Navigation – Plan du site

Guy Saez, Michel Hollard, Politique, science et action publique. La référence à Pierre Mendès France et les débats actuels

Corinne Delmas
Politique, science et action publique
Guy Saez, Michel Hollard (dir.), Politique, science et action publique. La référence à Pierre Mendès France et les débats actuels, Presses universitaires de Grenoble, coll. « Libres cours », 2010, 254 p., EAN : 9782706115974.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif est issu d’un colloque commémoratif, éponyme, organisé par le laboratoire PACTE en octobre 2008, à Grenoble. Il s’agissait, précise Guy Saez dans son introduction, « de souligner, alors qu’on célébrait le centième anniversaire de l’homme politique dont l’université des sciences sociales de Grenoble porte le nom, la place tenue par Pierre Mendès France dans la développement du pays, particulièrement dans son développement scientifique » ; « P. Mendès France est à l’origine d’une politique de la science, en rapport avec les problèmes sociaux et politiques de son temps bien entendu, mais également de propositions qui ont eu des prolongements institutionnels conséquents, en structurant de manière durable les relations entre science et politique » (p. 7). La finalité était aussi de « saisir le sens » des réformes en cours de l’organisation de la recherche.

  • 1 Sur l’histoire et les particularités de cette institution, voir également : Antoine Prost, « Les or (...)
  • 2 Découlant de la LOPR (loi de programme pour la recherche) du 18 avril 2006, et de la LRU (loi relat (...)

2La première partie de l’ouvrage, consacrée au « gouvernement de la science », se compose de deux témoignages d’acteurs suivis de la présentation des politiques de recherche en France depuis 1954. Cette partie s’ouvre donc sur le colloque de Caen de 1956, exposé par son organisateur, Jean-Louis Crémieux-Brilhac. Ce témoignage est particulièrement éclairant, notamment sur le mouvement pour l’expansion de la recherche scientifique. Jean-Louis Quermonne présente pour sa part le second colloque de Caen (1966) et les retombées de ce mouvement. Après être revenu sur l’institutionnalisation universitaire depuis 1966 et la difficile mise en place des nouvelles universités en 1968, l’auteur s’interroge sur le fait de savoir si Mai 68 a contribué à promouvoir l’héritage du 2e colloque de Caen ou au contraire à en briser l’élan. A rebours de « l’esprit du colloque de Caen […] [qui] avait été de concilier l’absolue nécessité d’un enseignement supérieur de masse, ouvert à une large majorité de chaque classe d’âge, dont témoignera la création des IUT, et la non moindre exigence de la maîtrise par les universités autonomes de leur recrutement », la « sélection par l’échec » s’est imposée, rendue supportable par le système spécifiquement français des grandes écoles qui fournit « à l’Etat et à l’économie des cadres de qualité, mais en privant la France d’une recherche scientifique d’un niveau compétitif. » (p. 37). Alain Chatriot apporte sur cette période l’éclairage de l’historien. Dans sa contribution sur l’administration de la recherche entre 1954 et 1969, il montre les enjeux et les suites limitées du colloque de 1956, insistant sur le choix de développement de la DGRST, « au cœur d’un dispositif inédit de direction de la recherche fondée sur une triple perspective de coordination interministérielle, d’expertise professionnelle et de création institutionnelle » (p. 47)1. Les réformes universitaires de 2006-20072 sont exposées par Jean-François Méla, soulignant les spécificités organisationnelles de la recherche en France et les limites de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) qui, contrairement aux agences américaines, ne prévoit pas de préciputs suffisants et dont la moitié des crédits est consacrée à la rémunération de contractuels. « On fabrique ainsi un grand nombre de contrats à durée déterminée qu’il sera bien difficile de stabiliser dans l’enseignement supérieur ou dans les organismes, ce qui constitue une vraie rupture avec le système français » (p. 60).

