Navigation – Plan du site

Patrick Bruneteaux (dir.), Les Enfants de Don Quichotte. Sociologie d’une improbable mobilisation nationale

Igor Martinache
Les Enfants de Don Quichotte
Patrick Bruneteaux (dir.), Les Enfants de Don Quichotte. Sociologie d'une improbable mobilisation nationale, Presses universitaires de Vincennes, coll. « Culture et société », 2013, 222 p., ISBN : 978-2-84292-369-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir Damon Julien, La question SDF. Critique d’une action publique, Paris, PUF, 2002
  • 2  Voir Mathieu Lilian, Comment lutter ?, Paris, Textuel, 2004
  • 3  On peut trouver ce texte dans son intégralité, comme bien d’autres, sur le site : <http://www.marx (...)
  • 4  Voir entre autres ses articles avec Daniel Cress, « Mobilization at the Margins: Resources, Benefa (...)

1Celles et ceux que l’on regroupe en France sous l’étiquette problématique de « SDF » (« sans domicile fixe »)1 constituent sans doute l’une des catégories les moins enclines à l’action collective. Quel que soit le cadre théorique d’analyse des mouvements sociaux dans lequel on s’inscrit2, les SDF semblent en effet cumuler les freins à la mobilisation, à commencer par la faiblesse de leurs ressources et une certaine anomie. Dans Le manifeste du Parti communiste, en 1847, Karl Marx et Friedrich Engels ne mâchent pas leurs mots à l’égard du lumpenprolétariat, qu’ils qualifient de « produit passif de la pourriture des couches inférieures de la vieille société » que « ses conditions de vie disposeront plutôt à se vendre à la réaction »3. Et pourtant, à l’instar d’autres « mobilisations improbables », des actions collectives de personnes « à la rue » surviennent et, à défaut d’être réellement considérées par les décideurs et autres bien-logés, constituent des terrains de choix pour les sociologues, tels David Snow, l’un des principaux tenants de l’analyse des « cadres » (frame analysis)4 dans l’étude des mobilisations.

2Les auteurs du présent ouvrage, Patrick Bruneteaux, Aurélien Caillaux, Lucas Graeff et Olivier Louail, s’inspirent largement de cette approche dans leur analyse du mouvement des Enfants de Don Quichotte de l’hiver 2006-2007. Les dizaines de tentes Quechua rouge alignées sur les bords du canal Saint-Martin avaient alors occupé la « une » des médias, rompant ainsi en apparence la routine misérabiliste marquant le traitement journalistique de cette population de surnuméraires du capitalisme. Cet « essai » médiatique semble alors avoir été transformé dans le champ politique puisque le gouvernement de l’époque a rapidement fait adopter la loi sur le « droit au logement opposable ». Mais, comme Lilian Mathieu l’avait déjà bien montré à propos de la mobilisation contre la « double peine »5, le bilan d’un mouvement social est plus complexe à établir qu’il n’y paraît, de même que l’établissement de ses bornes temporelles, qui correspondent rarement aux chronologies officielles.

  • 6  Voir, dans un registre proche, La cause des Sans-papiers, Paris, Presses de Sciences-po, 1998, don (...)
  • 7  Partition bien mise en évidence par Bronislaw Geremek puis Robert Castel, dans Les métamorphoses d (...)

3Ce sont deux des nombreux enseignements que rappellent les auteurs dans cette analyse. Au fil des différents chapitres, ils explorent ainsi les multiples contradictions qui ont travaillé le mouvement et ont abouti à ce que, dans le domaine du traitement politique des sans-abri, tout ait bougé pour que rien ne change réellement – pour paraphraser la fameuse sentence du Guépard de Lampedusa. Les contributions reviennent ainsi successivement sur le rôle primordial, mais non dénué d’ambiguïtés, des « membres par conscience », ces soutiens a priori extérieurs à la cause qui permettent de pallier le manque de ressources organisationnelles d’un groupe faiblement doté en la matière6. La « sainte famille » Legrand, composée de la mère, de la sœur et des trois frères, est au premier rang de ces soutiens. Augustin Legrand, le comédien, s’est plus particulièrement distingué ; son physique et sa présentation quelque peu sacrificielle ont même conduit les médias à l’assimiler à l’abbé Pierre, qui venait justement de mourir. Le comédien et sa garde rapprochée – au sens figuré comme au sens propre – ont ainsi su mettre sur pied une stratégie réussissant tout à la fois à attirer à leur suite une masse critique de « sans-abri », à organiser le camp suffisamment vite pour prendre de court la réaction policière – après cependant deux échecs sur les places de la Concorde et de la Bastille –, à lui donner une localisation telle que les forces de l’ordre ne pouvaient les déloger sans risquer une bavure, et enfin à produire une mise en scène propre à attirer l’attention des médias et du public. Ils ont ainsi exploité dans leur action les tentes distribuées, non sans débats, par l’association Médecins du Monde, porteuses d’une forte charge symbolique. Et grâce à la visibilité ainsi acquise, ils ont pu contraindre l’alors ministre de la Solidarité Catherine Vautrin, ainsi que les associations spécialisées du secteur, initialement indifférentes voire hostiles au mouvement, à lui accorder une attention importante. Comme le montrent les auteurs, cette attention bienveillante accordée par les journalistes à ce camp particulier a toutefois également contraint ses occupants à se conformer jusque dans leurs attitudes corporelles à l’image de pauvres « méritants », sobres et montrant leur détermination à sortir de la rue, soucieux de se distinguer des « clochards » considérés comme « irrécupérables », autrement dit définitivement inemployables. Cette intériorisation des attentes morales à leur égard, reprenant la partition classique entre « bons » et « mauvais » pauvres7, a par ailleurs constitué un profond ferment de division parmi les campeurs « SDF ». Ferment dont l’effet a encore été redoublé par la distribution de biens divisibles aux participants du mouvement – en l’occurrence des solutions de relogement individualisées attribuées au cas par cas.

