Navigation – Plan du site

Arnaud Mias, Émilie Legrand, Danièle Carricaburu, François Féliu, Ludovic Jamet, Le travail de prévention. Les relations professionnelles face aux risques cancérogènes.

Giovanni Prete
Le travail de prévention
Arnaud Mias, Emilie Legrand, Danièle Carricaburu, François Féliu, Ludovic Jamet, Le travail de prévention. Les relations professionnelles face aux risques cancérogènes, Toulouse, Octarès Editions, 2013, 200 p., ISBN : 978-2-36630-013-0.
Haut de page

Texte intégral

1Aboutissement d’une recherche collective de plusieurs années, Le travail de prévention entend se centrer sur une catégorie de risques – les substances cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques (CMR) – qui ont la particularité d’être souvent collectifs dans leur exposition, diffus et différés dans leurs effets et qui font à ce titre l’objet d’une réglementation particulière depuis vingt ans. Les auteurs cherchent à analyser les démarches de prévention dont font l’objet ces substances dans les environnements de travail. Leur approche tire sa principale originalité de cette entrée par une catégorie de « risque » particulier plutôt que par un secteur d’activité ou un groupe professionnel. Cette entrée permet de mettre au cœur de l’analyse les négociations entre les différents acteurs concernés par ce « risque », négociations au cours desquelles se structurent les perceptions, les régulations et les relations professionnelles. L’ouvrage s’appuie sur un matériau empirique conséquent, collecté dans le cadre d’une enquête auprès de dix-sept entreprises de tailles et secteurs hétérogènes situées en Haute-Normandie, ainsi qu’auprès d’acteurs institutionnels.

  • 1 Annie Thébaud-Mony, Véronique Daubas-Letourneux, Nathalie Frigul, Paul Jobin (dir.), Santé au trava (...)

2Le premier chapitre explore la question de l’appréhension cognitive par les différents acteurs rencontrés des substances CMR en tant que risques. Il constitue une sorte d’introduction à l’ouvrage en établissant un constat général, déjà bien documenté1 : les substances CMR, parce qu’elles sont difficilement identifiables et qu’elles ont des effets sanitaires difficiles à démontrer, sont rarement considérées comme un enjeu prioritaire, que ce soit par les salariés ou par les acteurs spécifiquement en charge de la santé au travail. Ces derniers connaissent l’existence des substances CMR mais apparaissent découragés devant leur complexité, les incertitudes qu’elles soulèvent (validité des valeurs limites d’exposition, prise en compte des « effets cocktails », etc.) et adoptent un rapport distancié aux outils qui permettraient de les gérer.

3Ce constat est approfondi dans le deuxième chapitre, qui analyse en détail les démarches de prévention mises en place dans les entreprises étudiées. Les auteurs soulignent l’hétérogénéité des dynamiques d’appropriation des évolutions réglementaires qui encadrent ces démarches, influencées à la fois par des arbitrages financiers, la sensibilité des directions et les cultures professionnelles locales. D’une manière générale, si les « principes généraux de prévention » inscrits dans le droit mettent prioritairement en avant les démarches de substitution et les moyens d’action collectifs, les entreprises ont souvent un rapport formel et individualisant aux démarches de prévention : elles considèrent les outils de gestion disponibles (Document Unique, Fiches individuelles d’exposition, etc.) comme des finalités plutôt que comme des appuis à la prévention et engagent, de manière privilégiée, des actions de prévention individuelles (formation, EPI).

4Le troisième chapitre explore en détail un des lieux où se négocient ces politiques de prévention : les comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). Organisés de manière très hétérogène, les CHSCT étudiés ont en commun de se focaliser principalement sur les risques qui peuvent avoir des conséquences immédiates sur la santé. Leurs membres ont des difficultés à se saisir des enjeux liés à l’exposition aux CMR. Les auteurs rappellent que, pour qu’un CHSCT parvienne à se saisir de tels enjeux, il faut déjà qu’il arrive à « exister et se réunir » et ne réponde pas uniquement à une logique d’affichage institutionnel. Les auteurs soulignent également que les CHSCT, et tout particulièrement les représentants des salariés qu’ils réunissent, doivent être capables de se fixer des objectifs au-delà de la résolution des problèmes qui remontent du terrain continuellement, de s’approprier des savoirs techniques complexes et de mobiliser les leviers d’action offerts par le droit. Vis-à-vis des substances CMR, ces différents « registres d’action » apparaissent d’autant plus difficiles à articuler pour les représentants syndicaux que ces derniers sont souvent peu formés au risque chimique et qu’ils considèrent que la mobilisation sur une thématique si technique dénature l’action syndicale.

5Les chapitres 4 et 5 analysent le positionnement d’acteurs institutionnels qui interviennent parfois dans les CHSCT : les inspecteurs et les médecins du travail, respectivement. Les premiers ont fait face ces dernières années à des évolutions majeures de leur contexte de travail. La montée en puissance des politiques de santé au travail et le plan de modernisation de l’inspection du travail (2006) les ont amenés à décloisonner leur activité en développant des collaborations hors de l’administration du travail (avec les acteurs de la santé et de l’environnement). Ils ont également été contraints de programmer leurs activités de contrôle et d’élargir celles-ci à un travail d’animation du dialogue social. Ce contexte leur donne des incitations et des ressources nouvelles (équipes pluridisciplinaires d’appui) pour appréhender les risques liés aux substances CMR. Cependant, ils restent « mal à l’aise » vis-à-vis de ces substances, pour lesquelles ils sont peu légitimes. Quand ils les inscrivent dans leurs activités de contrôle, ils les abordent souvent de manière détournée. Les médecins du travail ont également des difficultés à se saisir du « risque CMR ». L’ambiguïté de la place qu’occupe la prévention dans leur activité est aujourd’hui bien documentée : si des réformes successives ont donné plus d’importance à la prévention, les médecins continuent d’orienter leur activité principalement vers le suivi médical, encouragés en ce sens par les employeurs. Leur investissement éventuel sur les CMR dépend donc très largement d’initiatives particulières.

