Navigation – Plan du site

Violaine Girard (dir.), « Propriété et classes populaires »

Elsa Carvalho
Propriété et classes populaires
Violaine Girard (dir.), « Propriété et classes populaires », Politix, n° 101, 2013, De Boeck, ISBN : 9782804180294.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les auteurs se réfèrent aux emprunts politiques de l’ouvrage de Christophe Guilly, cf. Christophe (...)
  • 2  Cf. Olivier Schwartz, La notion de « classes populaires », habilitation à diriger des recherches e (...)

1Ce dossier, coordonné par Violaine Girard, apporte un éclairage bienvenu sur l’un des thèmes qui fut longtemps négligé par les sciences sociales : l’accès des catégories populaires à la propriété immobilière. Dans leur introduction, les auteurs dressent un bilan critique des discours d’experts qui postulent l’apparition d’une « fracture sociale » entre les habitants des espaces périurbains et ceux des centres villes et des quartiers d’habitat social. Ces discours, largement relayés par les médias lors de la campagne présidentielle de 2012, supposent l’existence d’une relation quasi-mécanique entre espaces résidentiels et aspirations électorales de leurs habitants1. Les périurbains seraient, en raison de leur éloignement géographique des centres urbains, particulièrement touchés par la précarité et donc plus enclins à voter pour les partis politiques de droite et d’extrême-droite. Les auteurs se distancient de ces thèses en s’attachant à rendre compte de la « fabrique » politique et institutionnelle de l’ouverture de la propriété aux classes populaires, ainsi que des ressources possédées par les accédants, qui les distinguent des populations paupérisées. Parallèlement, les auteurs confirment l’intérêt heuristique de la notion de classes populaires conceptualisée par Olivier Schwartz2 : celle-ci accorde « une attention à la diversité interne des groupes sociaux dominés, conjointement au maintien ou au renforcement des dynamiques de classes structurant la société ». Bien souvent tributaire d’une sélectivité sociale et économique, l’accès à la propriété privée apparait comme un facteur, et non des moindres, de différenciation interne des classes populaires.

2En s’attachant à rendre compte de la complexité des hiérarchisations économiques et culturelles, ce numéro de Politix vise donc à faire apparaitre les formes de domination des ménages populaires propriétaires, dont « l’hétérogamie sociale relative » ne constitue pas de facto le signe de leur appartenance aux classes moyennes salariées. En cela, les auteurs soulignent toute l’ambivalence de la démocratisation de l’accession à la propriété, dont les effets oscillent « entre ségrégation et dispersion ». La diversité des méthodes et celle des contextes étudiés n’amoindrissent pas la cohérence des principes qui guident l’ensemble des contributions de ce dossier. En effet, les auteurs s’accordent sur l’intérêt d’explorer conjointement la construction politique de l’accès à la propriété populaire et ses effets en termes de représentations et de modes de vie, sous l’angle des rapports de genre, de race et de classe. De ce point de vue, le numéro opère un décentrement par rapport à l’individualisme méthodologique qui tend à aborder les trajectoires résidentielles sous le prisme exclusif des « aspirations » des ménages. Ce dossier prolonge les travaux de Pierre Bourdieu, dont l’approche constructiviste permet d’inscrire le thème de la propriété parmi les configurations politiques et institutionnelles qui construisent et fabriquent les modalités de son accès.

3Différentes contributions illustrent ces processus de façon convaincante. L’article d’Hélène Steinmetz donne l’occasion de restituer la genèse du soutien public à la propriété populaire. Retour, donc, à une politique entamée dès la fin des années 1960 avec la construction des « chalandonnettes », « maisons individuelles groupées » à bas prix dont l’appellation renvoie à l’un de ses promoteurs, le ministre Albin Chalandon. Cette intervention centralisée apparait comme un enjeu de lutte de définition entre deux fractions de l’administration centrale, sur ce qui mérite ou non d’être construit et sous quelles formes. La première fraction cherchait à promouvoir un projet économique de faible qualité dans l’objectif de mettre un terme à l’habitat pavillonnaire incontrôlé. Mais la seconde, appartenant à l’avant-garde modernisatrice, est parvenue à affaiblir la légitimité de ce type de réalisation « bas de gamme » en faisant valoir une vision plus « qualitative » de l’habitat, avec enquêtes sociologiques et expertises à l’appui. À l’échelon local, il ressort que le soutien public à la propriété populaire constitue un outil mis au service d’une politique de peuplement. C’est ce que démontre Pierre Gilbert au sujet des programmes de démolitions-reconstructions engagés par l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) dans le quartier des Minguettes : la promotion de la propriété apparait comme une stratégie de « maintien » des ménages stables au sein du quartier. Il ressort ainsi que la politique de rénovation urbaine, en modifiant le peuplement des cités, ne favorise pas le rapprochement des différentes fractions des classes populaires et peut même accentuer leur clivage résidentiel.

4Dans le contexte « périurbain », Anne Lambert montre, à partir d’une enquête menée dans une commune du Nord de l’Isère, l’importance croissante du rôle des élus en matière d’urbanisme depuis les années 2000, suite aux lois de décentralisation. L’ouverture des fonctions municipales à des agents jeunes et diplômés permet à ces derniers d’investir en matière d’urbanisme des « dispositions juridiques » acquises par la voie scolaire. L’auteur souligne que la technicisation des prérogatives réglementaires « permet de dépolitiser les enjeux et de faire apparaitre les évolutions du tissu urbain comme inéluctables ». Il apparait que le référentiel de « mixité sociale » n’est pas l’apanage des politiques publiques menées dans les quartiers d’habitat social, mais constitue ici un outil soigneusement manié par les élus qui, par la construction de lotissements dits « à l’américaine », favorisent l’arrivée des classes moyennes.

