Skip to navigation – Site map

Comment écrire une histoire mondiale de la littérature ?

À propos de : Jérôme David, Spectres de Goethe. Les métamorphoses de la "littérature mondiale", Les Prairies Ordinaires, coll. « Essais », 2012.
Sarah Al-Matary and Blaise Wilfert-Portal
Spectres de Goethe
Jérôme David, Spectres de Goethe. Les métamorphoses de la "littérature mondiale", Les Prairies Ordinaires, series: « Essais », 2012, 320 p., ISBN : 978-2-35096-054-8.
Top of page

Full text

  • 1 Franco Moretti, « Conjectures on World Literature », New Left Review, January-February 2000, http:/ (...)
  • 2 Gayatri Chakravorty Spivak, Death of a Discipline, New York, Columbia University Press, 2003, XII-1 (...)
  • 3 Jean-François Bayart, Les Études postcoloniales, un carnaval académique, Paris, Karthala, « Disputa (...)

1Voilà tout juste une décennie, les réponses de Gayatri Spivak et David Damrosch aux « Conjectures on World Literature »1 que Franco Moretti avait présentées lors d’un colloque organisé en 1999 à l’université de Columbia secouaient l’espace anglophone de la littérature comparée2. De manière presque continue, la réflexion sur le statut de cette discipline a amené depuis une kyrielle d’auteurs, parmi lesquels Efrain Kristal, Christoph Prendergast, Emily Apter, Mads Thomsen, Pascale Casanova, Haun Saussy ou encore Sarah Lawall à se demander comment penser la littérature dans une perspective post-nationale et post-coloniale, mais aussi comment l’enseigner hors de tout ethnocentrisme occidental. Cette interrogation, qu’on aurait tort de prendre pour une queue de comète du « carnaval académique3 » des postcolonial studies, ne masquait pas le simple souci du « politiquement correct » ; elle liait l’étude des rapports de force qui orientent mondialement la production littéraire à la nécessaire refondation de l’enseignement de la littérature au sein d’universités confrontées à un nouveau public multiculturel, dans un contexte scientifique et politique où le cadre national était mis en procès. Elle révélait par là que, tout en prétendant s’occuper de la littérature, l’école comme l’Université ne rendaient justice qu’à une part infinitésimale de la production littéraire, n’évoquant que les textes canoniques, essentiellement dans les langues de l’espace atlantique.

Un débat peu visible dans l’espace francophone

  • 4 Pascale Casanova, La République mondiale des Lettres, Paris, Seuil, « Points essais », 2008 [1999], (...)
  • 5 Christophe Pradeau et Tiphaine Samoyault dir., Où est la littérature mondiale ?, Saint-Denis, Press (...)
  • 6 Didier Coste, « Le Mondial de littérature », Acta Fabula, automne 2005 (vol. 6, n°3), http://www.fa (...)

2Autant d’interrogations encore peu perceptibles dans l’espace francophone où, depuis l’ouvrage pionnier de Pascale Casanova4, rares sont les publications à rendre compte des polémiques que soulève la littérature mondiale. La République mondiale des Lettres, désormais réédité, donnait un premier aperçu de l’intensité des échanges outre-Atlantique, sans que la plupart des textes discutés soient encore accessibles en traduction. Le collectif Où est la littérature mondiale ? (2005), issu d’un colloque organisé à Paris en novembre 2003 par Christophe Pradeau et Tiphaine Samoyault5, favorise à son tour l’importation du débat. Ce volume, précieux en dépit de ses dimensions modestes, suscite, à l’automne de la même année, une riche recension croisée avec les travaux de David Damrosch, Christopher Prendergast et Haun Saussy6. Malgré cela, en matière de littérature, comme d’ailleurs en matière d’histoire, la perspective « mondiale » n’a que très peu percé dans le paysage intellectuel français. Son impact sur l’enseignement des œuvres - au lycée, mais surtout à l’Université (l’une des dimensions essentielles de la question, dans l’espace anglophone - s’avère encore moins sensible.

