Navigation – Plan du site

« Corse, lieu commun », Vacarme, n° 64, 2013

Jean-François Blanchard
Corse, lieu commun
« Corse, lieu commun », Vacarme, n° 64, 2013, Vacarme Editions, ISBN : 9782350960760.
Haut de page

Texte intégral

1Yes we can’t : Retournement du slogan incantatoire et réflexion sur l’impuissance politique. Vacarme, créée en 1998, est une revue engagée dont la ligne éditoriale se présente comme « un lieu d’échange entre réseaux militants, intellectuels et artistiques » décloisonnant « la pratique et le savoir, la politique et l’art, l’urgence d’agir et la nécessité de penser ». Ses auteurs proposent une réflexion croisée répondant à un engagement politique conjuguant l’expérimentation artistique et la recherche scientifique et associant des thèmes et des sujets divers, des formes et des contenus éclectiques (expériences, témoignages, analyses, pratiques et littéraires).

2Dans la livraison de l’été 2013 (n° 64), les pages d’ouverture signées du collectif de rédaction, interpellent le lecteur et lui ouvrent la perspective d’une auto-analyse sur l’impuissance politique. L’effondrement des grands mythes fondateurs (l’Etat-providence, la lutte des classes), la mise en surplomb des contraintes économiques et technologiques, la mondialisation, semblent entériner la domination d’une nouvelle forme d’immanence. Discours instrumentalisé des gouvernants, nouvelle forme d’aliénation, vanité des utopies ? Vacarme propose de s’en tenir à une vérité modeste et tenace en restant dans la ligne des bons principes d’action énoncés à la fois par Machiavel (la virtù), et par Spinoza (relation de l’Homme à la Nature), tout en restant mobilisés et en alerte afin d’agir au moment historique propice (Kairos).

  • 1 Vacarme est une revue au format d’un petit livre de poche (In-16), un peu plus haut qu’un A6 et con (...)

3La revue s’articule en quatre parties : le « cahier », composé de témoignages, d’expériences de terrain, le « chantier » consacré à la Corse, un volet « accueil de la folie », et un entretien avec Heinz Wismann. Conforme à ses objectifs éditoriaux tournés également vers la production artistique, l’exemplaire comprend un poème de Truong Tran, les diptyques photographiques de Léa Eouzan et des images du projet Assenti Des galets à la mer. La revue est disponible sur Internet. L’éclectisme des sujets conduira sans doute le lecteur à s’intéresser a priori à tel ou tel thème, mais la diversité des approches est de nature à susciter la curiosité. Par contre le petit format de la revue ne met pas bien en valeur les photographies1.

4Le cahier illustre des mobilisations réussies. La première relate celle du groupe Act-up de Bâle et son activisme médiatique face à la puissante entreprise pharmaceutique Novartis dans le conflit relatif à la distribution des médicaments génériques en Inde. L’article expose les formes de médiactivismes déployées par le groupe pour faire entendre la voix des malades lors du procès qui a eu lieu à Bâle au début 2013. La seconde est d’intérêt historique : comment des Lyonnaises, femmes du peuple, se sont organisées en 1792, face à la « tyrannie des Aristocrates Monopoleurs » pour stabiliser les prix des denrées et produits de base en établissant une liste portant Le juste prix. L’article rappelle combien les femmes ont été ­ – et restent – présentes dans les luttes. Deux autres papiers constituent des analyses sur des thèmes très différents. D’abord, comment sortir de la spirale de la violence dans la guerre à la drogue ? Ne faudrait-il pas pénaliser la violence et aborder la question de la consommation sous l’angle sanitaire ? Ensuite – un thème anthropologique et juridique, le projet de codifier par écrit le droit coutumier canaque en Nouvelle-Calédonie ne conduit-il pas à la négation de celui-ci ?

5Le témoignage saisissant, « au ras de l’expérience et du quotidien », d’une femme palestinienne de Damas exilée à Beyrouth donne un visage très concret à la situation syrienne.

