Navigation – Plan du site

Frédéric Chateigner, Georges Ubbiali, Jean-Philippe Martin, Jean-Philippe Warren, Prochinois et maoïstes en France (et dans les espaces francophones)

Laurent Willemez
Prochinois et maoïstes en France (et dans les espaces francophones)
« Prochinois et maoïstes en France (et dans les espaces francophones) », Dissidences, n° 8, 2010, 194 p., Le Bord de l'eau, EAN : 9782356870711.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 http://www.dissidences.net/complements_vol8.htm
  • 2 Et que les réflexions sur les « conversions » des militants dans les institutions étatiques et surt (...)
  • 3 Les auteurs chroniquent d’ailleurs ces livres dans les compléments électroniques de la revue.

1La revue Dissidences est sans doute la seule revue de sciences humaines à traiter exclusivement des mouvements révolutionnaires : après notamment deux numéros sur mai 68 et une livraison sur les trotskysmes, il était logique qu’elle s’attèle à proposer un ensemble de contributions sur le maoïsme. L’intérêt de ce numéro tient d’ailleurs en premier lieu dans le fait qu’il existe et qu’il propose, en plus d’articles sur les organisations maoïstes, sur leurs militants et sur leurs relations avec les autres organisations de gauche et d’extrême-gauche, un ensemble de documents sur son site internet : on y trouvera une bibliographie qui se veut exhaustive, une chronologie de longue durée ainsi que des entretiens et la retranscription d’une table-ronde entre chercheurs1. Le second intérêt du numéro est de proposer une analyse alternative de cette mouvance qui à la fois fut très minoritaire et passe aujourd’hui pour extrêmement influente du fait du rôle joué au sein des classes dominantes par certains de ses anciens éléments2. Si la bibliographie est importante, elle est très largement composée d’essais voire de romans (ou de films) qui ont le plus souvent une visée soit auto-justificatrice, soit dénonciatrice, soit moqueuse3. Dans l’introduction, les promoteurs du numéro s’interrogent d’ailleurs sur ce vide scientifique ou sur la vision souvent limitée qui est donnée des mouvements maoïstes : celle-ci se marque par un rétrécissement de l’analyse à l’étude de la Gauche prolétarienne, dont la centralité invisibilise les autres organisations, et par un intérêt souvent exclusif envers ces apprentis intellectuels et politiques que sont les élèves de l’Ecole normale supérieure. C’est entre ces deux écueils que la revue tente, même si elle ne le réussit pas toujours, de trouver une voie originale.

  • 4 Sur ces maoïstes « ordinaires », on peut aussi renvoyer à l’article de Erik Neveu : « Trajectoires (...)

2Rédigés par des historiens ou des politistes, les articles ont l’ambition de rompre avec deux conceptions du mouvement maoïste : la première est héroïque et fait la part belle aux individualités. À l’encontre de cette vision de l’histoire contemporaine, et s’appuyant sur les récents travaux consacrés à mai 68, plusieurs auteurs proposent une histoire sociale du maoïsme qui prend en compte à la fois les structures sociales qui le rendent possible, les trajectoires d’engagement de ceux qui l’animent, l’organisation des mouvements qui s’en réclament et enfin les événements qui le transforment. Rémi Guilhot montre ainsi comment les organisations maoïstes émergent dès le milieu des années 1960, à partir d’une dissidence avec le parti communiste et dans le cadre de différents événements. S’enlacent ainsi deux logiques : l’une qui renvoie au travail militant de poursuite de ce qui est considéré comme le « vrai » engagement communiste ; l’autre par laquelle une radicalité philosophique est transformée en radicalité politique. On peut alors regretter que la réaffirmation de la nécessité d’une histoire des maoïstes « ordinaires », habitant loin de Paris et ne fréquentant pas les cénacles de l’ENS, reste très largement une pétition de principe. Échappe à cette critique l’article de Yannick Drouet et Jean-Philippe Martin sur les maoïstes dans les sociétés rurales de Loire atlantique : les auteurs montrent l’émergence au début des années 1970 de groupes « Paysans en luttes » particulièrement actifs dans le département, mais aussi de sections de la Gauche Ouvrière et Paysanne (GOP) et du Parti Communiste marxiste-léniniste français (PCMLF). L’engagement maoïste est alors être réinséré dans la structuration socio-politique du lieu, et en particulier dans le catholicisme, la MRJC et la JAC, qui constituent la matrice de l’engagement mao dans cette région. C’est donc l’ensemble de l’offre militante qu’il faut mettre en valeur pour saisir la place des organisations maoïstes par rapport à d’autres forces politiques (PSU) et par rapport au militantisme syndicale (Paysans-travailleurs et anarcho-syndicalisme)4.

  • 5 Le problème est que le numéro offre un contre-exemple absolu en publiant un article d’analyse conce (...)

