Navigation – Plan du site

Nelcya Delanoë, D’une petite rafle provençale…

Manuel Braganca
D'une petite rafle provençale...
Nelcya Delanoë, D'une petite rafle provençale..., Paris, Seuil, 2013, 217 p., préface de Laurent Joly, ISBN : 978-2-02-111383-9.
Haut de page

Texte intégral

1D’une petite rafle provençale… de Nelcya Delanoë est un livre surprenant puisqu’il contient en fait trois textes, entremêlés : une étude historique extrêmement bien documentée sur une rafle ou, plutôt, sur deux rafles qui eurent lieu à Villeneuve-lès-Avignon en août 1942 et en juillet 1943, et qui étaient tombées dans l’oubli ; le making of de cette étude avec tous ses aléas, ses hasards, les encouragements mais aussi les silences ou la gêne de certaines personnes rencontrées, témoins directs, indirects ou préposés aux archives ; et, enfin, des éléments biographiques et familiaux qui transparaissent tout au long de l’ouvrage et à travers lesquels le lecteur comprend progressivement combien cette enquête historique doit à l’histoire personnelle de son auteure.

  • 1 Villeneuve se trouve en fait dans le département du Gard et la région Languedoc-Roussillon, mais l’ (...)

2L’enquête historique elle-même porte sur deux rafles provençales1 dont l’auteure, qui habite à Villeneuve une partie de l’année, retrouve la trace tout à fait par hasard grâce à la photocopie d’un poème d’Aragon intitulé « Le médecin de Villeneuve », que lui transmet une amie : écrit en août 1942, Aragon y dénonce « le temps des Pastoureaux », une allusion évidente aux massacres de Juifs perpétrés en France en 1320. Censuré par Vichy, ce poème ne fut publié que l’année suivante dans une revue suisse.

3Jonglant entre les archives municipales, les archives départementales, les archives de la gendarmerie à Vincennes mais aussi des renseignements qu’elle glane lors d’entretiens avec des habitants de Villeneuve et des environs ou encore sur internet, Nelcya Delanöe arrive à reconstituer la trame de la rafle évoquée par Aragon. Mieux, ou pire encore, elle découvre au fil de ses recherches l’existence d’une seconde rafle en juillet 1943, une rafle encore plus enfouie dans les mémoires que la première, bien qu’un témoin confesse s’en souvenir car « on en avait beaucoup parlé à l’époque ». Cette seconde rafle, intervenant après novembre 1942, est dirigée cette fois par les autorités allemandes avec l’appui de voyous locaux qui profitent de cette aubaine pour rançonner les familles juives, quitte à peut-être les livrer malgré tout par la suite afin de toucher également la prime des autorités allemandes.

4Tout n’est pas noir dans cette étude qui croise habilement sources écrites, sources orales et ressources électroniques, et où l’on devine des silences salvateurs et des erreurs administratives qui n’en furent peut-être pas. Malgré tout, ce furent presque une vingtaine de Juifs qui furent déportés lors de ces deux rafles, sur la soixantaine qui vécurent ou séjournèrent à Villeneuve pendant la guerre. C’est à eux tous, à ceux qui survécurent et à ceux qui furent déportés et assassinés, que Nelcya Delanoë veut rendre hommage en notant avec soin, sur une vingtaine de pages, leur état civil ainsi que les éléments biographiques qu’elle réussit à retrouver au fil de ses recherches.

5Micro-histoire, cette étude, l’auteure en convient, est chargée émotionnellement par la figure de sa grand-mère, Eugénie, radiée de l’Ordre des médecins par Vichy car juive. Faute de pouvoir payer la cotisation qui était exigée d’elle, elle ne fut jamais réinscrite au tableau de l’Ordre. « De tout cela j’enrage encore », écrit Nelcya Delanoë qui, tentant de faire aboutir la démarche de sa grand-mère de manière posthume, se verra expliquer que celle-ci aurait pu faire une demande d’exonération mais qu’elle n’avait « certainement pas pensé à la demander ». Logique administrative ubuesque que l’auteure dénonce encore, avec force et émotion, en racontant cette fois sa propre mésaventure lorsqu’elle dut renouveler sa carte d’identité. Née à l’étranger de parents et grands-parents également nés à l’étranger, mais française par filiation (son père est né au Maroc et sa mère est devenue française par mariage), elle se retrouve incapable de produire tout autre document attestant de sa nationalité : « trop de guerres, de déménagements, d’accidents, de négligences ». L’étonnement se mêle bientôt à la colère et même sans doute à la peur devant une situation qui lui rappelle celle de sa grand-mère : « On ne serait donc jamais à l’abri, dans cette République ? Toujours on pourrait nous rayer des cadres, nous radier du droit à notre droit ? » (p. 209).

6Ces questions restent sans réponse et, derrière la bureaucratie républicaine, c’est le spectre de celle de Vichy, un régime obsédé par ceux qu’il percevait comme des étrangers, qui se dessine sous la plume de Delanoë. Enquête historique fascinante sur le sort des Juifs, sur l’opinion publique et sur les rivalités de pouvoirs dans un village en zone non-occupée puis en zone Sud entre 1940 et 1944, ce beau texte de Nelcya Delanoë est aussi un appel à la vigilance, au présent.

Haut de page

Notes

1 Villeneuve se trouve en fait dans le département du Gard et la région Languedoc-Roussillon, mais l’auteure justifie son titre par l’influence historique et culturelle d’Avignon sur Villeneuve que seul le Rhône sépare géographiquement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuel Braganca, « Nelcya Delanoë, D’une petite rafle provençale… », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12323

Haut de page

Rédacteur

Manuel Braganca

Chercheur au sein de l’ « Institute for Collaborative Research in the Humanities » à Queen’s University Belfast, Irlande du Nord

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page