Navigation – Plan du site
Charles Fourier ou la pensée en contre-marche

Charles Fourier ou la pensée en contre-marche

Chantal Guillaume, Charles Fourier ou la pensée en contre-marche, Neuvy-en-Champagne, Le Passager Clandestin, coll. « Les précurseurs de la décroissance », 2013, 96 p., ISBN : 978-2-916952-91-8.
Notice publiée le 24 octobre 2013

Présentation de l'éditeur

La pensée de Charles Fourier (1772-1837) est stimulante par son originalité, ses exagérations, ses extravagances voire par ses contradictions. « Casse-cou utopiste », comme il dit de lui-même, il ne craint pas d’aller à contre-sens des évidences de son époque. Sa dénonciation des « faux prodiges » de la société industrielle, qui enrichit et appauvrit, « donne les éléments du bonheur mais pas le bonheur » le rattache ainsi vigoureusement à ces précurseurs de la décroissance que fait découvrir cette collection.

L’œuvre de Charles Fourier déploie une philosophie de la richesse, une critique de l'industrialisme et du commerce qui préfigurent les excès de l'économie marchande et devancent la réflexion socialiste de son siècle. La lire à la lumière d’une problématique – la décroissance – qui lui est en partie extérieure se révèle donc fécond et permet d’explorer tout un pan de sa pensée occulté jusque-là.

Sans nier ses outrances ou ses tendances à l'hyper-organisation sociale, Chantal Guillaume rappelle que Fourier est le contemporain de la naissance du capitalisme thermo-industriel, dont il envisage en visionnaire les effets, les impasses et les limites. Il apparaît ainsi comme l’inventeur d’une penséeencontre-marche de celle qui domine les esprits son temps.

Visionnaire lorsqu’il fait la critique de « l’économisme » qui encourage la spéculation, la banqueroute, « la pléthore » de marchandises ; ou quand il dénonce les dysfonctionnements du commerce, facteur de surproduction et de gaspillage, Fourier propose des substituts à cette organisation sociale et économique défaillante. Sans supprimer propriété et classes sociales, Fourier propose d’autres formes d’associations domestiques, agricoles et industrielles qui sont autant de solutions inédites de vie collective : phalanstère, comptoir communal, canton sociétaire..., et qui visent à retrouver autonomie et rationalité dans les circuits de production et de consommation... comme le préconise la décroissance.

Haut de page

Auteur

Chantal Guillaume

Professeur de philosophie en Franche-Comté. En 1988, elle participe à la création de « l’Association d’études fouriéristes » à Besançon qui publie, chaque année, depuis cette date, un « Cahier Charles Fourier » consacré à cet auteur singulier, et à la pensée utopiste du XIXe siècle. Elle est aussi membre d’Entropia, revue théorique et politique de la décroissance.

Haut de page