3Mais l’intérêt principal de ce numéro tient sans doute dans l’essai d’histoire sociale des idées qui y est proposée : plutôt que prendre pour argent comptant le terme de maoïsme, plusieurs auteurs s’efforcent de reconstituer la manière dont se produisent des idées et des discours s’efforçant de propager la Révolution, de diffuser le culte de Mao ou, sur un plan universitaire, les connaissances scientifiques sur la Chine des années 1970. Il en est ainsi de l’article de Frédéric Chateignier qui, se référant aux travaux de Frédéric Matonti sur le rapport aux intellectuels des militants et leaders communistes, montre de quelle manière un certain nombre d’étudiants de la rue d’Ulm incorporent dans le champ politique une logique extrêmement scolastique (à moins que ça ne soit le contraire) : comme l’écrit l’auteur à propos des Cahiers marxistes-léninistes qu’il analyse, ces textes sont d’abord des « leçons de marxisme [qui] s’administrent dans des formes normaliennes et agrégatives » (p. 71). D’une manière encore plus originale, Patrick Massa propose à partir de l’étude de la figure de Pierre Souyri une analyse du monde universitaire en proie à l’engagement radical, et au-delà la reconstitution de ce qui commence à être appelé la « sinologie »5.

4Rejetant une histoire politique classique des grands hommes et des grandes idéologies, le numéro se devait aussi d’insister sur un autre aspect, celui des pratiques. Un des éléments les plus connus concernant les mouvements maoïstes est sans doute le rapport très particulier à la violence des organisations et de leurs militants à la violence. Plusieurs articles reviennent sur cette question, en analysant tout particulièrement la façon dont celle-ci s’exprime dans les discours. Elle s’exerce d’abord vis-à-vis des autres organisations de gauche : Romain Villa montre quelle intensité elle atteint quand il s’agit de s’opposer au Parti communiste, et Georges Ubbiali insiste sur les insultes adressées aux organisations syndicales ; au-delà de l’aspect parfois presque comique de leur accumulation et de l’inventivité langagière dont font preuve les leaders maoïstes, cette violence verbale doit interroger : s’agit-il, comme l’avance l’historien Xavier Vigna (cité par Romain Villa) d’un « marqueur de radicalisme politique » permettant de prendre une position hétérodoxe dans l’espace politique institutionnel ? Ou encore faut-il y voir un moyen pour les leaders maoïstes de faire oublier leurs origines ? Quoi qu’il en soit, ces outrances verbales renvoient à des questions concernant les rapports aux institutions de ces organisations et les formes de l’action politique : selon G. Ubbiali, la contestation sociale ou les luttes anti-hiérarchiques sont plutôt conformes à des modes d’action et de pensée libertaires et anarchistes. Émerge alors une vision nouvelle de ces mouvements maoïstes qui nous paraissent aujourd’hui presque exotiques, aussi bien dans les formes d’action et de discours qui les caractérisent que dans le monolithisme de leurs références officielles, monolithisme qui doit être mis en regard avec la diversité de appartenances politiques préalables de leurs militants et des manières qu’ils ont de penser le politique et le social.

Haut de page

Notes

1 http://www.dissidences.net/complements_vol8.htm

2 Et que les réflexions sur les « conversions » des militants dans les institutions étatiques et surtout médiatiques ont sans doute tendance à exagérer.

3 Les auteurs chroniquent d’ailleurs ces livres dans les compléments électroniques de la revue.

4 Sur ces maoïstes « ordinaires », on peut aussi renvoyer à l’article de Erik Neveu : « Trajectoires de ‘soixante-huitards’ ordinaires », in Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal (dir.), Mai-juin 68, Paris, Éditions de l’Atelier, 2008, p. 306-318. De la même manière, les « établis » sont relativement absents du numéro, peut-être parce qu’ils commencent à être en partie connus : cf. Marnix Dressen, De l’amphi à l’établi. Les étudiants maoïstes à l’usine (1967-1989), Paris, Belin,1999 et Erik Neveu, « Rétablir les établis ? », Savoir/Agir, n° 6, décembre 2008.

5 Le problème est que le numéro offre un contre-exemple absolu en publiant un article d’analyse conceptuelle, par ailleurs totalement décointextualisée, de la philosophie d’Alain Badiou et de la traduction qu’il fait de la philosophie anti-métaphysique de Mao Zedong.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Willemez, « Frédéric Chateigner, Georges Ubbiali, Jean-Philippe Martin, Jean-Philippe Warren, Prochinois et maoïstes en France (et dans les espaces francophones)  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 10 février 2011, consulté le 16 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1266

Haut de page

Rédacteur

Laurent Willemez

Maître de conférences en sociologie à l’Université de Poitiers (GRESCO)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page