Navegación – Mapa del sitio
Le vif saisit le mort

Le vif saisit le mort

Funérailles, politique et mémoire en France (1789-1996)
Avner Ben-Amos, Le vif saisit le mort. Funérailles, politique et mémoire en France (1789-1996), Paris, EHESS, col. « En temps & lieux », 2013, @ean : 9782713224102.
Anuncio publicado en 27 septiembre 2013

Presentación del editor

La mort d’un individu signifie aussi l’amputation d’une société de l’un de ses membres. . C’est avec ce présupposé ethnographique qu’Avner Ben-Amos interroge ici les pratiques funéraires mises en oeuvre par la France depuis la Révolution française, la manière dont l’État se dote d’une définition du grand homme qu’il souhaite récompenser pour ses vertus et montrer en exemple à des fins pédagogiques.

L’enquête dépasse d’ailleurs ce seul terrain. Elle insère les funérailles d’État – de Mirabeau à Mitterrand – dans tout l’ensemble de la politique symbolique de la République, qui est au centre de l’analyse. L’ordonnancement des funérailles mises au point par l’État – la panthéonisation, l’enterrement aux Invalides, ou quelque cérémonie particulièrement fastueuse – est analysé ici sur la longue durée.

En mobilisant les ressources offertes par l’ethnographie et l’anthropologie de l’État, de Geertz à Mauss, de Hertz à Van Gennep, l’auteur met particulièrement en évidence la nature du moment que constituent les funérailles (un rite de passage, délicat donc, pour les vivants et pour le statut donné au défunt), et insiste sur l’importance de la chronologie pour mieux comprendre la signification des funérailles, dont certaines servent à rassembler la société quand d’autres contribuent à la diviser.

Par sa richesse, cet ouvrage dégage de nouveaux registres de l’expression politique et en révèle tous les déplacements sur des terrains plus profonds.

Inicio de página