Navigation – Plan du site

Maud Simonet, Le travail bénévole. Engagement citoyen ou travail gratuit ?

Sébastien Fleuriel
Le travail bénévole
Maud Simonet, Le travail bénévole. Engagement citoyen ou travail gratuit ?, La Dispute, coll. « Travail et salariat », 2010, 220 p., EAN : 9782843032042.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  S.Fleuriel, "Le travail dénié et les jeux olympiques : entre passions et intérêts", Sociétés Conte (...)
  • 2  H.S.Becker, Les mondes de l'art, Paris, Flammarion, 1988

1On connaissait les aspirations de Maud Simonet à décloisonner les frontières ordinairement établies entre le bénévolat, le travail et ses sociologies respectives par son texte « Penser le bénévolat comme travail pour repenser la sociologie du travail » paru dans la Revue de l'IRES (44, 1, 141-155) en 2004. Avec Le travail bénévole. Engagement citoyen ou travail gratuit ?, c'est une version largement augmentée et étayée de cette même ligne conceptuelle qu'on découvrira. J'avais pour ma part trouvé extrêmement séduisant cette proposition à un moment où je tâchais de penser et d'articuler la contribution bénévole réalisée par les volontaires lors des jeux olympiques sans l'opposer à celle des acteurs professionnels, dans un cadre largement surinvesti par les discours qui chantent la passion et le désintéressement du sport1. J'y constatais alors une analogie avérée avec certaines formes de travail précaire d'une part, une instrumentalisation de l'expérience bénévole comme forme de professionnalisation avant la lettre (un stage qui ne dit pas son nom) d'autre part, le tout justifié au nom de la passion olympique. Je n'avais pas encore lu Maud Simonet au moment de l'écriture du texte mais j'aurais aimé. J'aurais aimé tant il constituait l'élément manquant pour articuler l'ensemble et pour faire tenir dans une même analyse le travail de chacun, bénévole comme professionnel2.

  • 3  P.Bourdieu, "La double vérité du travail", Actes de la recherche en sciences sociales, n°114, 1996

2Maud Simonet y soulignait déjà les ambivalences du « travail bénévole » tant sémantiques que pratiques et invitait à analyser celui-ci avec les outils et acquis de la sociologie du travail. C'est ce à quoi elle s'attache avec conviction dans son dernier ouvrage dont l'ambition est de questionner les ressorts sociopolitiques de cette forme particulière d'engagement. En premier lieu, on retiendra que le travailleur bénévole incarne de manière idéal-typique LE travailleur modèle, ayant choisi son travail, lui donnant du sens, et prêt à s'y investir sans compter3. De là sans doute, une aubaine idéologique pour encenser un secteur associatif supposé contraster notoirement avec les travers récurrents du monde du travail et de ses violences multiples. La parure vertueuse de l'engagement bénévole comme pivot de la réalisation de soi justifierait alors que les pouvoirs publics accompagnent ce secteur avec d'autant plus d'enthousiasme qu'il comprend en lui un puissant pouvoir de résorption des laissés pour compte du monde du travail (chômeurs et autres accidentés) et ce à moindre frais. C'est bien là, la question qui traverse l'ouvrage de part en part : quel rôle peut bien jouer le travail bénévole si on le rapporte à l'ensemble du monde du travail ? Pris isolément, le travail bénévole présente sans doute toutes les qualités qu'on lui prête, celle d'un engagement personnel, vertueux, socialisateur,... Mais à une échelle macro, il se révèle comme une forme concurrente du salariat traditionnel (et notamment celui du service public) totalement (ou presque) gratuit et surtout distant des formes de protection collective usuelles (droit du travail, protection sociale, syndicalisme, etc.). Dans un monde parfait, on ne saurait que trop conseiller au salarié faiblement payé et fatigué de son travail pénible, par exemple un enseignant du primaire, d'aller faire ce même travail de façon bénévole pour le compte d'une association : à tout le moins y trouvera-t-il une utilité sociale valorisante dans le cadre d'une mission d'utilité publique tout en libérant, cerise le gâteau, un poste de fonctionnaire. On découvrira cependant que, dans ce cadre d'interprétation, le monde du travail bénévole n'est pas (seulement) ce havre de paix relationnel, que des conflits et des revendications s'y manifestent et s'y installent, et qu'une même expérience bénévole peut donner lieu à des rendements hautement différentiels selon la trajectoire sociale des bénéficiaires : simple supplément d'âme pour les mieux lotis, arsenal de survie pour les plus démunis. En bref, de quoi ne pas essentialiser la notion.

