Navigation – Plan du site

Louis Pinto, La religion intellectuelle. Emmanuel Levinas, Hermann Cohen, Jules Lachelier

Christophe Premat
La religion intellectuelle
Louis Pinto, La religion intellectuelle. Emmanuel Levinas, Hermann Cohen, Jules Lachelier, PUF, 2010, 173 p., EAN : 9782130580478.
Haut de page

Texte intégral

1Plus qu´une sociologie des postures intellectuelles, le livre de Louis Pinto nous offre un éclairage inédit sur les relations entre philosophie et religion à partir de l´analyse des trajectoires d´Emmanuel Levinas, d´Hermann Cohen et de Jules Lachelier. Le parcours des trois penseurs a bien sûr une influence dans la conception de leur discours philosophique dans la mesure où leur parole a trouvé un écho dans le champ intellectuel. Le point de vue de sociologie historique met en perspective la construction du discours métaphysique se situant entre théologie et philosophie. Ces trois penseurs ont-ils réussi à accorder leurs croyances religieuses et intellectuelles au fil de l´histoire? Avons-nous une intellection de la foi et une foi en certaines thèses philosophiques suivant ainsi un cheminement dialectique ?

2La réponse à cette dernière question est négative lorsque Louis Pinto compare dans la plus grande partie de son ouvrage l´œuvre et le parcours intellectuel de Levinas (1906-1995). Ce dernier est porté par un milieu familial enclin à la réflexion intellectuelle et ouvert au monde : né à Kovno en Lituanie dans une région nettement influencée par la Russie et l´Allemagne, les bouleversements de la Première guerre mondiale l´ont mené en France où il séjourna à Strasbourg et suivit les enseignements philosophiques de Charles Blondel et de Maurice Halbwachs.

  • 1 Emmanuel Levinas, ”Entretien avec Roger Pol-Droit”, Le Monde, 2 juin 1992, cité par Louis Pinto, p. (...)

3Levinas a une position-clé dans le champ philosophique parce qu´il est un passeur entre la phénoménologie allemande et la philosophie française dominée par le clivage positivistes / spiritualistes. Il a assisté notamment à la conférence de Davos qui est l´un des moments philosophiques mettant en scène l´opposition entre Heidegger et Cassirer, le premier appelant à radicaliser la pensée pour dépasser la métaphysique et le deuxième incarnant l´héritage de l´Aufklärung(p. 22). Levinas a choisi Heidegger avec lequel il a eu un dialogue constant dans sa réflexion philosophique. « Je me souviens toujours de mes études auprès de Heidegger avec la plus grande émotion. Quelles que soient les réserves que l´on peut former sur l´homme et sur son engagement politique auprès des nazis, c´est incontestablement un génie, l´auteur d´une œuvre philosophique extrêmement profonde, dont on ne peut se débarrasser en quelques phrases »1. Il semble que l´écart entre les options philosophiques, politiques et religieuses d´Heidegger et de Levinas aient favorisé un échange intellectuel réel. Levinas s´est tenu à l´abri du débat franco-français sur Heidegger car on ne pouvait, en raison de ses origines et de ses options politiques, le soupçonner de compromission.

4La réception de l´œuvre d´un penseur est fortement liée à sa posture au sein du champ philosophique : l´évolution en dehors des trajectoires philosophiques classiques donne une certaine aura à ce grand penseur qu´est Levinas. La pensée de Levinas s´enracine dans le dépassement des oppositions philosophiques du débat de Davos. Il récuse aussi bien l´ontologie de Heidegger que le rationalisme postkantien de Cassirer pour envisager les contours d´une éthique de l´altérité déclinée sous les modalités de l´intimité et de la proximité. Levinas a choisi un judaïsme intellectualisé pour affirmer le primat de cette éthique : il existe un certain chiasme entre d´une part la philosophie qui interroge les croyances religieuses et les intellectualise et la religion qui réinterroge les conditions de l´exercice philosophique. C´est dans cette tension que nous pouvons déchiffrer le nouvel humanisme de Levinas. Louis Pinto analyse le dialogue interreligieux noué entre le judaïsme et le christianisme grâce à l´intervention de figures médiatrices (nous pensons aux Frères dominicains tels que Bernard Dupuy, Yves Congar…)(p. 56). La pensée de Levinas s´est nourrie de cette diplomatie théologique des années soixante. Ce climat de circulation des idées permettait de sortir des prétentions objectivistes de la pensée philosophico-théologique et de réévaluer les catégories de l´histoire, de la parole et de l´autre. Paul Ricoeur est l´un des héritiers de ce dialogue interreligieux audacieux et de cette réflexion à mi-chemin entre la phénoménologie et la théologie. Nul doute que le rapport inédit de Levinas à la philosophie et au judaïsme a ouvert la voie à une génération de penseurs.

5Hermann Cohen (1842-1918) a pour sa part évolué dans un contexte universitaire dominé par la Völkerpsychologie qui servait de cadre intellectuel au dialogue entre la philosophie et les autres disciplines (p. 119). Toute l´œuvre de Cohen est un dialogue avec Kant en vue de refonder une théorie de l´a-priori et en développant une psychologie venant compléter les catégories déductives proposées par Kant. Ce tournant transcendantal permet même de renforcer une vision ultra-intellectualisée et de soumettre l´empirique à l´intelligible. À partir de cette vision de l´origine des catégories, Cohen peut asseoir les fondamentaux de la raison pratique et la promotion d´une forme de judaïsme éthique. En négligeant les perspectives anthropologiques, Cohen a privilégié une posture idéaliste interrogeant les fondements pour pouvoir autonomiser la raison pratique.

6Le livre de Louis Pinto s´achève sur la présentation du discours intellectuel de Jules Lachelier (1832-1918) sur la religion (p. 155). Jules Lachelier cherche à protéger la réflexion philosophique sur l´Absolu des dogmatismes chrétiens et tombe inévitablement dans les difficultés à penser philosophiquement le contenu de l´Absolu sans poser l´acte originaire de foi. Le regard porté sur les trois parcours révèle d´un point de vue sociologique que la religion et la philosophie demeurent malgré tout concurrentes sur la production d´un discours intellectuel à dimension métaphysique. La perspective sociologique privilégiée par Louis Pinto permet d´évaluer ce hiatus qui est à l´origine de trajectoires intellectuelles diverses même si Jules Lachelier apparaît beaucoup plus enraciné dans l´institution universitaire républicaine.

Haut de page

Notes

1 Emmanuel Levinas, ”Entretien avec Roger Pol-Droit”, Le Monde, 2 juin 1992, cité par Louis Pinto, p. 30.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Premat, « Louis Pinto, La religion intellectuelle. Emmanuel Levinas, Hermann Cohen, Jules Lachelier », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 10 février 2011, consulté le 25 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1265

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page