Navigation – Plan du site

Monique Membrado, Alice Rouyer (dir.), Habiter et vieillir. Vers de nouvelles demeures

Eliza Benites-Gambirazio
Habiter et vieillir
Monique Membrado, Alice Rouyer (dir.), Habiter et vieillir. Vers de nouvelles demeures, Toulouse, Erès, coll. « Pratiques du champ social », 2013, 278 p., ISBN : 978-2-7492-3661-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une approche sociologique de la vieillesse, voir l’ouvrage de Vincent Caradec Sociologie de la (...)

1Issu du colloque « Vivre le vieillir : des lieux, des mots, des actes » organisé à Toulouse en 2009, cet ouvrage collectif sous la direction d’une sociologue (Monique Membrano) et d’une géographe (Alice Royer) regroupe des contributions de plusieurs disciplines des sciences humaines et sociales (sociologie, psychologie, anthropologie, littérature, géographie, philosophie) autour de deux angles d’approche : les espaces résidentiels (logement et mobilités) et le vieillissement1.

2L’originalité de l’ouvrage est de penser la vieillesse comme un temps de la vie sociale, en se centrant plus particulièrement sur la question du « chez-soi » et de l’adaptation, à la fois matérielle, sociale et psychologique, de ce dernier aux contraintes d’un nouvel âge. L’objectif est double : d’une part, rendre compte d’une variété de situations auxquelles sont confrontés les résidents âgés des mobilités résidentielles (abandon de logement, maison de retraite etc.) à la réorganisation de la vie personnelle et sociale (activités, relations sociales et familiales) ; d’autre part, apporter des solutions concrètes en proposant des actions politiques pour rendre le vieillissement moins problématique.

3Au premier abord, le livre semble s’intéresser uniquement aux modes d’habiter des personnes âgées mais son propos est en fait bien plus large. Il traite non seulement du rapport au logement, mais des formes d’ancrage des individus : des rapports sociaux (familles, amis, entourage) aux espaces de vie (quartier, lieux de vie, identité de lieu), des temps de la mobilité (maintien au domicile, entrée dans un établissement spécialisé) à la reconstruction du passé (mémoire et représentations sociales). La notion de « rupture/continuité » se décline de manière plus ou moins explicite dans chacune des contributions. Comme le souligne Christiane Montandon, il existe une « tension paradoxale du vieillir » qui comprend à la fois un « état de mort sociale » et un « état dynamique de transformation de son rapport à soi et aux autres » (p. 45-46).

4Cinq grandes thématiques traversent les quatorze contributions de l’ouvrage : la transmission intergénérationnelle et les relations familiales, les ancrages spatiaux et émotionnels révélés par l’attachement à l’espace de vie et au logement, le maintien au domicile et les arrangements socio-familiaux, l’entrée et l’accompagnement dans les institutions spécialisées, les politiques publiques et les modalités du vivre chez soi ou avec d’autres. S’appuyant sur des méthodes qualitatives (entretiens « récits » principalement, cartes mentales et monographies) et des terrains variés (France, Mexique, Angleterre et Allemagne), les auteurs étudient la vieillesse comme processus et expérience, s’inscrivant dans une trajectoire de vie particulière et engageant des reconfigurations dans la vie sociale, personnelle et familiale.

  • 2 Catherine Bonvalet et Anne Gotman, Le logement, une affaire de famille : l’approche intergénération (...)

5Perla Serfaty-Garzon, dans la continuité des travaux de Bonvalet et Gotman (1993)2, montre combien la lègue d’une maison, comme une des logiques de l’accès à la propriété, constitue de fait à la fois une manière de se représenter le produit d’une vie et d’un parcours, et de maîtriser l’empreinte laissée à ses proches. Se dessinent alors les tensions familiales autour de la transmission des biens matériels, des meubles présents à la vente de la maison. Dans une perspective historique, Christel Chaineaud étudie la donation-partage, qui au XIXe  et au XXe siècle garantissaient aux possédants d’un domaine agricole de garder l’usufruit et de s’assurer une pension tout en transmettant l’exploitation à des membres de la famille. Cette « solidarité statutaire » permettait d’assurer à la fois le maintien au domicile, la stabilité financière et la transmission.

  • 3 Maurice Halbwachs. Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Puf, 1925 ; La mémoire collective, Pari (...)

6Les espaces de vie, tant les espaces privés de la maison comme les espaces publics des quartiers et des lieux de vie collectifs, renvoient les individus à leur parcours de vie. À Vitry-sur-Seine, les résidents suivis par Christiane Montandon s’organisent pour défendre l’identité de leur quartier, et au travers du récit de l’évolution du quartier, se dévoilent les éléments biographiques et les vécus. Se dresse alors un parallèle entre la lutte contre la mort et la lutte contre la dégradation du quartier qui se matérialise par l’engagement associatif et la solidarité. À Mexico, Martha de Alba González rapporte les expériences urbaines quotidiennes de résidents du centre historique depuis plus de quarante ans. L’auteur montre combien les représentations sociales des changements survenus dans le centre ville sont associées à une mémoire socioaffective. Le lieu acquiert alors une identité à part entière comme cadre matériel et sensible du parcours de vie. Ces analyses font écho aux préoccupations théoriques de Maurice Halbwachs dans ses travaux sur la mémoire et sur la reconstitution du passé chez les « vieillards ».3