62014 puis 2015 apporteront en Corse des échéances électorales décisives : municipales et territoriales. Pour quel projet ? Quel « lieu commun » à tous ? C’est le thème du dossier central. La sociologue Liza Terrazoni propose d’aller au-delà des discours, des images d’Epinal (Ile de Beauté, la vendetta, les traditions) et des représentations en observant la réalité sociale et anthropologique. Elle pointe la place des relations interpersonnelles primant à tous les niveaux sur le cadre républicain (Justice, Ecole, Police). Les carences institutionnelles trouvent leurs racines anciennes dans des imbrications interpersonnelles liant Corses aussi bien que Continentaux. Le beau récit d’Emmanuelle Galienne « Pays d’été », par sa poésie et sa retenue livre une image sensible de la Corse, de ses paysages, mais aussi de ses contraintes et de ses réalités et d’une forme de violence latente. Dans le même registre sensible, Laure Limongi dans « Fougères et paroles gelées » dit son attachement à la langue traditionnelle. À l’envers du décors d’une l’Ile de beauté, l’article « Les femmes d’à côté » aborde la prostitution en Corse et la situation peu enviable des cabouleuses, dont la fragilité vient de la situation sociale où de l’origine (Maghreb, pays de l’Est, Afrique).

  • 2 Université de Corte, 23 mars 2013.
  • 3 Développé par Gérard Lenclud dans En Corse. Une société en mosaïque (2012).

7L’article « D’un passé aux possibles. Le système politique corse » reprend des éléments exposés et discutés lors du séminaire « Gérard Lenclud et la compréhension du politique en Corse2 ». Devant ce qui apparaît comme la nécessité de moderniser le système politique marqué par le clientélisme, l’anthropologue rappelle que l’organisation sociale corse (économique, politique, familiale) est traditionnellement fondée sur les relations sociales d’entités constituées en mosaïques structurées par un jeu d’alliances et d’adversités préservant l’autonomie. Cet entretien autour de Gérard Lenclud3, complété par les commentaires de Xavier Crettiez et André Fazi présente les éléments indispensables à la compréhension de la Corse et souligne l’enjeu de la modernisation politique : la capacité à produire des biens publics collectifs.

8L’entretien avec François Alfonsi, porte-parole du Parti de la nation corse, député européen d’Europe Ecologie permet de suivre quarante années action politique qui aboutissent aujourd’hui à un projet d’une Corse autonome dans une Europe fédérale. Ce projet, où le repli identitaire est écarté, fait écho à d’autres situations régionales (Ecosse, Catalogne par exemple) et devient susceptible d’entrer dans le débat politique.

9Le chapitre « L’accueil de la folie » porte sur l’histoire du centre thérapeutique de la Nonette et la recherche autour des modes de prises en charge de la maladie mentale, ou du handicap psychique. Cette thématique est régulièrement traitée dans les pages de Vacarme sous forme d’exposés ou de témoignages.

10L’entretien que philosophe Heinz Wissman a accordé à Vacarme permet d’aborder certains aspects de sa pensée féconde. « L’Entre du philosophe », entre la réalité et la langue, est l’espace de la pensée, de la subjectivité. La diversité linguistique constitue une richesse et n’est pas donc pas un handicap voire – cf. l’histoire de Babel, une punition. Imaginer qu’une langue s’approprierait la représentation de la réalité est une erreur. Traduire une réalité dans deux – ou plusieurs langues - permet de percevoir cet espace de subjectivité (« l’Entre ») où s’élabore la pensée. Plus largement, tout système culturel qui enferme la perception de la réalité dans une compréhension unique constitue une forme de repli identitaire. La vérité, s’il y en a une, se situe dans l’espace de ces écarts.

11Vacarme offre dans un format réduit un contenu diversifié, qui reste lié par un fil conducteur. Les articles sont en général courts. Alternance des formes, la présence de récits et de témoignages les formes créatives apportent au lecteur des respirations bienvenues.

Haut de page

Notes

1 Vacarme est une revue au format d’un petit livre de poche (In-16), un peu plus haut qu’un A6 et contient 250 pages. Les articles peuvent aussi être lus sur le site www.vacarme.org.

2 Université de Corte, 23 mars 2013.

3 Développé par Gérard Lenclud dans En Corse. Une société en mosaïque (2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Blanchard, « « Corse, lieu commun », Vacarme, n° 64, 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 19 septembre 2013, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12232

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page