  • 8  « Il faut toujours risquer l’aliénation politique pour échapper à l’aliénation politique », écriva (...)
  • 9  Juhem Philippe, « La légitimation de la cause humanitaire : un discours sans adversaires », Mots, (...)

4Après la genèse et le déroulement de la mobilisation, les auteurs s’arrêtent longuement sur les conditions de son interruption. Ils pointent la coalition qui s’est formée entre les initiateurs du mouvement (la famille Legrand avec Martin Choutet, agent multipositionnel également responsable au Secours Catholique) et une configuration formée des associations spécialisées (regroupées au sein de la branche francilienne de la FNARS, Fondation nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale, dont le rôle s’est trouvé ainsi revalorisé), de la DDASS et de la préfecture. Quoique distincts, les intérêts de ces différentes parties convergeaient en effet vers une résolution rapide de la « crise » – entendue par chacun dans un sens différent. C’est finalement la solution d’un accompagnement social traditionnel et personnalisé qui a été acceptée par les différentes parties, malgré l’opposition de la « base » des campeurs pourtant consultés, qui ont vu en quelque sorte le dilemme du porte-parole, pointé par Pierre Bourdieu8, jouer en leur défaveur. Plus profondément, cette extinction de la mobilisation a donné à voir également la manière dont les meneurs des Enfants de Don Quichotte ont finalement limité la politisation de leur cause, l’exprimant sur un registre compassionnel – à l’instar du « discours sans adversaire » de l’humanitaire9 – sans relier la situation des « SDF » aux logiques plus globales de la société marchande capitaliste. Une dépolitisation qui a sans doute justement contribué au succès populaire initial du mouvement, mais aussi provoqué sa perte. Tels sont donc quelques-uns des aspects de l’analyse « désenchantée » que proposent les auteurs, conscients d’avoir, comme l’écrit Patrick Bruneteaux en conclusion, insuffisamment rendu compte du « formidable élan de générosité, de solidarité et de partage » auquel a donné lieu cette mobilisation.

  • 10  Ce qui n’a pas empêché ces associations de se mêler à la dénonciation après s’être ralliées au mou (...)

5Pour prix de ce désenchantement, l’ouvrage propose en fin de compte une analyse ethnographique critique féconde, interrogeant plus généralement le traitement sociopolitique des personnes à la rue. En effet, si les premiers textes et prises de parole publiques ont fustigé avec raison le caractère inhumain de l’hébergement d’urgence, cogéré par les associations spécialisées10 et les pouvoirs publics, la mobilisation s’est finalement soldée par le retour aux « solutions » précaires traditionnelles. C’est ainsi du côté de la configuration d’action publique organisant ce secteur particulier que la focale sociologique comme politique semble devoir être avant tout dirigée. De ce point de vue, il manque peut-être à l’ouvrage une analyse plus fine des organisations associatives et des différents intervenants publics qui la composent, ainsi que l’évolution de leurs positionnements respectifs et différenciés à l’égard du mouvement des Enfants de Don Quichotte. Or, tout en pointant leur rôle primordial, l’ouvrage traite pratiquement tout du long ces acteurs comme un bloc homogène, en dépit des logiques de concurrence qui les divisent – y compris intérieurement. Là semblent en effet se situer le nœud du « problème » mis en évidence par les auteurs, mais aussi peut-être les limites de leurs points d’observation respectifs.

Haut de page

Notes

1  Voir Damon Julien, La question SDF. Critique d’une action publique, Paris, PUF, 2002

2  Voir Mathieu Lilian, Comment lutter ?, Paris, Textuel, 2004

3  On peut trouver ce texte dans son intégralité, comme bien d’autres, sur le site : <http://www.marxists.org/francais>.

4  Voir entre autres ses articles avec Daniel Cress, « Mobilization at the Margins: Resources, Benefactors, and the Viability of Homeless Social Movement Organizations », American Socioloogical Review, vol. 61, n° 6, 1996, p. 1089-1109 et « The Outcomes of Homeless Mobilization: The Influence of Organization, Disruption, Political Mediation, and Framing », American Journal of Sociology, vol. 105, n° 4, 2000, p. 1063-1104.

5  Voir Mathieu Lilian, La double peine. Histoire d’une lutte inachevée, Paris, La Dispute, 2006.

6  Voir, dans un registre proche, La cause des Sans-papiers, Paris, Presses de Sciences-po, 1998, dont une présentation est disponible à l’adresse : <http://ses.ens-lyon.fr/la-cause-des-sans-papiers-33320.kjsp>.

7  Partition bien mise en évidence par Bronislaw Geremek puis Robert Castel, dans Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard, 1995.

8  « Il faut toujours risquer l’aliénation politique pour échapper à l’aliénation politique », écrivait Pierre Bourdieu pour exprimer la nécessité pour tout collectif organisé de se doter d’un porte-parole, en dépit de l’usurpation potentielle de sa parole par ce dernier à laquelle cela l’expose (« La délégation et le fétichisme politique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 52-53, 1984, p. 49-55).

9  Juhem Philippe, « La légitimation de la cause humanitaire : un discours sans adversaires », Mots, n° 65, 2001.

10  Ce qui n’a pas empêché ces associations de se mêler à la dénonciation après s’être ralliées au mouvement, pointant de ce fait la contradiction constitutive d’une position consistant à gérer la pénurie, à l’instar d’autres secteurs...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Patrick Bruneteaux (dir.), Les Enfants de Don Quichotte. Sociologie d’une improbable mobilisation nationale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 22 octobre 2013, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12484

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page