Navigation – Plan du site

Sylvia Girel, Fabienne Soldini (dir.), La mort et le corps dans les arts aujourd'hui

Olivier Gras
La mort et le corps dans les arts aujourd'hui
Sylvia Girel, Fabienne Soldini (dir.), La mort et le corps dans les arts aujourd'hui, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2013, 466 p., ISBN : 978-2-336-30293-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Louis-Vincent Thomas, Le cadavre. De la biologie à l’anthropologie, Bruxelles, Complexe, 1980  (...)
  • 2 On pourra aussi se reporter à « Une galaxie anthropologique. Hommage à Louis-Vincent Thomas », Quel (...)
  • 3 Vladimir Jankélévitch, La Mort, Paris, Flammarion, « Champs », 1977.

1Il est toujours difficile de commenter les actes d’un colloque tant les approches et les thématiques discutées par rapport aux thèmes centraux sont disparates. S’agissant de sujets comme d’une part la mort, d’autre part les arts, les contributions peuvent aller, pour reprendre la formule de Louis-Vincent Thomas, « de la biologie à l’anthropologie » ouvrant la voie à autant de divagations et d’obsessions1. Si j’ai tenu à faire figurer Louis-Vincent Thomas dès le premier paragraphe, c’est parce qu’il s’agit de la figure intellectuelle qui traverse toutes les études figurant ici. On pourrait presque dire que ce sont autant d’hommage à l’anthropologue qui a ouvert le champ de recherche qu’est la mort2, un portrait en creux, ou mieux, et pour être quelque peu ironique, un portrait du défunt. Un des articles est d’ailleurs un vibrant hommage à la pensée vivante de Louis-Vincent Thomas. En effet, l’article de Florent Gaudez (« Le motard mutilé ou le motèque immolé. Mort, corps, science-fiction : une approche socio-anthropologique ») annonce que « les questions ont toujours priorité sur les disciplines », dans le sens où « la mort construite comme analyseur socio-anthropologique des pratiques et des représentations du vivant permet d’éclairer le questionnement des organisations vivantes sur elles-mêmes et d’éclairer ainsi leurs variations » (p. 33, c’est moi qui souligne). S’intéresser à la mort comme horizon métaphysique, comme aurait pu le faire Jankélévitch3, n’est assurément pas la même chose que de l’appréhender comme un objet qui interroge, questionne et finalement révèle le social. Finalement s’il est essentiellement question de la mort dans ces actes de colloque c’est pour mieux interroger « l’institution du social : non pas simplement les institutions d’une société, mais les modalités d’élaboration du lien social et les types de formation de logiques collectives » (p. 42).

  • 4 Voir Philippe Ariès, Essais sur l’histoire de la mort en Occident. Du Moyen-Âge à nos jours, Paris, (...)

2L’analyse du roman noir contemporain montre qu’il ne s’agit pas simplement d’une « imitation de la réalité » mais bel et bien d’un « dévoilement du réel » (p. 419). En ce sens, il est un une « contre doxa, capable de démasquer les discours mensongers et aliénants, qu’ils soient le fait des individus ou des institutions » (ibid.). Le nœud théorique de ces analyses concernant la mort réside dans la transgression : en devenant, ainsi que le montre Philippe Ariès4, un tabou, apparaît en même temps « un mélange de mort et d’érotisme » ainsi que le fantasme de la « mort violente » qui va travailler les représentations sociales en profondeur. Si ces fantasmes apparaissent de façon récurrente, ça n’est pas l’effet de psychopathologies privées mis l’œuvre du social dans son ensemble. En effet, « la société sécrète une violence symbolique que le roman noir va exprimer en brutalité meurtrière » (p. 422). C’est parce que les processus sociaux escamotent, dissimulent, ou même effacent les processus mortifères que ceux-ci réapparaissent de façon violente au sein des œuvres de fiction.

  • 5 Hans Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, « Tel », 2013, p. 282 et (...)

