Navigation – Plan du site

« La construction de l’expérience », Recherche & Formation, 70

Didier Bastide
La construction de l'expérience
« La construction de l'expérience », Recherche et formation, n° 70, 2013, 162 p., Lyon, ENS Éditions, coll. « Institut français de l'éducation », ISBN : 9782847883947.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Recherche et formation, n° 42, 2003 : « L’analyse de l’activité : approches situées » (coordonné pa (...)

1La rubrique « Entretien » de la revue Recherche & formation donne la parole à François Dubet dans son numéro 70. Après un retour sur l’émergence et la place de la notion « d’expérience » dans ses travaux, l’auteur affirme : « je dirais que l’expérience est un travail. Ce qui distingue l’activité de l’expérience, c’est que l’expérience est aussi un travail sur soi, c’est une activité sur soi. Ce n’est pas simplement faire des choses, c’est faire des choses qu’on a le sentiment de maîtriser ». Ainsi cette livraison de Recherche & Formation, s’empare-t-elle du concept d’expérience, dans le prolongement du numéro consacré à l’analyse de « l’activité », paru en 2003, puis plus récemment de celui dédié à l’étude du « travail » et des « organisateurs de l’activité »1 dans l’enseignement (le sous-titre de la revue étant alors pour les professions de l’éducation). Plus exactement, il est question ici des processus de construction de l’expérience. Ce dossier, coordonné par André Zeitler, Jérôme Guérin et Jean-Marie Barbier, se compose de six contributions, complétées par la rubrique « Autour des mots ». Celle-ci rappelle que l’expérience, longtemps cantonnée dans le champ de la formation des adultes ne s’impose que récemment comme « référence majeure aussi bien en éducation que dans les métiers où des personnes agissent sur l’activité d’autres personnes (orientation, conseil, management, soins) ».

2Dans leur présentation, les coordonnateurs du dossier reviennent sur les différentes acceptions, à la fois familières et complexes, de la notion d’expérience, afin d’adopter un parti pris pour l’analyse. La ligne éditoriale retenue considère l’expérience comme « ce qu’acquiert la personne par la pratique d’une activité en situation dans un temps donné », qui se transforme en ressources, « censées permettre à la personne d’agir dans d’autres situations similaires ».

3Les deux premières contributions proposent une clarification conceptuelle, suivant des approches différentes. Pour Peter Jarvis, se référant aux travaux de Dewey, l’expérience suppose deux conditions : la continuité et l’interaction. Les expériences d’une personne consistent en une suite d’interactions avec l’environnement social et peuvent être «  à la fois ré-actives (initiées par l’environnement) ou pro-actives (initiées par la personne) ». Pour André Zeitler, il s’agit de rompre avec une conception quantitative selon laquelle « le temps d’activité serait la condition essentielle (si ce n’est la seule) de la construction de l’expérience ». Cette dernière est également fondée, en bonne part, sur les capacités interprétatives des personnes concernant l’environnement de leur action. C’est le développement de ces habitudes d’interprétations, autrement dit ces « apprentissages expérientiels », qui sont présentés en suivant. Deux processus sont mis à jour : d’une part, la transformation d’habitudes d’interprétation existantes, et d’autre part, la création de nouvelles habitudes.

4Dans la contribution suivante, Serge Leblanc et Carole Sève présentent les résultats d’une recherche portant sur l’utilisation d’un dispositif de vidéo-formation par une enseignante débutante. Les auteurs s’intéressent aux transformations potentiellement induites par le visionnage de différentes séquences relatives au thème de « l’entrée en classe et la mise au travail ». L’étude met en relief la variation des points de vue adoptés par l’enseignante novice face à l’activité observée, réalisée par des pairs plus ou moins expérimentés, ainsi que l’imbrication de différents processus dans la construction de l’expérience, ici remodelée à l’aide de nouvelles significations et interprétations. Cette contribution peut être rapprochée de l’article de Jérôme Guérin et Catherine Archieri concernant l’utilisation du jeu dramatique dans le cadre de la formation initiale d’une étudiante de master « enseignement ». Ce dispositif s’avère également propice à la transformation des diverses composantes de l’expérience. Les auteurs montrent que l’activité théâtrale permet, notamment, « d’agir différemment dans un contexte perçu comme anxiogène ».

5La contribution de Joris Thievenaz concerne les médecins du travail. L’analyse porte sur la situation de consultation, sur l’activité de « dialogue » avec le salarié. Les habitudes acquises et produites par l’expérience orientent l’action de prévention du praticien, dans des situations pour partie toujours singulières, qui peuvent conduire à enrichir et à transformer ces habitudes. Ceci se produit par exemple lorsqu’une « enquête » est conduite, afin de mieux comprendre la situation professionnelle du salarié, donc les conséquences de celle-ci sur son état de santé.

6Enfin, Patrick Mayen et Paul Olry questionnent l’expérience de travail de jeunes adultes en formation professionnelle. La recherche porte sur les transformations des relations que les élèves de CFA et de lycées professionnels entretiennent avec leur environnement, dans les situations de confrontation au travail. Les caractéristiques de ces situations sont inventoriées. Elles permettent de saisir que « si l’apprenti apprend le travail, il apprend dans le même mouvement le monde qui compose ce travail ». Les données recueillies, par entretiens et au cours d’observations, montrent que l’expérience professionnelle peut s’avérer très satisfaisante. Elle est l’espace de finalisation de l’activité, des apprentissages, jusqu’alors peu éprouvés. Et à ce titre, elle peut receler « autant ou plus de potentiels que les expériences scolaires ».

7Au final, si les recherches empiriques ne sont pas toutes d’égal intérêt, Recherche & Formation réussit parfaitement le pari de rendre compte des processus de construction de l’expérience. Ce dossier permet au lecteur de saisir – pour reprendre Dubet – que « l’expérience est ce qui m’arrive et ce que j’en fais. L’expérience, c’est la capacité, pour les acteurs, à mobiliser des matériaux qui sont distribués socialement et ne leur sont pas propres, [c’est] faire quelque chose de singulier et de propre avec ce matériau, comme un musicien contraint par un code harmonique mais qui invente malgré tout ».

Haut de page

Notes

1 Recherche et formation, n° 42, 2003 : « L’analyse de l’activité : approches situées » (coordonné par Jean-Marie Barbier et Marc Durand), n° 56-2007 : « Les organisateurs de l’activité enseignante : perspectives croisées » (coordonné par Marc Bru, Pierre Pastré et Isabelle Vinatier), n° 57, 2008 : « Le travail enseignant : crises et recompositions, du local à l’international, retour sur le métier » (coordonné par Françoise Lantheaume).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Bastide, « « La construction de l’expérience », Recherche & Formation, 70 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 11 octobre 2013, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12404

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page