Navigation – Plan du site

Philippe Artières, Clinique de l’écriture. Une histoire du regard médical sur l’écriture

Cécile Campergue
Clinique de l'écriture
Philippe Artières, Clinique de l'écriture. Une histoire du regard médical sur l'écriture, Paris, La Découverte, coll. « La Découverte Poche / Sciences humaines et sociales », 2013, 264 p., 1ère éd., 1998, ISBN : 9782707174635.
Haut de page

Texte intégral

1Les Éditions de la Découverte nous offrent une réédition en poche d’un ouvrage issu d’une thèse en histoire initialement publiée en 1998 aux éditions Synthélabo. Philippe Artières s’intéresse ici à l’analyse du « regard » des dispositifs mis en œuvre par le pouvoir médical dès la moitié du XIXe siècle pour saisir, décrypter, identifier le pathologique dans l’écriture manuscrite, non dans son contenu textuel mais dans sa graphie. Il souligne comment les médecins, qui font entrer l’écriture en laboratoire, participent d’un nouveau savoir sur l’écriture qui aura des répercussions dans le monde de l’expertise mais aussi sur son enseignement.

2Pour mener à bien son projet, Philippe Artières s’inspire des méthodes de Foucault, notamment celles développées dans Naissance de la clinique, méthodes qui visent à mettre à jour une série d’événements discursifs (une histoire des discours) pour montrer comment et pourquoi, « à un moment précis de notre histoire, l’écriture est entrée en médecine ». En dissociant le corps et l’esprit, le corps médical a considéré l’écrit comme objet de vérité et il s’agit ici de montrer comment cette « médicalisation de l’écriture s’est opérée, quelles en furent les implications et les prolongements » à l’aide d’une réflexion en trois temps : une première réflexion sur l’anormalité et sur la pathologie dans l’écriture, une deuxième sur l’écriture sous contrainte (en laboratoire) et enfin une réflexion sur les évolutions de l’expertise et sur l’enseignement de l’écriture.

3Repérer le pathologique en écriture est la porte d’entrée par laquelle les médecins vont peu à peu penser l’écriture comme « prose du corps », en s’intéressant prioritairement aux écrits des déviants et des aliénés. Il faut rappeler qu’au XIXe siècle, l’anormalité inquiète et fascine. Les médecins cherchent à comprendre les caractéristiques des « êtres inquiétants », tels le fou, la prostituée, l’homme tatoué, le criminel, etc. Brierre de Boismont entreprend par exemple d’étudier les autographes de suicidés pour élucider les causes du geste destructeur, à l’aide d’une typologie illustrée. Il est également sensible aux moyens utilisés par le suicidé pour rédiger son billet. Mais ses analyses restent liées à des catégories et des jugements moraux tranchés. Legrand du Saulle entreprend quant à lui l’analyse minutieuse des écrits d’aliénés, selon une typologie relativement simple. Les écrits des criminels vont aussi intéresser le corps médical, notamment le fameux psychiatre Cesare Lombroso qui, à partir de documents relativement neutres, dresse un portrait « noir du détenu » et en fait un « ennemi social ».

4Le signe graphique devient l’objet d’une grande attention (forme, dessin, lettre, régularité, etc.) car il doit permettre d’identifier le mal dont souffre le scripteur. Plus tard, certains médecins soulignent que l’observation du signe graphique permet de déceler la maladie avant qu’elle ne se développe. L’étude des tremblements donne par exemple lieu à une véritable « sémiologie du tremblement graphique ». Un autre domaine suscite l’intérêt des médecins : l’écriture automatique impulsée par une hallucination. Pierre Janet, qui a beaucoup étudié les automatismes psychologiques (1889), pense que l’écriture automatique est un des symptômes du désordre de la personnalité. L’écriture est finalement pensée en cette fin de siècle comme relevant du naturel, un acte normal et spontané mais qui n’est pas sans poser de difficultés quant au principe d’authentification du scripteur. L’affaire Dreyfus (plus précisément la confusion des avis contradictoires sur le billet manuscrit intercepté) est ainsi mobilisée pour montrer comment les scientifiques doivent rationaliser le regard qu’ils portent sur l’écrit et en faire un savoir objectif.