3On comprend qu’à l’heure des cultural et des postcolonial studies, l’affaire passionne. Mais, lorsqu’elles ne semblent pas insurmontables, la vigueur, la densité et la complexité des débats rebutent. Pire : la violence de ces échanges dans le milieu pourtant tempéré des universités nord-américaines les plus prestigieuses inquiète parfois. Les « Conjectures on World Literature » de Franco Moretti avaient paru dans les pages de la radicale New Left Review, un choix qui soulignait la portée politique d’une charge déjà très forte sur le plan épistémologique, puisqu’elle revenait notamment à faire de la lecture intensive des textes, ce cœur de la profession littéraire, un cul-de-sac méthodologique, pour lui opposer la seconde main et le distant reading. Dans ce contexte de concurrence des radicalités et de contestation post-moderne de la critique d’inspiration marxienne, l’algarade de Moretti a suscité une vague de réponses plus ou moins vigoureuses, certaines formulées en termes socio-historiques ou littéraires - la modélisation mondiale de Moretti ne peut s’appliquer à autre chose que le roman moderne, par exemple -, d’autres en termes politiques particulièrement durs - Gayatri Spivak l’accusant de légitimer scientifiquement la domination américaine sur le monde littéraire lorsqu’il affirme le statut périphérique des littératures lointaines depuis un campus américain, en travaillant à partir de dépouillements faits par des étudiants venus du monde entier et d’une littérature secondaire réductionniste en anglais.

4Il fallait l’audace de Jérôme David, professeur à l’université de Genève, pour contribuer au débat en désamorçant ces charges, et lui conférer la légitimité qu’il peinait à trouver auprès du public francophone. Défi que Spectres de Goethe, volume facétieux, percutant et inventif, relève admirablement. L’ouvrage excède le champ de la littérature comparée (qui ne recouvre pas le même périmètre dans l’Europe de la fin du XIXe siècle et dans l’aire anglo-saxonne contemporaine), en articulant des approches relevant de l’histoire, l’histoire littéraire, la philosophie, la sociologie et l’anthropologie. En faisant d’un kiosque d’aéroport rempli de best-sellers mondiaux l’amorce de sa réflexion, J. David rappelle que le débat savant s’inscrit dans une réflexion quotidienne sur le statut des biens culturels dans l’actuelle mondialisation.

5Sans prétendre synthétiser la bibliographie existant sur la question, Spectres de Goethe replace la formule dans une généalogie intellectuelle éclairant comment, de Goethe à Moretti, elle a été différemment mobilisée, au point de nourrir des traditions qui ne se recoupent et ne dialoguent que partiellement entre elles. Réfléchir aux modalités d’écriture d’une histoire mondiale de la littérature supposait en effet qu’on apprécie l’épaisseur historique des débats académiques récents. Il fallait confronter aux usages anciens ce qu’on désigne aujourd’hui par « littérature mondiale », quitte à conclure que l’expression recouvre une nébuleuse plus qu’un concept, un système discursif plus qu’un outil analytique.

La littérature mondiale, une formule hétérogène

6Cette enquête prend la forme d’un voyage critique qui superpose à la déambulation spatiale un parcours chronologique. Il amène le narrateur, jeune professeur exerçant comme J. David en Suisse, à visiter des villes où la « littérature mondiale » a fait l’objet d’une appropriation stratégique entre 1827 et 2011 : Weimar, Bruxelles, Chicago, Petrograd, Istanbul, New Haven, New York, Paris, Francfort. En replaçant la formule dans une dynamique (la conversation débute dans un aéroport, se poursuit en taxi, sur la ligne circulaire du métro de Chicago, puis les trottoirs roulants de la foire de Francfort), ce parcours favorise son incarnation. Aussi J. David opère-t-il des « courts-circuits temporels » parallèlement à ses coups de projecteurs géographiques ; il se reporte à un « point de cristallisation » historique, au sens foucaldien : la conception goethéenne de la littérature mondiale - ou plutôt ses conceptions, car elles ne constituent pas un corps de doctrine unifié.

7De fait, comme le rappelle J. David, entre 1827 et la fin de sa vie, Goethe se réfère à la « littérature mondiale » en écrivain « classique » qui la conçoit « comme le canon des œuvres intemporelles » ; en « sociologue » (la littérature mondiale favorise alors l’« analyse critique des rapports culturels inégaux entre nations ») ; en « stratège » qui l’assimile « à une ressource performative de positionnement international », aussi bien qu’en « comparatiste ». Quoiqu’il ne soit pas le premier à utiliser la formule (il prolonge le cosmopolitisme kantien, l’humanisme de Herder, et plus largement la réflexion qui accompagne depuis les Lumières le réveil des identités nationales), Goethe en est le diffuseur et, par sa renommée, la figure en référence à laquelle les usages s’en sont ultérieurement construits. De son vivant même, son nom labellise : la référence à un écrivain traduit, reconnu à l’échelle internationale, contribue en effet à légitimer la formule « littérature mondiale ».

