Navigation – Plan du site

James Costa (dir.), « Enjeux sociaux des mouvements de revitalisation linguistique », Langage & Société, n° 145, troisième trimestre 2013

Colette Milhé
Enjeux sociaux des mouvements de revitalisation linguistique
James Costa (dir.), « Enjeux sociaux des mouvements de revitalisation linguistique », Langage & Société, n° 145, troisième trimestre 2013, 155 p., Maison des Sciences de l'Homme, ISBN : 978-2-7351-1606-5.
Haut de page

Texte intégral

1Comme son nom l’indique, la revue n’envisage pas le langage comme déconnecté de ses usages. Dans le présent numéro consacré aux langues « post-vernaculaires », James Costa et les autres auteurs, qui se placent dans le cadre d’une sociolinguistique critique, proposent d’emblée une perspective originale à savoir ne pas se situer dans une approche en termes de langues en danger, langues à sauver. Ce qui permet déjà d’esquiver la confusion entre militantisme et science.

2Ils préfèrent alors envisager les discours sur les langues dans leur contexte d’émission ce qui permet de restituer les dynamiques qui les traversent et leur caractère non figé. Comme ces discours n’existent pas dans l’absolu, ils montrent l’importance de considérer les interactions entre les différents acteurs en scène, qui peuvent être les Etats, les locuteurs, les militants mais aussi des acteurs internationaux (Unesco, ONG…)

3Se dégageant de la problématique strictement linguistique, ce dossier ambitionne d’étudier ce qui se joue au-delà de la revendication linguistique ou, dit autrement, de répondre à la question suivante : si des mouvements mobilisent la catégorie « langue » (qui devient alors un instrument) quelles revendications sociales plus obscures cela révèle-t-il ?

4Le dossier est constitué de trois articles. Le premier, de Costa, appréhende deux siècles de renaissantismes en Provence, le second, de Sara Brennan la promotion institutionnelle de l’irlandais. Enfin Bénédicte Pivot étudie la revitalisation de la langue rama au Nicaragua. En conclusion, la sociolinguiste Jane Freeland commente ceux-ci.

5L’un des intérêts du dossier est la complémentarité des articles qui ne sont pas juste juxtaposés mais articulés. Ils sont liés par une perspective, une proximité, des références communes (Heller, Boutet, Duchêne…) tout en proposant une certaine diversité, des terrains, des approches, des méthodologies, des matériaux, de la dimension temporelle. Intéressons-nous à celle-ci.

6Costa choisit une perspective historique et cite à juste titre l’historien spécialiste du mouvement occitan, Martel mais peut-être dans l’excès. Si son article traitant d’une longue durée permet de mettre en exergue les profonds changements qui ont animé ce mouvement en deux siècles, on peut en effet regretter qu’il ne s’appuie qu’insuffisamment sur sa propre recherche. D’autant plus qu’il propose dans l’introduction de montrer que ces mouvements sont inscrits dans une contemporanéité.

7Son travail d’enquête porte sur le Collectif Provence qui inscrit son discours dans celui sur la mondialisation. Défenseur de « l’authenticité », des traditions et de l’enracinement, il renvoie l’adversaire occitaniste dans le camp de la globalisation. L’occitanisme serait en effet porté par des classes moyennes urbaines aisées perçues comme acquises aux idées de globalisation (p. 30) tandis que le Collectif Provence se pose en défenseur de ses victimes. Si Costa ne précise pas qui sont socialement les militants de ce collectif, il montre que ce qui est au fond en jeu, au-delà de la langue, c’est la légitimité à dire le local.

8On retrouve cette même dimension – la langue comme marqueur du local – dans l’article sur l’irlandais. Si l’on se trouve encore dans le contexte européen de la formation des Etats-nations, l’irlandais est menacé comme l’occitan mais à la différence près qu’il est langue officielle tout en étant singulièrement abandonné comme emblème justement du nationalisme au cours de l’histoire.

9Prémisse d’une enquête à venir, l’article étudie par une analyse documentaire le rôle des politiques de promotion impulsées par l’état irlandais, dans le cadre de la crise économique actuelle. Brennan s’intéresse à comment ce discours tente de lier deux dimensions qui peuvent sembler antinomiques : fierté et profit, en quelque sorte local et global, afin d’inciter notamment les entreprises à recourir de façon symbolique à l’emblème linguistique, valeur ajoutée sur le marché de l’authenticité. Elle ne manque pas alors de noter la déconnexion entre cet usage de la langue et les locuteurs, ce qui sera peut-être l’objet de son enquête ?

10Comme le souligne Jane Freeland dans la discussion finale, il est important de ne pas considérer les différents mouvements de revitalisation comme un bloc monolithique mais de tenir compte de leur diversité et de leurs contextes d’apparition. En cela, l’article sur le rama au Nicaragua permet d’aborder un contexte historique et politique complètement différent.

11La promotion du rama s’inscrit ainsi dans un large mouvement propre au continent américain, de valorisation et d’accès à des droits institutionnels des indigènes. Tenant largement compte des évolutions politiques (du sandinisme à aujourd’hui), à la faveur de plusieurs enquêtes de terrain, Bénédicte Pivot montre pourquoi les Ramas ont abandonné leur langue puis pourquoi ils choisissent de mobiliser cette ressource, dans le cadre précis de l’émergence de droits indigènes, à la propriété de la terre en particulier. Pour cela, les Ramas doivent faire la preuve de leur existence en tant que groupe dont la langue (quoique disparue) devient un marqueur. On peut toutefois être surpris(e) au passage que l’auteure ne se réfère pas au livre sous la direction d’Amselle et M’Bokolo, Au cœur de l’ethnie. Ethnie, tribalisme et Etat en Afrique, Paris, La Découverte, 1999 (1985) qui traite entre autre de ces questions de construction ethnique.

12Le choix de la langue est largement déterminé par le discours alors dominant au niveau international en termes de richesse de la diversité linguistique à préserver. À la faveur d’un retour sur le terrain, Pivot découvre que la « ressource-langue » a été en grande partie délaissée pour faire place à la valorisation d’autres aspects culturels. Elle montre ainsi le pragmatisme en vigueur, les Ramas s’adaptent à l’évolution des priorités de l’UNESCO, ayant glissé vers la valorisation du patrimoine immatériel mais aussi aux changements d’orientation des ONG qui décident de ne plus financer les initiatives linguistiques mais plutôt l’aspect « traditions ». Par rapport aux objectifs que se fixait le dossier, cet article paraît le plus abouti.

13L’étude de trois cas concrets donne à voir la grande diversité des mouvements que l’on regroupe sous une étiquette commune et que, loin de témoigner d’une nostalgie passéiste, ils accompagnent des revendications sociales toutes contemporaines.

14En marge du dossier, un varia est consacré à l’évolution de la revendication basque, du droit à la différence au droit à l’égalité. Thomas Pierre se place dans une logique différente, en s’appuyant déjà de manière non critique sur une enquête sociolinguistique quantitative. Adoptant une posture sensiblement plus militante, parfois discutable, il essaie de montrer l’évolution du discours des militants en particulier culturels pour s’adapter et contourner la rigidité du modèle républicain français souvent qualifié de jacobin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Colette Milhé, « James Costa (dir.), « Enjeux sociaux des mouvements de revitalisation linguistique », Langage & Société, n° 145, troisième trimestre 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 14 octobre 2013, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12414

Haut de page

Rédacteur

Colette Milhé

Colette Milhé est docteure en anthropologie de l’université de Bordeaux 2 Victor Segalen. Sa thèse, soutenue en 2008, portait sur la faiblesse de l’occitanisme politique.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page