Skip to navigation – Site map

Yves Citton, Lise Dumasy (dir.), Le moment idéologique. Littérature et sciences de l’homme

François Cloutier
Le moment idéologique
Yves Citton, Lise Dumasy (dir.), Le moment idéologique. Littérature et sciences de l'homme, Lyon, ENS Éditions, series: « La croisée des chemins », 2013, 254 p., ISBN : 978-2-84788-381-7.
Top of page

Full text

1Nous retrouvons dans cet ouvrage une série d’études qui, en faisant varier les objets et les problèmes, visent à expliquer le « moment idéologique », c’est-à-dire le moment de passage où fermentent en même temps l’émergence de ce qui s’appellera la « littérature » et la constitution de ce qui deviendra les « sciences de l’homme ». Le moment idéologique peut ainsi se décrire comme ce passage, entre 1750 et 1850, de la philosophie des Lumières à la littérature romantique, qui est comme une transmission de relais de Condillac et Condorcet à Stendhal et Balzac. Les Idéologues sont donc un groupe d’intellectuels qui tentent de concilier ce que nous appelons aujourd’hui la « littérature » et la science, le mécanisme et le vitalisme, l’universalisme et le respect des différences, la passion et la raison, au prix de tensions que recevront ceux qui les liront. Ces tentatives de conciliation sont à mettre en lien avec une volonté de proposer une nouvelle forme d’organisation sociale et politique.

2Dans son chapitre inaugural, Yves Citton explique certains questionnements qui structurent la pensée des Idéologues, par exemple : est-il possible de rendre compte intégralement du réel par une langue parfaite ou est-ce qu’il y a une opacité de celui-ci ? Est-ce qu’il y a une continuité entre le réel, le sensible, le cognitif et la capacité linguistique chez l’être humain ? Par où passe la frontière entre l’individualité et le social ? Citton tente ainsi de montrer que le projet des Idéologues est essentiellement un projet d’éducation politique afin de permettre l’émergence d’une organisation rationnelle des sociétés. Dans une telle société, la littérature ne se voit pas opposée aux sciences, mais elle est plutôt dans une position de transversalité, permettant de réintégrer les savoirs dans une dimension subjective. Le moment idéologique repose donc sur une complémentarité entre les sciences et les lettres.

3Neuf autres études sont présentes dans l’ouvrage. Stéphane Zékian montre que les sciences et les lettres sont placées en continuité chez certains idéologues, dont Cabanis pour qui on ne peut bien comprendre le « moral » de l’homme qu’en connaissant son « physique », sa physiologie. Il explique que Bonald, de son côté, sacralise la « science morale » du XVIIsiècle, « seule porteuse selon lui de simplicité synthétique et d’efficience morale et sociale » (p. 11), face à la compilation analytique des sciences de la nature. Jean-Pierre Schandeler s’intéresse aux Leçons de Volney. Le travail de l’historien se trouve mis en rapport avec trois modes de connaissance : l’érudition, la mathématisation et la constitution des sciences de l’homme. Volney pense ainsi que puisque le fait historique est un fait raconté, il a un faible degré de crédibilité, car il s’éloigne des sens qui procurent, seuls, un haut degré de certitude. Il y a aussi une résistance à la mathématisation du social, car la vie sociale est pleine de réalités complexes qui sont réfractaires au traitement qualitatif. C’est donc l’Idéologie, la science de la formation des Idées, qui peut expliquer les limites de l’érudition et de la mathématisation en proposant une science sociale orientée par « l’empirisme de l’enquête » (p. 90). Mariana Saad montre dans son étude que Cabanis, Destutt de Tracy ou Fournier raisonnent en termes de circulation de flux, d’équilibre et d’engorgements, selon un modèle organiciste et de médecine vitaliste. L’harmonie est alors un élément essentiel pour ces Idéologues afin de penser à la constitution d’une nouvelle société idéale.

