Navigation – Plan du site

Matthieu Gateau, Maud Navarre, Florent Schepens (dir.), Quoi de neuf depuis la parité ? Du genre dans la construction des rôles politiques

Caroline Robinet
Quoi de neuf depuis la parité ?
Matthieu Gateau, Maud Navarre, Florent Schepens (dir.), Quoi de neuf depuis la parité ? Du genre dans la construction des rôles politiques, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, coll. « Sociétés », 2013, 200 p., ISBN : 978-2-36441-054-1.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis les gender et women’s studies, développées aux États-Unis dans les années 1970, la notion de genre est devenue une catégorie analytique à part entière. En profitant à la compréhension des positions, des différences et des relations entre hommes et femmes, elle a également permis de prendre conscience et connaissance qu’à la distinction biologique naturelle s’ajoutent des divergences de genre émanant de nombreuses représentations sociales inspirées de stéréotypes historiquement institués.

2Cette publication collective s’inscrit pleinement dans ce champ théorique et, par-delà des approches pluridisciplinaires et contextuelles, propose une analyse du genre au sein de l’espace politique. Les douze contributions qui la composent examinent les influences et les effets du genre dans un contexte politico-social profondément marqué par des politiques publiques visant à davantage de parité. Leur principal objectif est alors d’établir un état des lieux de la division sexuelle existante au sein d’un espace politique emprunt à des processus d’égalisation pour l’accès et l’exercice des responsabilités politiques.

3Divisé en trois parties, l’ouvrage débute par une analyse épistémologique du concept de genre afin d’évaluer sa capacité à fournir une grille de lecture pertinente du politique. À cette fin, les auteurs commencent par analyser les traits de caractère, les vertus civiques spécifiques et les légitimités politiques attribuées selon le genre et les représentations sociales qui y sont corrélées (chapitres 1 et 2). Ils remarquent par exemple que les capacités d’écoute, d’engagement et d’empathie envers les concitoyens sont attribuées presque exclusivement aux femmes et que ces dernières doivent en témoigner dans l’exercice de leurs activités politiques. Edith Cresson, Premier ministre nommée en 1991, a été malheureusement victime de ces attendus prêtés au genre féminin (chapitre 3). À la difficulté de satisfaire pleinement aux exigences de sa fonction, s’est ajoutée celle de tenir un langage perçu comme adéquat aux attentes portées envers le genre féminin. Ce serait alors son « drôle de genre » (p. 53), ni vraiment féminin ni vraiment masculin, qui expliquerait au mieux cet échec. L’analyse des élections régionales de 2010 en Bourgogne (chapitre 4) ne fait qu’appuyer encore davantage cette importance du genre dans la compréhension de l’espace politique et dans la lecture contemporaine des jeux et enjeux existants.

4Au regard de ces constats, la deuxième partie s’interroge alors sur la capacité des caractéristiques inhérentes au genre à devenir des ressources politiques. Si les ressources attribuées à l’identité masculine bénéficient d’une image stable et ancrée (chapitre 7), celles attachées à l’identité féminine ne bénéficient pas des mêmes avantages. Selon les contextes et les enjeux politiques, elles peuvent être revendiquées ou reniées, profitables ou handicapantes. Les exemples d’implication des femmes dans le suffragisme français, les grèves de la CGT pendant la période du Front populaire et les élections municipales en Inde témoignent de la profonde ambiguïté de ces caractéristiques féminines (chapitres 5, 6 et 8). D’après les auteurs, ce serait la traduction en termes politiques des « fonctions et des compétences traditionnellement attribuées aux femmes en tant que mères de famille » (p. 127) qui en serait la cause. Par cette « métaphore domestique » (p. 125), la transposition de leurs caractéristiques privées dans le domaine public et politique n’est pas toujours à même de légitimer leurs compétences et leurs positions.

  • 1  Ce terme de care, courant en sciences sociales, désigne des qualités telles que le souci pour autr (...)

5S’appuyant sur les apports théoriques et analytiques précédemment mis en avant, la dernière partie peut désormais établir l’état des lieux de la division sexuelle et de la parité dans l’espace politique. Au travers de nouvelles illustrations, il est clairement démontré que l’interférence des caractéristiques de genre dans l’exercice des activités politiques empêche fortement l’établissement de la parité. Au Pakistan et en Roumanie (chapitres 9 et 11), les femmes restent imprégnées de cet ethos et de ce care1 qui limitent considérablement leurs possibilités d’action. Leurs responsabilités, leurs valeurs et leurs qualités « de femme » sont même préjudiciables lorsqu’elles souhaitent accéder à de hautes fonctions politiques. En France, le projet de loi porté par Simone Veil concernant l’interruption volontaire de grossesse reflète toute la difficulté d’être une femme en politique (chapitre 10). Son genre lui a permis de représenter légitimement l’ensemble de ses concitoyennes dans ce combat. Néanmoins, pour convaincre l’hémicycle majoritairement masculin, son argumentaire devait être pragmatique, rationnel et rigoureux, donc en accord avec les valeurs masculines prédominantes. Selon l’auteur, le vote de cette loi et la réussite de Simone Veil doivent beaucoup à sa capacité à allier féminité dans le symbole et masculinité dans les discours. Enfin, le dernier chapitre clôt cette étude par une analyse des particularités et des représentations concernant les époux de femmes politiques et les épouses d’hommes politiques. À place et position égales au sein du foyer, ces « compagnons » et « compagnes » restent différenciés par des considérations dépendantes de leur genre et des stéréotypes sociaux existants.

  • 2  Dans le même domaine de réflexion, je conseille cet ouvrage : Mossuz-Lavau Janine, Femmes/hommes. (...)

6En définitive, cet ouvrage nous donne un nombre important d’éléments de compréhension concernant les positions, les actions et les rapports sociaux entre les hommes et les femmes au sein de l’espace politique d’hier et d’aujourd’hui, en France comme à l’étranger. L’ensemble des analyses, des références bibliographiques et des illustrations permettent de prendre conscience théoriquement et empiriquement de la situation. Malgré la mise en place de mesures législatives encourageant la parité, hommes et femmes restent soumis à des caractéristiques et à des représentations profondément genrées et ancrées dans nos sociétés, ce qui nuit gravement à l’effectivité d’une égalité dans l’exercice des fonctions et des positions politiques2.

Haut de page

Notes

1  Ce terme de care, courant en sciences sociales, désigne des qualités telles que le souci pour autrui, la sollicitude, la prévenance ou encore l’empathie.

2  Dans le même domaine de réflexion, je conseille cet ouvrage : Mossuz-Lavau Janine, Femmes/hommes. Pour la parité, Presses de Sciences Po, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Robinet, « Matthieu Gateau, Maud Navarre, Florent Schepens (dir.), Quoi de neuf depuis la parité ? Du genre dans la construction des rôles politiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 18 octobre 2013, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12445

Haut de page

Rédacteur

Caroline Robinet

Master II de Sociologie Politique, spécialité « Construction Européenne et Sciences de la Société », Université Paris Descartes

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page