Navigation – Plan du site

Dominique Boullier, La ville-événement. Foules et publics urbains

Anne Gagnebien
La ville-événement
Dominique Boullier, La ville-événement. Foules et publics urbains, PUF, coll. « La ville en débat », 2010, 147 p., EAN : 9782130581475.
Haut de page

Texte intégral

1Cet essai de sociologie urbaine fut élaboré à partir des résultats du contrat de recherche « climatisation sécuritaire dans la ville-événement » réalisé pour le compte du Puca (Plan Urbanisme Construction Architecture) et du Club ville et aménagement, dans le cadre de la consultation « territoire et sureté » lancée en 2007. Ce projet fut dirigé par Dominique Bouiller et une large équipe de chercheurs tels Stéphane Chevrier, Stéphane Juguet et Dominique Bodin ainsi que de nombreux étudiants membres du LAS (Laboratoire d'Anthropologie et de Sociologie) de l'Université de Rennes 2. L'auteur de cette recherche collective dont les thèmes de recherche sont la ville et le numérique définit l'événement urbain comme un débordement unique qui affecte un climat calme et modifie, rend visible certaines émotions dans des foules et des publics. Ainsi « faire événement, [...] c'est mobiliser des personnes, des publics ou des foules à condition de parvenir à les transformer, en faisant circuler ces émotions (telles que la joie, la colère ou la peur...) qui les feront attendre, puis sentir qu'ils sont présents à l'évènement » (p 93).

2La force de cette recherche scientifique tient à l'analyse de ce mode d'existence spécifique à la ville déstabilisée, que l'auteur décompose en trois parties et en s'appuyant sur trois évènements médiatisés et annualisés, étudiés de manière originale par le prisme d'un couplage conteneur / contenant. Ce que fait une ville, c'est-à-dire contenir et offrir des conditions d'émergence à un contenant, un évènement, un public, une foule, nous est livré dans la troisième partie. La méthodologie de l'observation participante est présentée sous la forme de récits qui tiennent le lecteur en haleine. L'approche empirique s'appuie sur trois évènements, qui mobilisent chacun au moins 30 000 personnes dans un temps restreint : le festival multisites des Transmusicales à Rennes, un match FC Nantes - Olympic de Marseille en stade Nantais, et une manifestation syndicale d'intérêt nationale organisée dans toutes les villes de France.

  • 1 A ce sujet, consultez la thèse de Benoit Feildel, 2010, Espaces et projets à l'épreuve des affects  (...)
  • 2 TARDE G., Les Lois de l'imitation (1890), Paris, Seuil, 2001 - L'Opinion et la Foule (1901), Paris, (...)

3Contrairement à ce que laissait supposer l'intitulé du programme, loin de la posture sécuritaire de maitrise du maintien de l'ordre, ce sont plutôt les êtres et leurs émotions qu'il convient, comme le dit l'auteur, de « climatiser », dont il convient de canaliser les passions tout en en prenant soin. Pour qui travaille sur la sociologie jusqu'au marketing territorial, où l'urbain serait à la fois acteur et figurant de l'évènement, le lecteur y appréciera les requalifications et discussions sociologiques entre foules et publics dans la première partie. C'est aussi l'étude de la circulation des émotions, des désirs et particulièrement de l'attente qui a retenu notre attention dans la seconde partie de ce livre. Quand aujourd'hui les sciences sociales, les sciences de l'espace cherchent à mesurer, qualifier l'influence des différentes composantes de la relation affective sur les spatialités individuelles et collectives1. Une autre qualité, l'approche psychosociologique de l'imitation de Gabriel Tarde2 (1843-1904) vient ponctuer de façon pertinente l'explication de l'attente. Elle vient aussi éclairer l'ensemble de l'essai, pour expliquer ce que devient la ville dans ses débordements, qui surviennent lors de diverses manifestations ponctuelles jusqu'à l'ère des réseaux sociaux virtuels aujourd'hui qui la réinvestissent.

  • 3 Moreau C., Sauvage A., La Fête chez les Jeunes. Espaces publics incertains, Rennes, Editions Apogée (...)

