Navigation – Plan du site

Cornelius Castoriadis, La question du mouvement ouvrier, tome 2

Christophe Premat
La question du mouvement ouvrier
Cornelius Castoriadis, La question du mouvement ouvrier. Tome 2 (Ecrits politiques, 1945-1997, II), Paris, Editions du Sandre, 2012, 573 p., édition préparée par Enrique Escobar, Myrto Gondicas et Pascal Vernay, ISBN : 978-2-35821-082-9.
Haut de page

Texte intégral

1L’œuvre de Cornelius Castoriadis fait l’objet de rééditions régulières depuis plus d’une dizaine d’années, grâce notamment au travail rigoureux de Pascal Vernay, Myrto Gondicas et Enrique Escobar. Cornelius Castoriadis est un auteur qui a constamment affiné ses thèses à travers des textes entrant en résonance. Ses livres regroupent des articles écrits sur un même thème et ce style reflète au plus haut point l’expérience d’un militant révolutionnaire envisageant la pratique et la théorie au sein du groupe Socialisme ou Barbarie. Au fond, on pourrait dire que Cornelius Castoriadis n’a jamais cessé d’être ce militant dénonçant la bureaucratisation des sociétés contemporaines et promouvant l’autonomie comme forme d’émancipation individuelle et sociale. Cette réédition a pour but de réaffirmer ces thèses très pertinentes pour comprendre les évolutions de notre monde contemporain et de présenter quelques notes critiques pour en faciliter la lecture. L’agencement des textes est minutieux et donne du relief à certains thèmes tels que celui de la démocratie économique.

  • 1  Henri Meschonnic, Dans le bois de la langue, Paris, éditions Teper, 2008.

2Ce qui frappe, c’est d’abord la culture politique, économique et sociologique de Castoriadis. Il décrit le phénomène de bureaucratisation de manière extrêmement précise, à partir de la concentration de plus en plus forte du Capital et du resserrement des classes dirigeantes. L’usage quasi systématique des guillemets dans le texte montre que l’auteur tente de redéfinir des mots ou des expressions qui ont perdu du sens. Parfois, il cite une formulation idéologique utilisée et travestie par des groupes prétendus révolutionnaires, parfois il se réfère à une discussion contemporaine ou à une expression courante, parfois il repense la signification de certains termes et parfois il réénonce une thèse antérieure. Le plus souvent, Castoriadis reprend les formulations bureaucratiques pour dépasser l’emprise asphyxiante du discours marxiste de l’époque (p. 20-21). En d’autres termes, il lutte contre le « bois de la langue »1 afin de pouvoir étayer sa conception de l’autonomie, dont l’une des formes social-historiques est la gestion ouvrière autonome de la société. Le capitalisme bureaucratique a transformé les sociétés en classes dirigeantes de plus en plus réduites et en masses exécutantes de plus en plus atomisées. Il est temps que ces masses retrouvent le contrôle de leur vie et qu’elles participent davantage à l’élaboration des principes et des normes déterminant les conditions de leur existence. Du point de vue économique, cela implique la participation des travailleurs à la définition des objectifs principaux. Ces travailleurs ne sont pas ceux d’une entreprise particulière, mais regroupent tous ceux qui travaillent dans les entreprises d’un même secteur. « Dans l’économie moderne, où la production de chaque entreprise à la fois conditionne celle de toutes les autres et est conditionnée par celle-ci, la définition d’objectifs de production cohérents ne peut pas se faire par chaque entreprise particulière, elle doit se faire par et pour toutes ensemble, et le point de vue général ne peut que prévaloir sur le point de vue particulier » (p. 85). Castoriadis réaffirme le primat de la démocratie économique fondé sur la coopération, la rotation des rôles, la complémentarité assumée des profils des travailleurs et la participation aux décisions, plutôt que celui de la hiérarchie, de la séparation et de l’expertise proclamée des dirigeants. Plus nous relisons Castoriadis, plus nous prenons conscience du fait que la démocratie est un fait social total. C’est une signification imaginaire qui imprègne la vie des individus. En d’autres termes, elle est directe ou elle n’est pas. Il n’existe pas de gradualisme, ni d’état ni de stade comme on l’entend souvent dans la rhétorique marxiste. La politique n’est pas un pari sur les contradictions du capitalisme et les conditions de possibilité d’une perspective révolutionnaire, la politique est une pratique collective du débat et des décisions pour transformer les rapports sociaux.

