Navigation – Plan du site

Isabelle Hillenkamp et Jean-Louis Laville (dir), Socioéconomie et démocratie

Elieth P. Eyebiyi
Socioéconomie et démocratie
Isabelle Hillenkamp, Jean-Louis Laville (dir.), Socioéconomie et démocratie. L'actualité de Karl Polanyi, Toulouse, Erès, coll. « Sociologie économique », 2013, 312 p., ISBN : 978-2-7492-3748-0.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif qui réunit les contributions de quatorze auteurs, issus de cinq disciplines (anthropologie, économie, science politique, sociologie et philosophie), propose de relire l’œuvre de Karl Polanyi et d’en saisir l’actualité, face aux tensions que met au jour la crise actuelle, entre capitalisme et démocratie. Les auteurs partent d’une sorte de présupposé factuel, l’incapacité pour la logique occidentale d’affronter la ligne de fracture entre capitalisme et démocratie, et s’interrogent sur les possibilités d’envisager d’autres solutions tant théoriques qu’épistémologiques.

  • 1  Laurent Thévenot, « Rationalité ou normes sociales : une opposition dépassée ? ». In L. A. Gérard- (...)

2Dès l’introduction, Isabelle Hillenkamp et Jean-Louis Laville rappellent quelques évolutions théoriques. Ils soulignent le pluralisme de la socioéconomie, souvent opposée à la théorie économique, en ce sens que la socioéconomie insiste davantage sur la pluralité des formes de rationalité et des modes de coordination. On apprend ainsi que la socioéconomie est marquée dans le monde anglo-saxon notamment par l’école de la « New Economic Sociology » qui place au cœur de son projet la construction des marchés sur la base d’une analyse structurale des réseaux sociaux, tout en interrogeant empiriquement l’atomisme de l’économie orthodoxe. Dans les pays francophones, plusieurs courants hétérodoxes dont la théorie des conventions se situent à la frontière entre sociologie et économie pour réfuter la théorie néoclassique et insister également, à partir de l’étude de micro arrangements, sur la pluralité des formes de rationalité et des modes de coordination1. Le champ d’intérêt de la théorie des conventions inclut les valeurs, la monnaie et encore les pratiques monétaires. En économie, la théorie de la régulation met en lumière la dimension sociale du marché, et fait reposer la régulation du capitalisme sur des « ensembles hiérarchisés de règles et de compromis stabilisés ». Ces ensembles correspondant chacun à des formes de capitalisme sont, selon les auteurs, le rapport social, la forme de concurrence, le régime monétaire, les relations État-économie et l’insertion internationale.

3Cependant, les auteurs pensent que si la nouvelle sociologie économique et l’école des conventions demeurent focalisées sur les micro arrangements, elles pourraient sous-estimer les forces du marché, pendant que la théorie de la régulation surestimerait plutôt ces dernières.

  • 2  Jürgen Habermas. Théorie de l’Agir communicationnel, tome 2. Paris : Fayard, 1981, p. 379.
  • 3 Karl Polanyi, La grande transformation : aux origines politiques et économiques de notre temps. Par (...)
  • 4 Francis Fukuyama, La fin de l’histoire et le dernier homme, Paris : Flammarion, 1993, Coll. Champs.
  • 5 Chris Hahn and Keith Hart. Economic Anthropology: history, ethnography, critique. Cambridge : Polit (...)

4La crise actuelle ravive de surcroît la question de la compatibilité entre un capitalisme de plus en plus financiarisé et la démocratie, ce qui n’est pas sans rappeler la position de Jürgen Habermas pour qui « entre capitalisme et démocratie, il y a un rapport de tension insurmontable »2. Or, l’œuvre de Polanyi a justement porté sur l’interrogation des liens entre pluralité économique et politique, ce qui justifie le projet de l’ouvrage : offrir une lecture actualisée de Polanyi en examinant les réalités actuelles du capitalisme et de la démocratie. Le programme de recherche de Polanyi s’intéresse aux imbrications entre la sphère économique et celle politique, entre le capitalisme marchand et démocratie, mais a dû faire face à de nombreuses oppositions, notamment disciplinaire. Pourtant, Karl Polanyi systématisera sa pensée dans La grande transformation3, en faisant du marché autorégulateur le mécanisme de la désinsertion de l’économie vis à vis des autres ordres sociaux. En d’autres termes, Polanyi souligne comme Habermas, d’une part l’existence de contradictions entre le capitalisme et la démocratie, et d’autre part, la façon dont le capitalisme de marché remet fondamentalement en cause la fonction politique de la société. Son analyse remet en cause, dès 1944, la congruence entre marché et démocratie, que la thèse évolutionniste de la fin de l’histoire de Fukuyama4 va formuler. Ce que corroborent d’ailleurs les travaux en anthropologie économique de Hahn et Hart5.

5Organisés en trois parties, les onze chapitres constituant l’ouvrage visent à porter de manière pluridisciplinaire les réflexions au-delà de la crise actuelle (avec les textes de Nancy Fraser, Vicki Birchfield, Michael Burawoy, Nicolas Postel et Richard Sobel), à lier le politique et l’économique en mobilisant des expériences de démocratisation aux niveaux local, nationale et international (avec Boaventura de Sousa Santos, César Rodriguez Garavito, Marguerite Mendell et José Luis Coraggio) et enfin à aborder l’économie plurielle dans son rapport à la démocratie (textes de Jean-Michel Servet, Isabelle Hillenkamp, Jérôme Blanc et Jean-Louis Laville).

