Navigation – Plan du site

Hartmut Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps

Pascal Décarpes
Accélération
Hartmut Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines et sociales », 2013, 486 p., 1re éd. 2010, traduit de l'allemand par Didier Renault, ISBN : 978-2-7071-7709-4.

À lire aussi

Accélération
Hartmut Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps, La Découverte, coll. « Théorie critique », 2010, 474 p., EAN : 9782707154828.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

  • 1 En allemand : Beschleunigung. Die Veränderung der Zeitstrukturen in der Moderne, 2005.

1C´est une contribution majeure à la sociologie contemporaine, qui a été traduite de l’allemand et publiée pour la première fois en français en 20101. Si le sous-titre se permet une légère digression, la notion d’accélération (Beschleunigung) prend tout son sens à une époque d’instantanéité, de flux tendus et de bouleversement des espaces classiques (travail, vie privée, sphère publique, etc.). De plus, l’approche d’Hartmut Rosa est en effet « critique » dans la mesure où elle pointe les conséquences néfastes de cette accélération du temps dans les champs sociaux, économiques et politiques.

2Dans un avant-propos dense et empruntant à la pensée philosophique, il est fait mention d’une société « utempique » où les contraintes de temps auraient disparu grâce au progrès technique. La thèse centrale de l’auteur est de souligner qu’aujourd’hui, dans un monde technologique au développement effréné, « nous n’avons pas le temps, alors même que nous en gagnons toujours plus ». L’ouvrage constitue dès lors une tentative pour comprendre les mécanismes de ce paradoxe et en déconstruire les évidences soi-disant indépassables.

3L’argumentation se découpe en quatre parties relativement équilibrées. La première traite des « fondements conceptuels d’une théorie de l’accélération sociale », la seconde s’attachant davantage aux « effets et manifestations » en proposant « une phénoménologie de l’accélération sociale » ; quant aux deux dernières parties, elles tentent d’en mettre à jour les causes (partie III) et les conséquences (partie IV).

4Dans une longue introduction, H. Rosa examine les structures temporelles de la société et affirme que « dans la société fonctionnellement différenciée de la modernité avancée, la conception prédominante est celle d’un temps linéaire à l’avenir ouvert » (p. 19). Reprenant par la suite des concepts empruntés à Norbert Elias, le temps est alors conçu comme un moyen de coordination et de synchronisation des processus sociaux où le rythme s’élève sans cesse, ce qui entraîne à terme une « crise du temps » lorsque les systèmes se désynchronisent. Ainsi, l’accélération ne touche que certains champs sociaux, alors que d’autres n’ont rien perdu de leur lenteur (par exemple dû à la complexité de réformes politiques) ou de leur temporalité (par exemple la durée d’une grossesse).

5Le chapitre 2, qui est un des plus stimulants de l’ouvrage, porte un titre qui donne une bonne idée de l’approche mise en œuvre par l’auteur dans son analyse du processus moderne : « De l’amour du mouvement à la loi de l’accélération ». Rosa y décrit notamment dans une perspective historique les conflits culturels qui caractérisent l’apparition de toute nouvelle technologie de l’accélération, revisitant les analyses de K. Marx, M. Weber et G. Simmel et s’appuyant en partie sur celles de N. Luhmann. L’auteur place ici le temps au centre des phénomènes culturels, structurels, individuels et sociaux, l’accélération devenant le « principe qui les relie et les anime en même temps ». Et il décrit les trois dimensions de l’accélération sociale que sont l’accélération technique, l’accélération du changement social et l’accélération du rythme de vie.

6Ainsi, un des traits caractéristiques de l’accélération sociale est que de nombreuses transformations ne s’opèrent plus de manière générationnelle, mais intragénérationnelle. Cela implique par contrecoup des expériences temporelles différentes voire opposées pour les différentes générations d’une même société, renforçant en cela la perception et le sentiment d’accélération de part et d’autre. H. Rosa insiste également sur la dynamique voire la spirale de l’accélération qui est transportée par la domination du champ économique dans les sociétés contemporaines : reprenant l’expression largement répandue selon laquelle « le temps, c’est de l’argent », il démontre avec justesse que les notions de capital et de concurrence imprègnent dorénavant autant le monde du travail que celui des relations sociales et individuelles, avec l’emprise du temps comme caractéristique prédominante.

  • 2 Christophe Bouton, Le temps de l'urgence, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Diagnostics », 2013, 3 (...)
  • 3 Serge Latouche, Didier Harpagès, Le temps de la décroissance, Le Bord de l'eau, coll. « Troisième c (...)

7Dans une perspective comparative avec les travaux menés en France, on peut retrouver des éléments des thèses de l’auteur par exemple chez Christophe Bouton2, ou bien chez Serge Latouche et Didier Harpagès, qui en appellent également à une société de sobriété3.

8Une des conclusions de l’auteur est que la désynchronisation entre les temporalités privées et sociales mène à des comportements privés qui sont socialement perçus comme déviants, et qu’ainsi les transgressions des normes temporelles sont sévèrement sanctionnées. Sans que ce soit le mot de la fin, l’auteur a réussi à mettre le concept de « décélération » (Entschleunigung), équivalent aussi de celui de décroissance, à l’agenda public et médiatique allemand des dernières années, de sorte que ce mouvement d’idées est désormais porté et soutenu par un sociologue de renom, connu et reconnu par le grand public. Cet ouvrage est également devenu une référence dans le monde scientifique de langue allemande, et tout porte à croire qu’il est d’ores et déjà bien implanté dans les sciences sociales francophones, notamment grâce à cette excellente traduction. Le fait que le sociologue allemand soit également anglophone et francophone se retrouve ainsi dans une bibliographie pluridisciplinaire et multiculturelle, ce qui renforce le caractère généralisable et universel des thèses défendues par H. Rosa.

Haut de page

Notes

1 En allemand : Beschleunigung. Die Veränderung der Zeitstrukturen in der Moderne, 2005.

2 Christophe Bouton, Le temps de l'urgence, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Diagnostics », 2013, 300 p. Lire le compte rendu par Jérôme Thomas : http://lectures.revues.org/11761

3 Serge Latouche, Didier Harpagès, Le temps de la décroissance, Le Bord de l'eau, coll. « Troisième culture », 2012, 92 p. Lire le compte rendu par L.-A. Chéradame : http://lectures.revues.org/10375

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Décarpes, « Hartmut Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 05 novembre 2013, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12609

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page