Navigation – Plan du site

Marc Bernardot, Captures

Kelly Poulet
Captures
Marc Bernardot, Captures, Editions du Croquant, coll. « Kriticos », 2012, 189 p., ISBN : 978-2-36512-015-9.
Haut de page

Texte intégral

1Les politiques actuelles de contrôle migratoire des pays occidentaux visent-elles réellement à réduire l’immigration ? À travers une analyse originale, l’ouvrage de Marc Bernardot, synthèse de plusieurs années de recherche consacrées à cette thématique, renverse cette rhétorique. Barricades érigées, frontières externalisées, arrestations, internements et déportations d’individus, autant de dispositifs qui témoignent de la militarisation de la question migratoire et qui justifient l’attention particulière des sciences humaines et sociales. Cette militarisation vise, selon l’auteur, à contrôler et à maintenir dans l’insécurité des populations illégalisées, les soumettant à la flexibilité et les plaçant dans des formes de sous-citoyenneté institutionnelles. Le sociologue critique de manière aussi brillante que radicale les politiques volontaires d’exploitation. Au cœur de cet ouvrage, il développe la métaphore des « guerres de captures », en référence à celles qui se sont déroulées dans les confédérations iroquoises du XVIe au XIXe siècle, fondées sur la mobilisation des hommes récupérés à l’ennemi. La transposition de ce modèle de capture aux sociétés occidentales contemporaines permet de rendre compte de la dimension fondamentalement guerrière et économique des politiques migratoires mises en œuvre par les pays occidentaux qui, à travers celles-ci, (re)construisent leurs rapports à l’étranger. Par ce système de guerre de captures, Marc Bernardot nous révèle comment l’altérité est redéfinie par les États occidentaux qui perpétuent des « modèles coloniaux et impériaux tant en matière de gouvernementalité et d’exploitation qu’en termes de rapports de classe, de “race”, de genre et de rapport à l’espace ».

2L’ouvrage aborde les transformations concomitantes des structures étatiques et de la gestion des étrangers en Occident, puis le rôle joué par le système économique capitaliste depuis cinquante ans dans la guerre aux migrants, et enfin la dimension culturelle du rapport de domination entre l’Occidental et l’étranger.

3La première partie s’attache à montrer comment s’est institutionnalisée depuis le XIXe siècle la guerre aux migrants. Selon l’auteur, la crise économique de 1973, souvent mise en avant comme point de départ de la généralisation de l’optique sécuritaire, n’est pourtant pas le véritable tournant des politiques migratoires. Caractéristiques des guerres de décolonisation, les techniques de gestion actuelles de la migration, opérant une triangulation entre les luttes contre l’immigration, contre le terrorisme et contre la criminalité organisée, avec au cœur du dispositif de contrôle le camp d’étranger, prennent source dans les méthodes de maintien de l’ordre utilisées par les militaires dans les anciennes colonies. C’est d’ailleurs à partir de la guerre d’indépendance algérienne que la présence d’étrangers en métropole est perçue comme une menace invasive. Depuis les années 1990 et la chute du mur de Berlin, la gestion des migrations a évolué selon deux tendances fortes. Les intérêts étatiques et privés ont convergé peu à peu, remettant en cause les principes démocratiques des sociétés occidentales. En effet, la généralisation de l’optique sécuritaire contamine aujourd’hui l’ensemble des institutions étatiques, jusqu’à « enrôler tout le corps social dans la guerre aux migrants », notamment certains civils jugés indésirables ; les étrangers post-coloniaux et ceux perçus comme tels. Ceux déjà ciblés par des discriminations systémiques sont devenus suspects, tout comme est suspecte leur appartenance nationale. Les ministères régaliens ont étendu leur emprise sur les questions sociales et ont accru leur rayon d’action. Parallèlement, un certain nombre d’acteurs issus de courants néolibéraux ont fait de la migration une question de ressources. La privatisation des fonctions régaliennes devient un élément clé pour comprendre la situation actuelle, concourant à la fragmentation de la souveraineté nationale. Le groupe Bouygues a pu bénéficier des marchés publics et, par le biais de ses filiales, construire des centres de rétention gérés par le groupe Vinci. L’État n’a plus le monopole de la violence, « souvent présentée comme caractéristique de la constitution moderne des États-nations ».