6Le texte de Nancy Fraser propose particulièrement une conception néo-polanyienne de la crise capitaliste. En rappelant la dimension multidimensionnelle de la crise (économique, écologique, sociale, politique, crise de la critique et crise de l’émancipation), Nancy Fraser se demande comment conceptualiser la crise en tant que processus social dans le cadre duquel l’histoire, la culture, la géographie, la politique, l’écologique et le droit influent sur l’économie. Polanyi pensait que la crise du capitalisme était un processus historique portant non seulement sur l’effondrement de l’économie au sens classique mais surtout sur celle des structurels sociales et des solidarités. Or, les tenants de l’idée autodestructrice et utopique du marché autorégulateur, selon laquelle les normes sociales, éthiques et morales seraient subordonnées aux marchés, a conduit la société vers sa propre destruction tout en déclenchant un contre-mouvement de protection sociale. Ce double-mouvement que souligne particulièrement la théorie polanyienne est, selon Nancy Fraser, un point de départ indiscutable pour penser les événements actuels et relever la tension contemporaine entre capitalisme et démocratie. Son projet est d’intégrer la question des luttes pour l’« émancipation » dans la problématique de Polanyi car à son sens ce serait par cette voie que s’effectue la médiation de tout conflit entre la marchandisation et protection sociale, entre marché et société. Si l’émancipation apparaît comme le « tiers » manquant, l’intégration des luttes afférentes dans le projet polanyien aurait, selon Nancy Fraser, pu en contrarier la trame narrative dualiste et ceci sans forcément prendre parti pour ou contre la marchandisation. En érigeant les luttes pour l’émancipation comme variable à introduire dans le modèle polanyien, Nancy Fraser transforme la triade institutionnelle (société, économie et État) sur laquelle repose la pensée de Polanyi en un quatuor comprenant la sphère publique de la société civile, cette dernière étant le théâtre des contestations et du débat public. Lire la crise capitaliste revient alors à arbitrer un conflit trilatéral entre la marchandisation, la protection sociale et l’émancipation.

7S’il semble évident, selon les analyses rassemblées dans cet ouvrage, que le monde vit présentement une nouvelle « grande transformation », dans sa postface, Keith Hart reste convaincue que tout projet d’émancipation dans le futur devra « mobiliser les énergies de la société civile ». Il reste à savoir de quelle société civile il s’agit, et surtout si toutes les sociétés civiles (organisées ou non) de par le monde peuvent véritablement articuler une résistance efficace face à la prégnance du totalitarisme d’une économie de marché hautement financiarisée pour en résoudre les différends avec la démocratie. Mais aussi, comment elles pourraient opérer le désencastrement attendu et articuler les transformations institutionnelles avec le pluralisme économique.

  • 6 Bruno Amable, Les cinq capitalismes : diversité des systèmes économiques et sociaux dans la mondial (...)

8Au fond, si les auteurs ne proclament pas de facto l’épuisement du modèle occidental, ils n’en sont pas très loin même s’ils ne vont pas jusqu’à évoquer explicitement le paradigme de la diversité des capitalismes théorisé par Peter Hall et David Soskice et remis au goût du jour par de nombreux travaux en Asie comme en Amérique latine ces trois ou quatre dernières années. Ceci est d’ailleurs surprenant puisque Peter Hall et David Soskice ne sont jamais mentionnés dans l’ouvrage, tout autant que Bruno Amable6 : ces travaux très productifs auraient pu apporter de précieux compléments à leurs réflexions.

9En remettant à l’actualité les travaux de Karl Polanyi, cet ouvrage se veut porteur d’un ambitieux projet : (i) actualiser l’analyse critique à grande échelle du double mouvement de marchandisation et de protection, central dans la pensée polanyienne, et (ii) actualiser les principes d’intégration économique dans le cadre d’une théorie de l’économie plurielle et étendre l’analyse politique de la démocratie à celle de la démocratisation de l’économie au moyen du concept habermassien d’espace-public.. Contrairement à la suggestion de son titre, cet ouvrage reste pertinent au-delà de l’économie et de la science politique. De nombreuses autres disciplines trouveraient sans aucun doute matière à penser le moment historique en cours, à la lumière des réflexions que proposent les auteurs pour examiner la tension actuelle entre capitalisme et démocratie.

Haut de page

Notes

1  Laurent Thévenot, « Rationalité ou normes sociales : une opposition dépassée ? ». In L. A. Gérard-Varet & J.-C. Passeron (dir.), Le modèle et l’enquête. Les usages du principe de rationalité dans les sciences sociales, Paris : EHESS, 1995, p. 149-189.

2  Jürgen Habermas. Théorie de l’Agir communicationnel, tome 2. Paris : Fayard, 1981, p. 379.

3 Karl Polanyi, La grande transformation : aux origines politiques et économiques de notre temps. Paris, Gallimard. 1983.

4 Francis Fukuyama, La fin de l’histoire et le dernier homme, Paris : Flammarion, 1993, Coll. Champs.

5 Chris Hahn and Keith Hart. Economic Anthropology: history, ethnography, critique. Cambridge : Polit, 2011.

6 Bruno Amable, Les cinq capitalismes : diversité des systèmes économiques et sociaux dans la mondialisation, Paris, Seuil, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elieth P. Eyebiyi, « Isabelle Hillenkamp et Jean-Louis Laville (dir), Socioéconomie et démocratie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 18 novembre 2013, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12701

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page