5Dans le contexte portugais, l’article de Virgilio Borges et Joao Queiros souligne l’importance que revêt la promotion de la propriété en tant qu’instrument d’encadrement politique des classes laborieuses dans la période salazariste des années 1930. La mise en œuvre du programme des « maisons économiques » par l’Estado Novo prenait alors une tournure explicitement conservatrice. Attribuées selon des critères économiques mais aussi moraux, ces maisons – destinées à fabriquer un « village dans la ville » – sont revenues prioritairement à la petite bourgeoisie d’exécution, proche du régime, et aux classes populaires « respectables ». La propriété apparait ici comme un puissant vecteur de surveillance des familles, dont les modalités intégraient la présence de contrôleurs, d’agents de police, de militants de l’Union nationale et de la Légion portugaise.

6Le choix d’une analyse par les trajectoires sociales illustre bien la manière dont la propriété populaire est tributaire de dispositions particulières, d’un travail d’investissement dans le logement et de ressources acquises. Ainsi, Pierre Gilbert rend compte du fait que les accédants à la propriété manifestent une forme d’ascétisme en matière de gestion des comptes domestiques. Cette contribution constitue l’occasion d’évoquer les effets ambigus de la propriété immobilière, dont l’accès peut fragiliser l’équilibre des budgets et provoquer un repli dans l’espace domestique. Sybille Gollac interroge l’efficience du capital d’autochtonie comme ressource populaire et son articulation avec le patrimoine immobilier dans un contexte marqué par la massification scolaire et une « discrimination croissante des non-diplômés à l’emploi ». L’auto-construction apparait symboliquement plus profitable aux hommes, pour lesquels l’accumulation patrimoniale permet d’accroitre leur capital technique ; inversement, le travail des femmes reste quand à lui cantonné dans l’espace domestique : « Le partage genré des rôles dans la production de l’autochtonie rejoue ainsi les processus de dichotomisation et de marquage sexué des sphères “privée” et “publique” ». Les modes de gestion des copropriétés peuvent être différenciés selon les trajectoires et les dispositions économiques de leurs gérants. C’est ce que s’attache à prouver Hélène Richard qui, dans son article portant sur la « mise en propriété » de l’habitat collectif, retrace en filigrane les mutations plus larges de la Russie post-communiste.

7S’appuyant sur les parcours biographiques de deux femmes engagées dans une « TST » (société de propriétaires de logement), l’auteure montre que l’une d’elles, ancienne chef d’agence immobilière, gère elle-même son immeuble selon des logiques entrepreneuriales, tandis que la seconde, provenant des milieux populaires, préfère s’en remettre à l’intervention des autorités étatiques et municipales pour la gestion de sa copropriété.

8En s’intéressant aux formes de politisation des classes populaires périurbaines, Violaine Girard analyse les parcours résidentiels et professionnels de ménages « subalternes mais non dépourvus économiquement », expression qui permet de décrire de manière convaincante la position ambiguë de ces périurbains dont la « conscience triangulaire » des rapports sociaux associe « sentiment de distance vis-à-vis des classes supérieures et souhait de se distinguer des ménages précarisés ». Violaine Girard aborde les ressorts sociaux qui expliquent la distance que les enquêtés manifestent à l’égard de l’offre politique de gauche. On retiendra les conséquences de la structuration d’un champ politique moins ouvert aux classes populaires, mais aussi la valorisation de l’entreprenariat, favorisé par des interactions parfois denses, avec les dirigeants d’entreprise. Le choix d’une analyse fine des configurations locales, en permettant d’inscrire le rapport au politique de ménages périurbains dans les évolutions de l’emploi ouvrier, apporte une véritable solidité à la démonstration proposée.

9Pour conclure, les contributions offrent un aperçu stimulant des différentes recherches sur ce thème : celles-ci viennent enrichir plusieurs sous-champs de la sociologie. On ne peut que souligner la robustesse des analyses et des perspectives théoriques proposées. On appréciera la nuance des propos qui se gardent de dresser un tableau totalement sombre de la propriété : Violaine Girard montre que l’adhésion au Front national des ouvriers périurbains n’est pas acquise, l’abstention restant l’une des principales voies politiques de ce groupe. Enfin, la propriété peut constituer un affranchissement face aux contraintes qu’impose la vie collective dans les quartiers d’habitat social, voire un vecteur d’émancipation, dans le contexte portugais, lorsque celle-ci fut détachée du contrôle de l’État salazariste.

Haut de page

Notes

1  Les auteurs se réfèrent aux emprunts politiques de l’ouvrage de Christophe Guilly, cf. Christophe Guilly, Fractures françaises, Paris, Bourin, 2010.

2  Cf. Olivier Schwartz, La notion de « classes populaires », habilitation à diriger des recherches en sociologie, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yveline, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elsa Carvalho, « Violaine Girard (dir.), « Propriété et classes populaires » », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 12 novembre 2013, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12653

Haut de page

Rédacteur

Elsa Carvalho

Doctorante Centre Maurice Halbwachs/ENS/EHESS

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page