  • 7 On traduit d’ordinaire par « littérature mondiale » l’allemand « allgemeine Weltliteratur » - au se (...)

8Après avoir replacé les usages de la littérature mondiale dans les constellations intellectuelles qui leur sont historiquement liées, J. David montre que leurs métamorphoses ne sont pas uniquement conditionnées par des variations sémantiques7, mais par des évolutions institutionnelles (analyser ce qu’est la « littérature mondiale » permet par exemple d’aborder les processus de canonisation). Une conclusion s’impose : si les débats actuels sur la littérature mondiale sont violents et apparemment insolubles, c’est parce que la formule porte une ambiguïté essentielle, se fondant sur plusieurs acceptions qui se croisent et se dénouent d’époque en époque selon des configurations complexes, au point de rendre le dialogue presque impossible tant ses acteurs parlent de choses différentes. Le recours à l’autorité du sage de Weimar n’y change rien ! Il faut prendre son parti de cette prolifération analytique, chacune des approches mises au jour nourrissant le grand projet que tous, y compris J. David, partagent : écrire une histoire mondiale de la littérature.

Une socio-histoire urbaine de l’activité intellectuelle

9J. David donne à son propos la forme inédite d’une fiction dialoguée entre le narrateur - « moi » - et « lui », un cadre supérieur itinérant rencontré dans un aéroport, qui devient en quelque sorte son alter ego. Le renversement de perspective s’appuie donc sur un renversement esthétique : le dialogue problématise immédiatement des aspects qu’une analyse académique aurait pu aplatir ; plutôt que d’adopter un ton polémique, l’auteur recrée une conversation piquante entre gens de bonne compagnie. L’analyse philologique, fondée sur un ensemble de textes astucieusement amenés (les personnages feuillettent une revue, consultent des extraits sur leur tablette électronique) s’ancre dans une socio-histoire urbaine de l’activité intellectuelle.

10La focalisation sur différentes capitales culturelles permet en outre d’éviter les pièges du grand récit : impossible en effet de restituer la totalité des prises de position sur la Weltliteratur depuis Goethe, de même qu’il serait chimérique de brosser un tableau de l’histoire de la littérature mondiale. À une totalisation hasardée, l’auteur préfère donc la description d’une configuration limitée, mais ramifiée dans le temps et dans l’espace ; aux gigantesques reconstitutions, les coups de sonde qui permettent à la fois la contextualisation précise de l’analyse et la perspective élargie.

  • 8 Le terme de « glocalization » inventé par Roland Robertson (Roland Robertson, « Glocalization : Tim (...)

11Ce choix méthodologique tranche avec la proposition qu’avait faite J. David dans sa contribution au collectif Où est la littérature mondiale (2005) ? Il appelait alors à « une macro-histoire de la littérature mondiale » fondée sur de vastes dépouillements, « un véritable travail collectif, articulé autour d’hypothèses simples mais rigoureuses, et tirant parti des nouvelles possibilités électroniques de mise en réseau des compétences » : une histoire inspirée de celle des Annales et du Centre Fernand Braudel de Binghampton dirigé par Immanuel Wallerstein, ainsi que des méthodes du Centre de sociologie européenne de Pierre Bourdieu. Depuis, J. David a changé de cap, et privilégie le modèle archipélagique de l’anthropologie de la mondialisation et les lectures « glocalisées »8 des phénomènes littéraires.

Les vertus du dialogue

12Le choix de la fiction dialoguée constitue assurément l’un des principaux apports de Spectres de Goethe. Refusant le monologue qu’impose l’Université par la standardisation des modèles rédactionnels (article, essai), J. David opte pour une forme ouverte, ludique, mêlant argumentation et méditation, théorie et roman. À travers son livre, la recherche en sciences humaines montre ses coutures ; elle révèle comment délimiter un corpus, bâtir une chronologie, adapter sa méthode à l’objet. Partant du constat que la notion de littérature mondiale s’est pensée collectivement, des Conversations de Goethe avec son secrétaire Eckermann au Manifeste du parti communiste co-rédigé par Marx et Engels, en passant par les échanges savants entre Auerbach et Strich, J. David insère sa réflexion dans une conversation fictive qui replace la mondialisation des biens culturels (un commerce) dans le réseau des sociabilités qui les conditionnent (un autre commerce).

