Navigation – Plan du site

Le diabète, une épidémie silencieuse

Jacques Amar
Le diabète, une épidémie silencieuse
Le diabète, une épidémie silencieuse, Le Bord de l'eau, 2013, 327 p., préface de François Bourdillon, ISBN : 978-2-35687-242-5.
Haut de page

Texte intégral

1Le diabète, une épidémie silencieuse constitue une tentative originale de rendre compte dans une perspective pluri-disciplinaire de ce que l’on pourrait qualifier de fait social objectif : la propagation d’une maladie dont les effets ne sont pas ressentis immédiatement à un ensemble de personnes de plus en plus étendus. Les chiffres évoqués sont en effet éloquents : 370 millions de personnes de par le monde, dont 3 millions en France, seraient atteint de diabète. L’ouvrage présente, entre autres, des analyses anthropologique, économique et épidémiologique d’une maladie connue depuis le XVe siècle avant J.-C. et dont la progression constante oblige à modifier nos manières de soigner.

2Compilation d’une série de conférences dispensées au sein d’espaces de réflexion précisément consacrés à cette maladie, cet ouvrage propose d’en saisir les multiples facettes par delà sa seule dimension médicale. Il ne s’articule cependant pas autour d’un plan structuré, construction qui conforte implicitement l’idée que la pluri-disciplinarité s’apparente davantage à une juxtaposition d’idées qu’à une méthodologie spécifique ayant pour finalité une meilleure compréhension d’un phénomène social.

3Cette remarque mise à part, la diversité des points de vue et la qualité des interventions font de l’ouvrage un livre qui ne peut que susciter l’intérêt du lecteur, quelle que soit sa formation d’origine. Tout d’abord, il présente de des informations qui ne manquent pas de surprendre sur la manière dont une société pense une maladie. Par exemple, on apprend que c’est seulement en 1969 que les diabétiques ont pu intégrer la fonction publique. Alors même que le suivi de la maladie et surtout de ses complications entraînent un coût social considérable, la prévention en la matière reste cruellement absente. Il y aurait ainsi entre 400 000 et 500 000 malades non déclarés, qui ne seront repérés comme diabétiques qu’à l’occasion du diagnostic de lésions secondaires occasionnées par la maladie.

4Le livre évoque en outre plusieurs perspectives de recherche susceptibles de renouveler en profondeur notre connaissance de ce fait social, avec un but pratique évident : améliorer le dépistage et la prise en charge de la maladie.

5À titre d’illustration, sur le plan anthropologique, Françoise Héritier s’interroge sur l’éventuel lien qui pourrait exister entre les habitudes alimentaires des hommes et des femmes résultant de ce qu’elle appelle « une valence différentielle des sexes », et sur la manière dont les hommes et les femmes sont touchés par cette maladie. La « répartition sexuelle des tâches à laquelle nous sommes accoutumés mais qui ne découle d’aucun impératif naturel » (p. 33) se prolongerait dans le fait que les hommes sont plus enclins à devenir diabétiques que les femmes. Cet article évoque également la perception à travers les âges de la distinction aujourd’hui classique entre un diabète type 1 insulino-dépendant et un diabète type 2 non-insulino-dépendant en rappelant que jusqu’en 1985, le second était considéré comme « une punition ». L’individu se voyait reprocher son appétence pour le sucré alors même que les études en la matière montraient que cette forme de la maladie combine tout à la fois des facteurs génétiques et culturels. Cela renforce ainsi l’hypothèse que le changement de perception de la maladie est le préalable indispensable à la définition d’une politique adéquate de prise en charge.