3Ainsi, le volume se compose de deux parties. La première est, pour ainsi dire, inaugurale tandis que la seconde se découpe en six ateliers, chacun abordant une spécificité, que celle-ci soit théorique, esthétique ou encore praxéologique. Il n’est pas possible de parler de toutes les contributions dans le cadre d’un compte rendu, c’est pourquoi j’en donne les différentes pistes avant de m’attacher à présenter les contributions qui ont particulièrement retenu mon attention. Il s’agit dans le premier temps des ateliers d’aborder les « réceptions et représentations du corps et de la mort » (atelier 1), ensuite aux « mises en scènes médiatiques et politiques de la mort et du cadavre » (atelier 2), aux « objets funéraires » ainsi qu’aux « rites mortuaires » (atelier 3), au « corps et ses limites face à la mort » (atelier 4), aux « corps présents, corps absents », c’est-à-dire à la « mort entre réalité et fiction » (atelier 5) pour finir par les « corps souffrants et maltraités aux frontières de la mort » (atelier 6). Quant aux terrains choisis, l’esthétique, ils sont évidemment très variables d’une contribution à l’autre, qu’il s’agisse de la littérature (contemporaine, de science-fiction ou encore de polars), de l’institution muséale, de la bande dessinée, du cinéma, de la danse, des photographies de défunts, ou même de collectifs d’artistes contestataires faisant des graffitis. Tous ces choix esthétiques constituent, pour reprendre l’expression de Jauss (cité dans le volume), des « horizons d’attente »5 qui révèle le rapport à la mort et le social qui s’élabore autour de ce rapport. Il s’agit donc d’une part d’axer la réflexion sur la réception de l’œuvre. D’autre part, les sociologues du colloque s’intéressent également la conception artistique, c’est-à-dire à son élaboration, c’est-à-dire du point de vue de l’artiste. Conception et réception sont les deux focales qui constituent le prisme par lequel est regardée la mort. Certains auteurs mêlent les deux approches en comparant la conception et la réception de l’œuvre, de cette confrontation naissent le terreau du social : les représentations de la mort.

  • 6 Voir Paul Ardenne, Extrême. Esthétiques de la limite dépassée, Paris, Flammarion, 2006 ; Dominique (...)
  • 7 Voir l’article d’Irène Jonas, « Les représentations de la mort dans la photographie de famille », p (...)
  • 8 Voir l’article de Gaëlle Clavandier, « Des sépultures situées… des cendres évaporées », p. 291-305.

4Sylvia Girel (« La vie du cadavre dans les arts visuels contemporains ») s’intéresse à l’œuvre d’Andres Serrano dans ce qu’elle a de violent, extrême6, blasphématoire même (Piss Christ en est l’exemple le plus abouti). Il expose en effet dans la série The Morgue des corps éventrés, calcinés, mutilés. Expliquant en amont la démarche de l’artiste, elle analyse en aval la réaction des spectateurs. « La sociologie, affirme-t-elle, cherche à comprendre ce que ces œuvres nous apprennent et nous racontent sur notre rapport social et contemporain à la mort et au cadavre » (p. 53). C’est précisément cette analyse-là dont il va être question tout au long de ces interventions. Toutefois, il n’est pas anodin de remarquer la « dimension esthétisante » (p. 58) éloigne le réel de la mort dans une dimension qui est non pas affective mais bel et bien symbolique. Pour le dire avec les termes de Jankélévitch, il s’agit de mort à la troisième personne, anonyme, plutôt que de mort à la deuxième, celle qui nous touche de très près, où la charge affective est maximum. Cette distance est presque partout respectée dans les arts, il ne s’agit pas en effet d’une altérité proche mais d’une altérité au sens large. Néanmoins, les photographies de défunts7, ou encore les urnes funéraires construites par Rodolphe Montet 8 qui accueillent les cendres de disparus contredisent quelque peu cette étrangeté qu’est la mort. Mais même si quelques pratiques semblent affirmer une certaine proximité avec la mort, son escamotage reste néanmoins le fait général.

  • 9 Voir Eric Villagordo, « La mort le 11 septembre 2001 : distance et représentation dans la bande des (...)
  • 10 Voir Pascal Ancel, « Portraits d’assassins. Celui qui nous regarde, ce que l’on voit », p. 65-75.

