Navigation – Plan du site

François Dosse, Le pari biographique. Ecrire une vie

Frédérique Giraud
Le pari biographique
François Dosse, Le pari biographique. Ecrire une vie, La Découverte, coll. « La Découverte/Poche », 2011, 480 p., EAN : 9782707167118.
Haut de page

Texte intégral

1N’en déplaise à Pierre Bourdieu, dont l’article « L’illusion biographique » a fait école, la biographie est à la mode. Tel est le constat que François Dosse pose dans la préface à cette nouvelle édition de son ouvrage Le pari biographique. Le prologue dresse un état des lieux de la biographie : éditeur par éditeur, quelle est la tendance ? Biographie de type universitaire attentive aux faits, aux documents, aux sources bibliographiques ou captation par le monde de l’édition et publication de biographies fictions. Chaque auteur de collection tente de définir une niche éditoriale, explorant des chemins non tracés. Ce prologue constitue une incontestable bonne entrée en matière, décryptant les tensions inhérentes au pacte biographique.

2Une tension biographique qu’incarnent bien les « romans biographiques » à succès de Max Gallo. Cet historien de formation entend avant tout faire revivre « le climat de l’époque » et privilégie le point de vue du personnage qu’il dessine. Assumant la position subjective maximale du biographe, il pousse l’empathie jusqu’à l’identification entre le biographe et le biographé. Genre « impur » (p. 57), « curieux genre » (p. 447), « sorte de monstre » (p. 447) autant de qualificatifs qui témoignent sous la plume de François Dosse de la complexité et de la multidimensionnalité du genre biographique hésitant entre mimétisme et imagination, fiction et réalité historique, volonté de dire la vérité et narration. La biographie est-elle un « roman vrai » ? A tout le moins elle hésite sans cesse, et cette tension est constitutive de cet objet, entre romance et érudition. Le problème méthodologique majeur à l’origine de cette incertitude : les lacunes des sources informatives. Il convient également de tenir à distance l’adhésion intellectuelle/affective/passionnelle avec le sujet dont traite le biographe.

3Le chapitre un dresse une cartographie du genre. Des portraits littéraires de Sainte-Beuve, à Lagarde et Michard (induisant une fusion du genre biographique avec l’œuvre) en passant par le Contre Sainte Beuve de Proust, François Dosse montre comment l’écriture biographique est chevillée au corps de l’histoire de la critique littéraire. C’est une certaine forme de biographie qui est ici en usage, qui fait des créateurs, des individus dotés de qualités exceptionnelles. La biographie sanctifie des auteurs, aux dispositions bien figées. Du côté des politiques, des historiens et des journalistes, l’auteur pénètre les implications intimes du biographe et du biographé : il révèle un « pacte » engageant généralement l’auteur vis-à-vis de son lecteur, le biographe se devant d’expliciter ce qui l’a amené vers le personnage retenu ou le rapport personnel qui existe entre eux.

4Ces soutènements posés, place est faite à une histoire du genre biographique. François Dosse distingue trois âges de la biographie, qui correspondent à trois types de traitement de la biographie. Le genre biographique a incarné des exigences différentes suivant les moments historiques. À l’âge héroïque, de l’Antiquité à l’époque moderne, la biographie s’attache à dresser le portrait de personnages représentatifs, la personne s’efface sous le personnage. Cet âge de la biographique est dominé par la figure de Plutarque. Historia magistra grecque et surtout romaine avec Plutarque et Suétone comme figures de proues, hagiographies, biographies chevaleresques, portraits des grands hommes au XVIIIe siècle, François Dosse passe en revue les grands types de ces biographies de type « héroïsation des grands hommes ». L’enjeu est de diffuser un modèle moral aux générations futures.

5Le XIXe et une grande partie du XXe siècles correspondent à l’âge de la biographie modale : cet âge est à la fois un moment historique et une modalité d’approche, qui convoite sous l’individualité du biographé le collectif. Elle vaut alors par sa capacité généralisante et vise à définir des typologies sociales. C’est l’occasion pour François Dosse de discuter les modèles sociologiques de Durkheim à Claude Lévi-Strauss, en passant par Lahire. La troisième phase que distingue François Dosse, qui commence dans les années 1980, est dite herméneutique. Désormais le sujet est au centre des projecteurs. Retrouvant l’homme ordinaire derrière les personnages illustres, qui longtemps ont été les seuls domaines d’étude des biographes, le nouvel âge biographique donne place aux anonymes de l’histoire.

6Au final Le pari biographique est un ouvrage érudit, qui ne prétend pas faire un sort au « pari biographique », mais vise bel et bien à prendre à bras-le-corps les tensions constitutives du genre. Et s’il y a pari biographique, c’est d’abord celui réussi de l’auteur que de brosser avec force détails le portrait composite de ce genre, en s’appuyant sur un corpus très important et suggestif de biographies. Des Rolling Stones à Fouché, en passant par Haydn, Guillaume d’Allemagne… À chaque fois, François Dosse multiplie les exemples et les auteurs de façon très analytique. À ce titre, sa lecture intéressera un large public. Si ce panorama complet de la biographie est désormais un classique, c’est parce que l’auteur ne se limite pas aux apports de l’histoire, sa discipline de formation, mais parcourt les sciences humaines et sociales, à la recherche de références. Un classique donc qui ouvre des pistes de réflexion aux historiens, littéraires, sociologues…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « François Dosse, Le pari biographique. Ecrire une vie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 21 septembre 2011, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1258

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page