Navigation – Plan du site

Antonio A. Casilli, Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ?

Serge Pacé
Les liaisons numériques
Antonio Casilli, Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ?, Seuil, coll. « La couleur des idées », 2010, 331 p., EAN : 9782020986373.
Haut de page

Texte intégral

1L'auteur, chercheur au centre Edgar Morin de l'EHESS, enseignant la socio-anthropologie des usages numériques, nous propose ici le résultat de 20 ans de recherches. D'une lecture agréable, presque « facile », le livre d'Antonio A. Casilli nous amène dans le labyrinthe des paradoxes des liaisons numériques. Allusion à peine voilée au film de Stephen Frears, « Les liaisons dangereuses », l'auteur remet en cause les idées reçues sur l'espace numérique et son discours inquiet. Y a-t-il un espace propre coupé du monde réel, celui-ci désincarne-t-il le corps, le lien numériques est-il à l'origine de la disparition du lien social? Trois questions que l'auteur va s'efforcer d'éclairer dans un ouvrage de 320 pages à travers la convocation de monographies d'usagers du numérique souvent originales et inattendues, avec la volonté de montrer que la richesse des outils que les sciences sociales ont à disposition pour étudier l'interaction numérique peut éclairer de façon pertinente ce qui se produit sur le net. On lira avec attention la manière dont il crée un idéal-type inspiré de Max Weber pour le remettre en cause ensuite.

2Si chaque partie répond à une problématique, la démarche adoptée ressemble au « butinage » de l'internaute voire à un parcours initiatique dans le cyberspace ou la « la société en réseau » que popularise Manuel Castells. Parmi les points développés, l'auteur explique le succès du « réseautage », finalement son sujet principal, par la nécessité de réinventer l'interface entre l'extérieur et l'intérieur. L'ordinateur est adopté en tant qu'outil familier: Les noms d'animaux familiers, de fleurs, de femmes rappellent cette proximité, en témoigne l'usage d'un vocabulaire à la fois domestique, hébergement, page d'accueil et une terminologie du voyage, navigation, surfer, blogosphère.

3Le don et le contre-don, convoquant Marcel Mauss, est la forme que prend le lien dans les échanges sur la toile. Que ce soit des 'glands' ou dotori dans le Cywold coréen ou la proportionnalité de l'espace disponible dans le partage du disque dur sur Bittorent, ils créent des obligations mutuelles ne relevant pas d'un acte spontané de générosité. D'une valeur avérée, il montre la richesse de celui qui donne. C'est une dette qui ne se rembourse jamais. Ce don « agonistique » évite les comportements anti-sociaux. Il peut aller très loin puisque certains livrent leur corps à la collectivité sous la forme d'un body-Art interactif comme dans le cas de Stelarc qui se fait implanter une oreille sur l'avant-bras, siège d'une possibilité de téléchargement mp3 ou encore dans une chorégraphie de son bras hydraulique branché sur les injonctions des internautes intervenant dans la performance. Il s'agit pour lui d'une « poétique de l'interface ».

4Ce « consentement de l'artiste » n'est certes pas partagé par tous les internautes qui doivent composer entre l'espace public et la re-configuration de l'espace privé, conséquence de l'incursion de l'ordinateur dans la chambre à coucher dont il devient une version condensée. « Intimité surexposée » de Serge Tisseron ou « extimité » devrait amener à de la circonspection sur les renseignements donnés aux sites d'hébergement ou les conditions d'utilisation de Facebook très peu consultées. Malgré des sites dédiés qui mettent l'accent sur ce danger comme Privacy Internet qui décerne le prix Big Brother, pourquoi une telle exposition jusqu'à la caricature?

5Selon l'auteur il y a un coût d'opportunité, la renonciation à la « privacy » n'est pas totale mais est plutôt une retraite stratégique sur certains points où la négociation avec les sites de « réseautage » est difficile. On laisse de côté ce que l'on ne peut maîtriser facilement mais on reporte la maîtrise de son intimité sur des aspects plus accessibles. On peut aussi supposer, ce qui est plus inquiétant, la familiarisation à la fouille permanente qui construit l'espace personnel appelée aussi surveillance participative. Comme il le dit plus loin, la réussite sur un réseau social est l'art du dévoilement. L'espace public de l'intimité crée une dynamique paradoxale: « sa recherche d'un lieu public d'expression d'exigence privée ». Il serait difficile de résumer toutes les problématiques. L'une d'elle nous paraît évidente mais encore peu exploitée: le croisement de la sociologie de réseau et de l'étude du cyberspace. Pour l'auteur, ce qui fait l'efficacité et l'extension du réseau est "la force des liens faibles".

6Reprenant le raisonnement de Mark Granovetter, il montre qu'il est plus facile d'obtenir des ressources dans le cas de personnes que l'on ne connaît que par le lien de « réseautage » ou « friending ». Il a la particularité d'être un lien déclaratif qui unit des intérêts sur le contenu d'un profil: on se transmet des informations qui sont d'un intérêt commun, « activité productive de valeur ajoutée ». Pour plagier Adam Smith, c'est de l'intérêt de ton « friend » que viendra ton intérêt propre. Pour être efficace le lien doit être le plus étendu possible comme il est décrit dans le petit monde de Stanley Milgram. S'il y a une absence de communication entre deux groupes, un lien unique permet d'avoir accès à des informations non redondantes. Les amis en ligne sont les passeurs des « trous structuraux » selon l'expression de Ronald S Burt.

7Ainsi la légèreté des amitiés sur le net permet leur solidité, évite le conflit. Pour certains il s'agit de grooming ou toilettage comme chez les grands singes. On sait que changer d'amitié en chair et en os est coûteux socialement, cela oblige à changer de code, de style, d'emploi du temps. Le cyber-adultère en est un exemple car il permet une expression des fantasmes voire d'une liaison numérique sans que celle-ci ne remette en cause la vie réelle, ce qui justifie la nouvelle expression: vie relationnelle multiple assistée par ordinateur. Toutefois les personnes « trompées » ne sont pas dupes car la force de l'atteinte à l'exclusivité émotionnelle reste douloureuse. Sans être angélique, l'auteur nous propose une vision optimiste contre les Cassandre de la toile. Il nous avertit cependant de la bombe à retardement que constitue l'accumulation des données acquises sur les internautes, en particulier par facebook et la connivence plus ou moins partagée des pouvoirs publics sur ce thème.

  • 1 Pierre Merklé, Sociologie des réseaux sociaux, La Découverte, collection Repères, 2004, p 14

8On peut aussi constater que le réseau a une dynamique excluante. L'expérience de Stanley Milgram aussi extraordinaire que soient les résultats obtenus, environ 5 intermédiaires sont nécessaires pour faire parvenir à un inconnu des informations qui lui sont destinées, il n'en demeure pas moins que sur 217 dossiers proposés, il n'y en a que 64 qui sont parvenus aux destinataires1. En d'autres termes, plus des deux tiers des dossiers ont disparu. En est-il de même sur la toile? L'expérience mériterait d'y être étendue. Cette ambiguïté est soulignée par l'auteur à travers la parabole d'Exu, dieu mexicain au chapeau bicolore, révélateur brutal de la face sombre du lien.

9Au total un ouvrage passionnant et ludique qui redessine la problématique de la toile mais aussi de la sociologie des réseaux. À lire absolument l'ordinateur allumé.

Haut de page

Notes

1 Pierre Merklé, Sociologie des réseaux sociaux, La Découverte, collection Repères, 2004, p 14

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Pacé, « Antonio A. Casilli, Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 03 janvier 2011, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1230

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page