  • 4  M.Hely, "À travail égal, salaire inégal : ce que travailler dans le secteur associatif veut dire", (...)

3En second lieu, on appréciera les efforts réguliers consentis par l'auteure pour s'efforcer de battre en brèche un certain nombre d'idées reçues au premier rang desquelles le fait de s'engager relèverait d'un acte de pure liberté participant de la stricte initiative privée, conformément à la notion même d'association. Présenter les choses ainsi revient à faire table rase de toutes les déterminations sociales inscrites à la fois de l'histoire propre des agents et surtout dans celle des associations et de leur institutionnalisation par les pouvoirs publics à propos de laquelle l'auteure revient longuement. Par un détour incisif aux Etats-Unis, Maud Simonet prend le contre-pied de la doctrine libérale américaine, en montrant combien les programmes d'incitation à l'engagement bénévole ou volontaire dépendent largement des administrations gouvernementales successives. D'une affaire privée en apparence, on découvre alors qu'il s'agit bien plutôt d'une affaire d'Etat dont la réalité trouve une résonnance effective en France par le simple fait que les pouvoirs publics (d'Etat comme des collectivités) demeurent les principaux bailleurs de fonds du secteur associatif. Et de poser à nouveau la question du sens de ce que certains observateurs désignent comme le tiers secteur, principalement supporté par les administrations publiques pour accomplir un travail qu'elles ne font pas ou plus4. Le comparatisme mis en œuvre par la sociologue devient ici l'occasion de multiples allers-retours entre ce qui s'observe outre atlantique et se pratique en France avec les influences réciproques de l'un vers l'autre. On notera avec délectation dans cette perspective, toute transnationale, comment Américains et Français s'arrachent d'un même élan l'héritage de Tocqueville, avec des emprunts récursifs quasi stéréotypés des mêmes références ou citations, pour chanter les vertus de l'engagement citoyen et cautionner les programmes publics d'incitation au bénévolat. Enfin l'auteure ne manque pas de souligner que le travail bénévole, si libre en apparence, fait l'objet d'un effort d'encadrement croissant à travers l'introduction régulière d'une rhétorique managériale polarisée sur la notion de ressources humaines. On assiste alors au recours fréquent d'un vocabulaire ad hoc tels que la compétence, le recrutement ou encore la formation des bénévoles. Ce qui n'est pas le moindre des paradoxes à propos d'un univers prétendument émancipé des contraintes du monde du travail, sauf à considérer, comme le suggère Maud Simonet, que l'engagement bénévole correspond bel et bien à une composante du travail, certes gratuit, mais du travail tout de même. C'est dans la perspective de conforter cette analyse qu'elle termine son ouvrage sur un chapitre consacré à l'émergence de protestations conduites par les travailleurs bénévoles, soulignant par là l'existence de rapports conflictuels parfaitement analogues à ceux du monde du travail et consécutifs à la division des rôles entre tâches d'exécution et tâches d'encadrement.

4On regrettera sans doute le manque de données de cadrage pour mieux appréhender et situer les différentes manières de travailler bénévolement dans un univers associatif complexe et si peu homogène. Mais compensé partiellement par l'effort de comparatisme et par la restitution de matériaux sensibles de qualité, le travail de Maud Simonet reste convaincant et a le mérite de soulever des questions sociopolitiques remarquablement bien synthétisées dans la conclusion dont le raisonnement tient peut-être dans cette phrase : « Presque malgré lui - ou à tout le moins à l'insu de la plupart de celles et ceux qui l'exercent - le travail bénévole nous dit qu' « un autre travail est possible », qui associe idéal, réalisation de soi, bonheur et engagement... à une absence ou une faible rémunération, des droits sociaux inexistants ou incomplets, une désinstitutionnalisation du conflit dans les rapports de travail. » De quoi faire réfléchir assurément...

Haut de page

Notes

1  S.Fleuriel, "Le travail dénié et les jeux olympiques : entre passions et intérêts", Sociétés Contemporaines, n°3, 2006, pp.85-103

2  H.S.Becker, Les mondes de l'art, Paris, Flammarion, 1988

3  P.Bourdieu, "La double vérité du travail", Actes de la recherche en sciences sociales, n°114, 1996

4  M.Hely, "À travail égal, salaire inégal : ce que travailler dans le secteur associatif veut dire", Sociétés contemporaines, 69, 1, 2008, pp.125-147

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Fleuriel, « Maud Simonet, Le travail bénévole. Engagement citoyen ou travail gratuit ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 30 décembre 2010, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1229

Haut de page

Rédacteur

Sébastien Fleuriel

MCF à l’Université Lille 1, membre du Clersé (UMR CNRS 8019

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page