Navigation – Plan du site

Anne-Marie Motard (dir.), Identité et diversité : créations, discours, représentations

Anne Christine Tvedt
Identité et diversité : créations, discours, représentations
Anne-Marie Motard (dir.), Identité et diversité : créations, discours, représentations, Presses universitaires de la Méditerranée, coll. « Politiques et Sociétés », 2013, 242 p., ISBN : 9782367810072.
Haut de page

Texte intégral

1À la recherche de concepts identitaires qui s’adapteraient aux nouvelles réalités sociales générées par les flux migratoires et la mondialisation, se dessine une tendance à concilier les deux termes, « identité » et « diversité », qui figurent dans le titre de l’ouvrage dirigé par Anne-Marie Motard (université Montpellier 3). Pourtant, Le Petit Robert (éd. 2011) définit « identité », du latin identitas de idem « le même », comme le « caractère de deux objets de pensée identique » et « de ce qui est un » alors que le mot « diversité », apparaît comme le « caractère, [l’] état de ce qui est divers, […] changeant, hétérogène, multiple ». On pourrait ainsi conclure qu’il s’agit de notions opposées. Selon cette logique, héritée du concept d’identité nationale né à la fin du XVIIIsiècle, chaque identité communautaire voire nationale impliquerait l’égalité de ses membres et non leur diversité. C’est sur cette base et en explorant la tension entre convergence et antonymie que l’ouvrage collectif aborde les concepts de « diversité » et « d’identité ».

2Parues dans la collection « Horizons Anglophones » des Presses Universitaires de la Méditerranée (PULM), la majorité des contributions se centrent sur des pays ou régions anglophones comme la Grande-Bretagne, les États-Unis, le Canada et les Caraïbes et la diversité qu’introduisent les flux migratoires. Néanmoins, quelques contributions vont au-delà de cette perspective anglophone : ainsi l’article de Patrick Lozès sur la construction du concept du « Noir » en France et celui d’Hubert Peres et de Christophe Roux qui propose une analyse comparatiste des politiques de « diversité » en Europe, comprises comme « modèles nationaux d’intégration des immigrés » (p. 149). L’inclusion de ces deux articles s’inscrit dans les objectifs de la série « Politique et Société » dans laquelle est paru cet ouvrage et qui vise à « étudier les phénomènes sociétaux dans les pays anglophones en les insérant dans une perspective comparative internationale élargie » (p. 4).

3Composé de neuf communications écrites en anglais et sept articles en français, ce livre réunit seize intervenants venant d’horizons culturels et professionnels très divers. Se côtoient ainsi des contributions d’acteurs politiques, d’artistes et de chercheurs scientifiques pluridisciplinaires, ce qui confère une approche multiple au questionnement des constructions identitaires qui est au centre de l’ouvrage. Les contributions universitaires, qui représentent d’ailleurs le plus gros des articles, privilégient l’analyse des discours socio-politiques et des productions culturelles. Deux articles portant sur les représentations identitaires au musée ainsi que leur répercussion sociale dépassent cette partition entre « discours » et « création » en y ajoutant la dimension des « représentations ». La structure du livre suit par ailleurs cette division thématique, qu’annonce le titre complet de l’ouvrage « Identité et diversité : créations, discours, représentations ». Ainsi sont regroupés au début de l’ouvrage les articles se centrant sur des produits culturels ou la « création » tels le cinéma, la littérature, la langue ou encore la cuisine, suivis des articles socio-politiques analysant les « discours ». Les articles sur les « représentations » identitaires dans les musées et un entretien avec l’acteur Christopher Simpson complètent l’ouvrage.

4Les articles littéraires et culturels interrogent la construction identitaire, soit du point de vue de la minorité immigrée et de la société réceptrice, soit telle que cette question se pose au sein d’un groupe majoritaire. À travers plusieurs œuvres de littérature diasporique anglophone, Françoise Král (université Paris X) analyse la reconstruction physique des protagonistes-immigrants de leur pays d’origine dans l’espace du nouveau home. S’intéressant à la construction identitaire à l’intérieure d’un groupe majoritaire, Judith Mishrahi-Barak (université Montpellier 3) travaille sur le vocabulaire qui désigne certains plats et plantes dans l’espace caraïbe. Elle analyse l’usage privilégié du terme d’origine africaine callalo au détriment de son synonyme amérindien – amarante –, choix qui reflète la prééminence des racines africaines sur les origines amérindiennes aux Caraïbes. Dans une démarche comparable, Inès Brulard (université Toulouse II) et Philip Carr (université Montpellier 3) se posent la question si l’adoption inconsciente de l’anglais standard par les politiciens écossais dans le parlement britannique reflète un compromis identitaire.

