Navigation – Plan du site

Séverine Mathieu, L’enfant des possibles. Assistance médicale à la procréation, éthique, religion et filiation

Cécile Thomé
L'enfant des possibles
Séverine Mathieu, L'enfant des possibles. Assistance médicale à la procréation, éthique, religion et filiation, Paris, Editions de l'Atelier, 2013, 191 p., préf. René Frydman, ISBN : 978-2-7082-4212-8.
Haut de page

Texte intégral

1Séverine Mathieu s’intéresse dans cet ouvrage aux liens entre AMP (Assistance Médicale à la Procréation) et éthique religieuse ou non religieuse. Son travail repose sur une enquête de terrain menée en 2009 et 2010 au sein d’un CECOS (Centre d’étude et de conservation des œufs et du sperme) et d’un service de biologie de la reproduction. Cette enquête consiste en l’observation de 138 consultations pour bilan de fertilité, la réalisation de 20 entretiens avec 31 personnes engagées dans une procédure d’AMP (appartenant majoritairement aux classes favorisées, et parmi lesquelles on compte 13 pratiquants : 10 catholiques, 2 musulmans et 1 protestant évangélique), observation de « staffs » (réunion des personnels médicaux) et observation ethnographique.

2Le point de départ de ce travail est la question de la place de la religion dans le processus technique qu’est l’AMP, qui permet de questionner « les compromis à l’œuvre en matière de respect des normes institutionnelles religieuses » (p. 12). Mais plus globalement, l’auteure s’intéresse à la question de l’éthique déployée par les couples hétérosexuels (mariés ou faisant la preuve d’une vie commune depuis deux ans) ayant recours à l’AMP en France aujourd’hui, ainsi que par le personnel médical. Il s’agit donc de comprendre pourquoi on décide d’avoir recours à l’AMP, comment on le justifie, ou encore où l’on situe les limites de cette aide technologique.

  • 1 Voir à ce sujet les travaux de Danièle Hervieu-Léger, et en particulier Le pèlerin et le converti. (...)

3Concernant les personnes croyantes, l’auteure souligne l’importance de l’aménagement des règles religieuses, dans une vision pragmatique et individualiste1 de la religion. Un « bricolage » s’effectue en effet, entre les normes de l’Eglise et les leurs : ainsi, les personnes parviennent à mettre « Dieu » et le procédé technique sur un même plan : « les personnes m’expliquent que, bien qu’étant au courant des interdits, c’est Dieu qui décide au bout du compte. Chantal précise que "C’est Dieu qui fera que je suis enceinte. Donc s’il n’est pas d’accord, il ne le fera pas." » (p. 35).

4Mais Séverine Mathieu s’intéresse aussi de manière plus globale aux « élus de l’AMP » (p. 41), en distinguant trois types de logiques justificatives de la part des soignants quant à l’autorisation de l’entrée en AMP pour les couples. Une logique juridique d’abord : si les médecins ont une marge de manœuvre, l’argument juridique leur permet de décourager les requêtes qu’ils n’approuvent pas. Une logique compassionnelle ensuite, qui peut conduire à la prise en charge de cas limites : « l’équipe sera sensible au cas d’une femme atteinte par le VIH à la suite d’un viol, qui sera prise en charge par le service, bien qu’âgée de 42 ans » (pp. 53-54). Enfin, le dernier aspect que les soignants peuvent mettre en avant est l’aspect culturaliste (les personnes d’origine africaine pouvant être considérées comme ayant un « très grand sens de la famille » (p. 56)). On peut regretter ici qu’il n’y ait pas d’analyse du racisme qui se dégage des différentes situations rapportées.

5Une question fondamentale est bien sûr celle du « désir d’enfant », « condition préalable et intangible » (p. 59) au processus d’AMP. L’auteure souligne d’ailleurs que, dans les cas d’insémination artificielle avec donneur (de sperme), les soignants se servent de ce « désir » comme d’une légitimation de la paternité : c’est le désir qui fait le père, et non pas les gènes transmis. Il est d’ailleurs intéressant de noter que, dans les cas de dons d’ovocytes, ce qui fait la mère c’est la grossesse, la parenté étant alors « rebiologisée ». Le « désir d’enfant » apparaît cependant borné par des principes éthiques, et n’ouvre pas un « droit à l’enfant » (expression que les couples n’emploient d’ailleurs quasiment pas). Etre en parcours d’AMP amène à être plus ouvert aux différentes formes familiales, et beaucoup des enquêtés sont en faveur de l’ouverture du processus aux couples lesbiens. Ce n’est cependant pas le cas de la majorité de ceux qui revendiquent une appartenance religieuse (ni des personnes se situant à droite sur l’échiquier politique), qui arguent de l’intérêt de l’enfant et de la nécessité d’avoir un père et une mère (voire du fait que l’homosexualité serait « une malédiction », p. 80). La majorité des personnes interrogées semble en tout cas opposée à l’AMP pour les célibataires, la conjugalité apparaissant comme une condition sine qua non. L’AMP respecte ainsi un ordre familial traditionnel, mis en avant du côté des couples comme de celui des soignants. Une autre borne à ce désir d’enfant est la référence à la nature, le processus étant « renaturalisé » : « On laisse faire la nature », répètent les médecins (p. 87). Lors des dons, les CECOS cherchent d’ailleurs à trouver des donneurs ayant des caractéristiques physiques semblables à celles du père ou de la mère, maintenant ainsi la ressemblance physique et « le simulacre d’une conception "naturelle" », dans le souci d’être des parents « comme les autres » (pp. 90-91) : la parenté « naturelle » et la parenté « sociale » apparaissant donc comme complémentaires.