5Dans un deuxième temps, les particularités de l’écriture sous contraintes sont explorées afin de cerner les facteurs de variation dans le geste scriptural. L’auteur relate les expériences d’écriture sous hypnose et d’écriture produites lorsque l’attention du scripteur est détournée. Les scientifiques conçoivent peu à peu des outils capables de les aider dans la recherche des troubles graphiques, comme les appareils d’écriture, parfois rudimentaires (tambour à réaction muni d’une tige métallique permettant au malade de le tenir à la main) ou plus perfectionnés, comme la plume électrique. Ces expériences ont conduit entre autres à forger des théories, dont certaines peuvent étonner, comme celle qui prétend cerner le sexe du scripteur. Ainsi, Alfred Binet, affirme en 1906 qu’il existe des écritures sexuées, des écritures à sexe douteux, à sexe inverti et à sexe falsifié. Finalement, la graphologie va susciter une grande émulation dans la communauté intellectuelle. Son succès relatif est par exemple prégnant dans l’œuvre du juriste Gabriel Tarde, pour qui il ne fait aucun doute que l’écriture a une physionomie. Il voit dans l’écriture un formidable objet pour étudier les rapports sociaux. L’effort de légitimation de la graphologie déployé par ses adeptes a porté ses fruits puisque plusieurs scientifiques adoptent cette dernière.

6À la fin du XIXe siècle, on assiste à la généralisation de la pratique de l’écriture et à sa démocratisation mais aussi au développement des faussaires. L’ensemble des travaux sur l’écriture modifie la nature de l’expertise et le statut des experts. En fins connaisseurs de l’anatomie graphique, les graphologues revendiquent leur place dans le monde de l’expertise car l’ignorance des experts va être mise en évidence avec plusieurs affaires de faux en écriture et la profession va être peu à peu réformée. Effectivement, la graphologie va être introduite dans le cursus des experts, qui devront analyser de manière scientifique l’identification des écritures (une Société technique des experts en écriture est fondée après la Première Guerre mondiale).

7Avec l’apparition de l’enseignement de masse, l’écriture se banalise et on ne cherche plus à bien faire écrire les écoliers. Pédagogues et scientifiques travaillent ensemble pour que les écoliers écrivent dans des conditions de bien-être. L’écriture devient alors hygiénique (position du corps, champ de vision). La pédagogie évolue afin d’imaginer des méthodes nouvelles qui concilient la pratique moderne de l’écriture et celles de l’hygiène. L’enseignement de l’écriture est par exemple pensé en même temps que celui de la lecture. Des exercices phonétiques sont proposés aux enfants et établissent une corrélation significative entre les « mouvements manuscrits » et les « mouvements-paroles ». Les méthodes appliquées dans les écoles montrent que les travaux des experts de l’écriture ont eu des conséquences concrètes sur la pédagogie mais aussi sur la réforme de l’orthographe pour adapter la vitesse de l’écriture aux exigences modernes. Puis l’apparition de la sténographie et de la machine à écrire va modifier considérablement le rapport à l’écrit.

8En conclusion, l’historien mobilise l’œuvre d’Emmanuel Régis, jeune médecin enseignant la psychiatrie en 1882 à l’origine de l’ouvrage Les Aliénés peints par eux-mêmes, qui va inaugurer un nouveau discours sur la production écrite des aliénés, en intégrant ces textes dans le champ de la création, de la production artistique et ainsi mettre fin à l’histoire du regard purement médical sur les écrits des anormaux.

  • 1 Philippe Artières, La police de l'écriture. L'invention de la délinquance graphique (1852-1945), Pa (...)

9L’ouvrage traite finement de l’histoire de l’écrit comme objet de croyances et de savoirs, l’histoire de la médicalisation de l’écriture et de ses effets dans le monde social en mobilisant des écrits des scripteurs aliénés. Dans le prolongement de sa thèse, signalons que Philippe Artières, qui poursuit ses travaux historiques sur l’écriture dans le monde moderne, a récemment publié l’ouvrage La police de l’écriture1 dans lequel il montre comment, de 1852 à 1945, les savoirs médical, policier et marchand ont construit l’écriture comme un véritable objet social.

Haut de page

Notes

1 Philippe Artières, La police de l'écriture. L'invention de la délinquance graphique (1852-1945), Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2013 : http://lectures.revues.org/12364.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Campergue, « Philippe Artières, Clinique de l’écriture. Une histoire du regard médical sur l’écriture », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 06 novembre 2013, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12614

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page