Navigation – Plan du site

Jacques Beauchard, Françoise Moncomble, L'architecture du vide. Espace public et lien civil

Lionel Francou
L'architecture du vide
Jacques Beauchard, Françoise Moncomble, L'architecture du vide. Espace public et lien civil, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Essais », 2013, 108 p., ISBN : 978-2-7535-2226-8.
Haut de page

Texte intégral

1Comment permettre à nos sociétés et à nos villes contemporaines de faire face aux défis qui se présentent à elles, au travers d’une intervention sur l’espace physique ? L’hypothèse centrale présentée par les auteurs, tous deux sociologues, est qu’il faut réinventer l’espace public en l’aménageant selon une « architecture du vide » où la place accordée au vide serait à même de favoriser l’émergence du commun et la démocratie. Dans les seize courts chapitres de cet essai, ils abordent, sous l’angle de l’espace et de l’aménagement du territoire, des questions sociopolitiques essentielles parmi lesquelles la civilité ou la segmentation sociale et urbaine. Tant physique que virtuel, l’espace public et son vide caractéristique auraient des effets plus que positifs sur la société puisqu’il en garantirait les fondements et en renforcerait l’unité, obtenue par l’ « insertion du plus grand nombre dans une pratique et une mise en scène communes ».

2Alors que l’espace public, grignoté par la privatisation des espaces, a perdu sa place de prédilection dans l’architecture, il faudrait en restaurer le vide à même de susciter l’égalité entre les individus. En conséquence, ce qu’ils nomment le lien civil, c’est-à-dire le lien qui garantit l’anonymat et l’indifférence entre les individus dans l’espace public ainsi que le respect des normes collectives, en sortirait grandi. Cependant, ce vide peut perdre ses qualités d’autant plus que la continuité de l’espace public n’est pas toujours garantie. Des atteintes peuvent y être portées et lui faire perdre une partie ou la totalité de son caractère public, tandis que le vide qui le caractérise peut se retrouver au centre de luttes visant son appropriation.

3Pour les auteurs, « l’architecture du vide est un espace de médiation entre le public et le privé ou entre l’ordre du commun et du particulier » (p. 23). En effet, espace public et espaces privés sont forcément en contact, avec plus ou moins de succès et de perméabilité, ce qui entraîne « des combinaisons [qui] associent les normes collectives aux intérêts privés ». J. Beauchard et F. Moncomble insistent sur l’importance à ne pas confondre le lien social, qui découle de relations de proximité et d’échange ancrés dans la durée, et le « lien civil/civique ». Ils expliquent qu’un excès de lien social serait susceptible de faire émerger un ordre communautaire pouvant conduire à la disparition du lien civil et de l’espace public.

4Le lien civil/civique, même s’il paraît abstrait, garantirait à chacun la liberté dans des espaces publics dotés d’un ordre commun. Mais lorsqu’il n’existe pas ou perd de son influence, une situation de « déliaison » apparaît. Il en irait ainsi dans les « quartiers » où l’exclusion sociale s’est accrue malgré l’abondance de politiques publiques visant à la réduire. Les auteurs mettent en cause « la toute puissance du paradigme Tourainien de l’exclusion » (p. 49) et postulent que le problème n’est pas celui d’une intégration qui se ferait à deux vitesses, mais, qu’elle revêt bien deux formes différentes, en ville et dans les « quartiers », et que c’est le fait d’ignorer cette réalité qui a conduit les politiques de la ville des quatre dernières décennies à l’échec. La proximité et le lien sociaux y seraient même trop importants, ce qui empêcherait ces jeunes de construire du lien civil. Les liens de la Ville-centre et de la cité seraient de natures différentes et ne permettraient pas de passer indifféremment d’un espace à l’autre.

5Ensuite, les auteurs abordent l’impact de l’étalement urbain et de la périurbanisation sur l’espace public. Ils nous invitent à saisir la transformation réticulaire de l’espace, notamment due à l’hypermobilité. Les centralités se multiplient, des « lieux semi-publics » apparaissent à proximité des centres commerciaux qui se situent à distance de la Ville-centre. L’espace transactionnel se globalise, ce qui entraîne un bouleversement des échelles : de par l’augmentation des connexions physiques et virtuelles, chaque lieu s’inscrit désormais dans « une nébuleuse urbaine ». Sans centralité, le vide public disparaît, entraînant dans le même mouvement la disparition de l’unité et du lien civil. Pour les auteurs, il est donc indispensable de mettre en œuvre une architecture du vide reconstruisant l’espace public et le lien civil.

6L’espace public est le lieu de la démocratie où tous sont égaux et où le peuple peut exprimer sa souveraineté. Il en va ainsi des mouvements sociaux qui ont pris forme ces dernières années, dans des espaces publics faisant la part belle au vide, que ce soit en Tunisie, en Egypte, ou ailleurs. Face à un espace public qu’ils jugent en crise, J. Beauchard et F. Moncomble nous proposent un véritable plaidoyer en faveur du recours à l’architecture du vide dans les politiques publiques.

7La démonstration menée dans cet ouvrage est illustrée par une série d’exemples. Y est ainsi évoqué l’espace public au Moyen âge, dans la Cité grecque, mais aussi sous ses formes contemporaines, à travers le monde, notamment dans une étude plus approfondie de la place des Martyrs à Beyrouth. La nature de cet ouvrage, quasi exclusivement théorique et pas ou peu lié à un matériau empirique qui aurait donné chair aux explications, doit être soulignée. Si la réflexion a le mérite d’exister, elle aurait gagné à s’appuyer sur des preuves plus concrètes. Parfois aussi, les auteurs donnent l’impression de s’éloigner de leur fil conducteur, de sorte qu’il devient compliqué de les suivre, mais c’est peut-être là le propre d’une certaine esthétique de l’essai.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Jacques Beauchard, Françoise Moncomble, L'architecture du vide. Espace public et lien civil », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 19 septembre 2013, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12234

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page