3La démocratie économique met à mal les mensonges du capitalisme bureaucratique. Il ne peut pas exister de marché si les consommateurs ne sont pas suffisamment informés et si cette information ne circule pas de manière libre entre eux. Une démocratie économique implique de repenser les relations entre consommateurs et producteurs. L’avenir du mouvement ouvrier passe, selon l’auteur, par une démocratie économique alors que les syndicats trahissent les intérêts de ce mouvement. La représentation politique est l’une des significations produites par le capitalisme bureaucratique. On pense diriger une entreprise ou un pays en séparant ceux qui prennent des décisions et ceux qui les exécutent, mais ceci constitue une aberration intenable qui, paradoxalement, a provoqué la création du mouvement ouvrier. En subissant les conséquences de décisions prises en dehors de la connaissance de l’état réel de la production, les ouvriers ont été amenés à s’organiser pour pouvoir contester l’absurdité de ces décisions. « La direction du travail est de plus en plus séparée de son exécution. Pour dépasser cette séparation, pour parvenir à administrer – de l’extérieur – la complexité immense de la production moderne, la direction est forcée de reconstruire et de refléter en son propre sein tout le procès de production, et cela, ici encore, de manière arbitraire » (p. 152). La direction séparée de la production est forcément mauvaise car les dirigeants décident d’après une idée souvent préconçue de ce qu’est le procès de production, au lieu de consulter les premiers concernés, à savoir les ouvriers. Le livre décrit cette séparation sociale et historique ainsi que ses conséquences ; il dénonce la faiblesse de la critique trotskyste, ne mesurant pas la réalité du régime social soviétique, et l’écueil fondamental de la bureaucratisation. La bureaucratisation de la vie sociale n’est pas un effet pervers du système, c’est un mode de socialisation inadapté provoquant de profondes souffrances sociales.

4Au-delà de la critique du trotskysme et de la trahison des masses par les syndicats, la lecture de ce livre a une résonance particulière dans les tourments de la crise financière. Le capitalisme est un système de crises, il est irrationnel est incapable d’être régulateur eu égard à la manière dont sont prises les décisions. Le capitalisme ne vise qu’à protéger les intérêts d’un petit groupe d’individus. « J’ai écrit plus haut que “chaque crise particulière peut apparaître comme ‘un accident’ ; mais, dans un tel système, l’existence d’accidents et leur répétition périodique – quoique non ‘régulière’ –sont absolument nécessaires” » (p. 574). Castoriadis se cite lui-même avec un effet de mise en abyme dans cette phrase où les guillements renvoient à une loghorée capitaliste, celle de la crise. Outre la discussion très subtile des écueils de la théorie marxiste restée prisonnière de l’imaginaire capitaliste (p. 430-440), cet ouvrage donne des éclaircissements sur la manière dont un système international pourrait fonctionner, avec une banque mondiale coordonnant les banques centrales de chaque pays (p. 568). Une sorte de fédéralisme économique dépasserait les enjeux des nations capitalistes concurrentes, avec en ligne de mire la régulation du système mondial.

5La lecture de ces différents textes (analyses de grèves et de moments de luttes sociales) est précieuse pour comprendre la manière dont le capitalisme bureaucratique est lui-même porteur de crises récurrentes, dont les effets sur les inégalités sociales peuvent être dévastateurs. Il était important pour cela de les rééditer, de les réagencer et d’y inclure quelques notes facilitant la compréhension des concepts fondamentaux de la pensée politique de Cornelius Castoriadis.

Haut de page

Notes

1  Henri Meschonnic, Dans le bois de la langue, Paris, éditions Teper, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Premat, « Cornelius Castoriadis, La question du mouvement ouvrier, tome 2  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12696

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page