Navigation – Plan du site

Marco Martiniello, Penser l’ethnicité. Identité, culture et relation sociales

Aurélie Rochereuil
Penser l'ethnicité
Marco Martiniello, Penser l'ethnicité. Identité, culture et relations sociales, Liège, Presses universitaires de Liège, coll. « Manuel », 2013, 154 p., ISBN : 9782875620200.
Haut de page

Texte intégral

1Les médias traitent fréquemment de violence ou de conflits dits « ethniques », ayant lieu en Europe ou dans d’autres pays du monde. Dans ce contexte, Marco Martiniello, directeur de recherches FNRS et directeur du Centre d’études de l’ethnicité et des migrations de l’Université de Liège, nous offre « un examen du concept d’ethnicité ». Cet ouvrage permet de comprendre dans quelle mesure les sciences sociales peuvent parler de l’ethnicité et l’étudier. Marco Martiniello définit l’ethnicité, ses différents niveaux d’études, présente un certain nombre d’approches théoriques de l’ethnicité, analyse ses liens avec plusieurs concepts voisins et finit par une réflexion sur la place que peut occuper l’ethnicité dans la politique et les conflits.

2Le terme d’« ethnicité » apparaît dans le langage académique dans le monde anglo-saxon et est particulièrement utilisé en Amérique dans le contexte de la révolte des Africains-Américains dans la seconde moitié du XXe siècle. Cependant, ce concept a été relativement ignoré par les sciences sociales jusqu’au milieu des années quatre-vingt et est aujourd’hui encore très peu utilisé car perçu comme porteur d’un risque de théorisation raciale, ou comme une simple invention américaine. Après avoir expliqué la genèse du concept dans le premier chapitre, Martiniello définit dans le second l’ethnicité comme « une des formes majeurs de différenciations sociales et politique d’une part, et d’inégalité structurelle, d’autre part, dans la plupart des sociétés contemporaines. Elle repose sur la production et la reproduction de définitions sociales et politiques de la différence physique, psychologique et culturelle entre des groupes dits ethniques qui développent entre eux des relations de différents types (coopération, conflits, compétition, domination, exploitation, reconnaissance, etc.) ». L’ethnicité peut être étudiée sur trois niveaux d’analyse. Au niveau micro-social, afin de percevoir le sentiment d’appartenance de l’individu, au niveau macro-social pour comprendre les conséquences d’un classement ethnique pouvant être fait contre le gré de l’individu, ou encore au niveau groupal et méso-social pour découvrir comment l’identité ethnique peut être motrice de mobilisation et d’action collective.

3Le troisième chapitre dessine un aperçu global des théories de l’ethnicité. Marco Martiniello sélectionne les théories qui présentent un degré de généralité élevé et qui ont été reprises dans des études académiques. Il les classe en deux catégories : les théories naturalistes, qui expliquent l’ethnicité par des facteurs biologiques, et les théories sociales, qui examinent principalement les facteurs sociaux permettant d’expliquer les phénomènes ethniques.

4L’appel à la biologie ou à la nature humaine réalisé par les théories naturalistes est dénoncé dans cet ouvrage comme une forme de renoncement, un manque de persévérance des sciences sociales exposées à la difficulté d’expliquer le caractère émotionnel, difficile à objectiver, de l’attachement ethnique. Assez communément répandues, les théories naturalistes peuvent exercer une influence plus ou moins inconsciente sur les certains chercheurs. Mais elles sont réfutées par les théories sociales, qui s’appuient sur des facteurs sociaux pour expliquer les phénomènes ethniques, excluant ainsi tout risque de théorisation raciale. Pour les théories sociales, l’ethnicité n’est pas « une réalité donnée, naturelle, inévitable et finalement inexplicable ». Deux types de théories de l’ethnicité en sciences sociales sont alors présentés : les substantialistes et les non substantialistes. Les théories sociales substantialistes, désignées comme des « avatars du culturalisme », recherchent un contenu culturel spécifique supposé caractériser les groupes ethniques.

5Fredrik Barth, anthropologue norvégien, est le premier chercheur à rompre avec les théories substantialistes en s’intéressant à la manière dont s’élaborent les « frontières » ethniques, « ce qui est requis pour que des distinctions ethniques émergent dans une aire donnée ». La culture, constamment changeante, se révèle être une conséquence de l’établissement de frontières sociales et symboliques entre des groupes sociaux. L’ethnicité devient une question d’identité et d’organisation sociale et non plus un simple contenu culturel. C’est ainsi que certaines théories non substantialistes ont mis en évidence que toutes les dissemblances culturelles ne permettent pas aux individus de se classer ou de classer les autres en termes ethniques. Alors que certaines différences culturelles minimes peuvent parfois faire l’objet d’un classement social, d’autres pouvant paraître plus conséquentes ne font pas l’objet d’une catégorisation ethnique. Cette classification sociale n’est donc pas une réalité objective pouvant être étudiée substantiellement. Mais elle s’avère être une construction basée sur la croyance dans une culture commune, distincte de celle des membres d’autres groupes. Il est alors intéressant pour les chercheurs d’analyser quelles sont les caractéristiques intervenant dans la classification ethnique, lesquelles peuvent en être exclues et comment ces classifications peuvent évoluer dans le temps et dans l’espace. L’ethnicité apparait donc comme une forme de classification sociale pouvant être mise en relation avec d’autres formes de classification et de clivage sociaux.