3La deuxième partie de l’ouvrage, consacrée à « la « science économique et l’action » aujourd’hui », oriente le regard sur la place de l’économie dans la décision publique. A la suite du chapitre de Michel Hollard sur la manière dont Pierre Mendès France « s’informait sur l’économie », l’une des grandes forces de cet homme politique ayant été « de pouvoir faire des propositions intégrant les apports des développements théoriques récents » (p. 67), Mario Dehove présente l’influence du savoir économique dans la conduite des affaires publiques. Nonobstant les multiples relais que constituent les centres d’expertise et de statistique des administrations publiques, les nombreux pôles extérieurs de réflexion et d’études, qui se sont considérablement diversifiés depuis l’époque où cet homme politique exerçait des responsabilités gouvernementales, « les progrès ne sont pas aussi généraux qu’il puisse paraître ». Ainsi, « l’exécutif n’a pas su échapper à l’emprise envahissante de la pensée économique libérale la plus orthodoxe et dogmatique » et le gouvernement a « perdu de sa capacité d’analyse dans un certain nombre de domaines essentiels » ; nombre de questions ayant fait le succès du keynésianisme ont ainsi été abandonnées au profit de problématiques « centrées sur la libéralisation des marchés » financiers et du travail (p. 105). L’auteur souligne par ailleurs l’échec français des tentatives d’évaluation des politiques publiques. La déconnexion croissante entre les analyses économiques théoriques et empiriques a contribué à faire perdre de vue à la théorie économique « les difficiles mais décisives questions d’ordre stratégique ou systémique que la crise financière a remis […] au premier rang des priorités des pouvoirs publics. Et elle a entretenu l’illusion que le résultat valable sous des hypothèses très restrictives, selon lequel la concurrence est une forme efficace d’organisation de la vie économique, était d’application générale et qu’en conséquence ni l’action économique de l’Etat, ni les économistes s’intéressant à l’action économique de l’Etat n’étaient vraiment utiles » (p. 113). Eric Avenel aborde avec les outils de l’économiste les liens entre intérêt général et politique de concurrence, tandis que Claude Coulet part de « l’enseignement du développement territorial » pour traiter des liens entre « l’économiste et le politique » (p. 125).

  • 3 L’intervention d’historiens, sociologues ou de politistes aurait été la bienvenue sur le sujet, d’a (...)
  • 4 Ce chapitre prolonge une thèse en « science, technologie et société », soutenue en 2004, où l’auteu (...)
  • 5 Sur cet outil de management, cf. Isabelle Bruno, A vos marques, prêts, … cherchez. La stratégie eur (...)
  • 6 Ainsi l’Imperial College de Londres a-t-il pu mettre fin, en 2005, à une trentaine de CDI de tous n (...)
  • 7 Décret n° 2009-464 du 23 avril 2009.
  • 8 Selon : Btissam Bouzidi, Touria Jaaidane, Robert Gari Bobo, « Les traitements des enseignants franç (...)
  • 9 Sur les évolutions du métier d’enseignant-chercheur, voir : Sylvia Faure et Charles Soulié avec Mat (...)
  • 10 L’auteur mentionne ici ces réformes comme réponse à ce malaise sans en analyser les raisons, la log (...)
  • 11 Sylvia Faure, Charles Soulié, « La recherche universitaire à l’épreuve de la massification scolaire (...)

