Navigation – Plan du site

Irène Pereira, Les Travailleurs de la culture en lutte. Le syndicalisme d'action directe face aux transformations du capitalisme de l'Etat dans le secteur de la culture

Elieth P. Eyebiyi
Les Travailleurs de la culture en lutte
Irène Pereira, Les Travailleurs de la culture en lutte. Le syndicalisme d'action directe face aux transformations du capitalisme de l'Etat dans le secteur de la culture, Éditions D'ores et déjà, 2010, 176 p., EAN : 9782918527053.
Haut de page

Texte intégral

1Fondé sur une étude empirique faite d'observations participantes et d'entretiens, écrit à la première personne avec un ‘'je'' totalement assumé, le présent livre d'Irène Pereira, elle-même syndicaliste et sociologue, retravaille les conceptions de l'Etat français contemporain à la lumière de la précarité et de la question de la Révision générale des politiques publiques (RGPP). L'auteure part de trois constats empiriques : la baisse des syndiqués, le caractère prétendu inadapté du syndicalisme face aux transformations actuelles du capitalisme et de l'organisation du travail, ainsi que la montée en puissance du syndicalisme dans la fonction publique. Aussi se demande-t-elle si la modernisation de l'Etat ne menacerait pas le syndicalisme en tant que forme de mobilisation.

  • 1 Rambach Anne et Martine, 2009. Les nouveaux intellectuels précaires, Paris : Stock

2La première partie de l'ouvrage s'intéresse aux modes d'action des militants syndicaux engagés contre le capitalisme dans le secteur de la culture et développe quelques controverses sur la précarité. Comme le souligne Pereira, le quart des salariés du secteur de la culture est employé sur la base d'un contrat à durée déterminée même si la moitié des acteurs du secteur est titulaire d'un diplôme de l'enseignement supérieur, contre seulement 27% pour le reste de la population (p.13). Il est alors loisible d'assimiler les travailleurs de la culture aux intellectuels précaires (cf. Rambach, 2009)1 caractéristiques du capitalisme cognitif (p.14). De plus, la volonté manifeste de l'Etat français à instaurer le New public Management dans le secteur de la culture en réduisant les effectifs et en restructurant l'administration pour espérer faire des économies d'échelle n'a pas rencontré l'adhésion des acteurs de la culture qui se sont rapidement mobilisé contre le gouvernement de Sarkozy pour manifester leur opposition à ces réformes. A en croire les syndicalistes interrogés par l'auteure, les réformes actuelles procèdent d'une forte idéologisation de l'appareil de l'Etat, individualisent le travail au nom d'une certaine polyvalence convoquée au détriment de la compétence, légitiment la marchandisation de la culture mais ne résorbent pas de façon efficace la question de la précarité. A l'évidence, et Pereira le souligne, l'équilibre autrefois assuré par l'Etat à travers le ministère de la Culture est rompu (p.44) sur l'autel du capitalisme moderne. Aussi pense-t-elle que l'autonomie du champ de l'art est menacé d'hétéronomie (p.45) du fait de la légitimation de cette marchandisation à outrance. De plus, la nouvelle organisation du travail, introduite par la logique néolibérale de marchandisation et de flexibilité induisent non seulement l'individualisation des carrières mais aussi et surtout une précarisation accrue du travail (p.45). Toutefois les réactions syndicales contre la précarité dans le secteur de la culture peuvent être nuancées : dans le secteur privé, les mobilisations ont été plus faibles et tourné autour des revendications salariales.

3Je ne peux m'empêcher de faire un parallèle avec le cas ouest-africain du Bénin, où en l'absence d'une véritable culture des mobilisations dans le secteur privé, le secteur public connaît ces dernières années une montée de l'action syndicale. En effet, entre débrayages, grèves perlées et sit-in, les mobilisations syndicales tournent essentiellement autour de revendications salariales, des questions de primes mais aussi et surtout de conditions et matériels de travail. Ainsi les secteurs de la santé et de l'éducation, (primaire, secondaire comme supérieur) se sont-ils illustrés par une série de grèves, y compris sans service minimum dans les hôpitaux, luttant en définitive contre de nouvelles formes de management public parfois totalement déconnectés des réalités locales. Ceci confirme sans doute la conclusion partielle d'Irène Pereira pour qui le secteur public développe un syndicalisme plus combatif (p.54), la paralysie quasi systématique des ministères au Bénin pendant de longs mois courant 2010 en est sans doute un trait significatif qui universalise en partie l'analyse de l'auteure.