6Le chapitre suivant est consacré aux relations qu’entretient l’ethnicité avec des concepts voisins. Si le concept d’ethnicité est souvent associé aux concepts de culture, de religion, de nationalisme ou de race, ils ne doivent pas pour autant être confondus. En effet, on a vu avec les théories non substantialistes que la culture ne crée pas de l’ethnicité mais que ce sont les acteurs qui s’efforcent de créer et de croire en une spécificité culturelle. La culture semble alors davantage être un outil de la formation ethnique. Mais, de la même manière, la formation ethnique peut également faire appel aux liens religieux ou de race pour constituer son identité ethnique. L’ethnicité et le nationalisme sont quant à eux à considérer comme « des variables dépendantes mettant en jeux des processus analogues d’identification ». Il n’y a pas de continuité historique entre ethnies et nations. En effet le nationalisme ne s’explique pas par une ethnicité antérieure.

7Afin de compléter cet examen conceptuel, l’ethnicité est comparée aux notions de classe sociale et de genre. L’ethnicité, comme la classe, suivent des principes de stratification sociale, d’identification individuelle et sont toutes deux, à travers la construction d’une identité collective, de potentiels moteurs d’actions collectives. Mais, contrairement aux classes sociales, les classes ethniques ne se réfèrent pas a priori à un ordre vertical et inégalitaire. Dans la réalité, pourtant, la plupart des sociétés multiethniques hiérarchisent les différents groupes ethniques qui les composent, non pas sur des critères économiques mais bien sur des critères de culture ou de « race ».

8Comme le genre, l’ethnicité a longtemps été considérée comme une distinction de nature biologique. Ainsi, le statut d’un individu au sein d’une société peut dépendre de multiples classements : sa classe sociale, son appartenance sexuelle mais aussi son appartenance ethnique. « Par exemple aucune réponse simple et absolue ne peut être donnée à la question de savoir qui d’une chirurgienne noire ou d’un jardinier blanc occupe le statut social le plus élevé ».

9Le dernier chapitre de l’ouvrage s’interroge au sujet de l’ethnicité « en action dans la vie politique contemporaine ». Les États contemporains sont, pour la plupart, constitués d’une hétérogénéité ethnique. Mais l’idée qu’une société « ethniquement pure » serait plus efficace qu’une société multiethnique peut parfois être promue au service de stratégies politiques. Il est question ici de l’usage politique qui est fait de l’ethnicité à des fins conflictuelles. En effet le nombre de conflits opposant des groupes ethniques a nettement crû dans le monde depuis les années 1970. Les enjeux de ces conflits sont divers, « le contrôle d’un territoire, la participation au prises de décisions politiques, la reconnaissance d’une spécificité culturelle, linguistique ou religieuse, la volonté d’une autonomie économique, etc. ». Cette problématique liée à l’utilisation de l’ethnicité dans des conflits économiques et politiques est particulièrement présente en Belgique où les désaccords persistent sur l’implication historique des colonisateurs belges dans l’antagonisme entre Hutus et Tutsis du Rwanda.

10Pourtant dans de nombreuses nations comme la Belgique ou la Suisse, la société multiethnique suit les règles du jeu démocratique, ce qui permet de constater que la cohabitation ethnique peut se faire de manière harmonieuse, sans conflit violent. Mais pour cela, il est essentiel que les mécanismes institutionnels de ces nations assurent la représentation des intérêts des différents groupes ethniques. Les conflits ethniques ne sont donc pas inévitables. Ils seraient dus à des inégalités structurelles, de statut social, de pouvoir politique et de ressources économiques entre les différents groupes menant à des classifications sociales et politiques.

11Cet ouvrage permet ainsi d’appréhender l’ethnicité comme le produit d’une construction sociale pouvait faire l’objet d’études sociologiques afin de comprendre comment les groupes ethniques peuvent se constituer, et dans quels contextes ils peuvent se transformer en groupes d’intérêts et de conflits. Si Martiniello évoque dans son ouvrage qu’il faut se garder de donner trop d’importance aux phénomènes ethniques dans nos sociétés, il cherche néanmoins à montrer qu’ils occupent aujourd’hui une place considérable dans la vie politique, sociale et culturelle. Le concept d’ethnicité et les sciences sociales sont chargés à la fin de l’ouvrage d’un grand potentiel : « contribuer, dans une certaine mesure, à prévenir d’autres Rwanda et d’autres Bosnie ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Rochereuil, « Marco Martiniello, Penser l’ethnicité. Identité, culture et relation sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 18 octobre 2013, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12446

Haut de page

Rédacteur

Aurélie Rochereuil

Master 2 Sociologie

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page