurs, qui adoptent également un recul historique, selon eux le seul à même de rendre compte de l’évolution d’un groupe sur quelques cinquante années d’existence.

4C’est à partir de ce recueil de données à la fois ethnographique et historique que l’on peut lire l’Histoire : celle de la traduction à l’échelle locale d’évolutions sociétales. Les changements locaux vont de pair avec des macro-phénomènes : renouvellement des générations d’enseignants et influence de mai 1968, changement des pratiques et idéologies pédagogiques (plaçant désormais l’élève au centre de l’apprentissage, et passant de la transmission d’une culture imposée à la tentative d’« enraciner les élèves dans leur culture », p. 527), perte du prestige des enseignants en raison de la démocratisation et de la massification du lycée, ainsi que dans l’allongement des études, perte de valeur du baccalauréat pour les mêmes raisons (« Pour le moment, la préparation du baccalauréat fournit une réponse simple à la question : « Que faisons-nous ici, au lycée ? », p. 542 »), apparition de la notion de « clientèle scolaire » et urbanisation accélérée du Limousin (construction de nombreux HLM dans les environs du lycée), changeant radicalement la nature et les attentes d’élèves désormais en majorité urbains, mais surtout captifs, en raison de l’allongement de la durée de scolarisation obligatoire, ouverture sur le monde de l’entreprise… La liste pourrait être plus longue, car l’ouvrage est riche. De manière frappante, les auteurs évoquent également ce qu’ils nomment la « fin de la connivence », enseignants et élèves se cantonnant dans leur rôle et communiquant de moins en moins : cette évolution va de pair avec le changement de « culture libre » des élèves, qui ne correspond plus du tout, ou très peu, avec celle des enseignants (« Plus ça va, plus j’ai l’impression d’être à côté de leur plaque à eux, pas à côté de ma plaque, mais à côté de leur plaque à eux », p. 529).

  • 2 Michel Crozier et Erhard Friedberg, L’acteur et le système : Les contraintes de l’action collective(...)

5L’apparition de mouvement de protestation et l’étude des « dynamiques conflictuelles » (grèves d’enseignants, puis grèves lycéennes, etc.) mènent les auteurs à étudier la position des acteurs et leurs interactions (ou jeu), comme Crozier et Friedberg2 auraient pu le faire en sociologie des organisations, afin de comprendre leur poids réel dans le groupe. Ils démontrent ainsi que la toute-puissance de l’autorité centrale administrative a éclaté : le lycée est passé du statut d’« institution totale » à celui d’« institution floue », c’est-à-dire un lieu d’« interdépendance où aucun groupe ne peut dominer suffisamment les autres pour imposer entièrement sa définition de la situation » (p. 545). Il n’a plus de fonction normative ni prescriptive, notamment en termes culturels, et est devenu simple lieu de passage (les élèves ont d’ailleurs gagné le droit de sortir lorsqu’ils n’ont pas cours), dont la fonction est la transmission du savoir et la préparation aux examens. Cela crée nombre d’incertitudes et de questionnements généraux, notamment sur la place de l’enseignant (« l’expertise pédagogique pourrait donc devenir le cœur d’une nouvelle identité professionnelle mais cette mutation éventuelle est encore loin d’être accomplie », p. 544), mais aussi et surtout, cela crée la spécificité de chaque lycée, en tant que déclinaison locale de macro-phénomènes influencés de manière unique par les acteurs de terrain.

6La richesse de l’histoire et de l’Histoire décrites, ainsi que celle des questionnements évoqués et des tentatives de réponses proposées, suffisent à conseiller cet ouvrage à quiconque souhaite, de manière simple et accessible, aborder la question des évolutions actuelles du lycée. Si les auteurs insistent peu sur les résultats sur leur propre thèse centrale (savoir si le lycée est ou pas une sorte d’entreprise développant une culture spécifique), l’aller-retour qu’ils opèrent entre « micro » et « macro », la richesse des questionnements évoqués et illustrés et l’originalité des points de vue adoptés dont de « Notre lycée Renoir » un ouvrage inclassable : ouvrage d’histoire locale, mais aussi ethnographique, historique et sociologique, illustrant les changements sociétaux de ces dernières décennies et posant les bases d’une méthodologie de la monographie de lycée.

Haut de page

Notes

1 Bourdieu Pierre, Homo Academicus, Paris, Les Editions de Minuit, 1984.

2 Michel Crozier et Erhard Friedberg, L’acteur et le système : Les contraintes de l’action collective, Paris, Editions du Seuil, 1977.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Melot, « Jean-Marie Hierle, Marie Hierle, Notre lycée Renoir. Histoire ethnographique et collective d'un établissement scolaire de Limoges (1962-2012) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 17 septembre 2013, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12176

Haut de page

Rédacteur

Jérôme Melot

Enseignant contractuel Education nationale, titulaire d’un diplôme professionnel Post Graduate Certificate in Education, étudiant en Master 2 Français Langue Etrangère et Ingénierie de la formation

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page