Navigation – Plan du site

Eve Chiapello, Patrick Gilbert, Sociologie des outils de gestion. Introduction à l'analyse sociale de l'instrumentation de gestion

Guillaume Arnould
Sociologie des outils de gestion
Eve Chiapello, Patrick Gilbert, Sociologie des outils de gestion. Introduction à l'analyse sociale de l'instrumentation de gestion, La Découverte, coll. « Grands Repères », 2013, 294 p., ISBN : 978-2-7071-5145-2.
Haut de page

Texte intégral

1Il est des manuels qui marquent de réelles avancées dans la connaissance de certains champs du savoir en sciences humaines et sociales, notamment en termes d’enseignement et de recherche. On pense par exemple aux livres de Paul Samuelson en économie ou à ceux d’Henri Mendras en sociologie. L’ouvrage conçu ici par Eve Chiapello et Patrick Gilbert s’inscrit non seulement dans cette lignée mais va bien au-delà en proposant à la fois une synthèse des connaissances, une introduction à des domaines de recherche variés et novateurs tout en constituant un manuel traditionnel pour des cursus de sciences de gestion ou de sociologie. À la fin de l’ouvrage, le lecteur possède à la fois une vision claire de ce que peuvent impliquer les « outils de gestion » et la possibilité d’approfondir le sujet dans des directions variées.

2Au fond quoi de plus commun que la notion d’outil de gestion ? Ils sont le quotidien des individus, qu’on en soit conscient ou non : du badge permettant d’ouvrir une porte ou d’emprunter en transport jusqu’au système d’information en passant par la messagerie électronique ou les tableaux de bord de gestion. Très souvent pris en compte de manière techniciste (inutile de penser un outil) ils n’avaient pas été questionnés en tant qu’acteurs sociaux de la gestion et du management des organisations. Bien que plusieurs champs de recherche aient déjà mis en perspective tel ou tel outil (comme la normalisation comptable internationale en comptabilité et finance, le pilotage induit par la loi organique relative aux lois de finance en économie, la construction des indicateurs statistiques en sociologie) cet effort de mise en ordre et de synthèse d’analyses disparates et pluridisciplinaires n’avait encore jamais été mené à bien.

3Eve Chiapello et Patrick Gilbert sont à la fois des enseignants et des chercheurs qui ont consacré une réflexion novatrice au sujet des outils de gestion, en mobilisant la sociologie, la comptabilité et la finance pour l’une ; les sciences de gestion et les ressources humaines pour l’autre. Ce manuel s’appuie en partie sur leurs cours et séminaires à l’école des Hautes Etudes Commerciales ou à l’Institut d’Administration des Entreprises de Paris ainsi que sur des travaux de collègues qui ont d’ailleurs contribué à l’ouvrage : Céline Baud, Marion Brivot, Carine Chemin-Bouzir, Corine Eyraud et Bénédicte Grall. La démarche retenue dans la construction de Sociologie des outils de gestion est donc une combinaison de savoirs établis et de recherches récentes, le tout sur des terrains et avec des angles variés et novateurs. Ainsi, au fil des pages on navigue entre les classiques de la théorie des organisations, les apports plus récents de Giddens ou Foucault, les logiciels de gestion de la relation client ou les dispositifs de l’action sociale.

4Cette analyse sociale des outils de gestion débute par une réflexion exigeante sur la notion d’instrumentation de gestion. Trois grandes postures dans le rapport à la technique sont identifiées : le déni de la technique, la technophilie et la technophobie. Elles traduisent les comportements idéal-typiques que l’on peut adopter face aux outils de gestion et qui ne permettent pas d’en saisir la complexité et l’intérêt. En mobilisant l’anthropologie des techniques ou en soulignant le caractère immatériel des outils de gestion les auteurs dépassent le sens commun que l’on pourrait attacher au concept. Il convient donc d’étudier « un ensemble délimité d’objets organisationnels dotés de traits caractéristiques qui s’offre à une triple description : fonctionnelle, structurelle et processuelle ». Cette première partie est suivie d’une description des approches traditionnelles des outils de gestion dans la théorie des organisations. Cette dernière constitue l’histoire de la pensée en sciences de gestion et part généralement des travaux fondateurs de Taylor et Fayol.

5Chiapello et Gilbert montrent dans cette séquence que la plupart des théories s’intéressant à l’organisation, à l’action collective dans des systèmes structurés, sont révélatrices des idéologies dominantes de leur époque. Qu’elles soient technophiles ou technophobes, les réflexions traditionnelles oscillent entre normativité et rationalité : c’est le type d’utilisation des outils de gestion qui constitue la solution. Ainsi ils serviront à calculer la productivité chez Taylor, à organiser les relations de travail chez Fayol, à structurer l’organisation dans la théorie de la contingence… Mais même dans des conceptions plus originales comme celle de la rationalité limitée de Simon, qui postule que les décisions des agents ne relèvent pas de l’optimisation, on perçoit une vision des outils de gestion qui est contrôlable, maîtrisable. En l’occurrence chez Simon, la programmation informatique permettra de proposer des solutions aux problèmes posés par la décision en rationalité limitée.