5Dans la partie socio-politique, les premiers articles sont consacrés aux États-Unis. Marc Smyrl (université Montpellier 1) analyse l’image normative du good citizen et les origines historiques de cet impératif social. D’après l’auteur, l’intégration de chacun dépendrait moins de son origine que de son comportement. Anne Urbanowski (université Montpellier 3) observe de son côté que les politiques d’intégration aux États-Unis sont récemment passées du paradigme revendicatif de l’Affirmative Action à celui plus inclusif de la « diversité ». Elle affirme qu’il s’agit d’un changement de ton dont l’intention majeure reste celle d’une meilleure inclusion des minorités « ethniques », au premier chef de celles afro-américaines. D’autres articles se prêtent à l’analyse de la relation entre dynamiques institutionnelles et politiques publiques sous le prisme de la « diversité » comme celui d’Humayun Ansari (université à Londres, Royal Holloway), qui révèle les ambiguïtés de la politique multiculturelle britannique et celui déjà mentionné d’Hubert Peres et de Christophe Roux (université Montpellier 1). La partie sur les « discours » est complétée par les articles de deux acteurs militants de la diversité, Patrick Lozès, fondateur et président du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN), et Ansar Ahmed Ullah, membre de la fondation Swadhinata qui s’engage dans la promotion de l’héritage bengali à Londres. Le premier explique la difficulté de lutter contre la discrimination des Noirs en France face au « tabou » de l’affirmation d’une altérité « noire » incompatible avec les principes égalitaristes de la République. Ansar Ahmed Ullah analyse l’évolution de la construction identitaire de trois générations successives de Bengalis à Londres. Il regrette la politique sociale de l’État britannique qui a privilégié, à partir des années 1990, les communautés religieuses au détriment des associations laïques dans le but d’atteindre une meilleure inclusion des minorités. Cette politique aurait progressivement mené à des constructions identitaires monolithiques centrées sur l’islam alors que dans la première génération de migrants bengalis, cette religion n’était qu’un aspect identitaire entre d’autres.

6Dans la dernière partie de l’ouvrage se trouvent des textes hybrides, se centrant ni sur la « création » artistique ni sur les « discours » politiques a priori, mais sur la « représentation » muséale et cinématographique d’identités collectives, nationales ou individuelles. Suzanne Bardgett, responsable de la recherche à l’Impérial War Museum de Londres, se pose la question de l’apport possible des musées historiques à la diversité culturelle en Grande-Bretagne en prenant l’exemple des troupes coloniales de l’Empire britannique. Elle salue les efforts récents qui ont contribué à recouvrir la mémoire de ces troupes, mais déplore le peu d’informations existantes sur l’impact identitaire de la guerre et du déracinement. Analysant les collections d’art d’Amérique Latine dans plusieurs musées new yorkais (entre autres le Metropolitan Museum of Art, le Museum of Modern Art ou encore le Museum of Contemporary Hispanic Art), Marc Smith (université Montpellier 3) expose la construction et le succès de l’étiquette latino qui a favorisé la visibilité artistique de certains pays d’Amérique du Sud aux dépens d’autres. Pour finir, l’acteur irlandais, rwandais et grec Christopher Simpson décrit ce qu’a signifié pour lui l’expérience de représenter un jeune Bengali dans le Film Brick Lane (2007) de Sarah Gavron.

  • 1 De nombreuses synthèses sont disponibles sur ce sujet : Sénac Réjane, L’invention de la diversité, (...)

7Bien que le ton diffère selon la nature du texte, scientifique, artistique ou militant, la défense d’une diversité réelle est bien le point commun de tous les articles de cet ouvrage qui contribue ainsi à la conciliation des termes « identité » et « diversité ». Les nombreuses analyses de cas particuliers démontrent la multitude de formes que peut prendre la reconfiguration du lien social dans des sociétés pluriculturelles. Ces reconfigurations sont en outre souvent accompagnées de conflits et favorisent certains groupes ou certaines représentations identitaires. Si l’ampleur géographique et thématique des communications gêne une lecture synthétique de l’ouvrage1, le lecteur appréciera l’approche plurielle et argumentée d’une thématique sociétale des plus contemporaines.

Haut de page

Notes

1 De nombreuses synthèses sont disponibles sur ce sujet : Sénac Réjane, L’invention de la diversité, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2012 ; Michaels Walter Benn, La diversité contre l’égalité, Paris, Raison d’agir, 2009, pour un exemple des controverses que suscitent le concept de « diversité » et la politique liée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Christine Tvedt, « Anne-Marie Motard (dir.), Identité et diversité : créations, discours, représentations », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 18 septembre 2013, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12193

Haut de page

Rédacteur

Anne Christine Tvedt

Étudiante en Master d’études culturelles, spécialité francophonie et interculturalité, université Paul-Valéry Montpellier 3

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page