Navigation – Plan du site

Sandrine Lévêque, Denis Ruellan, Journalistes engagés

Guillaume Goasdoué
Journalistes engagés
Sandrine Lévêque, Denis Ruellan (dir.), Journalistes engagés, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2010, 180 p., EAN : 9782753512115.
Haut de page

Texte intégral

1Un journaliste peut-il (ne pas) être engagé ? Cette question est en quelque sorte le fil conducteur de l'ouvrage qui regroupe des contributions sur les tensions consécutives aux formes d'engagements professionnels et militants. Que penser de l'écart qui existe entre la définition d'un journaliste « libre de toutes attaches, rapporteurs des faits bruts et de la réalité » et, de l'autre côté, la définition d'un journaliste « auxiliaire de la démocratie, défendant un projet de société, bref d'un journalisme de combat, chargé d'éclairer le peuple y compris en défendant ses propres idées » (Lévêque).

2Les textes abordent aussi bien le cas des journalistes « critiques » de presse locale (Frisque), des journalistes « indépendants » (Ferron) ou des journalistes politiques de quotidiens à grand tirage (Saitta, Kaciaf, Sourp-Taillardas). Les terrains étrangers (Liban, Mexique, Allemagne et Italie) introduisent judicieusement les spécificités et les relations ambivalentes des systèmes médiatiques et politiques (Aubret, Ferron, Hubé, Saitta). De son côté D. Ruellan propose un travail original en analysant les représentations cinématographiques (1975-1988) de la figure du reporter. Il voit illustré à travers une sélection de films une déclinaison de paradoxes convergeant vers l'idée que « le reporterisme capable de neutralité est chimère ».

3Le dilemme entre l'engagement et la distanciation se manifeste particulièrement chez les rubricards politiques qui sont en prise avec leur trajectoire, l'identité de leur journal et les exigences professionnelles de leur activité. De façon schématique, si dans le contexte libanais un journaliste peut être recruté quasi-explicitement en fonction de son positionnement politique et de son appartenance confessionnelle il en va autrement en France. Dans l'hexagone, où la « presse de parti » n'est présente qu'à la marge, les auteurs observent plutôt une tendance à la « neutralisation » du traitement politique qui s'explique par différents motifs tels que les logiques commerciales, l'arrivée d'une nouvelle génération de journalistes moins politisés, un désenchantement quant au pouvoir réel des politiques, la dé-spécialisation des journalistes, la conjoncture politique, etc. Pour les rubricards qui couvrent le Front national (Sourp-Taillardas) ou les journalistes « alternatifs » qui traitent du sommet de Cancún pour le climat (Ferron), les auteurs constatent un processus d'ajustement qu'ils qualifient d'« abstention motivée » ou d'« engagement distancié ». Les affinités politiques sont (provisoirement) tempérées par les préceptes professionnels auxquels les journalistes donnent une certaine priorité. Ce type d'ajustement professionnel s'applique également aux expériences de « presse alternative de gauche » qui ont été lancées dans les années 1970 en France et en Allemagne (Libération et Tageszeitung). N. Hubé explique ainsi qu'être « une entreprise politique sous contrainte commerciale » conduit irrémédiablement à effectuer des arbitrages discutables.

  • 1 Voir par exemple le documentaire, abondamment commenté, diffusé par ARTE en février 2010 : « 8 jour (...)

4D'un point de vue méthodologique l'ouvrage démontre l'intérêt qu'il y a à collecter différentes sortes de matériaux au-delà des seuls discours et écrits de ses interlocuteurs. Si par exemple des journalistes peuvent tenir des propos très critiques sur leur métier1, il faut pouvoir les rapporter aux pratiques observées, aux trajectoires des acteurs et aux réseaux de contraintes qui encadrent les activités. Une autre remarque empirique est soulevée par N. Kaciaf à propos de la difficulté à trouver un consensus sur la matérialisation et l'interprétation des indices politiques dans les contenus journalistiques. Si la question de l'engagement peut dans un premier temps se rapporter aux choix personnels du journaliste on voit clairement dans un deuxième temps que l'ajustement ou la « conversion au journalisme » répond davantage à des impératifs d'ordre structurel.

5Enfin ce compte rendu forcément réducteur ne pourra pas retranscrire la densité des articles qui sont issus pour la plupart de travaux de thèse. Les démonstrations et les constats sont convergents et au final la compilation des sujets et des théories permet d'éclairer finement les formes de la tension engagement/distanciation. L'ouvrage aurait peut être mérité un sous titre pour guider les lecteurs les moins initiés sur un sujet que l'on sait difficile à définir. L'introduction de S. Lévêque est donc particulièrement utile pour expliciter l'objet de ce livre. Il s'agit ici principalement de voir comment certains journalistes tentent de concilier leurs différents engagements avec cohérence quand bien même, comme le souligne D. Ruellan, « être journaliste, c'est être pris dans un réseau d'engagements tous vertueux et impossibles à réserver, impossible à respecter exclusivement ».

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple le documentaire, abondamment commenté, diffusé par ARTE en février 2010 : « 8 journalistes en colère » avec Arlette Chabot, Jean-Pierre Elkabbach, Éric Fottorino, Axel Ganz, Franz-Olivier Giesbert, Edwy Plenel, David Pujadas et Philippe Val

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Goasdoué, « Sandrine Lévêque, Denis Ruellan, Journalistes engagés », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 09 janvier 2011, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1238

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page