Navigation – Plan du site

François Sarfati, Anne-Marie Waser (dir.), « Santé et travail : déjouer les risques ? », Sociologies pratiques, n° 26, Avril 2013

Sabine Alamé
Santé et travail : déjouer les risques ?
François Sarfati, Anne-Marie Waser (dir.), « Santé et travail : déjouer les risques ? », Sociologies pratiques, n°26, Avril 2013, 166 p., Les Presses de Sciences Po, ISBN : 978-2-7246-3331-3.
Haut de page

Texte intégral

1La revue Sociologies pratiques fondée en 1999 par Renaud Sainsaulieu, paraît deux fois par an, elle est éditée par les Presses des Sciences Politiques avec le soutien de l’Association des Professionnels en Sociologie d’Entreprise (APSE), et du Laboratoire Interdisciplinaire pour la Sociologie Economique (LISE-CNAM-CNRS). Cette revue présente les travaux les plus récents de sociologues, d’ergonomes, de psychologues, d’anthropologues, de chercheurs et d’experts qui croisent leurs analyses par le biais d’approches compréhensives.

2Ce numéro traite du si difficile lien à établir entre maladie et travail à trois niveaux : celui des salariés : comment la prévention est-elle intégrée ? Celui de l’entreprise : comment est appliquée l’obligation de sécurité ? Celui enfin des tribunaux : les critères pour reconnaître à une maladie un caractère professionnel sont-ils toujours adaptés ?

3En avant-propos, des liens entre risques professionnels et santé, Anne-Marie Waser et François Sarfati, nous éclairent sur l’état de la jurisprudence. Ainsi l’employeur est-il tenu envers le salarié à une obligation contractuelle de résultat en matière de sécurité : il s’agit d’un véritable devoir de prévention. La Cour de cassation considère que tout manquement à cette obligation, notamment révélé par l’accident ou la maladie, a le caractère d’une faute inexcusable si l’employeur avait, ou aurait dû avoir, conscience du danger auquel étaient exposés les salariés et s’il n’avait pas pris les mesures nécessaires pour l’en préserver. La preuve de cette conscience du danger, ou du défaut de mesures appropriés, incombe à la victime. De même, c’est au salarié victime d’un accident ou d’une maladie professionnelle (MP) d’établir que son affection, si elle n’est pas répertoriée dans les tableaux non exhaustifs des MP, a un lien direct et essentiel avec son travail habituel. Mais... « comment assembler des éléments de son histoire au travail pour (se) rendre compte de façon rétrospective, qu’il pourrait bien y avoir un lien entre le travail et des souffrances, perçues comme banales, normales car procédant du vieillissement ? » objectent les deux auteurs.

4Dans un premier entretien, Dominique Lhuillier, psychologue du travail, observe que la prévention de la souffrance au travail s’est concentrée au sein de l’entreprise, sur la vulnérabilité personnelle des salariés qui « sont sommés de se soigner (...) sans rien changer à l’organisation du travail ». Dans une seconde interview, Irène Gaillard et Gilbert de Terssac dénoncent les conséquences de la rigidité des organisations de travail sur la santé des salariés : ceux-ci ont besoin de conserver une possibilité d’action sur eux-mêmes et sur leurs milieux, ce qu’ils définissent comme « un processus d’ajustement réciproque au milieu de travail. (...). Le malade n’est ni le travailleur, ni le travail mais l’organisation et la décision dialoguée ouvre la voie à la guérison ».

5Ces deux entretiens sont suivis par cinq articles. Dans le premier, titré « Reprendre collectivement la main sur l’activité pour plus de sécurité : le cas des éboueurs », Carol Dubois et Grégory Lévis s’interrogent sur l’efficacité d’une prévention décidée et mise en place par des consultants. Or, ceux-ci sont déconnectés de la réalité du savoir de terrain, détenu par ceux qui effectuent réellement le travail. Les auteurs tentent de résoudre la problématique suivante : est ce qu’appréhender les risques de manière décontextualisée conduit inéluctablement à l’inefficacité des mesures de prévention ? Ils mettent ainsi en évidence la nécessité pour les dirigeants de consulter le collectif de travail qui doit faire remonter les bonnes pratiques, avant toute mise en place de mesures de prévention. Dans un deuxième article, Valérie Zara-Meylan évoque également le défaut d’organisation des PME dans le secteur de l’horticulture pour expliquer la pénibilité qui affecte la santé des salariés. Quant à Florent Schepens, il s’intéresse aux raisons, notamment identitaires, qui poussent les entrepreneurs de travaux forestiers à dénier la dangerosité des activités de bûcheronnage. Sont ainsi mises en lumière, de façon claire, les stratégies adoptées par ces professionnels indépendants pour rendre supportable le caractère anxiogène de leur activité. « Ce monde considère que l’accident n’est pas causé par un Destin aveugle, frappant au hasard, mais qu’il est le résultat de fautes professionnelles ».