13Parmi les modèles que réactive le dispositif dialogique, prévaut certainement L’Arche russe (2002), long-métrage où le réalisateur Alexandre Sokourov dialogue avec un écrivain français excentrique, qui lui fait revisiter les polémiques qui entourèrent la tentation russe de l’européanisme à mesure qu’ils traversent le Palais d’Hiver et l’Ermitage. Dans Spectres de Goethe, l’interlocuteur du narrateur, un homme plus âgé, ayant vécu aux États-Unis, et vraisemblablement originaire de l’ancienne aire soviétique, n’est pas sans rappeler le « spectre » qui donne la réplique à Sokourov.

14Pour suggestif qu’il puisse paraître, le titre de l’ouvrage invite à d’autres lectures : Faust, où un « docteur » se retrouve aux prises avec le diable en habit d’ironiste, dramatise évidemment l’écriture de Spectres de Goethe. Sous les clins d’œil manifestes (l’interlocuteur du narrateur fait figure de « Méphistophélès rieur »), percent des renvois plus subtils, comme la description de la Foire de Francfort en Sabbat des sorcières, ou l’imprégnation relativiste de l’ouvrage, qui rappelle le pessimisme faustien (son fameux « À quoi bon ? »).

15Inspiré par le dialogue philosophique tel que Diderot l’a manié dans son Rêve de d’Alembert, J. David fait de Franco Moretti un nouveau Bordeu. Beau pied de nez à l’Université, que de convertir en personnage de papier l’un de ses représentants, surtout lorsque ledit représentant a construit sa carrière en marge des circuits et des méthodes académiques traditionnelles ! Au modèle de la critique conversationnelle, pratiqué notamment par Albert Thibaudet au début du XXe siècle, se joignent enfin celui de l’entretien sociologique et de l’expérience de pensée (se dresse ici le spectre de Wittgenstein).

16L’ouvrage s’achève ainsi sur un appel implicite à l’enquête de terrain, qui nuance le relatif pessimisme de certaines des interrogations qu’il porte, comme si, sortis de l’examen des corpus, les protagonistes pouvaient enfin être « simplement heureux » d’avoir découvert qu’il y a encore tant à dire, à penser, à sonder. Le bonheur qu’offre la littérature mondiale réside donc dans la quête plutôt que dans sa résolution. De ce point de vue, la conclusion présentée à la fin du livre n’offre qu’une illusoire résolution de l’énigme : Goethe n’aurait certes pas pu concevoir l’idéal de la Weltliteratur (le rêve d’une mondialisation littéraire liée à la circulation restreinte d’œuvres choisies) s’il n’avait pas lu, en français, le roman chinois Les deux cousines, peu prisé en Orient, mais promis à un véritable succès lors de sa circulation sur le marché européen du livre. Spectres de Goethe, on l’a vu, ne peut toutefois se résumer à ce bilan.

Un manifeste

  • 9 Franco Moretti, Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérat (...)
  • 10 Contrairement à Goethe, qui défendait une vision normative de la « littérature mondiale », et craig (...)

17Le lecteur n’aura pas oublié que c’est aux Prairies ordinaires, qui accueillent aujourd’hui Spectres de Goethe, qu’était parue en 2008 la version française du Graphes, cartes et arbres9 de Moretti. Cette jeune maison parisienne, fortement marquée par son orientation marxiste, importe en traduction des textes de théoriciens critiques anglophones qu’elle juge trop peu abordés : David Harvey, Perry Anderson, Stanley Fish, Frederic Jameson par exemple, chez qui l’interrogation sur le rapport de la culture à l’hégémonie ouvre un programme de recherche vivant. L’ouvrage de J. David suit parfaitement cette ligne : non seulement il donne toute sa place à l’acception marxienne de la littérature mondiale10, en révélant combien elle est centrale en dépit de son caractère apparemment vague et isolé, mais il souligne le rôle du capitalisme d’édition dans l’élaboration de la formule - aspect négligé autant par Moretti que Casanova, pourtant formés à l’école marxiste.

  • 11 Voir, entre autres, L’Implication de texte. Essai de didactique de littérature, Presses universitai (...)