6La question du naturalisme se pose de manière particulièrement forte dans le cas du débat sur l’anonymat des dons de gamètes (sperme et ovocytes). Deux discours s’y affrontent : le droit de connaître ses origines, et la nécessité de préserver un modèle familial considéré comme traditionnel. L’auteure retrace les différents débats autour de cette question, ainsi que les travaux existants à ce sujet. Ceux qui s’opposent à une levée de l’anonymat soulignent que cela pourrait revenir à redonner une place au biologique, et réduire fortement le nombre de donneurs. Au contraire, pour ses partisans, cette levée ne remettrait pas en cause la paternité du père « d’intention ». Dans leur majorité, les patients rencontrés se prononcent pour le maintien de l’anonymat, et ce d’autant plus qu’ils sont encouragés par le personnel médical à considérer le sperme comme un simple matériau, dissocié de toute idée de parenté. La levée potentielle de l’anonymat ferait alors craindre l’irruption d’une personne extérieure au sein de la famille, ainsi qu’une remise en cause possible de la virilité des hommes infertiles. La question de la nécessité du dévoilement aux enfants de leur mode de conception fait cependant l’unanimité (alors même que les donneurs sont choisis pour ressembler aux parents), parmi les soignants comme parmi les couples. Il faut toutefois noter que cet idéal de transparence est relativement récent, les pratiques évoluant au fil du temps.

  • 2 Bertrand Pulman, Mille et une façons de faire des enfants. La révolution des méthodes de procréatio (...)
  • 3 Jennifer Merchant, Procréation et politique aux Etats-Unis, 1965-2005, Paris, Belin, 2005.

7Dans un dernier chapitre, l’auteure s’attache à définir les contours de « l’éthique à la française » forgée par les différents acteurs de l’AMP. La crainte de créer quelque chose d’incontrôlable (eugénisme, marchandisation, perte de repères moraux…) apparaît en effet très forte, les États-Unis représentant alors le « repoussoir » (p. 123) ultime, dans cette « atmosphère de surenchère éthique »2. Les États-Unis apparaissent en effet comme le lieu d’un business non-encadré (alors même que la situation est bien plus contrastée3). La GPA (gestation pour autrui) est aussi largement rejetée par les enquêtés, à la fois à cause de la peur de la marchandisation du corps qu’elle pourrait représenter, mais aussi du fait du lien « biologique » créé durant grossesse entre l’enfant et la mère d’intention (et qui n’existerait donc pas dans le cas de d’une GPA). Une autre question éthique d’importance est celle du statut de l’embryon : les couples doivent en effet décider de l’avenir des embryons surnuméraires (destruction, don à un autre couple, ou don à la recherche). L’embryon peut en effet apparaître comme un enfant en devenir ; les pratiquants catholiques, suivant en cela les avis de l’Eglise, se prononcent contre la destruction, alors que les non-pratiquants sont plus partagés.

8Finalement, cette riche enquête permet de montrer que les croyants ne sont pas seuls à développer une éthique de l’AMP : « Il apparaît que ces repères ne puisent pas seulement à des réservoirs de sens religieux. Il est une morale séculière qui s’est construite sur des normes d’inspiration chrétienne, mais pas nécessairement. » (p. 143). Avoir les points de vue des soignants et des couples en demande d’AMP est aussi un vrai atout, qui permet de montrer comment les deux se co-construisent. On peut cependant regretter que les mécanismes de domination et les rapports de pouvoir (de classes, de races, de genres, ou encore entre le personnel médical et ceux qui les consultent) ne soient pas plus mis en avant (la question de la classe n’est ainsi développée qu’en annexe). Cet ouvrage est cependant très éclairant sur l’entrée en AMP, qui concerne aujourd’hui de plus en plus de couples, et sur les valeurs qui entourent celle-ci.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce sujet les travaux de Danièle Hervieu-Léger, et en particulier Le pèlerin et le converti. La religion en mouvement, Paris, Flammarion, 1999.

2 Bertrand Pulman, Mille et une façons de faire des enfants. La révolution des méthodes de procréation, Paris, Calman-Lévy, 2010.

3 Jennifer Merchant, Procréation et politique aux Etats-Unis, 1965-2005, Paris, Belin, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Thomé, « Séverine Mathieu, L’enfant des possibles. Assistance médicale à la procréation, éthique, religion et filiation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 05 octobre 2013, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12362

Haut de page

Rédacteur

Cécile Thomé

Elève de l’ENS de Lyon, agrégée de Sciences Economiques et Sociales, étudiante en M2 « Genre, politique et sexualité » à l’EHESS

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page