Navegación – Mapa del sitio

Renaud Payre (dir.), Lyon ville internationale : la métropole lyonnaise à l’assaut de la scène internationale

Etienne Faugier
Lyon, ville internationale
Renaud Payre (dir.), Lyon, ville internationale. La métropole lyonnaise à l'assaut de la scène internationale, 1914-2013, Lyon, Editions Libel, 2013, 287 p., ISBN : 978-2-917659-28-1.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Paul Morand, La route Paris Méditerranée, Paris, Firmin-Didot et cie, 1931.

1« Lyon est le grand nœud géographique de notre diagonale. Mieux que Paris, il est à l’image de la France, expliquant parfaitement son génie, ce rôle difficile qui l’oblige à maintenir un équilibre éternel entre les races et les idées, à épurer les unes, à clarifier les autres, et à les organiser harmonieusement1 ». À l’instar de cette déclaration de Paul Morand en 1931, l’ouvrage dont nous rendons compte ici se présente comme un lieu de carrefour.

2Croisement, car issu de l’exposition « Lyon, ville internationale » encadrée par les Archives municipales, la Bibliothèque municipale, les musées Gadagne et le musée Urbain Tony Garnier, il se présente comme un catalogue illustré de l’exposition avec quelques encarts textuels, mais aussi comme un ouvrage scientifique qui servira pour les chercheurs intéressés par Lyon, le processus de sa métropolisation et son internationalisation.

3Une autre entrée montrant le métissage de l’ouvrage, c’est le recours à une pluralité de chercheurs depuis le doctorant et l’ancien étudiant jusqu’au professeur émérite. Cette palette de chercheurs, rassemblés sous la direction de Renaud Payre, professeur de sciences politiques à l'IEP de Lyon et directeur du laboratoire Triangle, présente des contributions affirmées par des recherches fouillées ainsi que des contributions toutes neuves. Cela fait l’originalité de l’ouvrage.

4Dès les premières pages, Renaud Payre trace une ligne directrice claire : il sera question de comprendre comment la métropole lyonnaise a conquis la ou les scènes internationales entre 1914 et 2013. En suivant un plan chronologique, trois temps sont distingués.

5Tout d’abord, l’Entre-deux-guerres, période durant laquelle la métropole lyonnaise affirme sa conquête de l’international. Elle le fait à partir du commerce et de l’industrialisation (Pierre Vernus) qui amènent une immigration étrangère (Hacina Ramdani), par les voyages des ingénieurs, experts ou élus à l’étranger pour acquérir des savoirs (Pierre-Yves Saunier), et le développement de relations interuniversitaires entre Lyon et les pays d’Orient (Catherine Fillon).

6Ensuite, la période des Trente Glorieuses se caractérise par une phase plus complexe de l’internationalisation au sein de la métropole. Cette dernière se dote de structures aux retombées mondiales (Marie-Clotilde Meillerand) ; les ingénieurs et les techniciens voyagent pour acquérir une expertise qu’ils mettent à profit et dont ils exportent quelques-uns dees points forts à l’étranger (Harold Mazoyer & Sébastien Gardon). L’extension des bâtiments de la Foire ainsi que les multiples activités qui y ont lieu, les voyages des ingénieurs aux États-Unis, le développement de la recherche scientifique (Sébastien Gardon & Marie-Clotilde Meillerand) et la structuration des réseaux associatifs d’accueil des migrants contribuent à la renommée de Lyon (Emilie Elongbil-Ewane).

7Enfin, des années 1970 à nos jours, Lyon embrasse l’internationalisation à travers les initiatives patronales (Aisling Healy), les positionnements des élus locaux (Renaud Payre), les associations mobilisées en faveur des étrangers (Anouk Flamant) et le développement de l’enseignement supérieur et de la recherche (Jérome Aust). Ces différentes actions ont des applications directes sur la métropole lyonnaise, telles que la construction de l’aéroport de Satolas, de la Cité internationale, la constitution de pôles d’enseignement supérieur – ENS, campus universitaires, etc. – des événements culturels ou des opérations en faveur des droits de l’homme, de la solidarité internationale et contre le handicap.