4Après cette partie consacrée aux liens entre économie et politique, dont on peut regretter qu’elle mobilise exclusivement le point de vue d’économistes3 , « les instruments et les acteurs « scientifiques » d’une action politique moderne (planification, modèles, expertises) » font l’objet de quatre chapitres émanant d’universitaires et de chercheurs en sciences de l’information et de la communication et en sociologie. Abordant les « régimes de normativité » et la « planification de la recherche », Julie Bouchard insiste sur la récurrence de la « rhétorique du retard » (p. 139), la recherche française étant de plus en plus évaluée et pensée à l’aune de la menace économique américaine dans les années 1960 4 . « L’augmentation des investissements américains en Europe […] a été vécue sous la République, celle de la politique d’indépendance et de grandeur du Général de Gaulle et d’ouverture au commerce international, comme un « défi » plutôt que comme un bénéfice, comme ce fut le cas d’autres pays européens » (p. 148). Le retard s’inscrit ici dans un « régime de normativité géocomparatiste » (p. 146). Lui succède une rhétorique contemporaine du retard s’inscrivant dans un « régime de normativité managérial » (p. 151). La construction d’un Espace européen de la recherche et la méthode ouverte de coordination promue par l’Union européenne, en ce qu’elle s’attache à la comparaison des politiques nationales et à l’exercice permanent du benchmarking5 , engendre en effet un renouvellement des discours sur les retards, conçus « comme un écart négatif entre la réalité et les objectifs fixés dans un cadre administratif ou managérial, le retard (prenant) comme norme la règle politico-administrative. » (p. 151). Dominique Vinck, dans le cadre d’une présentation des « pôles de recherche et de compétitivité comme instrument de la politique scientifique » (p. 157), souligne combien « aujourd’hui, la politique scientifique et de l’innovation de l’Etat français présente à la fois des continuités avec les suggestions de P. Mendès France mais aussi des ruptures, en particulier dans la manière de faire des réformes radicales et autoritaires » (p. 158). Les premiers bilans des pôles de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) et des pôles de compétitivité s’avèrent ainsi, cinq ans après leur lancement, pour le moins contrastés : caractère faiblement intégrateur de la plupart des PRES, difficile collaboration entre grandes écoles et universités, « gouvernance » problématique des pôles de compétitivité, orientation limitée vers des actions de formations de pôles pensés comme des « usines à projet » (p 170), d’où leur faible attractivité pour les universités, différenciation territoriale renforcée par la dynamique de pôles de compétitivité avec le risque de conduire à une territorialité économique à deux vitesses… Philippe Larédo aborde pour sa part « le financement de la recherche sur projets en France ». Il expose les deux grands modèles post Seconde Guerre mondiale de l’organisation de la recherche publique que constituent les modèles américain de la National Science Foundation (NSF) et français du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), le premier recrutant des projets, le second des chercheurs, et insiste sur leurs rapprochements au fil du temps, la NSF finançant depuis plus de vingt ans des centres de recherche. Les choix hérités de ce conflit font depuis quelques années l’objet d’une sérieuse remise en cause. L’auteur aborde ainsi l’essor des financements de projets en France, et souligne, dans une perspective comparative, leur forte spécificité : choix d’allocations récurrentes, caractère fragmenté et très forte destination industrielle, faible orientation académique, rôle majeur des interventions internationales… Il conclut sur les « trois raisons – professionnalisation, renforcement des soutiens sur projet à la recherche académique, insertion de la France dans le