7Se maintenir à son domicile constitue l’un des enjeux de l’expérience du vieillissement mais s’accompagne de transformations dans les manières d’habiter et de se déplacer. De nouveaux agencements de l’habitat et une aide à domicile peuvent permettre de rester chez soi « jusqu’au bout » comme le suggèrent les cas d’études abordés par Simone Pennec. Les parcours de mobilités résidentielles doivent être pensés comme des « arrangements négociés » entre les personnes âgées et leurs proches. Claire Aragau et Annabelle Morel-Brochet montrent d’ailleurs que le maintien à domicile en milieu périurbain nécessite le plus souvent une transformation des pratiques de mobilités quotidiennes : la personne âgée, moins mobile, se déplace moins loin de son domicile et se fait accompagner. La famille ainsi que les voisins contribuent alors, comme l’évoquent Sandra Thomann et Sandrine Bacconnier-Baylet, à soutenir la personne âgée dans la transformation de ses pratiques quotidiennes, par l’entretien de la maison et du jardin notamment. L’accessibilité des services publics et des commerces joue alors un rôle particulièrement décisif dans la possibilité de rester chez soi. S’appuyant sur les récits de vie de résidents de Mexico, Guénola Capron et Salomón Gonzalez Arrellano présentent les modes d’organisation et d’arrangements de groupes familiaux face à la prise en charge de parents âgés. Plus largement, les auteurs questionnent l’importance du parcours de vie (professionnel, familial, social, résidentiel) et du lieu de vie (centre historique, périurbain, périphérie) pour le bien-être des résidents âgés.

8L’arrivée dans une institution spécialisée et l’adaptation nécessaire qui en résulte, constitue une transformation radicale dans la manière d’habiter. Bernadette Puijalon et Jacqueline Trincaz soulignent combien la cohabitation peut se révéler difficile pour le maintien de l’intimité et l’acceptation de l’autre. Les refus de participer aux activités collectives et le mal-être quant à « l’omniprésence de l’œil organisationnel » décrit par Bernard Duperrein font d’ailleurs partie intégrante de la vie en institution spécialisée. Solène Billaud soulève les différences entre propriétaires et locataires face au départ en maison de retraite. Les propriétaires auront tendance à « mettre en attente » l’ancien logement et à le conserver en l’état face aux possibilités de retours et dans l’espoir de conserver un chez soi.

9La question du vieillissement n’est pas uniquement individuelle ou familiale, mais sociétale. Par la création de logements adaptés, les politiques publiques contribuent au façonnement du cadre de vie. Dominique Argoud s’attache à décrire le fonctionnement du logement-foyer, une forme de logement intermédiaire entre le domicile et la maison de retraite, qui prévoie un accueil temporaire des personnes âgées et rencontre un certain succès dans les recommandations de politique vieillesse. Néanmoins, les réglementations et logiques administratives contraignantes laissent souvent la place à des initiatives de l’ordre du privé qui inventent de nouvelles demeures pour vieillir. L’étude comparative de Jim Ogg, Sylvie Renaut, Sarah Hillcoat Nallétamby et Catherine Bonvalet met en évidence l’importance du cadre national. Malgré des situations démographiques similaires, la France et la Grande Bretagne apportent des solutions très différentes en matière d’adaptation de l’habitat, notamment en raison de leur système de protection sociale. Enfin, Anne Labit analyse le développement des logements solidaires intergénérationnels encouragé par les pouvoirs publics et présents sous la forme d’une solidarité seniors-étudiants en France et seniors-famille en Allemagne.

  • 4 Catherine Bonvalet, Eva Lelièvre (dir.), De la famille à l'entourage. L'enquête biographies et ento (...)

10Certaines contributions suggèrent une perspective de genre. Serfaty-Garzon montre comment la maison est associée à un univers féminin, Puijalon et Tricaz étudient comment la perte de maîtrise renforce le renfermement sur soi-même et le recours à des distinctions genrées. On regrettera néanmoins le manque d’attention prêtée aux catégories sociales des interviewés alors que l’on peut supposer de grandes variations dans les problèmes rencontrés par les personnes issues de couches sociales aisées et les personnes défavorisées. Finalement, la grande réussite de l’ouvrage repose sur la description et l’analyse minutieuses des conditions de vie des séniors, déterminées non seulement par les conditions matérielles des logements, mais par la mobilisation de ressources sociales comprenant le voisinage, la famille proche et éloignée et les réseaux d’amis, ou la « famille entourage » selon l’expression de Bonvalet et Lelièvre.4

11Malgré des contributions riches et variées destinées à apporter un éclairage sur la vie des résidents âgés et sur la vieillesse comme processus de fragilisation et de sécurisation, la route à parcourir est encore longue. Comme le rappelle Membrano : « Bien des chantiers sont encore à ouvrir pour que les hommes et les femmes continuent, en vieillissant, de maintenir un contrôle sur leur environnement » (p. 22).

Haut de page

Notes

1 Pour une approche sociologique de la vieillesse, voir l’ouvrage de Vincent Caradec Sociologie de la vieillesse et du vieillissement. Domaines et approches (3e édition), Armand Colin, coll. « 128 », 2012, 128 p. Pour le compte rendu, cf. http://lectures.revues.org/8794

2 Catherine Bonvalet et Anne Gotman, Le logement, une affaire de famille : l’approche intergénérationnelle des statuts résidentiels. Paris, L’Harmattan, 1993.

3 Maurice Halbwachs. Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Puf, 1925 ; La mémoire collective, Paris, Puf, 1950.

4 Catherine Bonvalet, Eva Lelièvre (dir.), De la famille à l'entourage. L'enquête biographies et entourage, INED, 2012. Pour le compte rendu, cf. http://lectures.revues.org/10241

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eliza Benites-Gambirazio, « Monique Membrado, Alice Rouyer (dir.), Habiter et vieillir. Vers de nouvelles demeures », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 18 octobre 2013, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12460

Haut de page

Rédacteur

Eliza Benites-Gambirazio

Doctorante en sociologie en cotutelle à l’Université d’Arizona (Etats-Unis) et à l’Université Paris 3 IHEAL, UMI 3157 et UMR 7227

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page