5Cet escamotage est particulièrement visible dans la façon dont a été montré le conflit irakien à la télévision. Même si l’illusion est grande de croire qu’il s’agit d’une guerre propre, sans cadavre, les rares images qui ont circulé montraient des Irakiens (militaires ou civils) plutôt que des soldats américains. « Serait-ce donc, se demande Valérie Gorin, la marque d’un tabou encore présent, d’une pudeur vis-à-vis de la mort d’un membre de sa propre communauté ? » (p. 268). Même chose, dans le registre de la mort collective, sur les représentations du 11 septembre 2001, montre Eric Villagordo9. Les caméras de télévision ont été sommées de ne plus filmer les corps se jetant des tours, et les auteurs de bandes dessinées qui ont mis au centre de leur fiction le 11 septembre se sont également interdit les représentations de cadavres. « Lorsqu’elle veut mettre en avant les victimes, elle les voile, ou bien les corps sont intacts, miraculeusement morts sans marques de chocs et de brûlures. La représentation des corps innocents, dans un contexte non fictionnel récent, reste un interdit en Occident » (p. 236). La mort collective fait partie de l’immontrable, de l’irreprésentable, surtout quand elle se manifeste au sein de la communauté car la proximité, même fantasmée avec les victimes, est presque immédiate. Les tableaux qui ont été faits de tueurs en série tel Émile Louis ont suscité des réactions très violentes de la part tant des proches des victimes que du grand public précisément parce que les victimes avaient une grande proximité avec la communauté qui avait accès à ces tableaux10. Les ravages que peuvent faire par exemple les maladies, les famines en Afrique noire dont la vision est au moins hebdomadaire, paraissent d’une certaine façon moins choquante car plus éloignée. L’escamotage de la mort devient d’autant plus fort que son spectre menace directement la communauté.

6Un autre aspect défendu dans ce volume concerne les types de mort. L’article de Laurent Fleury (« L’écriture de la mort chez Thomas Mann ») est à ce titre particulièrement éclairant. Après avoir dégagé l’obsession et le leitmotiv de la mort chez Thomas Mann, l’auteur nous en livre une typification qui, à mon sens, peut très bien dépasser le cadre des lecteurs de Thomas Mann. Premier aspect, la mort de « Dieu » qui trouve son développement avec la tentation du nihilisme. En effet, « derrière la lente disparition de la bourgeoisie traditionnelle imprégnée de rigueur protestante [se dessine] une nouvelle bourgeoisie arriviste et mercantile » (p. 369). Second aspect, la mort d’une civilisation ou celle d’une époque. Les Buddenbrook offre le spectacle d’un tel déclin. Sur quatre générations, Thomas Mann montre en quoi la bourgeoisie traditionnelle se délite, montrant ainsi « une phénoménologie de la décadence » (p. 370). Dernier aspect, la « mort de l’homme ou la mort du vouloir vivre ». « La mort est un processus bifide qui travaille la vie au sein même de celle-ci » (p. 384), c’est pourquoi ce thème est d’autant plus cher à l’écrivain, celui de trouver du sens à l’existence, quand celle-là même est menacée. Mort du vouloir-vivre ou de la volonté qui se sont manifesté au sortir de la Grande Guerre est un thème récurrent au sein de l’œuvre de Thomas Mann, mais également une thématique récurrente dans nos sociétés actuelles. Travaillées qu’elles sont par la mort du sens, les questions éthiques, le sens de l’existence, sont menacées et doivent être reconquises.

  • 11 Voir Anne Simon, « La société occidentale au miroir du Zombie. De quelques évolutions du cinéma gor (...)
  • 12 Sur cette perspective, voir Jean Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, Paris, Gallimard, «  (...)
  • 13 Louis-Vincent Thomas, Mort et pouvoir, Paris, Payot, « Petite bibliothèque », 1978, p. 186-187.

