Navigation – Plan du site

Cyril Lemieux, La subjectivité journalistique. Onze leçons sur le rôle de l'individualité dans la production de l'information

Eric Keslassy
La subjectivité journalistique
Cyril Lemieux, La subjectivité journalistique. Onze leçons sur le rôle de l'individualité dans la production de l'information, EHESS, coll. « Cas de figure », 2010, 315 p., EAN : 9782713222641.
Haut de page

Texte intégral

1La société de l'information qui ne cesse de se développer - aujourd'hui, à travers Internet - semble imposer l'impartialité des journalistes. Le soupçon est devenu tellement difficile à gérer que les rédactions peuvent mettre en œuvre un principe de précaution : c'est ainsi que la journaliste Audrey Pulvar a été privée d'antennes politiques parce son compagnon, Arnaud Montebourg, a décidé de se lancer dans la course à l'investiture socialiste pour l'élection présidentielle de 2012. Dans ce contexte, la réflexion proposée par Cyril Lemieux est particulièrement salutaire. Ce sociologue spécialiste des médias réunit ici onze contributions qui permettent de se forger une opinion sur l'importance de l'individualité dans la production de l'information.

2Les ouvrages collectifs apparaissent souvent comme des assemblages hasardeux. Ce n'est pas le cas de ce livre qui est le résultat d'un séminaire de travail de deux ans durant lequel chacun des textes, nous apprend Cyril Lemieux, a été discutée collectivement et régulièrement tout au long de leur rédaction. Les auteurs - qu'ils soient sociologues, historiens ou encore politistes - explorent tous un cas empirique rencontré au cours de ses propres recherches. Soucieux de produire une réflexion scientifique, ils refusent de choisir l'une des deux positions suivantes, pourtant couramment admises :

  1. La thèse du « complet assujettissement » qui suppose que les journalistes ne sont plus indépendants des pouvoirs financiers et économiques (avec le poids accru des actionnaires par exemple). Même s'ils s'en défendent, les professionnels de l'information seraient « désormais entièrement commandés dans leur action et leurs initiatives ».

  1. La thèse de la « liberté absolument préservée » qui considère que les journalistes peuvent toujours être considérés comme libres de produire une réflexion personnelle et critique. Il faudrait en effet tenir compte de la volonté et de l'éthique individuelles des journalistes.

3Alors qu'on ne cesse de tenir ces positions dans le débat public, les différents contributeurs se sont donnés comme objectif commun de démontrer à quel point elles sont à la fois irréalistes et intenables. Par exemple, le premier texte indique parfaitement comment l'idée courante que les journalistes sont maintenant soumis au marché conduit à leur déresponsabilisation : une dépêche AFP délivrant une fausse information (par erreur), bien qu'annulée, génère des conflits d'imputation - les rédacteurs ne voulant pas prendre la responsabilité de la faute. Au total, l'ouvrage se présente en deux parties :

4a) « Marges de manœuvre » qui permet de mesurer l'autonomie des journalistes. Par exemple, le second texte renvoie à la possibilité journalistique de s'éloigner des « cadrages imposés » à travers l'exemple de la couverture des incendies de voiture à Strasbourg par les Dernières Nouvelles d'Alsace. La cinquième contribution s'intéresse, elle, à « l'expérience Mediapart » qui rend compte du desserrement des formats de production permis par Internet ; cette nouvelle autonomie qui se retrouve également dans la pratique de nouveaux formats de diffusion (blogs, répondre aux commentaires des abonnés etc.) implique en même temps un nouvel exercice journalistique : la justification. Quotidien participatif en ligne, les dirigeants de Mediapart invitent les membres de la rédaction à répondre publiquement, assez rapidement, aux critiques publiées sur le site par les abonnés-commentateurs. D'une façon générale, cette partie « Marges de manœuvre » permet de réfléchir au degré de liberté dont les journalistes jouissent aujourd'hui en France dans des types de presse différents (presse quotidienne régionale, Internet mais aussi agence de presse, quotidien national). A quel point les producteurs d'information sont-ils responsables de leurs choix ?

5b) « L'amour du métier » qui renvoie à la question des choix de carrière des journalistes : quel est la part de leur prédispositions sociales ? Celle du hasard ? L'évolution du métier contribue-t-elle à ouvrir de nouvelles perspectives personnelles ? Mais, plus profondément, la question posée par les textes de cette seconde partie est celle de l'inventivité : est-elle encore possible ? Les normes de cet univers de l'information ne sont-elles pas si écrasantes qu'elles conduisent les journalistes à êtres trop stéréotypés ? Les parcours d'Hippolyte de Villemessant (« Fallait-il être un aristocrate déclassé pour fonder Le Figaro ? »), de Marguerite Durand (fondatrice de La Fronde qui permet d'analyser le « poids » du genre), d'Albert Londres, ou encore d'Anne Sinclair sont étudiés avec un grand soin. Au moment où la responsabilité des médias est de plus en plus importante dans les démocraties modernes, ‘La subjectivité journalistique} rend accessible aux citoyens des travaux de chercheurs promis à la très grande confidentialité. Ce n'est pas le moindre de ses mérites.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Cyril Lemieux, La subjectivité journalistique. Onze leçons sur le rôle de l'individualité dans la production de l'information », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 20 décembre 2010, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1219

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page