Navigation – Plan du site

Françoise Tschopp, Joëlle Libois, Claudio Botzman (dir.), Le travail social à la recherche de nouveaux paradigmes. Inégalités sociales et environnementales

David Puaud
Le travail social à la recherche de nouveaux paradigmes
Françoise Tschopp, Joëlle Libois, Claudio Botzman (dir.), Le travail social à la recherche de nouveaux paradigmes. Inégalités sociales et environnementales, Genève, IES/HETS, coll. « Hors collection », 2013, ISBN : 978-2-88224-125-2.
Haut de page

Texte intégral

1Les contributions des auteurs réunies dans l’ouvrage furent initialement présentées lors du 4e congrès de l’association internationale pour la formation, la recherche et l’intervention sociale (AIFRIS) organisé par la Haute école de travail social de Genève en 2011. Le thème du colloque était : « Crises, gouvernances et développement durable : quelles articulations avec l’intervention sociale ». L’ouvrage est découpé en trois parties réunissant la plupart des conférences plénières.

2La première partie est intitulée : « Le travail social en quête de bien commun dans une société globalisée ». Selon M. Breviglieri, de manière générale, ces dernières décennies les flux migratoires se sont intensifiés à l’échelle mondiale. À l’heure de l’émergence d’une civilisation planétaire qui engendre notamment de la souffrance, il devient nécessaire d’envisager une collaboration solidaire internationale renforcée. En effet l’auteur note de manière paradoxale que la crise financière et écologique renforce à l’échelle mondiale une certaine conscience d’une commune humanité. À un niveau local, les intervenants sociaux se retrouvent de plus en plus confrontés à des situations de personnes migrantes en souffrance. Malgré ce constat et le fait que ces derniers ne soient bien souvent que de passages, les travailleurs sociaux tâchent de s’occuper « bon an, mal an » de leurs conditions de vie matérielles et de leurs dignités sociales. Selon l’auteur citant J-L. Genard, la position d’observateur privilégiée des problématiques auxquelles font face les migrants nécessite que les travailleurs sociaux se mobilisent : « […] Pour le dire autrement, il y a un engagement professionnel à vocation humanitaire qui doit tout particulièrement aujourd’hui, chercher à généraliser l’accès à une commune humanité en soulevant la dignité humaine au rang d’une capacité individuelle à l’autonomie. ». Selon M. Breviglieri, les actions créatives des intervenants sociaux peuvent amorcer un mouvement critique du monde global capitaliste. Notamment en favorisant des initiatives de terrain autour du « développement durable » reliant ainsi la dimension locale à la sphère globale.

3Dans un second texte, C. Larrère nous amène à réfléchir sur la dimension morale relative à nos liaisons avec la nature. Selon l’auteure, nous sommes tous profondément inscrits dans des lieux, relations, environnement de vie. Cependant, la crise écologique, les dégâts environnementaux localisés peuvent mettre en péril cette interdépendance fondamentale. Pour C. Larrère, il convient donc de développer une éthique relationnelle, du sujet à son environnement. Nos attachements fondamentaux à des lieux, êtres permettent de relier les causes locales au monde global : « Il s’agit de recomposer un collectif, qui unisse le mien au commun dans un collectif englobant les humains et les non humains. ».

  • 1 Vrancken Didier, Macquet Claude, Le travail sur soi, vers une psychologisation de la société ?, Par (...)
  • 2 Chelle Elisa, Gouverner les pauvres. Politiques sociales et administration du mérite, Rennes, Press (...)

4Les contributions de la seconde partie se regroupent autour du thème de l’effet des politiques publiques et des dynamiques managériales notamment dans le secteur du travail social. J-L. Genard analyse dans un premier texte l’évolution des modèles de l’acteur pris en charge par les politiques sociales. Selon l’auteur, le modèle d’une anthropologie conjonctive s’intensifie dans le secteur social. Celle-ci induit le fait que l’individu « aidé » se caractérise de par sa vulnérabilité et la résilience : « […] Fragile et vulnérable, susceptible de lâcher prise, de verser dans la déprime ou dans le burn-out […] Mais toujours aussi résilient, c’est-à-dire possédant toujours en lui quelques ressources à partir desquelles opérer une reprise en mai1. ». Cette perspective conjonctive a notamment pour conséquence d’induire une position paradoxale chez certains travailleurs sociaux tiraillés entre la recherche d’une construction d’un lien de confiance avec l’usager et l’obligation de l’inciter à faire preuve de projection, à être autonome. De manière parallèle, ce modèle gestionnaire tend à modifier les pratiques des intervenants sociaux qui doivent se référer au principe de la « conditionnalité comportementale2 » pour évaluer la situation des « individus aidés » et au final lui octroyer ou non une aide sociale. La recrudescence des logiques de rationalisation des activités des services sociaux modélisés notamment dans le couple indicateurs-évaluation entraîne un remaniement des pratiques des travailleurs sociaux : « […] À l’ère du télescopage de l’anthropologie capacitaire et de la gouvernance par indicateurs […] On a de bonnes raisons de soupçonner qu’elles peuvent alors constituer de nouvelles formes d’appauvrissement pour ne pas dire de mécanisation du travail social. ».