nouveau paysage européen des financements partagés – [qui] suffi[rai]ent pleinement à justifier la création de l’ANR » (p. 190). Cette troisième partie se termine par un chapitre de Séverine Louvel sur les personnels de l’enseignement supérieur, dans un contexte de prolifération des statuts et de précarisation des universitaires. L’augmentation des effectifs étudiants dans la deuxième moitié des années 1990 a contribué au recours croissant à des vacataires et des contractuels : « allocataires-moniteurs » (statut créé en 1989), attachés temporaires d’enseignement et de recherche (ATER) à temps plein ou partiel (statut créé en 1988 et étendu aux étudiants en fin de thèse en 1989). S’ajoute le recours intensif aux professeurs du second degré affectés dans le supérieur, titulaires de l’agrégation (PRAG) ou du CAPES (PRCE). L’auteur pointe la diversité des situations européennes, les notions de contractuels et de précarité pouvant apparaître particulièrement floues, comme en atteste l’exemple britannique où universitaires et chercheurs en contrat à durée indéterminée ne bénéficient pas pour autant d’un emploi protégé, les établissements n’hésitant pas à les licencier si besoin est6. Cette précarisation est liée en France à l’essor du vivier de docteurs, nécessité par la gestion de la démographie des universitaires ; l’auteur souligne à cet égard le passage d’une inquiétude relative à la faiblesse de ce vivier, dans les années 1980, à celles, inverses, du devenir des nombreux docteurs formés depuis les années 1990, à la suite d’une politique très volontariste ayant contribué à une progression spectaculaire du nombre d’inscriptions en thèse. Le débat s’engage sur leur devenir professionnel, mais également sur leur statut, fortement différencié selon les Etats. Le modèle français peut ainsi être perçu comme un intermédiaire entre les modèles anglo-saxon (faiblement personnalisé) et allemand (organisé sur la relation maître-élève), par son caractère « institutionnel », le contrat étant conclu entre les doctorants et le laboratoire au sein duquel ils se forment. La mise en place récente du contrat doctoral7 devrait renforcer la proximité au modèle anglo-saxon ; faisant « du contrat de thèse un véritable contrat de travail entre le doctorant et l’établissement d’enseignement supérieur ou de recherche (…) il accentuera vraisemblablement la dépersonnalisation de la relation au directeur de thèse » (p. 202). Un autre chantier de débats s’attaque aux règles organisant le recrutement et la carrière des universitaires ; l’auteur aborde dans une perspective comparative le localisme des recrutements, qui constitue en France une réalité fortement contrastée selon les établissements et leurs possibilités de recrutement endogène. Les comités de sélection, institués en 2007, soulèvent pour leur part des inquiétudes inhérentes au pouvoir important du président dans leur formation et leur fonctionnement. Enfin, la dégradation des conditions d’exercice professionnel des universitaires est tangible. Ces professionnels sont confrontés à la faiblesse de leurs rémunérations, à une dévalorisation des carrières universitaires, avec de gros écarts entre les disciplines en ce qui concerne leurs revenus totaux8. S’ajoute un malaise, suscité par l’essor d’activités administratives et d’ingénierie pédagogique9, dont il n’est pas certain que les récentes réformes (modulation possible des services, revalorisation des carrières) contribuent à le calmer10 ... Les évolutions contemporaines attesteraient une forme de banalisation des professions académiques qui auraient en effet perdu une part de ce qui faisait leur spécificité vis-à-vis du secteur privé et des emplois de recherche : « D’une communauté de docteurs », à une société plus ou moins anonyme d’administrateurs de filières de formation, départements, laboratoires, etc., en quête perpétuelle de financements, crédits, le pas se franchit peu à peu » (p. 207)11.