8La quatrième partie évoque l’internationalisation de la ville tout au long du siècle en analysant spécifiquement des aspects tels que le sport – le football, le tennis – (Jean Saint-Martin & Pierre Arnaud), l’architecture – l’hôpital de Grange Blanche – (Philippe Dufieux), la religion chrétienne – les missions à l’étranger et le catholicisme social – (Olivier Chatelain) et le tourisme (Isabelle Lefort) – le festival des Lumières, les illuminations, la gastronomie lyonnaise.

9L’ouvrage propose un panorama de la métropole lyonnaise durant le long XXe siècle. Il explicite les raisons de la visibilité internationale de la capitale des Gaulles et la manière dont celle-ci est mise en avant par les différents acteurs de l’époque. Les foires, les expositions, l’enseignement universitaire, la recherche, les événements ponctuels à caractère international et l’immigration constituent la face visible témoignant du caractère international de Lyon – ces choses dont les Lyonnais-es ont conscience, car elles se déroulent presque devant leurs yeux. Ce que le livre révèle – et c’est là son intérêt –, c’est la face cachée de l’internationalisation : le va et vient des élus, des ingénieurs, des universitaires, des missionnaires, des représentants du patronat et les échanges de documentation entre Lyon et l’international.

10L’ouvrage présente certaines limites que l’on peut pointer raisonnablement. Tout d’abord, il ne fait guère mention de la population lyonnaise – hormis lorsqu’il s’agit d’immigration –, de son rôle – même si certains chapitres la mentionnent en passant. S’il est dit, à plusieurs reprises, qu’il y a un manque de communication entre les élites, le pouvoir lyonnais et la population, cette remarque semble s’appliquer aussi à la recherche universitaire qui se concentre principalement sur les acteurs décisionnels et influents. On aimerait par exemple savoir comment réagit la population face aux différents projets lancés par la municipalité : quid de l’aéroport de Satolas et de la Cité Internationale ? Ensuite, on pourrait objecter que l’on nous propose une vision lyonaisocentrée – on ne recense qu’une contribution étrangère – : on aurait aimé lire une analyse de Lyon ville internationale depuis une ville jumelée, une étude quantitative et qualitative de l’attractivité de Lyon comme pôle de recherche et d’enseignement supérieur international depuis l’étranger – quelle est la réception de la renommée universitaire lyonnaise à l’étranger ? Pourquoi les étudiants étrangers viennent-ils à Lyon plutôt qu’à Paris ou Grenoble pour y étudier, autrement que par la vision des souhaits et des entreprises lyonnaises. Quelle est la réception du Festival des Lumières à l’étranger  – par exemple en 2013 avec Quentin Tarantino comme maître de cérémonie –: est-il est mentionné en Europe et outre-Atlantique, fait-il de l’ombre à la Mostra de Venise ? Enfin, si les réussites à l’international de la métropole lyonnaise sont nombreuses, il aurait été bienvenu d’analyser un ou plusieurs échecs afin de comprendre précisément les ressorts qui n’arrivent pas à être mobilisés et cela aurait sans doute contribué à faire ressortir l’histoire de Lyon tout en l’éclairant.

11Cet ouvrage collectif est riche et divers. Il ne sera pas surprenant de le voir occuper une place centrale dans l’historiographie lyonnaise et internationale. Les pistes qu’il ouvre et entrouvre demeurent fécondes et illustrent la vitalité de la recherche lyonnaise.

Inicio de página

Notas

1 Paul Morand, La route Paris Méditerranée, Paris, Firmin-Didot et cie, 1931.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Etienne Faugier, « Renaud Payre (dir.), Lyon ville internationale : la métropole lyonnaise à l’assaut de la scène internationale », Lectures [En línea], Reseñas, 2013, Publicado el 15 noviembre 2013, consultado el 25 agosto 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12690

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página