Navigation – Plan du site

Dominic Gagnon, Rip in pieces America

Lucile Foujanet
Rip in pieces America
Dominic Gagnon, Rip in pieces America, La Famille digitale, 2010.
Haut de page

Texte intégral

1Rip in pieces America, est un documentaire atypique, construit autour de l'assemblage de vidéos amatrices postées sur le net et qui ont été censurées au fur et à mesure de leur parution. C'est la volonté de sauver de l'oubli des documents visuels qui dénoncent l'état du système actuel et de les préserver comme mémoire, qui fonde ce documentaire. Il emmène le spectateur dans un voyage troublant et qui peut paraître paranoïaque. Il est produit par un collectif d'auteurs de cinéma indépendant La famille digitale, maison d'édition audiovisuelle et multimédia. Elle produit des documentaires aux points de vue originaux (que ce soient des documentaires de création, d'animation ou encore expérimentaux) et distribués en dehors du circuit industriel habituel. Les Dvd sont produits en petite série, et des flux de téléchargements sont librement téléchargeables sur le site internet.

2Rip in pieces america circule dans des festivals, comme dans le festival international de films documentaires, Cinéma du réel de l'édition de 2011. Son auteur, Dominic Gagnon est à la fois réalisateur, inventeur, plasticien et performeur. Au travers de sa filmographie, il pose des questions sur le cinéma en lui-même, qui est pour lui une discipline du chaos. Ainsi, il intervient dans de nombreuses galeries, festivals et biennales au travers d'œuvres sonores, des images en mouvement ou encore toute autre machine inventée.

3Au travers de son documentaire, il offre une manière de montrer ce qu'est devenu le rêve américain pour certains de ses habitants. Il n'y a plus de rêve, c'est la fin du pays ! Le montage assemble de courtes vidéos amatrices d'hommes plus ou moins jeunes qui se sont filmés face à leur webcam et qui ont diffusés leurs revendications sur des plateformes-vidéos. De gros plans fixes s'enchaînent les uns à la suite des autres et dialoguent entre eux, afin de délivrer des messages plus ou moins abrupts. Les personnages ont souvent le visage cagoulé ou masqué, comme s'ils étaient des guerriers prêts à combattre, pourtant ils sont opposés à toute violence. Des coups de gueule face au gouvernement américain, la guerre en Irak et la mort des soldats américains, la crise, la guerre prochaine (en référence au terrorisme), le problème des gangs et des armes en « libre service », les Illuminati, organisation secrète de maître du monde, l'espoir que la présidentielle de Barack Obama changera la donne... Le Big Brother américain et bientôt des puces de contrôle des émotions seront implantées dans les corps ! Un personnage évoque le fait que « l'histoire ne fait que se répéter » et d'autres parlent de la création de fours crématoires pour exterminer le peuple américain avec la présentation d'un montage publicitaire. Mais le spectateur de ces propos choquants ne sait pas réellement jusqu'où la véracité des informations données va.

4Ces auto-interviews ont comme première fonction de faire réagir les gens, qu'ils prennent les choses en main, qu'ils se révoltent, fassent des stocks de nourriture pour se préparer à tout assaut. La désobéissance civile est de rigueur, puisque les autorités sont inconscientes. Les personnages disent constamment qu'il est impératif d'agir et que s'ils font quelque chose, ils ne savent pas si leur voisin le verra ou non. Mais au final, on ne sait pas s'ils agissent réellement dans la vie réelle. Ces vidéos sont pour eux un moyen de communiquer sur leur colère et sur l'état des choses, en intégrant ces productions au réseau mondial d'internet. Le système capitaliste est arrivé à un point de non retour, pourtant, les choses ne peuvent continuer ainsi.

5Tout au long du film, les protagonistes utilisent le pronom « ils » qui n'est jamais réellement identifié. Est-ce le gouvernement américain ? Ou la menace qui plane sur le territoire américain ? On a comme l'impression d'un immense complot. Mais le spectateur ne sait pas réellement à quel degré il doit recevoir ces informations. Au bout de quinze minutes, les arguments de complot ne font que se répéter, montrant bien l'angoisse et la peur qui habite ces personnages. Mais, le film ne tournerait-il pas un peu en rond ? Il n'y a pas de trame narratrice avec un début et une fin, c'est comme un aperçu des ressentis d'américains qui ont peur. A la fin du film, on reste un peu perplexe.

6En tout cas, un regard critique sur le monde qui peut en déconcerter plus d'un ! On a comme l'impression qu'un monde de science-fiction va bientôt nous tomber dessus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucile Foujanet, « Dominic Gagnon, Rip in pieces America », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 31 décembre 2010, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1225

Haut de page

Rédacteur

Lucile Foujanet

Etudiante en Master Stratégie du développement culturel

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page