  • 1 Cancérigènes, Mutagènes et/ou Reprotoxiques

6Dans un quatrième article, titré « Zones d’ombre dans la prévention des risques cancérogènes », Emilie Legrand et Arnaud Mias expliquent que les critères rigides exigés par les tableaux décrivant les MP sont inadaptés aux cancers et qu’il revient donc à la victime d’établir un lien entre son travail et sa maladie. Les risques CMR1 sont en effet caractérisés par un effet différé et il existe une incertitude sur les relations latentes entre exposition et pathologie. Les deux auteurs démontrent les contradictions de la prévention dans les entreprises étudiées. En effet, les employeurs de leur terrain d’étude, souscrivent à une prévention a minima, c’est-à-dire celle imposée par la loi, se retranchent derrière le doute, se contentent ainsi de procédures génériques valant en toute situation, sans tenir compte des conditions réelles de travail. En prenant l’exemple de certains systèmes de captage de substances volatiles, les auteurs nous font prendre conscience de leur inefficacité pour protéger les salariés des substances cancérogènes. Enfin, de manière très pertinente dans le cadre de cette prévention, ils interrogent la responsabilité des représentants du personnel des CHSCT. Ainsi nous expliquent-ils, ceux-ci peinent à s’emparer des savoirs scientifiques en ne s’appropriant pas l’appel à expertise et les moyens d’action légaux qui leur permettraient de débattre et d’agir avec un positionnement autonome et éclairé. En effet, le bénéfice de la faute inexcusable de l’employeur est de droit pour le salarié qui serait victime d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle lorsque lui-même ou un membre du CHSCT a signalé à l’employeur le risque qui s’est matérialisé. Dans un ultime article, concernant les commissions d’attribution des droits aux personnes handicapées, Marie-Christine Bureau et Barbara Rist fondent leur étude sur une enquête de terrain d’environ dix-huit mois, dans deux maisons départementales des personnes handicapées (MDPH). Les auteures mettent en évidence dans un premier temps, la manière dont l’augmentation significative des demandes d’attribution de l’allocation adulte handicapé (AAH) et de reconnaissance du statut de personne handicapée (RQTH) est corrélée aux mutations du monde du travail, avec notamment les évolutions récentes dans les modes de management. Cet article révèle que les membres des commissions s’interrogent sur les limites de leurs attributions face aux défaillances du marché du travail et à l’affaiblissement des collectifs professionnels. Les auteures établissent un lien entre la pénibilité des conditions d’emploi et la « fabrication des handicapés ». Dans un second temps, est abordée la loi de 2005 prévoyant la notion de « restriction substantielle et durable pour l’accès à l’emploi » pour bénéficier dans certaines conditions de l’AAH. Cette notion étant interprétée de manière différente en fonction de la MDPH qui se prononce, les auteures interrogent les conséquences de cette absence de « doctrine unifiée » sur « l’équité de tous devant la loi ». Elles mettent ainsi en évidence qu’une décision concernant un même cas de demande d’attribution de l’AAH, peut différer en fonction de la MDPH qui est saisie. À l’issue de leurs observations, les auteures démontrent que le législateur a attribué de fait à chaque commission la charge du débat sur les frontières du handicap.

7Cet ensemble d’articles est suivi d’une bibliographie thématique rigoureuse qui permet notamment d’élargir les recherches et de présenter les ouvrages les plus récents sur la question, dont plusieurs font l’objet d’une note de lecture détaillée. Une note de lecture est également consacrée in fine à un ouvrage intitulé « L’école au défi du numérique. Pour une éducation citoyenne » co-écrit par François Granier et Roland Labrégère, qui nous invitent à une réflexion fine et humaniste sur l’évolution de l’Ecole dans la « société de la connaissance ». Ce livre constitue une analyse approfondie des mutations que vit l’Ecole du XXIsiècle et surtout nous expose des solutions pour qu’elle demeure le creuset des valeurs de notre République. Une chronique titrée « Sociologies d’ailleurs » se penche sur la place de la sociologie en République démocratique du Congo, suivie par une nouvelle rubrique : « Echo des colloques » qui synthétise des manifestations scientifiques auxquels ont participé des lecteurs.

8Les travaux développés dans la revue analysent, au-delà des textes légaux et de leur application réglementaire, la réalité de la prévention des risques professionnels. Ainsi, les études restituées dans ce numéro permettent de comprendre que la discussion de l’organisation du travail à son niveau le plus concret, celui qui relève de l’expertise des salariés est indispensable à une prévention efficace. La pertinence des problématiques soulevées permet de diriger la réflexion vers une prévention améliorée des risques professionnels. Si l’on peut regretter le caractère trop bref des articles présentés, nous considérons que les analyses présentées constituent une ressource éclairée et documentée pour tout universitaire mais également pour tout acteur de terrain qui se préoccupe de la santé au travail.

Haut de page

Notes

1 Cancérigènes, Mutagènes et/ou Reprotoxiques

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabine Alamé, « François Sarfati, Anne-Marie Waser (dir.), « Santé et travail : déjouer les risques ? », Sociologies pratiques, n° 26, Avril 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 18 septembre 2013, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12187

Haut de page

Rédacteur

Sabine Alamé

Avocat en droit social, titulaire d’un Master II communication et Ressources humaines

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page