5La quatrième et dernière partie de l’ouvrage, dont on peut regretter le caractère cursif, élargit la réflexion à la « modernité et [l’]exigence démocratique ». S’ouvrant par un entretien avec le président de l’Institut Pierre Mendès France, Eric Roussel, le texte comprend deux chapitres : l’un, de Virginie Tournay, consacré à la régulation des choix technologiques, qui aborde, avec une perspective de sociologie pragmatique, la figure du profane dans les controverses biomédicales, et l’autre sur l’organisation de la science et l’action publique, traitée par Denis Vernant dans une courte contribution conclusive de cinq pages s’achevant par une citation de Pierre Mendès France : « Que le pouvoir soit délégué pendant cinq ans à des hommes non contrôlés mêmes s’ils ont été librement élus, ce n’est pas encore la démocratie. La démocratie, c’est quelque chose qui doit se manifester de façon permanente …/… par la perspective de la pression du peuple, par l’action des citoyens toujours vigilants et exigeants » (p. 233).

  • 12 Régime qui a longtemps suscité des analyses sévères. Sur cette historiographie et sur le fonctionne (...)
  • 13 L’ouvrage complète ainsi plusieurs publications antérieures sur le sujet, en particulier celles iss (...)

6Constitué d’une quinzaine de chapitres de taille et de contenu contrastés, l’ouvrage réunit donc des témoignages d’acteurs aux côtés d’analyses de chercheurs de différentes disciplines : sciences économiques, gestion, sciences de l’information et de la communication, mathématiques, sociologie, histoire, science politique, philosophie. Poursuivant le renouvellement historiographique dont a fait l’objet la IVe République12, il a le mérite de montrer l’intérêt pour la science de Pierre Mendès France, son œuvre en matière de politique scientifique, et sa place dans le développement scientifique du pays, « sujet jusqu’ici peu abordé », selon Guy Saez (p. 7)13 . L’ouvrage présente également l’avantage de traiter des récentes réformes de l’enseignement supérieur et de recherche, en intégrant une profondeur de champ historique. Leur filiation avec celles impulsées par Pierre Mendès France et les colloques de Caen peut cependant sembler pour le moins ténue et difficile à établir. Par son ambition, et le difficile positionnement entre les genres commémoratif et scientifique, l’ouvrage peut, par ailleurs, susciter un certain sentiment de frustration chez le lecteur, renforcé par le caractère impressionniste de l’ensemble. Il se caractérise en effet par la variété des thèmes abordés et des textes rassemblés : témoignages d’acteurs et synthèses de chercheurs. Et si une grande diversité de points de vue et plusieurs disciplines sont représentées, les perspectives économiques et de gestion dominent. Enfin, portant sur un secteur de l’action publique aux réformes successives, l’ouvrage semble déjà dépassé par l’actualité ; le grand emprunt, les campus d’excellence, les investissements d’avenir, les laboratoires, équipes et autres initiatives d’excellence (Labex, Equipex, Idex), au cœur de l’actualité, et objets de nombreux commentaires, auraient mérité d’y être évoqués. Cette sobriété n’enlève rien bien sûr à l’intérêt d’un ouvrage dont les limites peuvent être perçues comme l’envers d’une photographie instantanée d’une période et d’un secteur de l’action publique en mouvance perpétuelle.

Haut de page

Notes

1 Sur l’histoire et les particularités de cette institution, voir également : Antoine Prost, « Les origines de la politique de la recherche en France (1939-1958), Cahiers pour l’histoire du CNRS 1939-1989, 1988-1, p. 41-62 (http://www.histcnrs.fr/AP1.pdf)  ; Vincent Duclert, « La naissance de la Délégation Générale à la Recherche Scientifique et Technique. La construction d’un modèle partagé de gouvernement dans les années soixante », Revue française d’administration publique, 2004, 4, n° 112, p. 647-658 ; Alain Chatriot, Vincent Duclert (dir.), Le gouvernement de la Recherche (1953-1969), Paris, La Découverte, 2006.

2 Découlant de la LOPR (loi de programme pour la recherche) du 18 avril 2006, et de la LRU (loi relative aux libertés et responsabilités des universités) du 10 août 2007.

3 L’intervention d’historiens, sociologues ou de politistes aurait été la bienvenue sur le sujet, d’autant que les nombreux et riches travaux sur l’histoire et la sociologie de l’économie et de l’expertise économique ne sont, dès lors, guère voire pas du tout mobilisés ici. Voir notamment, sur les économistes et l’action publique depuis les années 1950 : Frédéric Lebaron, La croyance économique. Les économistes entre science et politique, Paris, éditions du Seuil, collection Liber, 2000 ; Delphine Dulong, Moderniser la République. Aux origines de la Ve République, Paris, L’Harmattan, 1997.

4 Ce chapitre prolonge une thèse en « science, technologie et société », soutenue en 2004, où l’auteur analyse la construction du lieu commun que constitue ce discours du retard de la recherche française. Cf. Julie Bouchard, Comment le retard vient aux Français. Analyse d’un discours sur la recherche, l’innovation et la compétitivité (1940-1970), Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2008.

5 Sur cet outil de management, cf. Isabelle Bruno, A vos marques, prêts, … cherchez. La stratégie européenne de Lisbonne. Vers un marché de la recherche, Bellecombes-en-Bauges, Editions du Croquant, 2008.

6 Ainsi l’Imperial College de Londres a-t-il pu mettre fin, en 2005, à une trentaine de CDI de tous niveaux dans le département de médecine alors déficitaire.