18À la manière du Manifeste du parti communiste, qui s’ouvre sur la nécessité de combattre les fausses vérités, désignées comme des « spectres », l’ouvrage de J. David prend une forme militante lorsqu’il évoque la crise qui touche spécialement l’enseignement de la littérature dans une Europe astreinte à la démocratisation des publics universitaires, à la professionnalisation des parcours et à la rentabilisation de l’ensemble. Pour qui connaît les travaux de J. David sur la didactique de la littérature11, la question pédagogique apparaît comme l’un des fils rouges du livre, reliant le narrateur à des acteurs plus ou moins visibles : Moulton, Auerbach, Damrosch. En les suivant, on comprend que la définition et les usages de la littérature mondiale sont eux-mêmes conditionnés, au fil du temps, par l’internationalisation du public étudiant et les migrations académiques mondiales (Moretti et Spivak, respectivement originaires d’Italie et d’Inde, enseignent aux États-Unis).

  • 12 Eric Auerbach, « Philologie der Weltliteratur » (1952), traduit par Marie et Edward Said en 1969.

19On entrevoit alors le rôle central que remplit le bloc intitulé « Pédagogies » : cette partie plus brève que celles qu’elle encadre ne s’attache pas seulement à des figures ou des corpus méconnus, qu’on ait jugé secondaire un personnage comme Richard Green Moulton ou que la rareté des sources entrave l’enquête, comme dans le chapitre consacré aux usages de la littérature mondiale en Russie soviétique. Quoiqu’il n’ait pas la stature d’un Goethe, Richard Green Moulton, l’auteur de World Literature and its Place in General Culture (1911), n’a pourtant rien de mineur ; non seulement le projet porté par cet enseignant britannique nommé à l’université de Chicago dans les années 1890 a modifié la physionomie de l’enseignement supérieur nord-américain jusque dans les années 1940-1960 (époque où Mortimer Adler fonde l’enseignement de la littérature sur l’étude de « chefs-d’œuvre fondateurs ») et contribué à faire de Chicago l’un des centres de l’histoire mondiale, mais il a politisé les usages nord-américains de la littérature mondiale au point que, lorsqu’Edward Said traduit l’article qu’Auerbach a consacré à la question12, il conserve « Weltliteratur » « pour neutraliser les connotations idéologiques que charriait la ‘world literature’ dans les années 1960 ».

Quelle chronologie de la mondialisation littéraire ?

  • 13 Voir sur ce point le célèbre article de Craig Calhoun « The Class Consciousness of Frequent Travele (...)

20Le projet d’une histoire mondiale de la littérature implique de penser la chronologie de la littérature à l’échelle mondiale. Or sur ce point précis, on peut discuter les propositions de Jérôme David. D’emblée, ce dernier justifie en effet l’actualité de la question en recourant à un argument très souvent mobilisé dans les études sur la mondialisation, celui d’un tournant mondial - une nouvelle « configuration culturelle » imposée à la littérature au cours des trois ou quatre dernières décennies : « la circulation des œuvres littéraires [serait] devenue pour partie transnationale, sous l’impulsion d’un secteur éditorial qui opère par-delà les frontières étatiques ou linguistiques ». La justification de l’interrogation sur la littérature mondiale repose donc d’abord sur l’affirmation d’une rupture historique fondamentale dans le cours de la littérature, qui impose de l’extérieur, et d’abord au « frequent traveller »13, un réaménagement de ses priorités. Avant le tournant des années 1980, ou à peu près, le cadre national constitue la forme a priori la plus adaptée pour penser la et les littératures, alors qu’une focale différente s’impose ensuite. Quitte à durcir le propos, naturellement plus subtil, avant 1980 prévaudrait le cadre national, remplacé depuis 1980 par le cadre mondial. Sous cet angle, c’est bien un changement de l’état du monde qui motive l’interrogation du savant du début du XXIe siècle, de même que c’est une transformation du monde qui justifierait, au mitan du XIXe siècle, l’émergence de la Weltliteratur comme problème pour Goethe et Marx, dans le sillage d’une révolution capitaliste mondiale du commerce littéraire.