4Tout événement selon l'auteur est une attente, une révélation somme toute mystérieuse, mais qui légitime une présence sur les lieux. Pour y parvenir, la manifestation doit focaliser les attentions bien avant le moment prévu. L'événement imprimera ainsi sa marque dans les mémoires au-delà de l'instant vécu. Hors du cadre de la situation au sens strict, les spectacles sportifs, culturels ou les manifestations sont toujours programmés longtemps à l'avance par des professionnels. Pour que ces événements fonctionnent, il faut mobiliser des « esprits » autour d'une date, d'un lieu, d'un motif de désir. C'est là le rôle des médias qui diffusent, voire amplifient les conversations réelles et celles présentes sur la toile internet. Cette promesse de foule attire les individus qui souhaitent se retrouver entre eux, comme l'a montré Gabriel Tarde. Avant la fête, on boit. L'alcool, cet « agent dormant » (p.62) présent pour les trois situations étudiées, permettrait ainsi de cultiver le débordement quand l'attente est génératrice de stress. Il serait une « gâterie », un plaisir sûr et associé quand le spectacle peut décevoir, tel un ersatz d'événement, une expérience garantie dans le rassemblement. En effet, «  si la présence physique vaut les efforts consentis, c'est qu'on en escompte un résultat » (p.67). C'est ce que l'auteur nomme « l'épiphanie de l'action ensemble », tel un état psychique collectif marqué par le lien (en référence aux travaux de Moreau et Sauvage, 20063). Nos émotions font circuler nos états intérieurs et nous font circuler dans la ville, vers les autres, pour les partager et les ressentir. Elles se distribuent (circulent, se donnent à voir) selon les lieux et nous engagent à en élire certains plutôt que d'autres, en fonction de ce que contient cette ville même, de ses lieux « attracteurs ». On hésite, on les choisit et on s'imite, On croit les choisir mais tout n'est que croyance et désir (Tarde, 1890, p.204). On se retrouve « pris » par l'évènement, dans une « contagion émotionnelle » (p. 87) dans des flux de personnes.

5Cet évènement doit rester une surprise. Il génère des rebondissements et des « sociations » (relations sociales rationnelles basées sur un compromis ou une coordination d'intérêts) qui finiront par définir l'Outre-ville, ville à la fois imaginée sur les réseaux numériques et ville réelle vécue. En effet, selon l'auteur, l'événement ne tient que par la conversation qu'il génère dans cette ville-opinion (Tarde), qui le fait tenir avant et après et à condition que cette conversation ne finisse jamais et permette qu'on puisse y revenir toujours. Il faut que des traces restent, que des médiations soient alors visibles pour que « des milliers de petites conversations locales et si virtuelles » (p. 135) puissent se convertir en manifestations dans la ville. Initiative par exemple, des membres venus en masse lors des apéros Facebook, c'est bien le résultat « d'un basculement des effets réseaux bien connus dans les mondes numériques vers la ville bien réelle » (ibid.). Dans ce nouveau contexte, toute la vision du territoire est déstabilisée.

6L'intérêt de cet ouvrage est de revisiter les approches Tardiennes des circulations des croyances et des désirs, de suivre à la trace la circulation des opinions et des émotions, en recourant à des histoires sur des micro-objets choisis, afin de recueillir des modes d'existence des collectifs évolutifs. L'auteur nous délivre avec La Ville-évènement une méthode originale qui combine trois principes pouvant servir de guide à la fois pour étudier la ville et la question des émotions mais aussi pour d'autres projets de recherche. L'analyse des « héritages » qui traite la dimension temporelle, des « voisinages » qui renvoie à la dimension spatiale et des « arbitrages », qui nous rapproche de la dimension désirante à travers, tout à tour, des degrés « d'irréversibilité » (débordements du cadre bâti, des collectifs présents qui peuvent faire basculer la manifestation), « d'immunité » (les émotions partagées, contagieuses ou pas) et de « désirabilité » (les publics que l'on attire, les moyens attracteurs mis en place pour faire désirer l'évènement).

Haut de page

Notes

1 A ce sujet, consultez la thèse de Benoit Feildel, 2010, Espaces et projets à l'épreuve des affects ; pour une reconnaissance du rapport affectif à l'espace dans les pratiques d'aménagement et d'urbanisme, Université de Tours, UMR CITERES, sd. Denis Martouzet.

2 TARDE G., Les Lois de l'imitation (1890), Paris, Seuil, 2001 - L'Opinion et la Foule (1901), Paris, PUF, coll. « Recherches politiques », 1989

3 Moreau C., Sauvage A., La Fête chez les Jeunes. Espaces publics incertains, Rennes, Editions Apogées, 2006

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Gagnebien, « Dominique Boullier, La ville-événement. Foules et publics urbains », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 05 février 2011, consulté le 24 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1260

Haut de page

Rédacteur

Anne Gagnebien

Docteure en sciences de l'information et de la communication, membre associée au laboratoire du LabSic depuis 2012.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page