4La seconde partie enquête sur les luttes et mesures engagées par le syndicat pour enrayer la précarité à laquelle les réformes actuelles de l'Etat exposent les travailleurs, et isole quelques éléments de réflexion sur les relations entre Etat et capitalisme. Mettant en exergue le syndicalisme d'action directe, une forme de syndicalisme qui ne se donne pas pour objectif la révolution (p.93), l'auteure souligne que le syndicat SUD ambitionne plutôt d'induire des transformations sociales. Elle s'inscrit dans une démarche pragmatique au sens de Boltanski et Thévenot, pour explorer les rapports des syndicalistes à l'Etat. Ainsi les syndicalistes de la fonction publique doivent-ils défendre le principe du service public tout en entrant en lutte contre l'Etat perçu comme un oppresseur, un patron ‘'capitaliste''. Du discours de ses enquêtés, Irène Pereira dégage deux conceptions de l'Etat au sein des syndicalistes de SUD Culture Solidaires : une vision antilibérale d'une part et d'autre part, une vision antiétatique radicale. Par exemple, les actions menées contre la RGPP viseraient non pas à s'opposer à l'Etat mais plutôt à réfuter la marchandisation, la privatisation, la mise en concurrence et la recherche de concurrence dans les services publics (p.101)A cette perspective antilibérale qui réclame plus d'Etat social, peut s'opposer une vision plus radicale qui postule l'Etat comme un oppresseur qui sous le couvert du néolibéralisme démantèle l'Etat social au profit d'un Etat plus régalien (p.105). L'analyse de l'auteure la conduit à déduire que les pratiques syndicales et conflits opposant syndicats et Etat peuvent s'inscrire plus globalement dans un cadre formé sur la base des théories anarcho-syndicalistes (p.132) et que les luttes syndicales étaient finalement dirigées non pas contre l'Etat social en lui-même, mais plutôt contre une certaine classe de présumés privilégiés qui jouiraient de l'Etat et de ses fruits, a contrario des masses laborieuses.

5Au Bénin, plusieurs revendications syndicales se sont très souvent terminées par la dénonciation d'hommes politiques corrompus et des reproches de mal gouvernance adressées à l'Etat pour montrer sa défaillance quant à la situation sociale des travailleurs. Là encore, la parallèle avec le cas français du secteur de la culture, tel qu'analysé par Pereira semble intéressant et productif. Pour l'auteure, Etat et capitalisme sont deux systèmes autonomes d'oppression dont les relations peuvent se relire finalement à l'aune d'une nouvelle forme de gouvernance politique et économique qui prend corps au niveau international. De même la fraction entre Etat social bureaucratique et Etat minimaliste managérial donc désengagé au nom du capitalisme voire d'un néolibéralisme exacerbé, illustre l'existence de deux classes sociales en lutte constante pour la redéfinition des limites de l'Etat. Les syndicalistes semblent en avoir contre la classe dirigeante invoquée sous le couvert du générique de l'Etat. Un euphémisme qui a un visage, sans doute !

6Comme en avertit l'auteure, l'ouvrage est issu d'un projet de recherche soutenu entre autres institutions par le syndicat SUD Culture Solidaires qui a fait de la précarité l'un de ses axes majeurs d'intervention. Sur la base d'une étude empirique, elle interroge les évolutions actuelles et les revendications syndicalistes dans le secteur de la culture en France, notamment au sein de SUD Culture Solidaires. L'ouvrage a le mérite de montrer comment les syndicalistes se positionnent avec l'introduction des méthodes néolibérales dans la gouvernance publique, en l'occurrence celle du secteur de la culture.

Haut de page

Notes

1 Rambach Anne et Martine, 2009. Les nouveaux intellectuels précaires, Paris : Stock

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elieth P. Eyebiyi, « Irène Pereira, Les Travailleurs de la culture en lutte. Le syndicalisme d'action directe face aux transformations du capitalisme de l'Etat dans le secteur de la culture », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 21 janvier 2011, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1247

Haut de page

Rédacteur

Elieth P. Eyebiyi

Docteur en sociologie, LHME/Université d’Abomey-Calavi (Bénin), chercheur au Transpol (Canada).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page