21Rapidement, toutefois, s’insinue chez le lecteur une forme d’incertitude gênante face à cette mise en récit essentielle à la position de parole de l’auteur, dès que ce dernier évoque les transformations épistémologiques qu’impose la mondialisation littéraire : « ce faisceau d’interrogations dont la littérature mondiale semblait être le centre de gravité, la matrice épistémologique, promettait d’enrichir l’analyse des œuvres littéraires d’une attention à leur circulation transnationale. Cet infléchissement s’imposait, pour ainsi dire, dans le cas des littératures dites postcoloniales » écrit J. David, avant de conclure : « la constitution des cultures littéraires gagne donc à être pensée d’un point de vue transnational à partir de la seconde moitié du XXe siècle, sinon dès le dernier tiers du XIXe ». L’hésitation sur les bornes chronologiques mobilisées pose donc question : les années 1980 semblaient décisives, du point de vue du capitalisme éditorial, mais la référence aux littératures « dites postcoloniales » impose une chronologie différente, celle des lendemains de la Seconde guerre mondiale et des luttes de décolonisation, animées notamment par des écrivains. L’allusion au « dernier tiers du XIXe siècle » accentue encore l’ambiguïté de la justification historique : à quoi correspond alors le tournant mondial de la littérature, s’il peut remonter à 1880 ? Faut-il d’emblée se situer dans « la très longue durée culturelle », comme y invite peu après J. David, pour écrire une « histoire globale de la littérature » ? Cela signifierait que le tournant mondial des années 1980 n’aurait pas de consistance particulière, et ne serait pas réellement à l’origine de l’enquête.

22Ces considérations rejoignent une réflexion déjà un peu ancienne dans la profession historienne, sur la datation de ce que l’on nomme mondialisation, et qui, s’agissant de mondialisation littéraire, désigne principalement la circulation des auteurs, des œuvres et des théories littéraires, soit à l’échelle planétaire, soit simplement à travers les frontières nationales (les deux acceptions sont présentes dans le texte de Jérôme David, sans être toujours nettement distinguées). Dire cela ne signifie pas céder au petit jeu de la régression chronologique, qui tendrait à reporter la mondialisation toujours en amont, sous le prétexte qu’elle se s’enracinerait dans le XIXe siècle (l’expansion européenne, coloniale et commerciale), le XVIIIe siècle (les années 1760 comme décennie globalisante), le XVIe siècle (l’expansion européenne et la constitution d’une économie-monde atlantique), voire le Moyen-âge (l’expansion eurasiatique de l’islam, la mondialisation mongole et turque, etc.).

  • 14 Franco Moretti, Atlas du roman européen (1800-1900), traduit de l’italien par Jérôme Nicolas, Paris (...)

23Question épineuse, qui n’a pas vraiment fait l’objet d’une évaluation scientifique approfondie. Or les seules études précises dont on dispose pourraient inverser la perspective qui est celle de J. David : Moretti (2000) et Wilfert-Portal (2012)14 montrent que le deuxième tiers du XIXe siècle, par exemple, est marqué par l’effondrement de la part des romans étrangers en traduction dans la production romanesque francophone et anglophone, précisément au « temps de la mondialisation littéraire » dont semblent parler Goethe et Marx. Au contraire, le XIXe siècle peut aussi être pensé comme une période d’intenses constructions de frontières littéraires, de durcissement des discours sur les littératures nationales, de structuration des vies littéraires et universitaires européennes en espaces nationaux protégés par la puissance étatique. Après tout, d’ailleurs, faut-il vraiment opposer intensité des circulations et nation(alisation), « échanges » littéraires et nationalismes culturels ? En réalité, pour une bonne part, la mondialisation se fonde sur la généralisation de la forme de domination politique et culturelle que constitue l’État-nation, et ce de manière suivie depuis le milieu du XVIIIe, précisément depuis que la littérature en langue vernaculaire européenne est rentrée dans l’ère des best-sellers en traduction, à l’époque de Werther….

24Si nationalisation et mondialisation littéraires ne s’opposent plus (la Foire de Francfort assure l’intense circulation de productions culturelles dûment estampillées comme nationales, et à ce titre pleinement désirables dans un monde d’États nationaux et de publics nationalisés) alors notre temps n’a peut-être rien de particulièrement mondial, et si la question de la littérature mondiale resurgit avec une force inconnue, c’est peut-être d’abord le fait des transformations internes au monde savant qui la porte. Cela n’invalide nullement l’interrogation sur la mondialité de la littérature : qu’il suffise de proposer qu’elle est consubstantielle, en qualité au moins (mais pas en extension géographique, là est une différence centrale) à ce que nous entendons par littérature, depuis deux siècles et demi.

