Navigation – Plan du site

Michel Wieviorka, Le Front national, entre extrémisme, populisme et démocratie

Éric David
Le Front national, entre extrémisme, populisme et démocratie
Michel Wieviorka, Le Front national, entre extrémisme, populisme et démocratie, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Interventions », 2013, 87 p., ISBN : 978-2-7351-1620-1.
Haut de page

Texte intégral

1Dire du Front national (FN) qu’il est un objet permanent d’observation et d’interrogation des analystes politiques est presque un truisme. La dernière production de Michel Wieviorka le confirme. Dans un livre apparemment vite écrit et pour le moins modeste - relevant plus du fascicule au vu de la minceur du contenu -, le sociologue tente de faire le point sur l’évolution du FN et son nouveau visage depuis l’arrivée de Marine Le Pen à la présidence de ce parti. Découpé en quatre parties - totalement déséquilibrées -, l’auteur introduit son propos en revenant brièvement sur les notions d’« extrémisme » (sans la définir) et de « populisme » qu’il accole au FN, et invite à deux constats : le FN est inscrit dans la durée et a le souci de participer aux affaires dans le respect des règles démocratiques. Et pour expliquer son essor depuis les années 1980, la crise du système politique est certes évoquée, mais la prise en compte des transformations sociales générales est, dans l’ascension de ce parti, tout aussi déterminante selon l’auteur.

2Ainsi la première partie revient-elle, à grands traits, sur la matrice fondatrice du FN et le contexte de sa naissance (1972), à savoir la sortie des Trente Glorieuses dont l’effet est de provoquer une grande mutation, notamment du point de vue de l’immigration : « de travail », celle-ci devient immigration « de peuplement ». Percevant les transformations de la société française, le FN se développe et engendre ses premiers succès (1983). Mais à l’époque, il n’est « qu’un grondement sans structuration réelle, sans l’organisation partisane, ni l’enracinement local qui lui permettrait d’être porteur d’espoirs pour ceux dont il exprime les peurs et ressentiments ». Critique à l’égard de l’Etat « redistributeur », le FN encore quelque peu « poujadiste » veut la disparition de l’impôt sur le revenu ou encore la suppression de postes de fonctionnaires. Et malgré la radicalité de son leader face aux forces du système (PC, PS, UDF, RPR), le FN n’est pas un parti violent ou putschiste : il entend réussir par la voie électorale.

3Une nouvelle étape se profile dans les années 1980 et 1990 avec la déstructuration du modèle français (désindustrialisation, République en crise, mondialisation, construction européenne). Mais le FN ne s’aventure guère sur les registres social et républicain : s’intéressant avant tout à la Nation et à son homogénéité culturelle, il demeure toujours anticommuniste. Et pour ce qui est de l’antisémitisme, on note qu’il n’est plus seulement de son fait ou le propre de la France catholique de droite : pénétrant désormais les milieux issus de l’immigration, il trouve un renouveau dans le cadre du refus de l’existence de l’Etat d’Israël. D’une manière générale, les partis en place éprouvent des difficultés pour se positionner face au FN : si certains reprennent à leur compte ses principales idées pour capter son électorat, les autres continuent à marquer leur distance. Jouant avec cette tension, le FN vivifie le sentiment d’une inertie des acteurs politiques classiques et la deuxième moitié des années 2000 ouvre donc un espace pour le FN. Mais entre le déclin personnel de son chef, les dissidences, l’endettement du parti et la montée en puissance de Nicolas Sarkozy, le FN se trouve finalement à la peine : la matrice fondatrice est usée.

4L’année 2011, qui marque la succession de Jean-Marie Le Pen et met à la tête du parti sa fille, Marine, laisse entrevoir un « deuxième FN » : celui-ci entend s’adresser aux « oubliés » et aux « invisibles », aux perdants d’une modernisation en panne (employés, précaires). Le discours mettant l’accent sur le social, un nombre important d’ouvriers vote FN (35 % en 2012) et le syndicalisme, lui-même, peine à résister à la pénétration de ses idées : certains militants et même responsables, attachés à l’Etat régulateur et aux services publics, incarnent le nouveau visage d’un parti débarrassé de l’ultralibéralisme des années 1980.

