Navigation – Plan du site

Monique Pinçon-Charlot, Michel Pinçon, Le président des riches. Enquête sur l'oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy

Jean-François Blanchard
Le président des riches
Monique Pinçon-Charlot, Michel Pinçon, Le président des riches. Enquête sur l'oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy, Zones, 2010, 222 p., EAN : 9782355220180.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Grandes fortunes. Dynasties familiales et formes de richesse en France (Payot,1996), Sociologie de (...)

1Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot assument depuis plus de 25 ans un engagement dans un travail sociologique dont le projet est de mettre en lumière, dans notre pays, les pratiques sociales de l'oligarchie la mieux nantie constituée par l'aristocratie de l'argent et les élites économiques et financières. Les personnes, familles, réseaux, lieux, formes de distinction et filières de reproduction observés ont pu ainsi être décrits dans une série d'ouvrages parus au fil des années1. Ce couple de sociologues s'appuie sur l'expérience acquise et sa connaissance du terrain pour montrer les conditions de domination économique et symbolique exercée par cette caste en position de forte influence, et avec qui le personnel politique - de toutes tendances - est conduit à nouer des alliances personnelles.

  • 2 Paris, Flammarion, « Champs », 1985

2Avec l'arrivée aux affaires de Nicolas Sarkozy, en 2007, ces liens quittent leur confinement discret et font l'objet d'un affichage délibéré. Le degré d'intrication entre la tête de l'État et cette oligarchie financière conduit les auteurs à présenter le président Nicolas Sarkozy comme le « Président des riches », titre de l'ouvrage. Le ton symbolique est donné par la nuit du Fouquet's, une forme de mise en Cène, où l'on voit le président nouvellement élu réunir ses fidèles soutiens de campagne, grands patrons d'industrie, décideurs financiers, ou artistes. Les auteurs s'attachent à recenser les différentes formes de reconnaissance qui seront dispensées aux uns et aux autres afin de tisser les liens. Les auteurs rapprochent ce type de relation de la société de cour, sous Louis XIV, décrite par Norbert Elias dans La société de cour2.

3Tandis que la flamme de la défense des fruits du travail est levée bien haut, le « bouclier fiscal » vient en couverture des revenus financiers des mieux établis confrontés aux attaques des prélèvements fiscaux. Ce dispositif désamorce à l'avance les mesures, mêmes modestes, qui viendraient corriger des écarts de revenus. Dans le chapitre 2 les auteurs présentent une analyse convaincante du dispositif fiscal et de sa nature inégalitaire (niches fiscales, fiscalité des successions). Les éléments produits dans cet ouvrage sont effectivement très détaillés. Ils sont souvent tirés d'une lecture suivie de la presse : Le Monde et Le Canard enchaîné en particulier. Leurs lecteurs assidus reconnaîtront bon nombre de faits cités. Néanmoins, des entretiens avec des acteurs, ou experts viennent apporter un éclairage particulier sur tel ou tel sujet. C'est un tableau de l'exercice du pouvoir qui est montré. Le décalage entre le discours et le faire est expliqué par la volonté ainsi exprimée de « dire et redire ce que les gens veulent entendre » d'où un langage empreint de populisme qui est, pour les auteurs, celui d'un homme ordinaire en mal de revanche sociale. La démocratie est ainsi mise à mal et la fonction présidentielle, exposée dans un registre qui n'est pas le sien, perd en crédibilité par manque de distance. Elle se trouve enferrée dans un spectacle voulu alléchant et motivant d'un monde fortuné. Les auteurs y voient une forme de violence symbolique.

4Les chapitres 3 et 4 présentent successivement et, dans le détail, les liens existants entre la Présidence et l'oligarchie influente et la manière dont ceux-ci sont renforcés par la nomination de personnes-clés aux postes stratégiques ou par des mesures décisives en termes d'équilibre de pouvoirs (magistrature, Cour des Comptes, Conseils d'administrations où l'Etat est représenté etc., etc.) Cet entrelacs d'influences englobe les principaux corps de l'Etat supposés être indépendants. La politique télévisuelle, de même que la conduite de certaines opérations en lien avec les avocats d'affaires illustrent ces influences. La réglementation vient faciliter ces opérations (dépénalisation du droit des affaires). Dans le chapitre 4 les auteurs exposent comment les liens familiaux viennent se confondre avec l'exercice de la fonction suprême dans le département des Hauts-de-Seine ; là même où se déroulent des opérations d'aménagement urbain d'une ampleur considérable.

5De nombreux ouvrages ont été rédigés par des journalistes sur le monde politique depuis l'élection du Président Sarkozy. L'approche sociologique de Michel Pinçon et de Monique Pinçon-Charlot livre ici une mise en perspective en termes d'analyse sociale. Le pouvoir de domination de cette oligarchie s'inscrit dans une évolution de la société libérale contemporaine, où la conscience de classe disparaît, sans pour autant supprimer les conditions de reproduction et la violence symbolique exercée par les dominants.

6L'ouvrage se conclut par un certain nombre de propositions qui devraient conduire à inverser le rapport de classe et rendre aux travailleurs l'influence qui leur revient (suppression effective du cumul des mandats, supprimer la bourse, défendre l'éthique démocratique, réduire l'influence de cette oligarchie financière voire la supprimer).

7Les Pinçon-Charlot livrent ici un ouvrage d'un réel intérêt pour son contenu documentaire, qui parfois laisse le lecteur pantois. L'analyse marxiste qui prévaut ici est toutefois à mettre en débat. Néanmoins, l'ouvrage pose pertinemment la question de la place du politique et renvoie inévitablement aux fondamentaux tels que la séparation des pouvoirs, l'indépendance des juges, la participation des citoyens au suffrage, la vertu des gouvernants. Il apparaît que ces règles fondatrices de la Démocratie, qui fondent notre régime politique, méritent d'être mieux défendues.

Haut de page

Notes

1 Grandes fortunes. Dynasties familiales et formes de richesse en France (Payot,1996), Sociologie de la bourgeoisie (La découverte, « Repères », 2000),Les Ghettos du Gotha (Seuil,2007)

2 Paris, Flammarion, « Champs », 1985

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Blanchard, « Monique Pinçon-Charlot, Michel Pinçon, Le président des riches. Enquête sur l'oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 19 décembre 2010, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1218

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page