Navigation – Plan du site

Yannick Rumpala, Développement durable. Ou le gouvernement du changement total

Maryvonne Dussaux
Développement durable
Yannick Rumpala, Développement durable. Ou le gouvernement du changement total, Le Bord de l'eau, coll. « Diagnostics », 2010, 436 p., EAN : 9782356870803.
Haut de page

Texte intégral

1Issu du rapport Brundtland et validé par les chefs d'Etat lors du sommet de la Terre de Rio en 1992, “le développement durable” trouve des ancrages de plus en plus nombreux dans les sphères politico-administratives et sur les agendas des institutions publiques. Face aux menaces écologiques, à l'inégalité et à la pauvreté, un nombre croissant d'acteurs provenant d'horizons divers : technocrates, militants, scientifiques souhaitent un changement profond. Le développement durable ouvre des espaces de discussion pour construire un projet collectif de transformation. Il pourrait y avoir là une mutation historique dans nos fonctionnements institutionnels et ce sont ces éléments de changement organisationnel que se propose de saisir Yannick Rumpala dans ce travail. Il s'appuie sur un ensemble des matériaux extraits des productions discursives (rapports, brochures, plaquettes, articles, sites Internet). Au-delà de l'analyse du processus, il souhaite également comprendre quelles sont les interconnexions et les dynamiques d'engendrement réciproques des différentes politiques qu'elles soient définies au plan international, européen ou national.

2La spécificité de l'analyse proposée est de rester au niveau de la conception de la politique publique sans entrer dans les débats autour de la définition du développement durable, sans prendre en compte non plus ce qui se passe dans la mise en œuvre au niveau local. Il s'agit plutôt de décrypter un “métarécit” qui a pour but de « gouverner en pensant aux conséquences ». L'auteur montre, par exemple, en quoi les indicateurs construits pour perfectionner la connaissance (passage désormais obligé vers la décision politique), produisent une représentation non neutre des défis à affronter.

3Un important travail conceptuel est réalisé. Ainsi, l'idée du Rhizome est empruntée à Gilles Deleuze pour analyser la dynamique des réseaux d'acteurs constitués autour du développement durable. Le concept de réflexivité d'Antony Giddens occupe une place centrale dans le questionnement sur le degré de changement dans le processus en cours. Si la nécessité de faire évoluer la situation générale pour mieux prendre en compte la crise écologique et sociale oblige à une remise en question à l'échelle collective, l'auteur montre que celle-ci est faible et conclut à une réflexivité limitée pour plusieurs raisons.

4Tout d'abord, on observe un décalage entre les discours volontaristes et des avancées plus modestes, alors que les menaces se font plus précises. Ensuite, le refus du fatalisme et l'attitude critique par rapport à certaines dynamiques économiques, scientifiques ou techniques jugées non durables ne semblent être que superficiels. L'idée de “maîtrisabilité du monde” reste dominante car globalement, on continue de croire que les inventions technologiques, les régulations du marché et l'intervention des gouvernements nous permettront de résoudre les problèmes. Par ailleurs, du point de vue du gouvernement (pris dans le sens général de pilotage des affaires de la cité), les anciennes logiques jugées trop sectorielles ou trop verticalisées sont remises en question et la régulation se fait à partir de réseaux. Si l'esprit de vigilance qui se développe est indispensable, il peut néanmoins sous-tendre des logiques de contrôle et de moralisation de l'Action Publique.

5Enfin, la composante rhétorique du développement durable tend à véhiculer l'impression que les contradictions antérieures peuvent être résolues. Or, dans la pratique, on constate d'importantes tensions puisque les acteurs doivent répondre à une triple injonction : prendre simultanément en compte les dimensions économiques, sociales et environnementales. Le développement durable entre en compétition avec d'autres enjeux sur les agendas gouvernementaux et ce sont souvent les impératifs du court terme qui prédominent, imposant ainsi un “pilotage à vue” contradictoire avec la prise en considération du temps long que demande le développement durable (les générations futures). L'invocation du levier technique devient alors le moyen de réguler ces tensions.

6L'ambition d'un “développement durable” ne repose pas sur une vision claire du changement vers lequel il faudrait aller. Nous sommes pour le moment dans une période intermédiaire et non dans le changement radical attendu. La conclusion de Yannick Rumpala est finalement plutôt pessimiste. Selon lui, la logique gestionnaire actuellement dominante qui laisse croire à l'efficacité de son action, risque d'être débordée par l'aggravation de la crise écologique et sociale. À l'avenir, l'Etat risque de prendre une attitude de résignation et, plutôt que d'imposer les mesures correctives, se limiter à construire des politiques d'adaptation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryvonne Dussaux, « Yannick Rumpala, Développement durable. Ou le gouvernement du changement total », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 30 décembre 2010, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1224

Haut de page

Rédacteur

Maryvonne Dussaux

Maître de conférences en sciences de l'éducation; Université Paris Est Créteil. 
laboratoire STEF- ENS Cachan-IFE

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page