7Enfin, le dernier aspect que je voulais évoquer en compte rendu à ces actes de colloque est l’anthropophagie. Elle « nous permet de penser la mort, les morts et les cadavres, les relations au même et à l’autre et surtout les choix cruciaux de vie et de mort » (Barbara Michel, « L’anthropophagie dans les récits de fiction », p. 121). Si en effet, cette pratique ne semble pas concevable, sauf dans les récits lointains et souvent anciens d’explorateurs du bout du monde (l’anthropophage reste associé à l’image du « sauvage »), il n’en demeure pas moins que nos sociétés ont exprimé leur fantasme vis-à-vis de cette pratique. Les réactions au cannibalisme de substitution de l’avion écrasé dans la Cordillère des Andes ou encore la fiction Soleil Vert où les « vieux » sont transformés en nourriture (on pourrait aussi faire référence aux films de zombie11) pour le reste de la société questionne au plus profond notre rapport à l’anthropophagie. « L’anthropophagie révèle la violence d’un constat que nos sociétés ont du mal à digérer : la vie des uns est garantie par la mort des autres » (p. 139). De plus, et en déplaçant très légèrement la perspective, le plus bel objet de consommation dans nos sociétés actuelles, c’est le corps12, il est « instrument et objet de consommation » où le cannibalisme marchand qui joue sur le cannibalisme de l’œil en vendant à bon marché un érotisme de pacotille »13. Si en effet nous ne sommes pas consommés directement et réellement, nous le sommes tous métaphoriquement. De là découlent les deux postures que nous pouvons adopter vis-à-vis de la mort : la première consiste à « l’annihiler » dans une sorte de « mort à la mort ». Cette première posture oublie que « vouloir abolir la mort, c’est tuer la vie ». L’autre posture, quant à elle, assume qu’il faille « apprivoiser la mort, la rendre familière, qu’il faut oser faire de la vie avec la mort » (p. 139).

Haut de page

Notes

1 Voir Louis-Vincent Thomas, Le cadavre. De la biologie à l’anthropologie, Bruxelles, Complexe, 1980 ; Civilisation et divagations. Mort, fantasmes, science-fiction, Paris, Payot, « Petite bibliothèque », 1979 ; Anthropologie des obsessions, Paris, L’Harmattan, « Logiques sociales », 1988. On se reportera également à Mélanges thanatiques, Paris, L’Harmattan, « Nouvelles études anthropologiques », 2000.

2 On pourra aussi se reporter à « Une galaxie anthropologique. Hommage à Louis-Vincent Thomas », Quel Corps ?, n° 38-39, Montpellier, octobre 1989 ; « Anthropologie de l’ailleurs. Présence de Louis-Vincent Thomas », Prétentaine, n° 7-8, Montpellier, octobre 1997.

3 Vladimir Jankélévitch, La Mort, Paris, Flammarion, « Champs », 1977.

4 Voir Philippe Ariès, Essais sur l’histoire de la mort en Occident. Du Moyen-Âge à nos jours, Paris, Éditions du Seuil, « Points Histoire », 1977.

5 Hans Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, « Tel », 2013, p. 282 et suivantes.

6 Voir Paul Ardenne, Extrême. Esthétiques de la limite dépassée, Paris, Flammarion, 2006 ; Dominique Baqué, Mauvais genre(s). Érotisme, pornographie, art contemporain, Paris, Éditions du Regard, 2002.

7 Voir l’article d’Irène Jonas, « Les représentations de la mort dans la photographie de famille », p. 275-291 dans le présent volume.

8 Voir l’article de Gaëlle Clavandier, « Des sépultures situées… des cendres évaporées », p. 291-305.

9 Voir Eric Villagordo, « La mort le 11 septembre 2001 : distance et représentation dans la bande dessinée », p. 223-237.

10 Voir Pascal Ancel, « Portraits d’assassins. Celui qui nous regarde, ce que l’on voit », p. 65-75.

11 Voir Anne Simon, « La société occidentale au miroir du Zombie. De quelques évolutions du cinéma gore », p. 155-170.

12 Sur cette perspective, voir Jean Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », 1976.

13 Louis-Vincent Thomas, Mort et pouvoir, Paris, Payot, « Petite bibliothèque », 1978, p. 186-187.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Gras, « Sylvia Girel, Fabienne Soldini (dir.), La mort et le corps dans les arts aujourd'hui », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12695

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page