Navigation – Plan du site
Enfants et adolescents en difficultés d'apprentissage

Enfants et adolescents en difficultés d'apprentissage

quelles orientations scolaires et professionnelles ?
Dir. : Claire Meljac
Claire Meljac (dir.), « Enfants et adolescents en difficultés d'apprentissage. quelles orientations scolaires et professionnelles ? », Approche neuropsychologique des apprentissages chez l'enfant, vol. 25, n° 122, avril 2013, Dossier conçu, composé et présenté par Joëlle Mezza et Even Loarer.
Notice publiée le 22 octobre 2013

Présentation de l'éditeur

Quel enseignant, médecin généraliste ou spécialisé (de rééducation, aussi bien que pédo- ou neuropsychiatre), psychologue, orthophoniste, psychomotricien, ergothérapeute, après s’être battu bien des années pour soutenir un enfant dans ses apprentissages, ne s’est pas senti profondément déçu en apprenant que tous ces efforts, au moment des choix professionnels, n’avaient pas abouti de façon aussi satisfaisante qu’on l’aurait souhaité ?

Qui doit-on, alors, considérer comme « responsable » de la situation ?  Un adolescent qui n’a pas su persévérer dans son travail, un entourage trop « laxiste », des exigences démesurées, des instances administratives impatientes, des décrets mal rédigés, à moins que ce ne soit la « faute à pas-de-chance » ou une mauvaise estimation de la situation. Peut-être, après tout, ne pouvait-on pas faire mieux ?

Inutile d’évoquer, ici, d’autres hypothèses : toutes sont déprimantes et empêchent définitivement d’avancer. Elles incitent, cependant, à s’interroger sur un processus-clé, celui des choix progressifs qui devront s’opérer de l’enfance à la fin de l’adolescence et qui aideront, à travers les années, un jeune écolier dépendant à occuper, dans la société des adultes et de façon autonome, la place qui lui convient, pour le moment, et qui évoluera, sans doute.

La réussite de cette longue aventure a peu de choses à voir avec la désignation « miraculeuse » d’un tiroir social convenable s’ajustant immédiatement aux vœux de l’un ou l’autre. Aucun rapport, non plus, avec l’illumination subite d’un coach « inspiré » intervenant à la dernière minute. L’orientation juste, surtout celle d’un élève qui ne sait pas répondre  convenablement aux exigences scolaires, est le fruit d’une très longue histoire que nous content, avec franchise, Joëlle Mezza, Even Loarer et leurs collègues. Ils n’hésitent pas à nous confier leurs déboires et ne se posent pas comme des devins, tout en nous expliquant, sans hésiter, comment ils combinent savoirs et savoir-faire, passant, tels des équilibristes, d’un rôle de documentaliste expert à celui d’un clinicien averti et vice-versa.

C’est donc un grand privilège, pour notre revue, que d’accueillir le présent dossier, conçu et rédigé par une équipe qui fait preuve, en ce début  2013, d’une énergie renouvelée. En témoigne, entre autres, la récente ouverture au sein de la consultation-pilote de l’OPPIO-INETOP (observatoire des politiques et des pratiques pour l’innovation en orientation) d’un dispositif spécifique, destiné à expérimenter et développer des outils et des pratiques d’accompagnement. Il s’adresse particulièrement aux jeunes qui, en situation de handicap, rencontrent des difficultés dans la construction de leur projet d’orientation. Souhaitons que cette remarquable initiative profite à de nombreux adolescents ou jeunes adultes à la recherche d’avis éclairés.

Haut de page

Auteur

Claire Meljac (dir.)

Psychologue, docteur en psychologie, UPPEA, Hôpital Ste Anne, Paris.

Haut de page