5L’arrivée de Marine Le Pen coïncide donc avec un travail intense visant à moderniser et à dédiaboliser le FN. Si l’anticommunisme n’a plus lieu d’être, Marine Le Pen délaisse aussi les références à la Seconde Guerre mondiale et aux Juifs qu’elle tente d’ailleurs de rallier à sa cause, et qui pour certains d’entre eux n’hésitent pas à s’en rapprocher. Le FN n’a certes pas tout abandonné de ses références antérieures, mais la vieille extrême droite est en tout cas affaiblie au sein du « deuxième FN » grâce au rajeunissement des cadres, lesquels entendant parvenir aux affaires ne souhaitent pas s’enfermer dans la radicalité de postures protestataires. Ainsi, pour dénoncer l’islamisation de la société française, Marine Le Pen use du vieux thème républicain de la laïcité, une rhétorique qui lui permet de l’installer non dans la nostalgie et le nationalisme mais dans les catégories plus modernes et progressistes d’un discours émancipateur. On note aussi un nouveau rapport à l’Etat et à la société. Consciente que son électorat se situe en partie en zone périurbaine où les services publics manquent parfois cruellement, l’Etat, « composante essentielle de l’âme de la France », est désormais sollicité : par rapport au discours du père, il s’agit d’une rupture. Fustigeant le règne de l’argent et des marchés financiers, elle n’hésite pas à se tourner vers les fonctionnaires, notamment les enseignants, et abandonne le discours qui stigmatise les administrations pléthoriques. De fait, en flattant un électorat encore imprégné d’une culture de gauche, une nouvelle synthèse apparaît : celle d’un nationalisme étatiste et d’un républicanisme affirmé. Enfin, attentive à l’évolution générale des mœurs, Marine « la divorcée » reste, sur des questions comme l’avortement ou l’homosexualité, assez prudente.

6Alors, quel avenir pour ce « deuxième FN » ? Disposant de peu d’ancrages locaux conséquents, le vote FN est diversifié et ses sources, multiples, peuvent se combiner. En effet, entre un sentiment fort de décomposition sociale et la volonté de préserver un cadre de vie distant de l’immigration, le FN attire aussi bien des pauvres et des laissés-pour-compte que des quadras installés dans l’existence. D’un point de vue thématique, l’immigration, l’insécurité et les élites restent à l’honneur. Désormais, avec l’islam, le FN considère l’immigration sous un angle religieux et plus seulement national ou culturel. L’insécurité est aussi constamment convoquée, de même que la critique traditionnelle des élites et des politiciens : la dénonciation du système « UMPS », sur fond de corruption, de clientélisme ou de gaspillage d’argent public est une tendance lourde.

7La tension demeure donc réelle entre la vocation tribunitienne et populiste du parti, et son désir d’accéder à la représentation politique, à l’institutionnalisation. Pour M. Wieviorka, même s’il ne faut pas exagérer son importance par rapport à d’autres partis de même type en Europe, et s’il est nécessaire de relativiser l’idée associant son renouveau thématique à sa montée en puissance, le FN est désormais, en 2012, présent presque partout en France, et non plus seulement à l’est de la ligne Le Havre/Perpignan. La poussée périurbaine en témoigne : le FN recule peut-être dans les grandes villes et les banlieues, mais c’est au profit de zones rurales ou urbaines excentrées.

8Estimant que le FN ne peut exister que dans l’ambivalence « diabolisation-dédiabolisation », l’auteur conclut que le FN dispose, dans une perspective d’institutionnalisation accélérée, d’atouts majeurs. Et si cette dédiabolisation intégrale n’est pas encore acquise, elle constitue désormais un horizon possible : en effet, le FN apparaît comme la seule expérience politique que les Français n’ont pas encore testée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric David, « Michel Wieviorka, Le Front national, entre extrémisme, populisme et démocratie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 08 octobre 2013, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12371

Haut de page

Rédacteur

Éric David

Docteur en Sociologie politique (Université Paris Ouest Nanterre), Ministère de l’Education nationale, Paris

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page