6À partir de cette saine relecture des travaux de base de la pensée en sciences de gestion, les auteurs décrivent l’évolution théorique consistant à tenir de plus en plus compte des outils de gestion que ce soit dans l’approche sociotechnique développée au Tavistock Institute ou dans la théorie comportementale des organisations. Évolution qui s’est poursuivie dans les recherches en gestion d’écoles d’ingénieurs françaises (Polytechnique et Mines). Le manuel consacre ensuite sa deuxième partie aux courants théoriques qui se sont emparés de la question des outils de gestion. Ils sont classés en trois grandes familles d’approche : celles qui fondent une critique des outils en tant qu’ils sont porteurs de violence et de domination ; celles qui se basent sur les institutions dans la formation et le développement des outils de gestion ; et enfin celles qui se consacrent à l’interaction entre acteurs et outils de gestion.

7L’analyse des grandes familles combine des pensées fondatrices et des travaux de recherche appliquant ces paradigmes. Ainsi les approches critiques convoquent les figures de Bourdieu, Foucault ou les apports de la psychologie sociale pour évoquer des thématiques aussi variées et stimulantes que la légitimation des relations de domination par le calcul de l’Economic Value Added©, le développement des coûts standard et des budgets comme dispositif de gouvernementalité permettant de gérer les individus dans un sens voulu ou la souffrance humaine dans les organisations découlant de l’emprise des outils de gestion sur l’initiative individuelle. À signaler que chaque recherche évoquée par les auteurs est ensuite synthétisée dans un tableau très pédagogique décrivant l’objet d’étude, sa thèse et ses apports.

8Les approches institutionnalistes décrivent concrètement la manière dont sont adoptés ou non des outils de gestion dans les organisations. On y retrouve les analyses néo-institutionnalistes (Powell et Di Maggio) qui montrent que les outils de gestion découlent d’un jeu collectif de comparaison et d’appropriation par les organisations qui interagissent entre elles ; celles des conventionnalistes (Boltanski, Chiapello, Eymard-Duvernay, Chiapello) qui considèrent les outils de gestion comme des investissements de forme ayant pour fonction de réduire l’incertitude dans l’action des individus au sein des organisations ; celles des structurationnistes (Giddens) qui s’intéressent à la manière dont les instruments de gestion façonnent les comportements tout en mettant en valeur le rôle des acteurs dans la manière dont les outils deviennent significatifs et légitimes.

9Les approches interactionnelles reposent sur quatre thèses. Celle de l’acteur-réseau (Callon, Latour) qui considère que les objets techniques utilisés en gestion définissent en partie l’espace social dans lequel interviennent les individus et qu’ils structurent leurs relations. La théorie de l’activité (inspirée de Vygotski) insiste sur la dimension instrumentale des outils de gestion : ils médiatisent l’action individuelle et favorisent les apprentissages collectifs. La neuvième thèse exposée décrit l’outil de gestion comme un être de langage et découle du paradigme narratif : il donne un sens à l’action dans les organisations (Weick). Enfin la théorie de l’acteur stratégique (Crozier, Friedberg, Reynaud) est mobilisée pour relativiser le rôle déterminant de la structure organisationnelle et montrer l’importance des stratégies individuelles dans le changement et la régulation de l’action dans les organisations.

10La dernière partie de l’ouvrage passe de la théorie à la pratique et décrit quatre études de cas emblématiques des réflexions menées jusqu’ici. Que ce soit pour le choix des indicateurs de performance de l’enseignement supérieur et de la recherche ou les ratios prudentiels de l’activité bancaire, chaque outil est éclairé d’un point de vue théorique pour en montrer les conséquences et les enjeux. Dès lors ce manuel réussit avec brio son pari et permet d’appliquer aux sciences de gestion comme aux sciences politiques ou sociales en général les apports de théories sociologiques comme celles de la performativité (Muniesa) ou de la quantification (Desrosières) afin d’éclairer l’action des individus dans les organisations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Arnould, « Eve Chiapello, Patrick Gilbert, Sociologie des outils de gestion. Introduction à l'analyse sociale de l'instrumentation de gestion », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 21 octobre 2013, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12474

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Arnould

Délégué académique à la formation professionnelle initiale et continue – Académie de Strasbourg – Agrégé d’Economie gestion

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page