4De son côté, Dominique Kunz Westerhoff brosse un tableau d’ensemble des débats des Idéologues autour de la notion d’imagination. On passe ainsi d’une définition de l’imagination selon les conceptions mécanistes des Lumières à de nouvelles théories plus vitalistes chez les écrivains romantiques. Certains assimilent les idées à des images (fondées sur une ressemblance initiale), tandis que d’autres préfèrent un statut plus « conceptuel » pour celles-ci. Jean-François Perrin réfléchit à la question de l’individuation, c’est-à-dire à la constitution du moi actif en fonction de l’ensemble des impressions reçues de l’extérieur du sujet. Il centre son étude sur le problème de la mémoire en soulignant l’héritage condillacien qui consiste à déduire la mémoire de la sensation et en expliquant que ce concept tend à inclure, chez les Idéologues, la dimension de l’involontaire. Serge Moussa s’intéresse à la part des propres projections de l’Idéologue qui perçoit et s’imagine le monde. Il souligne que Volney mettait ainsi en garde les voyageurs contre les effets d’aveuglement brouillant le regard de celui qui arrive dans une ville, comme Alexandrie, en ayant en tête les descriptions des voyages précédents. Il fait une lecture de deux récits de voyage (Volney et Vivant Denon) pour souligner que l’impression des objets sur les sens est médiatisée par l’effet de récits antérieurs. Daniel Lançon explique, quant à lui, que Volney a été conduit à vouloir résorber les différences linguistiques en proposant un « alfabet européen », mais son étude met en évidence la difficulté à confronter le système abstrait de la science des idées avec la réalité empirique.

5Finalement, les deux derniers chapitres se penchent sur deux écrivains du XIXe siècle. Muriel Bassou examine comment Stendhal se situe par rapport aux « philosophes » qu’il lit pendant sa carrière en se reconnaissant dans certains aspects de la pensée de Helvétius, Destutt de Tracy ou Maine de Biran, particulièrement autour des notions d’amitié et d’amour. Claire Barel-Moisan s’intéresse à la façon dont Balzac et Stendhal ont pu concevoir leurs œuvres littéraires comme des réécritures de l’Idéologie, c’est-à-dire que ces romanciers ont conçu la littérature comme étant la continuation de la pensée des Idéologues.

  • 1 « [Le Commentaire sur "L’Esprit des lois" de Montesquieu] aura un destin singulier et […] il jouera (...)
  • 2 Ibid., p. 33.

6Que penser de cet ouvrage ? Tout d’abord, on s’étonne un peu de la faible présence de la science économique au sein des études, bien que Mariana Saad fasse une comparaison entre Fournier et Destutt sur la souffrance des pauvres et l’excès de richesse. Il aurait peut-être été intéressant, pour compléter les dix chapitres, d’inclure une étude sur le lien entre Destutt et la science économique et politique1 pour montrer l’influence qu’ont pu avoir certains idéologues qui, selon Philippe Nemo, partagent « une même intuition profonde, à savoir que la croissance de la production est la vraie solution aux problèmes politiques2 ». Par ailleurs, le lecteur pourra être intrigué par le commentaire d’Yves Citton selon lequel l’actualité du “moment idéologique” repose sur son « indisciplinarité » (p. 42). Il aurait sans doute été des plus intéressant d’expliquer davantage cette réflexion pour préciser comment la pensée des Idéologues peut encore être « actuelle » en fonction des sciences modernes. En effet, la complexification et la spécialisation des savoirs au sein des institutions de recherche et d’enseignement rendent quelque peu difficile de penser à une complémentarité directe entre les sciences et la littérature. Néanmoins, l’ouvrage, dans son ensemble, présente un portrait nuancé, détaillé et fort intéressant du moment idéologique et de ses divers branchements disciplinaires, qui montre à quel point ces penseurs ont pu reconfigurer le champ des savoirs du XIXe siècle. Il permet de voir que la pensée des Idéologues a su porter sur un ensemble de sujets variés tout en étant très féconde et stimulante.

Top of page

Notes

1 « [Le Commentaire sur "L’Esprit des lois" de Montesquieu] aura un destin singulier et […] il jouera un rôle idéologique important. Il sera traduit en anglais par Thomas Jefferson, qui voulait, semble-t-il, en faire un manuel à l’usage des étudiants de l’université de Virginie qu’il venait de créer. Cette version anglaise est publiée à Philadelphie en 1811. » Philippe Nemo, « A. Destutt de Tracy critique de Montesquieu : le libéralisme économique des idéologues », Romantisme, nº 133, 2006-3, p. 26.

2 Ibid., p. 33.

Top of page

References

Electronic reference

François Cloutier, « Yves Citton, Lise Dumasy (dir.), Le moment idéologique. Littérature et sciences de l’homme », Lectures [Online], Reviews, 2013, Online since 24 October 2013, connection on 19 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12534

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page