25Spectres de Goethe, qui se présente comme un voyage intellectuel et spatial à travers les diverses théorisations de la littérature mondiale et les lieux qui les ont informées, dessine déjà, de manière parfois un peu imprécise, une histoire mondiale de la littérature. Cette esquisse, marquée par l’air du temps des globalisation studies, oppose trop rapidement nationalisation et mondialisation littéraires. Elle clôt ainsi bien vite des échappées pourtant prometteuses, alors que la traversée des théories de la Weltliteratur ouvre des perspectives essentielles pour une histoire mondiale de la littérature à venir, en proposant une série de schèmes analytiques pouvant aider à comprendre la mondialité de la littérature. Marx proposait de penser le régime de mondialité de la littérature à travers le modèle du marché, en fonction d’un rapport entre offre et demande équilibré par la médiation du prix. C’est une part de la modélisation mobilisée par Franco Moretti, mais celui-ci y ajoutait, au temps de l’Atlas du roman européen (2000), l’attention à la territorialisation des rapports de marché, adoptant les notions de centre et de périphéries issues d’Immanuel Wallerstein, mais aussi celle, gramscienne, d’hégémonie : l’histoire mondiale de la littérature, en l’espèce du roman, visait à comprendre sa contribution à la construction du pouvoir symbolique dans le monde.

26Marché, système-monde : on peut y ajouter le modèle du champ, tiré notamment des Règles de l’art de Pierre Bourdieu et projeté sur un corpus international par Pascale Casanova, en une riche synthèse au cœur de laquelle se trouve beaucoup moins le rapport au marché qu’un système de littératures nationales au capital symbolique inégal. On peut suggérer aussi le réseau des métropoles, qui structure aussi bien les circulations d’œuvres et d’auteurs que la construction des grandeurs littéraires, dans une perspective qu’on pourrait dire latourienne, en suivant le fil de la focalisation urbaine proposée par J. David. On ne saurait oublier enfin le régime international de la littérature mondiale, surtout depuis que les états conçoivent la littérature comme une denrée essentielle de leur soft power, depuis qu’ils favorisent, selon des configurations diverses, importation et exportation littéraire, et que la représentation de leur « littérature nationale » dans les grandes foires et festivals internationaux est un enjeu diplomatique significatif même en période de paix, soit à peu près depuis les lendemains de la Seconde guerre mondiale.

27Spectres de Goethe propose une déambulation érudite, élégante et subtile dans la tradition planétaire de la Weltliteratur, qui égrène de capitale littéraire en métropole culturelle une discussion prise et reprise sur la notion de littérature mondiale. Il invite à se saisir d’un sujet protéiforme, qui constitue à la fois un champ de bataille privilégié des cultural studies, un angle d’observation passionnant pour la pensée de la mondialisation, et une mise en question cruciale de certains de nos a priori pédagogiques les plus ancrés. Ce débat savant s’ancre dans l’observation des formes immédiates de la mondialisation : la librairie d’aéroport, où triomphent à la fois le commerce et la loi d’airain de la domination symbolique, et la Foire du livre de Francfort, immense sabbat des éditeurs et des agents littéraires, où se négocient les droits de tout ce qui nourrira les librairies, et où se reconstruisent sans cesse des « littératures nationales » parfaitement solubles dans le marché. Par facilité, les chercheurs francophones se sont souvent réfugiés derrière cette forme « impure » de la mondialité littéraire pour écarter tout ce qui se dit et s’écrit de captivant sur la littérature à l’échelle mondiale. Spectres de Goethe rendra, gageons-le, leur splendide isolement moins aisé, parce que J. David y montre que penser la littérature mondiale n’impose pas nécessairement un labeur accablant, une prédication dans le désert ou une soumission à la domination du globish, mais peut tout au contraire donner à sentir le « vertige des foisonnements » et aider à concevoir de plus profonds agencements.

Top of page

Notes

1 Franco Moretti, « Conjectures on World Literature », New Left Review, January-February 2000, http://newleftreview.org/II/1/franco-moretti-conjectures-on-world-literature

2 Gayatri Chakravorty Spivak, Death of a Discipline, New York, Columbia University Press, 2003, XII-128 p. ; David Damrosch, What is World Literature, Princeton University Press, 2003, 324 p.