7 Décret n° 2009-464 du 23 avril 2009.

8 Selon : Btissam Bouzidi, Touria Jaaidane, Robert Gari Bobo, « Les traitements des enseignants français, 1960-2004 : la voie de la démoralisation ? », Revue d’économie politique, mai-juin 2007. La baisse la valeur des carrières universitaires entre 1981 et 2004 aurait avoisiné les 25%. Les écarts entre disciplines sont importants : les revenus statutaires représentent ainsi « 80 à 90 % des revenus en sciences humaines, contre 60 à 70% en droit, économie et gestion, l’écart s’expliquant essentiellement par le poids des revenus accessoires de ce dernier groupe de disciplines. » (p. 205)

9 Sur les évolutions du métier d’enseignant-chercheur, voir : Sylvia Faure et Charles Soulié avec Mathias Millet, Enquête exploratoire sur le travail des enseignants-chercheurs. Vers un bouleversement de la « table des valeurs académiques » ?, rapport d’enquête, juin 2005.

10 L’auteur mentionne ici ces réformes comme réponse à ce malaise sans en analyser les raisons, la logique et l’application, ni mentionner les débats et critiques qu’ils ont pu susciter dans la communauté académique. Sur les réformes contemporaines de l’enseignement supérieur et de la recherche, et pour un aperçu de ces controverses, on peut se référer notamment à : Franz Schultheis, Marta Roca i Escoda et Paul-Frantz Cousin,Le cauchemar de Humboldt. Les réformes de l’enseignement supérieur européen, Paris, Raisons d’agir, 2008 ; « Que faire pour l’Université ? », Mouvements, n°55-56, septembre-décembre 2008 ; Antoine Lesuffleur et Patrick Weil, « La contre-réforme de la recherche et de l’université françaises » in LaTribune.fr, 31.12.2008 ; Martial Foucault, Eléonore Lépinard, Vincent Lepinay et Grégoire Mallard, « Pour des universités plus justes » in La Vie des Idées.fr, 17.2.2009 ; Thierry Le Bars, « Janvier 2038. Songe d’une nuit d’hiver » in Petites affiches, 6.2.2009, pp. 9-13. Voir également, parmi les analyses, propositions et prises de positions antérieures émanant d’universitaires et de chercheurs : A. Chatriot, V. Duclert, Quel avenir pour la recherche ?, Paris, Flammarion, 2003 ; le Rapport des États généraux de la recherche, novembre 2004.

11 Sylvia Faure, Charles Soulié, « La recherche universitaire à l’épreuve de la massification scolaire », Actes de la Recherche en Sciences sociales, n° 164, 2006, p. 72.

12 Régime qui a longtemps suscité des analyses sévères. Sur cette historiographie et sur le fonctionnement institutionnel de la IVe : Brigitte Gaïti, De Gaulle, prophète de la Cinquième République, Paris, Presses de Science Po, 1998 ; Marc Olivier Baruch, Vincent Duclert, « Administrateurs et administrations sous la IVe République : une histoire politique », Revue française d’administration publique, 2003/4, n° 108, p. 501-519.

13 L’ouvrage complète ainsi plusieurs publications antérieures sur le sujet, en particulier celles issues d’un programme de recherche de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales sur les politiques scientifiques françaises du second XXe siècle : A. Chatriot, V. Duclert (dir.), Le gouvernement de la Recherche (1953-1969), op. cit. ; Vincent Duclert, « La naissance de la Délégation Générale à la Recherche Scientifique et Technique…», op. cit. Voir également : V. Duclert, « Pierre Mendès France et la recherche. L’avenir d’une politique », in : « Pierre Mendès France et la modernité », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 63-64, juillet-décembre 2001, p. 119-131 ; A. Prost, « Les origines de la politique… », op. cit. Sur les élites et les « cercles » mobilisées autour de personnalités telles que Mendès France et Gaston Berger : Girolamo Ramunni, « Les élites du savoir et de la technique », in Serge Bernstein et al (dir.), De Gaulle et les élites, Paris, La Découverte, 2008, chapitre 11 (p. 198-218).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Guy Saez, Michel Hollard, Politique, science et action publique. La référence à Pierre Mendès France et les débats actuels », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 10 février 2011, consulté le 24 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1270

Haut de page

Rédacteur

Corinne Delmas

Professeure, université de Nantes, UFR de sociologie, Centre nantais de sociologie (UMR CNRS 6025).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page