Navigation – Plan du site

Hervé Marchal, Jean-Marc Stébé, La sociologie urbaine

Eric Keslassy
La sociologie urbaine
Hervé Marchal, Jean-Marc Stébé, La sociologie urbaine, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2010, 127 p., EAN : 9782130578017.
Haut de page

Texte intégral

1Dès les premières lignes, les auteurs n'hésitent pas à affirmer que la ville est un « fait social total ». Il faut dire que d'emblée cette thématique est conçue, le plus souvent indirectement, comme un objet sociologique. Les pères fondateurs de la sociologie ont tous intégré la ville dans leur réflexion : Karl Marx l'a pensée comme le lieu de l'exploitation ouvrière donnant ainsi naissance à une sociologie urbaine marxiste, qui remet en cause l'idéologie urbaine comme explication des inégalités sociales ; Emile Durkheim perçoit la ville à la fois comme un révélateur de faits sociaux et un facteur pouvant en être à l'origine puisque la « solidarité organique » s'y développe ; Max Weber a, lui, carrément rédigé un texte intitulé La Ville en 1921 dans lequel il présente la ville occidentale comme une communauté et une entité autonome. Dès lors, on comprend que les auteurs de cette Sociologie urbaine particulièrement bien faite décident d'ouvrir leur ouvrage par des chapitres très instructifs sur la place de la ville dans la pensée des grandes figures à l'origine de la sociologie - il manque peut-être un passage sur l'œuvre d'Alexis de Tocqueville qui, par exemple, a livré des descriptions très précises des faubourgs de Manchester. Reste que le phénomène urbain est immédiatement un enjeu sociologique qui, par la suite, ne se démentira pas.

2Les pères fondateurs ont, en effet, ouvert un sillon comme en attestent les pages recensant les analyses urbaines relevant d'une forme d'héritage marxiste mais aussi durkheimien (avec l'approche morphologique) ou encore simmelien. Dès lors, de nombreux auteurs ont, tout au long du 20ème siècle, proposé de multiples perspectives théoriques de compréhension de la ville. L'Ecole de Chicago produit des études fines sur les quartiers de Chicago entre 1915 et 1940, mais plus largement décrypte l'impact de l'immigration dans toutes les grandes villes américaines. La sociologie urbaine issue de ces universitaires aura une influence fondamentale sur la formation de la discipline sociologique américaine. L'anthropologue français Chombart de Lauwe, qui situe au départ ses travaux sur la ville dans la lignée morphologique durkheimienne, puise largement dans les réflexions de l'Ecole de Chicago pour analyser la façon dont les populations se distribuent sur le sol, les migrations urbaines internes ainsi que la forme des agglomérations et des habitations. Le philosophe engagé Henri Lefebvre développera, lui, une sociologie moderne de l'urbain de la fin des années 60 au milieu des années 70 avec pas moins de six ouvrages consacrés aux problématiques de la ville : ayant la volonté de saisir la dimension spatiale de la vie quotidienne, il est par exemple le premier à dénoncer le mal des grands ensembles et des villes nouvelles ; et de forger le « droit à la ville » qui se traduit la volonté de reconquérir une qualité de vie fondée sur l'espace public urbain et la rue ; dans une perspective marxiste, Lefebvre analyse également la ville comme un support de l'exploitation de la force de travail, mais aussi de la reproduction du capital et de son pouvoir politique. L'ouvrage de Stébé et Marchal propose alors de rentrer dans les œuvres d'auteurs français moins connus qui se positionnent dans le sillage de Chombert de Lauwe et de Lefebvre comme Raymond Ledrut qui s'interroge sur l'image de la ville, Henri Raymond qui raconte l'aventure pavillonnaire et Jean Remy qui travaille sur les transactions sociales en ville (principalement autour des rapports entre les producteurs et les consommateurs).

3Après avoir si bien retranscrit l'état de la recherche sociologique classique sur le phénomène urbain, les auteurs de Sociologie urbaine ont eu la bonne idée d'ouvrir une dernière partie sur les déclinaisons théoriques modernes qui existent sur la ville, sur les diverses recherches empiriques récentes qui permettent de mieux la comprendre et sur les différents débats idéologiques, politiques, économiques et environnementaux qui s'imposent sur la ville. Le chapitre présentant une « sociologie dans la ville » renvoie ainsi aux processus de ségrégation sociale et territoriale qui sont si souvent mentionnés dans le débat public à travers la question des banlieues - occultant bien souvent la pratique de « séparatisme social » (Maurin) impulsé par les privilégiés. Cette culture de l'« entre soi » doit indéniablement être interrogée si l'on veut recréer du lien social. Les auteurs nous invitent ensuite à une « sociologie de la ville » en insistant sur la façon dont les villes sont gouvernées et l'utopie qui préside à la construction des villes. Enfin, l'ultime chapitre intitulé « sociologie de l'urbain » permet de retracer l'évolution des villes au moment où l'on peut parler de mondialisation urbaine - ce qui oblige à tenir compte de la dimension environnementale. On l'a compris : Sociologie urbaine est un livre complet, bien écrit et très instructif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Hervé Marchal, Jean-Marc Stébé, La sociologie urbaine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 06 février 2011, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1263

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page