  • 2 Annie Thébaud-Mony, Travailler peut nuire gravement à votre santé. Sous-traitance des risques, Mise (...)

6Le chapitre 6 clôt l’ouvrage en évoquant, trop rapidement peut-être, la thématique de la sous-traitance. Il permet de rappeler, en écho aux travaux d’Annie Thébaud-Mony2, la sur-exposition des sous-traitants aux substances CMR. Surtout, il interroge la pertinence des démarches de normalisation (par ex : MASE) pour gérer ces expositions, soulignant qu’elles sont souvent élaborées sur la base d’une connaissance peu précise de l’activité des travailleurs des entreprises et qu’elles semblent remplir plus un rôle de labels formels visant à réguler la concurrence sur le marché de la sous-traitance que d’outils de prévention.

  • 3 Jean-Noël Jouzel, Des toxiques invisibles. Sociologie d'une affaire sanitaire oubliée, EHESS, coll. (...)

7L’ouvrage est d’une grande richesse empirique et, bien que signé par cinq auteurs, d’une grande unité et clarté d’écriture. Son intérêt est triple. Il contribue d’une part à mieux comprendre les difficultés qu’ont les acteurs de la santé au travail à se saisir des substances CMR d’une manière générale et élargit en ce sens les analyses menées antérieurement sur des substances particulières (par exemple l’amiante, les éthers de glycol3, etc.). Il permet, sur un sujet particulier, de mieux comprendre les relations entre des groupes d’acteurs souvent étudiés distinctement. Enfin, de par sa clarté il constitue une bonne introduction aux enjeux de santé au travail et aux travaux nombreux qui, en sciences sociales, leur ont donné une nouvelle visibilité ces dernières années. Il pourrait à ce titre constituer un bon support pédagogique dans les formations spécialisées sur la question.

8Le choix fait par les auteurs de privilégier, empiriquement, un travail d’enquête dans les CHSCT et auprès des acteurs institutionnels de la santé au travail permet d’interroger certaines des limites du mouvement qui a vu, ces dernières années, l’insertion des politiques de santé au travail dans la santé publique. Les auteurs mettent particulièrement bien en évidence les difficultés que cela pose aux représentants salariés. On regrettera sur ce point que les différents constats – affaiblissement des collectifs de travail, risque d’instrumentalisation des instances de démocratie d’entreprise, utilisation formelle des outils de gestion – ne débouchent pas sur une thèse affirmée plus explicitement. Ce choix empirique ne leur permet en revanche pas – les auteurs le reconnaissent – de rendre compte pleinement de la manière dont les actions de prévention des risques CMR se négocient hors des arènes de décision formelles (CHSCT, partenariats SIST/DIRECCTE, etc.), dans les espaces de production des entreprises. On regrettera également que les auteurs n’aient pas articulé, de manière plus systématique, leurs résultats à une réflexion sur les modes d’organisation de ces entreprises. Nombreuses sont les observations qui soulignent l’importance des configurations productives locales pour comprendre les dynamiques de prévention. Cependant, ces observations sont mobilisées de manière ad hoc, sans qu’émerge une réflexion plus générale sur les mécanismes organisationnels de la mise à distance du « risque CMR ». Plusieurs constats renvoient à de tels mécanismes : les « choix de prévention » présentés dans le chapitre deux font par exemple largement écho à des travaux classiques sur la décision en organisation. A ce titre, donner une place à part entière à la présentation de certaines des monographies réalisées, aurait peut-être permis de mieux comprendre l’inscription organisationnelle des relations professionnelles.

Haut de page

Notes

1 Annie Thébaud-Mony, Véronique Daubas-Letourneux, Nathalie Frigul, Paul Jobin (dir.), Santé au travail. Approches critiques, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2012, 357 p. Voir la notice dans Lectures : http://lectures.revues.org/7246.

2 Annie Thébaud-Mony, Travailler peut nuire gravement à votre santé. Sous-traitance des risques, Mise en danger d'autrui, Atteintes à la dignité, Violences physiques et morales, Cancers professionnels, La Découverte, coll. « La Découverte/Poche », 2008, 290 p. Lire le compte rendu d’Igor Martinache dans Lectures : http://lectures.revues.org/510.

3 Jean-Noël Jouzel, Des toxiques invisibles. Sociologie d'une affaire sanitaire oubliée, EHESS, coll. « Cas de figure », 2013, 240 p. Lire le compte rendu de Lilian Mathieu dans Lectures : http://lectures.revues.org/10413.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giovanni Prete, « Arnaud Mias, Émilie Legrand, Danièle Carricaburu, François Féliu, Ludovic Jamet, Le travail de prévention. Les relations professionnelles face aux risques cancérogènes.  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 04 novembre 2013, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12591

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page