6Sur le plan géographique, Gérard Salem en appelle aux « jeunes talents » afin d’étudier cette maladie à travers « le concept de constructions socio-territoriales de la santé » (p. 53). Dominique Demmi, de son côté, fait un parallèle avec les campagnes menées pour lutter contre l’alcoolisme. L’auteur révèle ainsi la difficulté de mener une campagne de prévention en raison du paradoxe suivant : « des pratiques toujours socialement situées – parfois de manière croissante – et un discours de communication qui l’est de moins en moins » (p. 131). En d’autres termes, alors même que les statistiques montrent que les classes sociales défavorisées sont plus enclines à devenir diabétiques ou, pour reprendre l’exemple de l’auteur, à développer un fort penchant pour l’alcool, les campagnes menées par les pouvoirs publics en ces domaines font comme si l’ensemble de la population pouvait être indistinctement touchée. Ce décalage masque r une composante forte du fait social que constitue la propagation du diabète dans les sociétés contemporaines et, plus particulièrement, dans la société française : « les obèses ont tendance à être pauvres et malades et vice versa ». La compréhension de la maladie n’est ici pas dissociable de l’environnement dans lequel elle se développe, ce qui tendrait à confirmer le fait que le développement trop inégalitaire d’une société peut contribuer à sa déstabilisation. Quid d’une société dans laquelle un pourcentage non négligeable des individus présente des troubles de vision, a subi une amputation, nécessite des temps d’hospitalisation prolongés ? L’exposé du président de la Fédération française des diabétiques illustre paradoxalement les résistances de la société française à accepter ce fait social ; en même temps, il montre l’intérêt que la société française trouverait à développer les principes de démocratie sanitaire pour traiter ce genre de situations.

7Un autre article décrit une expérience de « télémédecine », soit le recours à une assistance permanente du diabétique par le biais d’un logiciel qu’il peut télécharger sur son smartphone. L’étude statistique de cette expérience, exposée par deux diabétologues, ignore cependant les origines sociales des patients et les difficultés qu’ils peuvent rencontrer dans la compréhension et la mise en œuvre du logiciel.

8L’ouvrage rapporte également que les enquêtes statistiques en la matière font apparaître une catégorie de patients réfractaires à la prise de leurs traitements. Pour autant, l’origine sociale de ces patients réfractaires n’est pas clairement identifiée. L’étude d’Olivier Ihl relève, quant à elle, les différences de disciplines quant à la prise de traitement entre les patients français et les patients anglais. Ainsi, les patients anglais suivent davantage les prescriptions de leurs médecins que les patients français (p. 234). Cette étude confirme que la prise en charge de cette maladie implique tout à la fois une prise en compte de l’origine sociale des patients mais également du milieu culturel et du système de sécurité sociale dans lequel ils évoluent.

9Enfin, l’ouvrage apporte une contribution pratique à ce qu’il est convenu d’appeler le mouvement du care, à travers l’étude des relations inter-générationnelles au sein de familles dont l’un des membres est diabétique.

10En somme, cet ouvrage extrêmement riche soulève de nombreuses interrogations sur notre société – pourquoi par exemple le diabète n’est pas encore érigé en cause nationale compte tenu de son coût social croissant ? –, sur notre système de santé – comment combiner des techniques de pointe avec une médecine de proximité à l’heure de restrictions budgétaires toujours plus grandes ? –, sur l’organisation de notre système de soins, sur la relation entre patients et médecin…

11Un seul regret : l’ouvrage ne consacre aucune contribution aux problèmes de responsabilité médicale tant en matière de prévention que de traitement, alors même que cette question est centrale pour éviter que ne se reproduise un scandale comme celui du Médiator, scandale uniquement évoqué par le président de la Fédération française des diabétiques. Bref, il s’agit d’un livre important qui montre l’intérêt de croiser les enseignements des sciences sociales avec les connaissances médicales. Signalons enfin l’engagement des différents contributeurs, qui ont renoncé à percevoir leurs droits d’auteurs au bénéfice de la Fédération française des diabétiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Amar, « Le diabète, une épidémie silencieuse », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 18 novembre 2013, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12704

Haut de page

Rédacteur

Jacques Amar

Maître de conférences en droit privé, Université Paris-Dauphine, Docteur en sociologie

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page