5S. Rossini s’intéresse quant à lui au système de gouvernance de la sécurité sociale suisse. À l’instar de plusieurs autres pays européens, l’accélération du déficit des dépenses sociales de la Suisse entraîne notamment la mise en place de dispositifs visant le ciblage des bons et mauvais pauvres. Pour l’auteur malgré ce constat alarmant, le recours à l’État en matière d’aides sociales reste incontournable face à l’expansion de l’économie libérale internationalisée.

6Dans la contribution suivante, à partir d’une situation de terrain, V. De Gaulejac s’interroge autour de l’effet de la diffusion des politiques liées au new management notamment dans le secteur de l’action sociale. Ces dernières produisent selon l’auteur des « injonctions paradoxales » qui induisent de la souffrance chez les intervenants sociaux. Le paradoxe est utilisé comme un puissant outil de gestion entraînant les agents à accepter collectivement des mesures institutionnelles qu’ils réprouvent individuellement. Pourtant au-delà de tout marasme, l’auteur en appelle à la résistance du sujet : « Être sujet, c’est résister à ce qui ne fait pas sens pour soi. Être sujet, c’est exister sans se plier à des injonctions, des formations et des mutations qui sont imposées sans que l’agent y voie une raison logique. ».

7Dans la troisième partie, les auteurs nous convient à réenvisager la manière de traiter les questions sociales dans notre société notamment en relativisant la place de l’état central. Pour L. Centemmeri, il convient de repenser l’espace local comme le lieu où peuvent s’articuler les questions du développement durable et de l’intervention sociale. En effet pour l’auteure, les crises écologiques localisées peuvent permettre aux populations de développer des « actions politiques attachées au territoire habité ». Dans la mise en place de ces initiatives, des travailleurs sociaux peuvent soutenir leurs démarches contribuant ainsi à : « […] Agir comme soutien à faire valoir ses droits dans une perspective de justice environnementale. ».

8Dans la dernière contribution, de l’ouvrage Charles Beer aborde la question de l’évolution des modalités organisationnelles et institutionnelles en matière d’éducation et de politiques d’égalité en Suisse ainsi que dans le canton de Genève. L’auteur met l’accent sur la corrélation existante entre l’augmentation des flux migratoires et la montée des inégalités sociales. La mise en place entre autres du projet de cohésion sociale à Genève permet notamment d’envisager selon l’auteur, la redéfinition de la notion de « bien commun ». Charles Beer stipule ensuite tout l’intérêt de développer des « projets de citoyenneté active de proximité » avec les habitants des quartiers notamment par le biais d’accompagnements spécifiques réalisés par des travailleurs sociaux.

9Au final l’ensemble des contributions autour de notions de « crises, gouvernances et développement durable » issues du 4e congrès de l’AIFRIS encourage tout lecteur sensible au sujet à poursuivre la réflexion autour du rôle de l’action sociale à l’échelle locale en lien avec un monde global. De sorte que comme l’exprime M. Vuillé en conclusion de l’ouvrage, l’ambition des organisateurs de congrès de Lille était de : « […] Contribuer à la production d’une représentation actualisée des savoirs pour mieux éclairer les enjeux actuels et futurs auxquels sont confrontés les intervenants sociaux. ».

10La tâche à mener paraît à première vue multiple, presque incommensurable. Elle est pourtant indispensable à l’heure où le secteur du « travail social » professionnel est intrinsèquement lié, « pris » avec l’actualité de notre monde contemporain que cela soit en termes d’écologie, biotechnologies, où de traitements sociojudiciaires des marges.

11À un niveau institutionnel, les dispositifs sociaux se transforment, des néologismes liés à la sphère gestionnaire se diffusent de manière parcimonieuse. Ce processus induit au fur et à mesure du temps un changement de représentations des intervenants sociaux envers les « individus aidés ».

  • 3 Gori Roland, La dignité de penser, Paris, Les liens qui libèrent, 2011.

12Pour reprendre le titre d’un ouvrage de R. Gori, il s’agit au final de retrouver pour les travailleurs sociaux une Dignité de penser3. Se « décentrer », faire un pas de côté pour observer ses propres logiques de fonctionnement en tant qu’intervenant social au sein du dispositif. En somme engager un travail critique autour des représentations liées au processus de new management, des pratiques « proactives » génératrices de tensions et d’inégalités sociales des deux côtés du guichet.

13Ce travail d’action et de recherche nécessite comme le font la plupart des auteurs de l’ouvrage de relier les situations de terrain aux actions locales jusqu’à l’appréhension des enjeux internationaux. Il s’agit de repenser ce qui nous relie, nous assemble (plutôt que ce qui nous différencie), de détecter des traits communs qui relèvent d’une commune humanité au sein d’un monde de plus en plus globalisé.

Haut de page

Notes

1 Vrancken Didier, Macquet Claude, Le travail sur soi, vers une psychologisation de la société ?, Paris, Belin, coll. « Perspectives psychologiques », 2006.

2 Chelle Elisa, Gouverner les pauvres. Politiques sociales et administration du mérite, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012.

3 Gori Roland, La dignité de penser, Paris, Les liens qui libèrent, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Puaud, « Françoise Tschopp, Joëlle Libois, Claudio Botzman (dir.), Le travail social à la recherche de nouveaux paradigmes. Inégalités sociales et environnementales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 24 septembre 2013, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12273

Haut de page

Rédacteur

David Puaud

Doctorant en anthropologie à L’Ecole des Hautes Etudes en Science Sociales de Paris (Laboratoire d’Anthropologie Urbaine)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page