3 Jean-François Bayart, Les Études postcoloniales, un carnaval académique, Paris, Karthala, « Disputatio », 2010, 126 p.

4 Pascale Casanova, La République mondiale des Lettres, Paris, Seuil, « Points essais », 2008 [1999], 510 p. L’apport de cet ouvrage est rappelé par Marielle Macé dans « La critique est un sport de combat », initialement paru dans la Revue internationale des idées et des livres (n° 9, janvier-février 2009), repris dans Acta Fabula, mars 2009 (vol. 10, n°3), http://www.fabula.org/revue/document4929.php

5 Christophe Pradeau et Tiphaine Samoyault dir., Où est la littérature mondiale ?, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, « Écrits et savoirs », 2005, 155 p.

6 Didier Coste, « Le Mondial de littérature », Acta Fabula, automne 2005 (vol. 6, n°3), http://www.fabula.org/revue/document1096.php

7 On traduit d’ordinaire par « littérature mondiale » l’allemand « allgemeine Weltliteratur » - au sens strict, « littérature universelle », et dans certains cas « littérature complète ».

8 Le terme de « glocalization » inventé par Roland Robertson (Roland Robertson, « Glocalization : Time-Space and Homogeneity-Heterogeneity », in Mike Featherstone, Scott Lash, Roland Robertson dir., Global Modernities, London, SAGE Publication, 1995, p. 25-44) diagnostique le fonctionnement de la mondialisation, notamment du point de vue des contenus culturels : il implique que la globalisation, loin d’effacer les particularités locales, ne s’effectue que dans un cadre local, et donc consiste en la production et la resémantisation localisées de mouvements et de contenus globaux. Le terme peut aussi porter un choix méthodologique : l’étude de la globalisation (ici de l’histoire mondiale de la littérature) doit nécessairement être localisée, travailler des incarnations particulières, situées et dialogiques de formes et genres littéraires d’ampleur mondiale. L’anthropologie de la globalisation fournit ainsi un modèle d’enquête qui cherche à restituer la mondialité de la littérature par la description intensive d’objets localisés mais faisant système entre eux, sur le modèle de l’archipel.

9 Franco Moretti, Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature de Moretti, traduction d’Étienne Dobenesque, préface de Laurent Jeanpierre, Paris, Les Prairies Ordinaires, « Penser / Croiser », 2008, 144 p. Marc Escola en rend compte dans « Voir de loin. Extension du domaine de l’histoire littéraire », Acta fabula, juin 2008 (vol. 9, n°6), http://www.fabula.org/revue/document4291.php

10 Contrairement à Goethe, qui défendait une vision normative de la « littérature mondiale », et craignait que cette dernière se noie dans une conception marchande de la culture, Marx thématise la mondialisation littéraire comme un effet du capitalisme, et n’oppose pas la littérature mondiale à la littérature industrielle.

11 Voir, entre autres, L’Implication de texte. Essai de didactique de littérature, Presses universitaires de Namur, Namur (Belgique), « Diptyque », 2010, 152 p. et « La didactique de la littérature : impasses et promesses », in M. Burger, Langues et littératures pour l’enseignement du français en Suisse romande : problèmes et perspectives, Lausanne, Cahier du Centre de Linguistique et des Sciences du langage, 2010, p. 77-89.

12 Eric Auerbach, « Philologie der Weltliteratur » (1952), traduit par Marie et Edward Said en 1969.

13 Voir sur ce point le célèbre article de Craig Calhoun « The Class Consciousness of Frequent Travelers : Toward a Critique of Actually Existing Cosmopolitanism », South Atlantic Quarterly, Fall 2002 101(4), p. 869-897.

14 Franco Moretti, Atlas du roman européen (1800-1900), traduit de l’italien par Jérôme Nicolas, Paris, Seuil, 2000 ; Blaise-Wilfert Portal, « Traduction littéraire : approche bibliométrique », in Yves Chevrel, Lieven D’hulst, Christine Lombez dir., Histoire des traductions en langue française. Dix-neuvième siècle, Paris, Verdier, 2012, p. 255 sq.

Top of page

References

Electronic reference

Sarah Al-Matary and Blaise Wilfert-Portal, « Comment écrire une histoire mondiale de la littérature ? », Lectures [Online], Review Essays, 2013, Online since 29 September 2013, connection on 20 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12316

Top of page

About the authors

Sarah Al-Matary

Maître de conférences en littérature à l’université Lumière Lyon 2.

Blaise Wilfert-Portal

Maître de conférences en histoire contemporaire et chercheur à l'Institut d'histoire moderne et contemporaine.

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page