4La deuxième partie de l’ouvrage s’attache à montrer que le processus guerrier enclenché est une « ruse du marché », un produit du système économique capitaliste. Depuis les années 1980, l’approche industrielle de la contention est devenue la caractéristique la plus significative des guerres de captures. Les multinationales prennent en charge et participent au dispositif guerrier avec les autorités militaires, diffusant une « culture collective du soupçon de la peur et de la guerre contre toute altérité ». La gestion des migrations est devenue un véritable marché parce qu’une série d’acteurs sont en concurrence pour obtenir le monopole de celle-ci. Les migrations paraissent indispensables à un grand nombre de domaines économiques qui se battent pour attirer les « petites mains de la globalisation ». Le migrant illégalisé devient disponible pour l’employeur, « désirable en tant qu’objet de production et de domination » et déportable car « pris au piège des filets qui [l’]ont capturé ». Il y a donc, certes, des candidats au déplacement ; l’auteur insiste toutefois sur un élément important : il est incontestable que les migrations à l’échelle mondiale sont organisées par différents pays et institutions. Des types de migrants peuvent être privilégiés pour des emplois spécifiques, notamment les femmes, qui deviennent plus qu’une armée de réserve : « l’armée de confort » de la globalisation. Les échelles raciales issues du schéma colonial sont réactualisées, au service du nouvel ordre des guerres de captures d’un Occident « viril qui se voudrait blanc immaculé et protégé de sa miscégénation ». La concurrence instaurée précarise davantage les migrant(e)s qui subissent le maximum de violences, d’ordre physique, symbolique et/ou économique.

  • 1 Bouamama Saïd, « l’espace mental colonial comme matrice du racisme contemporain », Revue Les figure (...)

5L’usage de cette violence se justifie d’ailleurs par la « dimension culturelle des guerres de captures », objet de la troisième partie de l’argumentaire. D’une part, la dimension spectaculaire de la chasse à l’étranger vient normaliser ces régimes de captures, notamment par les discours employés, contribuant à mettre en valeur les « attributs du chasseur blanc ». D’autre part, la construction de régimes d’altérité basés sur les représentations invasives et menaçantes de « l’ennemi radical » se décline sous trois figures qui, à bien des égards, s’imbriquent et sèment la confusion : le criminel, le terroriste et le clandestin. Les stéréotypes raciaux sont mobilisés pour influencer les modes de perception des « minorités », ou encore de la « diversité », catégorie aussi floue que d’usage courant, ciblant en premier lieu ceux que l’on ne pourrait nommer comme tels, les non-blancs. Si ces derniers ne sont pas « émeutiers, dealers ou islamistes », ils sont distingués pour leur aptitude, supposée innée et morphologique, à réussir dans le sport ou la musique, par exemple. Ainsi se révèle « l’espace mental colonial »1 de l’État-nation et sa structure raciale. L’industrie de l’entertainment procède au contrôle et à la capture en sélectionnant les jeunes et en écartant les plus subversifs d’entre eux. La production culturelle des dominés se doit de ne pas être contestataire. Nous en avons eu la preuve dernièrement avec l’accusation de « racisme anti-blanc » envers le groupe de rap ZEP, qui dénonce dans une chanson l’ordre racial dominant et les méfaits du système capitaliste. « La culture ou le corps du minoritaire ne peuvent que subir capture ou délégitimation », affirme Marc Bernardot.

6On peut attendre que cet ouvrage concis mais d’une grande richesse empirique et théorique circule dans les milieux intellectuels autant que militants. Captures réinscrit les migrations dans une perspective macro-sociale et socio-historique. À travers la métaphore des guerres de captures, le sociologue et militant offre la possibilité de percevoir de manière décalée ces politiques régressives et répressives vis-à-vis non seulement des migrants mais également des descendants post-coloniaux. Le lecteur découvre les arcanes du marché global qui organise les mouvements de populations, redéfinit les cadres de perception des altérités et, plus largement, modélise les rapports sociaux de sexe, de classe, de race et d’espace à partir des sociétés occidentales « qui se vivent comme unitaires et unifiées ». En pensant les dominations, Bernardot n’en occulte pas moins les chemins d’émancipation qui se dessinent comme l’accès à de nouvelles formes de citoyennetés ouvertes, transnationales et protectrices. C’est donc à la collectivité qu’il revient de faire poids contre la petite oligarchie qui mène cette guerre ouverte et globale.

Haut de page

Notes

1 Bouamama Saïd, « l’espace mental colonial comme matrice du racisme contemporain », Revue Les figures de la domination [en ligne], mis en ligne le 18 mars 2013, URL : http://lesfiguresdeladomination.org/index.php?id=1033.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kelly Poulet, « Marc Bernardot, Captures », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 11 octobre 2013, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12405

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page